Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

La situation des chrétiens d’Egypte en 2019, entretien avec le Père Henri Boulad d’Alexandrie.

Entretien du 4 juillet 2019 avec le Père Henri Boulad de la société des Jésuites, ayant officié toute sa vie dans son pays l’Egypte en tant que directeur de séminaire et d’école, président de Caritas Egypte et Provincial des Jésuites au Proche-Orient. Auteur de nombreux essais et préfacier de L’Eglise face à l’islam entre naiveté et lucidité (éditions de Paris, 2018).

 Le Père Boulad s’exprime sur la gouvernance du maréchal Sissi en butte à l’inflexibilité doctrinale des oulémas et professeurs de l’université islamique d’al-Azhar. Sont abordés les discriminations contre les chrétiens et leur situation de minoritaires sur le temps long. 

Deux villages maliens attaqués par des djihadistes : 41 morts

Africa Radio, le 21-06-2019 :

L’armée malienne a annoncé jeudi qu’un de ses soldats avait été tué et de nombreux terroristes neutralisés lors d’une vaste opération en cours dans le centre du pays, notamment dans les environs des deux villages dogons théâtres d’un massacre en début de semaine. Les villages de Gangafani et de Yoro, près de la frontière burkinabée, ont été frappés lundi soir par des assaillants motorisés et très lourdement armés pour certains. Quarante-et-un villageois ont été tués, selon une note de l’ONU, alors que le gouvernement a fait état d’un bilan provisoire de trente-huit morts. Une opération montée et planifiée est en cours d’exécution dans les forêts de Yoro, Gangafani, Bodel et Homobongo, dans le secteur de Koro et Bankass » ont indiqué les Forces armées maliennes dans un communiqué. « Déjà, des bases terroristes ont été détruites. Les fouilles sont en cours et se poursuivront jusqu’à terme. Au cours de cette opération, qui a permis de neutraliser de nombreux terroristes et de récupérer du matériel, les forces maliennes déplorent un mort ». Cette opération est suivie depuis Sevaré, près de Mopti, par le chef d’état-major de l’armée, le général Abdoulaye Coulibaly, selon la même source. Pour le chef d’état-major, nommé après le massacre d’Ogossagou, il s’agit d’apporter son soutien moral à la troupe et de constater de visu les conditions de vie et de travail en vue de meilleures solutions, s’il y a lieu, selon l’armée. Depuis l’apparition en 2015 dans le centre du Mali du groupe djihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l’agriculture, et qui ont créé leurs groupes d’autodéfense. Les habitants de ces régions reprochent régulièrement à l’armée d’intervenir trop tardivement ou de laisser les groupes armés circuler sans intervenir, malgré l’engagement pris par les autorités de désarmer les milices. Dans la région de Tombouctou, une patrouille est tombée mardi dans une embuscade. Cinq soldats maliens ont été tués, selon l’ONU. 

Burkina -Faso : les djihadistes tuent 17 personnes dans un village

Entendu sur la radio Voice of America (La voix de l’Amérique), le 20-06-2019 :

« Au Burkina Faso dix-sept personnes ont été tuées dans la nuit de mardi à mercredi au cours d’une attaque djihadiste à Béléhédé, dans le nord du pays, a annoncé mercredi le ministre de la Défense, Sheriff Sy. L’attaque terroriste menée par un groupe d’individus non identifiés a été perpétrée contre la population de Béléhédé, un village du département de Togomayel, dans le Soum. Une vaste opération de ratissage a été immédiatement déclenchée dans la zone par les forces de défense et de sécurité. Dans un communiqué rendu public dans la foulée, le ministre en charge de la Défense a appelé la population à rester vigilante et à dénoncer tout comportement suspect. »

L’Allemagne a perdu la trace de 160 de ses ressortissants partis rejoindre Daech

Lu dans Le Figaro du 24 juin:

Plus de 160 combattants allemands de Daech ont disparu des radars. Ils étaient plus d’un millier à avoir rejoint le califat pour combattre dans les rangs de l’État Islamique (EI), aujourd’hui la plupart d’entre eux sont morts ou en prison, mais une partie a échappé à la vigilance des services de renseignements allemands. L’information vient du gouvernement dans une réponse à la secrétaire générale du FDP (Fraktion der Freien Demokraten, Parti libéral-démocrate), Linda Teutberg. Elle a été révélée par l’édition dominicale du journal Die Welt.

D’après cette réponse gouvernementale, la majeure partie de ces 160 combattants sont très probablement morts. «Dans certains cas, ces personnes pourraient également avoir réussi à s’échapper et / ou à se cacher», précise toutefois la réponse. Au Welt am Sonntag, la secrétaire générale du FDP s’étonne: «Compte tenu de la protection très fragmentée des frontières extérieures de l’UE, il est particulièrement préoccupant que le gouvernement fédéral ne semble avoir pris aucune mesure pour empêcher un retour incontrôlé de combattants de l’EI» Lire la suite dans Le Figaro

Algérie : un jeune chrétien condamné pour «exercice de culte non musulman»

Lu dans le quotidien algérien El Watan du 23 juin 2019 :

Un jeune citoyen d’Akbou, de confession chrétienne, a été condamné, jeudi dernier, par le tribunal à 50 000 DA d’amende pour «exercice de culte non musulman et sans autorisation». Le jeune citoyen a été entendu le 29 mai dernier par le juge du tribunal de la même ville. Le procureur avait requis une peine de deux ans de prison ferme à l’encontre de l’accusé.

Après lamise sous scellés, le 17 octobre 2018, par la gendarmerie, de l’église «Ville de refuge», rattachée à l’Eglise protestante d’Algérie (EPA),  qui existe depuis 2013 à Akbou, l’accusé a procédé à l’installation d’un chapiteau pour permettre aux fidèles d’accomplir les messes du dimanche. Le 16 mai dernier, il est convoqué par le juge d’instruction, qui a qualifié l’affaire comme étant celle d’«exercice de culte sans autorisation».
 
[…] Me Sofiane Ikken, en s’interrogeant sur les refus systématiques d’ériger des lieux de culte non musulmans, pense que «ce sont les autorités qui poussent ces chrétiens à entrer dans la clandestinité avant de les convoquer en justice». Pour rappel, l’EPA a condamné cette fermeture «abusive qui ne repose sur aucun justificatif valable». Selon elle, les gendarmes ont expliqué avoir«exécuté un ordre émanant du wali de Béjaïa».
Sur le même grave et méconnu sujet, lire nos articles d’archives :

Le Qatar a continué de tolérer l’activité du compte bancaire d’un grand argentier d’Al Qaida

C’est le très sérieux Wall Street Journal (édition du 19 juin 2019) qui nous livre le mécanisme du Conseil de sécurité de l’ONU pour obtenir la restriction des comptes bancaires d’individus condamnés pour soutien du terrorisme. La faille réside dans la tolérance dans l’accès à ces comptes pour « nécessités vitales », et l’accord nécessaire de l’unanimité des pays membres du Conseil lorsque le pays du suspect demande à permettre un usage du compte. 

 Le Conseil de sécurité de l’ONU a inscrit 250 individus « blacklistés » pour avoir financé ou pris part aux organisations terroristes Etat islamique ou Al Qaida. Parmi eux, un des plus gros poissons, Khalifa al-Subaiy, inculpé dès 2008 à Bahreinpour avoir financé jusqu’au cerveau des attentats du 11 septembre 2001, Khalid Sheikh Mohammed. Il fit six mois de prison au Qatar, seulement. La peine de six mois de M. Subaiy a été décriée par d’anciens fonctionnaires du Trésor américain pour sa clémence. Des analystes américains en matière de sécurité ont déclaré que les assurances du Qatar selon lesquelles il surveillerait ses activités s’étaient effondrées après que l’ONU eut révélé qu’il avait poursuivi ses activités. Malgré sa première condamnation, l’ONU lui a permis de puiser mensuellement 10 000 dollars pour « nécessité vitales », et jusqu’en 2013 (au moins) il a ainsi pu continuer à envoyer de l’argent en liquide -entre autres- à un chef d’Al Qaida au Pakistan. Merci aux demandes d’exemption du Qatar !

Le Wall Street Journal informe :

« Selon une analyse de la base de données examinée par le Journal, un compte au nom de M. Subaiy figurait parmi les enregistrements d’une base de données divulguée de la principale banque du pays, la Qatar National Bank. La banque a reconnu que ses systèmes avaient été piratés par des pirates informatiques inconnus en 2016. » 

Le Koweit n’est pas non plus exempt de reproches :

« Le Koweït a demandé des exemptions pour le gel des avoirs de tous ses ressortissants figurant sur la liste des États-Unis, selon l’une des personnes au courant de l’affaire. Un Koweïtien, Hajjaj Fahd Hajjaj Muhammad Shabib Al-‘Ajmi, qui, selon les États-Unis, s’est régulièrement rendu en Syrie pour financer les opérations d’Al-Qaïda et négocier l’installation de compatriotes koweïtiens à des postes de responsabilité au sein du groupe terroriste, bénéficie de l’exemption du gel des avoirs. L’ambassade du Koweït aux États-Unis n’a pas répondu aux demandes de commentaires. » 

Lire l’intégralité de l’article sur le WSJ https://www.wsj.com/articles/accused-terrorists-use-loopholes-to-tap-frozen-funds-11560977005

Mais la France n’est pas exempte de laxisme. Sous le gouvernement Fillon, un des principaux argentiers du Front Al-Nosra (Al Qaida en Syrie), cheikh al-Nouaymi, est venu tranquillement à Paris courant 2011 pour ses affaires sans être inquiété. Ce ressortissant du Qatar, dont les activités sont aussi tolérées dans l’émirat, a bénéficié de la politique pro Qatari très poussée de Nicolas Sarkozy. Pour en savoir plus sur cette affaire, lire Nos très chers émirs (Michel Lafon, 2016) de Chesnot et Malbrunot.

La mosquée turque du Pontet en chantier : des membres du bureau connus pour antécédents judiciaires

L’Association Culturelle Franco-Turque d’Avignon et de sa région construit une grande mosquée au Pontet dans le Vaucluse. La mosquée est affiliée au Comité de Coordination des Musulmans Turcs de France (C.C.M.T.F), présidé par Ahmet Ogras, président actuel du Conseil Français du Culte Musulman (C.F.C.M). Le CCMTF est la représentation officielle du ministère turc des affaires islamiques.

Quand on se penche sur la composition du bureau associatif de la mosquée, on s’étrangle qu’elle soit autorisée par le préfet du Vaucluse. 

Trésorier: Ahmet.Y, né en 1968 à Araban en Turquie. Connu au fichier du Traitement des Antécédents Judiciaire pour aide à l’entrée, circulation, séjour irrégulier d’un étranger en France – travail clandestin – emploi d’étranger démuni de titre de travail (2007).

Trésorier adjoint: Behram.U, né en 1975 à Akcaabat en Turquie. Connu au TAJ pour faux, usage de faux document administratif (2003) – infractions aux conditions générales d’entrée et séjour des étrangers (2005).

Rappelons que les députés En Marche ont voté contre l’amendement des Républicains visant à reconduire systématiquement dans leurs pays les étrangers coupables de délits en France.

L’ex star du football syrien mort au combat avait de « l’amour pour Daesh ». Présenté comme un simple « rebelle » !

Abdel-Basset Al-Sarout est à gauche.

Abdel-Basset al-Sarout est mort dans les combats d’Idleb le 8 juin dernier. Présenté comme un « figure populaire de la rebellion » par l’AFP et encensé par les musulmans pratiquants de France, Russia Today rappelle ses positions ultra : tuer les chiites, s’allier avec l’Etat Islamique même si il formulait quelques critiques, chants pour fêter la destruction des tours jumelles de New-York…

Une mosquée turque à Amboise !

Le chantier au 11 juin 2019.

Le chantier de la mosquée turque d’Amboise (Indre-et-Loire) avance à grand pas. A l’initiative du DITIB, bras religieux de la Turquie à l’étranger (maitre d’ouvrage), cette mosquée avec coupole de taille imposante détonne dans un quartier pavillonnaire blotti sur le coteau faisant face au château royal bâti par Charles VIII où François Ier passa son enfance. Rappelons que ce fut Saint-Martin de Tours (316-397) qui fonda la paroisse d’Amboise, petite ville pittoresque de seulement 12 000 habitants ! La nature étrangère du projet éclate dès la lecture du panneau d’information  » Centre culturelle (SIC) turque (SIC) A Amboise ». L’aspect problématique consiste en ce que l’islam appliqué est celui du président turc Erdogan, ultra-islamiste qui soutient des brigades djihadistes en Syrie…financées par les turcs qui sont en train de perdre pieds à Ildib, au point qu’une retraite est actuellement négociée entre les services ottomans (MIT) et les services syriens. Le DITIB qui construit la mosquée est piloté par le ministère des Affaires islamiques turc, le Diyanet. En février 2018, le président de l’institut kurde de Paris, Kendal Nezan, prévenait : 

« L’opinion publique occidentale semble l’ignorer mais l’invasion turque du canton kurde syrien d’Afrin est qualifiée de «jihad» ou guerre sainte par la Diyanet, la plus haute autorité religieuse du pays, à la demande sans doute du président turc lui-même. La fatwa est serinée dans les 90 000 mosquées sunnites du pays où imams et prédicateurs, tous salariés d’un Etat supposé laïc, sont tenus de prier matin et soir avec leurs ouailles pour la victoire de l’armée de conquête turque et de leurs supplétifs syriens jihadistes. » Lire l’intégralité de cette analyse.

Autre raison de refuser cette mosquée, depuis 2014, une cinquantaine de biens appartenant à l’Église syrienne-orthodoxe ont été expropriés par le gouvernement turc dans le sud-est de la Turquie. Parmi ces biens, des monastères très anciens où vivent encore une dizaine de moines, les derniers de Turquie orientale. Lire notre article.

Ventes d’armes à l’Arabie Saoudite : Macron ment sur l’ampleur révèle une journaliste

Page 1 sur 7812345»102030...Dernière »