Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

Heshmat Khalifa, président du Secours islamique UK « Islamic Relief », démissionne après que la presse britannique a déterré ses posts Facebook qualifiant les juifs de « petits-enfants de singes et de porcs »

Lu dans The Guardian de juillet 2020, traduction Fdesouche

Le chef de la plus grande organisation caritative musulmane de Grande-Bretagne a déclaré qu’il lancerait plusieurs examens internes après que l’un des administrateurs du groupe humanitaire ait fait des commentaires antisémites sur les réseaux sociaux.

Dans des messages Facebook publiés en 2014 et 2015, Heshmat Khalifa, a qualifié le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi de «fils souteneur des juifs» et a qualifié les autorités israéliennes de «petits-enfants de singes et de porcs».

Khalifa a démissionné de Islamic Relief Worldwide (IRW) mercredi après que l’organisme de bienfaisance ait été approché par le Times, qui a publié les articles dans leur intégralité vendredi .

[…]

Quand Barbara Pompili dénonçait la « stigmatisation » du Qatar par Marine Le Pen en 2013, pays phare des Frères Musulmans

Barbara Pompili, femme politique écologiste longtemps proche de Daniel Cohn-Bendit, vient d’être nommée ministre de l’Ecologie. En 2013 elle prenait la défense du Qatar attaqué par Marine Le Pen. Cette dernière faisait notamment référence au régime fiscal dérogatoire spécifique au Qatar concernant la taxation des plus-values mobilières et immobilières mis en place par Sarkozy, ainsi que l’entrée au capital de l’émirat dans des sociétés stratégiques pour la France (voir plus bas). Aussi, la France a attaqué la Libye en accord avec le Qatar en 2011 afin d’installer un gouvernement islamiste ami. Le Commandement des Opérations Spéciales français a appuyé la « katiba du 17 février », dirigée par le frère du chef des Frères Musulmans libyens, afin de renverser Khadafi, ( par Ismail Salabi frère de Ali Salabi). Le Frère Musulman Abdelakhim Belhadj, fut aussitôt nommé gouverneur militaire de la ville après la victoire franco-qatari. Nicolas Sarkozy , qui représentait la France, fut effectivement le jouet du Qatar. La métaphore sexuelle de Marine Le Pen n’était pas dénuée de sens. 

 

Voici la liste des principaux investissements connus du Qatar en France, qui entrent dans le cadre d’une stratégie européenne de l’émirat :

L’émirat islamiste est le premier actionnaire du groupe de médias Lagardère (avec 13,03% du capital), le deuxième du géant de l’hôtellerie AccorHotels (10,3%) , et possède aussi les grands magasins du Printemps.

Des investisseurs qataris détiennent aussi les hôtels parisiens Raffles (ex-Royal Monceau), Concorde Lafayette, Peninsula et l’hôtel du Louvre, ainsi que le Martinez et le Carlton à Cannes et le Palais de la Méditerranée à Nice.

Le Qatar possède aussi des participations minoritaires dans de nombreuses grandes entreprises françaises, dont Total, Vinci, Veolia Environnement, LVMH et Vivendi. La société qatarie Mannai Corp contrôle 51% du capital de GFI Informatique. A l’étranger, l’émirat dispose notamment de parts dans la banque britannique Barclays et la suisse Crédit Suisse (plus de 5%).

Le Qatar revendique par ailleurs plusieurs milliers de mètres carrés de locaux sur l’avenue des Champs-Élysées et près d’un quart de la Société fermière du casino municipal de Cannes (SFCMC), qui exploite le Majestic Barrière et le Gray d’Albion. Enfin, l’émir du Qatar possède l’hôtel d’Evreux, sur la place Vendôme à Paris, et son frère détient l’hôtel Lambert, sur l’île Saint-Louis.

Sur le plan militaire, le Qatar est un client important de la France, à qui il a notamment commandé 24 avions de combat Rafale en 2015, pour 6,3 milliards d’euros.

L’émirat est également partenaire de la Caisse des dépôts, dans un fonds d’investissement de 300 millions d’euros pour les PME françaises innovantes. Le Qatar souhaitait initialement créer un fonds pour financer des projets dans les banlieues françaises, mais l’idée avait suscité une forte polémique, en pleine campagne électorale pour la présidentielle de 2012…

La mosquée co financée par l’UE à Duisbourg en 2006 se trouve au centre d’un môle djihadiste en 2020

Mosquée du quartier de Marxloh à Duisbourg

Lu dans le média allemand RP Online du 12 juin, traduction par Fdesouche.com

« Marxloh est notre quartier »

Environ 2700 membres de clans d’origine arabe vivent à Duisbourg [Rhénanie-du-Nord-Westphalie] selon un rapport de police; ces dernières années, quelque 600 d’entre eux ont commis des délits, certains à plusieurs reprises. Ces clans se concentrent dans un petit nombre de quartiers, en particulier à Marxloh [20 000 habitants].

[…]

Depuis l’arrestation de S. [auteur de 75 délits, arrêté dans une cage d’escalier malgré la présence d’une foule bruyante et agressive], « il semble que Marxloh et ses environs soient à nouveau en ébullition », dit-on du côté des enquêteurs. Pourtant, la tactique policière de la tolérance zéro porte ses fruits […] De 24 jours de désordres en 2017, on est tombé à 11 en 2018 et à 4 l’an passé […] Mais dans les jours qui ont suivi l’arrestation dans la cage d’escalier, il y a eu 2 jours de désordres […] le 19 mai et le 28 mai.

Le 22 mai […], la direction de la police de Duisbourg reçoit un courriel contenant une menace d’attentat et l’avertissement de se retirer de Marxloh. « Objet : Allah Akbar, Marxloh est notre quartier. […] Nous interdisons à tous les mécréants d’entrer dans notre quartier. Nous chasserons par la force des armes ou nous tuerons tous les policiers, journalistes et autres mécréants. Chez nous, c’est la charia radicale qui est en vigueur », peut-on lire dans cet écrit. « Nous nous sommes procuré en Turquie et en Russie 2000 fusils d’assaut AK-47 avec suffisamment de munitions. Allah Akbar, tuez tous les mécréants. » […] Les autorités chargées de l’enquête prennent manifestement ces menaces au sérieux. […] RP Online

Pourtant Le Figaro du 25.09.09, titrait : La « mosquée de verre »qui séduit l’Allemagne

« En Allemagne, la petite ville de Duisbourg, où s’est construite l’une des plus grandes mosquées d’Allemagne, est désormais le symbole d’une intégration réussie.

C’est ce que l’on appelle le «miracle de Duisbourg». En octobre dernier, dans un quartier ouvrier de cette petite ville de la Ruhr, a été inaugurée l’une des plus grandes mosquées d’Allemagne. Sans aucune protestation du voisinage ni aucune manifestation xénophobe. Depuis un an, le «miracle» perdure : l’exemple de la mosquée de Marxloh est devenu un cas d’école pour de nombreuses autres municipalités allemandes, confrontées aux mêmes problèmes d’immigration. »

Ce qu’il faut savoir est que, ainsi que nous le rapportions dans le livre de référence L’islamisation de la France paru en 2006 :

 » A Marxloh, quartier de Duisburg, Bruxelles a participé au financement de la plus grande mosquée d’Allemagne : minaret de 34 mètres, surface de 2474m2, dont l’espace dit « culturel » de formation est financé pour moitié par les contribuables européens. D’un coût de 7,7 millions d’euros, cette partie comprenant classes, bibliothèque, salles de réceptions, malgré son coût astronomique, a été donc largement soutenue par les hauts fonctionnaires bruxellois de manière anti-démocratique, comme toujours avec les instances de l’UE. »

Plus grave, cette mosquée est directement gérée par la Turquie, appartenant au DITIB, organisation en Europe du ministère des Affaires religieuse de la dictature islamiste.

Aussi, en janvier 2013 le député européen du Vlaams Belang Philip Claeys alerta que l’Union européenne donne de l’argent pour des mosquées turques située dans le Nord de Chypre, occupé par la Turquie. L’UE est en quelque sorte l’anti Europe.

Lors de l’inauguration de la mosquée de Duisburg en 2008, L’Express écrivait :

« Construit dans le quartier très populaire de Marxloh, l’édifice a été inauguré le 26 octobre. En présence, naturellement, de Jürgen Rüttgers, ministre-président du Land, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, et de toutes les « huiles » locales, y compris le curé et le pasteur de l’arrondissement. (…)Même le père Michael Kemper, le prêtre de la paroisse Saint-Pierre, dont le clocher se situe à moins de 500 mètres du minaret, au bout d’une rue bordée d’étroites maisons ouvrières de briques rouges, en soupire d’aise: « Je suis heureux d’assister enfin à l’inauguration de « notre » mosquée, glisse-t-il, entre deux gorgées de bière. Car ce projet est aussi le nôtre. »

Les chrétiens stigmatisés en Algérie au 20H de France 2

EN ALGÉRIE DES MILLIERS DE MUSULMANS QUITTENT L’ISLAM POUR RECEVOIR JÉSUS-CHRIST COMME SEIGNEUR ET SAUVEUR, CAR MON DIEU EST VIVANT. Soyez bénis AMEN!!! <3 (y)

Publiée par La Vérité vous Affranchira sur Mardi 2 juin 2020

Un diplomate saoudien supervisant les mosquées au USA serait lié aux attentats du 11 septembre selon une fuite du FBI

Source : Radio La voix de la Turquie, le 15-05-2020, traduction Renseignor édité par le Centre Français de Recherche sur le Renseignement. (CF2R)

« Le Bureau fédéral d’investigation (FBI) aux États-Unis a divulgué accidentellement le nom d’un diplomate saoudien soupçonné d’avoir aidé deux pirates de l’air de l’organisation terroriste Al-Qaïda, lors des attaques terroristes du 11 septembre 2001 aux États-Unis, a rapporté mardi Yahoo News. La divulgation par erreur a été commise dans une déclaration d’un responsable du FBI en réponse à un procès intenté par des familles de victimes du 11 septembre qui ont déclaré que le gouvernement saoudien était impliqué dans les attaques. Le dossier de Jill Sanborn, directrice adjointe de la division antiterroriste du FBI, a été rendu public en avril, mais retiré à la fin de la semaine dernière, selon Yahoo News. Le nom de Mussaed Ahmed Al-Jarrah a été révélé par erreur dans la déclaration. Al-Jarrah était un fonctionnaire de niveau intermédiaire du ministère saoudien des Affaires étrangères, qui a été affecté à l’ambassade saoudienne à Washington, en 1999 et 2000. Selon le rapport, il était chargé de superviser les activités des employés du ministère des Affaires islamiques dans les mosquées et les centres islamiques financés par l’Arabie saoudite aux États-Unis. Les autorités estiment qu’Al-Jarrah a chargé deux personnes – Fahad Al-Thumairy, un religieux, et Omar Al-Bayoumi, un présumé agent saoudien – d’aider deux des pirates de l’air à s’installer aux États-Unis en janvier 2000, avant les attaques. On ignore où se trouve Al-Jarrah, mais il se trouverait en Arabie saoudite. « Cela montre qu’il y a une dissimulation complète par le gouvernement de l’implication saoudienne » a déclaré à Yahoo News Brett Eagleson, un porte-parole des familles. « Ceci est un fiasco magistral » a-t-il déclaré dans un langage familier. Yahoo News a déclaré avoir contacté le département de la Justice, lundi, mais les responsables ont informé le tribunal et retiré la déclaration du FBI du dossier public. « Le document a été déposé de manière incorrecte dans cette affaire » indique désormais le dossier, selon le rapport. »

Erdogan tente de dissimuler ses pertes en Libye en envoyant des soldats de l’Etat Islamique

Erdogan

Erdogan

Source : Moustapha Kamel pour le Centre des études du Moyen-Orient, 26 avril 2020 :

Le président turc tente de dissimuler ses pertes humaines en Libye suite à l’intervention militaire en envoyant des mercenaires appartenant aux factions soutenues par Ankara, combattre l’armée nationale libyenne aux côtés des milices du gouvernement d’entente. 

Il œuvre aussi à museler tous ceux qui diffusent des informations sur les pertes turques en Libye, et en particulier sur la mort de membres des renseignements. Six journalistes turcs ont ainsi été incarcérés, et des députés du Parlement ont dû faire face à une demande de levée de leur immunité. 

C’est ainsi que le directeur de l’information du site OdatiBarich Turkogluet la correspondante du site Holia Kilintch ont été arrêtés après avoir diffusé des informations sur la mort d’agents des renseignements et de leur enterrement secret en Turquie. 

Dans le même moment, les éléments de Daech en Libye restent la carte maîtresse d’Erdogan pour rester dans le pays et envoyer d’autres mercenaires en Libye, sans tenir compte de la propagation du coronavirus, et des instructions de l’OMS relatives à la limitation des déplacements d’un pays à l’autre pour contrer le virus. C’est ainsi que le gouvernement turc a exploité le fait que la communauté internationale soit occupée à combattre la pandémie pour envoyer des mercenaires en Libye, qu’il s’agisse de membres des factions inféodées à Ankara, mais oud’éléments de Daech venant de la campagne syrienne et de Deir ez-Zor. 

Quant à l’Observatoire syrien des droits de l’homme, il a révélé que 28 éléments de Daech en Syrie avaient rejoint les mercenaires en Libye, et que les autorités turques avaient intensifié le recrutement d’éléments terroristes ayant fui les combats en Syrie, en particulier du Hay’at Tahrir al-Cham – Jabhat al-Nusra – et de Daech, en les envoyant par avion en Libye pour soutenir les milices armées de Tripoli.

Les mosquées turques en France multiplient les appels amplifiés à la prière

Adhan à Strasbourg dans la mosquée du Milli Gorus le 3 avril dernier.

Depuis deux semaines, les provocations sonores se multiplient dans les mosquées gérées par la diaspora turque pour leur majorité. Suite au précédent de la Grande Mosquée de Lyon de tendance frériste qui la première a lancé un adhan par le muezzin au prétexte d’une solidarité avec les soignants, les turcs se sont empressés de leur emboiter le pas après avoir observé le laissez-faire des pouvoirs publics. 

Ainsi, en Alscace, à Bischwiller, commune surnommée « la ville des turcs » par les alsaciens, la mosquée Yunus Emre a émise un appel sonore à la prière entendu des centaines de mètres à la ronde, comme l’atteste une vidéo d’un riverain étonné.

A Strasbourg, la mosquée Eyyup Sultan des extrémistes du Millî Görüş, pourtant encore en chantier, a dépêché son muezzin pour lancer également un appel sonore dans la mosquée provisoire au centre de la cour.

A Annonay en Ardèche, la mosquée turque n’a pas de minaret mais cela ne l’a pas empêché  d’installer une sonorisation puissante pour que tout le quartier subisse l’adhan. L’association cultuelle des musulmans d’Annonay (ACMA) gère cette mosquée, affiliée aussi au Millî Görüş.

A Valentigney, le compte Facebook de la mosquée turque a relayé l’appel amplifié à la prière venant d’un balcon. Donc on peut en conclure que la mosquée n’a pas voulu « en faire trop » en installant le système amplifié dans son enceinte pour préférer une légère délocalisation dans un appartement difficilement identifiable. La mosquée turque Selmiyye Camii est située 6 rue des Combottes à proximité du quartier sensible des Buis à Valentigney. Elle est affiliée au DITIB ( gouvernement turc) et son imâm est détaché par la Turquie. L’association de l’amicale des amis turcs et français est le nom de l’établissement dirigeant.

A Colmar la mosquée Ennasiha a diffusé également l’appel à la prière, de manière à médiatiser l’événement. Un compte twitter d’un turc a diffusé une vidéo de cet appel amplifié où on voit un caméraman de la mosquée filmer la scène méthodiquement. « La municipalité a autorisé » informe en turc celui qui a diffusé la vidéo. Mais la mosquée est gérée par des maghrébins, et entretient d’excellentes relations avec la candidate La République en Marche Stéphanie Villemin qui s’y est rendue le 1er mars dernier dans le cadre de sa campagne électorale.

La France a donné sa nationalité à 15390 Marocains et 14 857 Algériens en 2018

Lu sur Yabiladi du 31 mars 2020

L’Office statistique de l’Union européenne (Eurostat) a rendu public, lundi, les chiffres relatifs à la naturalisation dans l’Union européenne pour l’année 2018. Ainsi, les Marocains continuent de dominer la liste des étrangers les plus naturalisés en Europe et ce, depuis 2012.

Les Marocains représentent ainsi près de 10% de l’ensemble des personnes ayant acquis la nationalité d’un pays européen en 2018. Ils sont suivis par les Albanais (7%) et les Turcs (4,2%).

En effet, selon Eurostat, alors qu’elles étaient 700 561 en 2017, 672 270 personnes ont obtenu la citoyenneté de l’un des États membres de l’Union européenne. C’est désormais l’Espagne qui arrive en tête des pays européens octroyant la citoyenneté. Le royaume ibérique est suivi par l’Italie, la France et la Belgique.

Le nombre de Marocains naturalisés a ainsi atteint 67 156 personnes devant 47 441 Albanais et 28 386 Turcs. L’Espagne arrive en tête de la liste des pays ayant accordé la nationalité à des immigrés marocains avec 25 315 naturalisations, représentant un total de 37,7%. Elle est suivie de l’Italie (21 841 naturalisations de Marocains, 23,1%), la France (15 390 naturalisations, 22,9%) et la Belgique (4 856 naturalisations, 7,2%). Toujours selon l’Eurostat, les Pays-Bas arrivent à la dernière place avec 3 017 naturalisations en 2018 pour des Marocains.

Eurostat donne aussi le chiffre de 14857 Algériens ayant obtenu la nationalité française en 2018.

Progression constante des islamistes turcs en France : l’ assemblée générale du Millî Görüş fait le point

Le mouvement est autorisé à construire des mosquées ottomanes géantes comme à Strasbourg, Roubaix et Vénnissieux.

Le 21 octobre 2019 se tenait à Paris le congrès du mouvement islamiste turc Millî Görüş. Enregistré intégralement par le média turc MIZANE, son visionnage nous permet de saisir la dynamique de l’organisation à travers la France.

Ce mouvement fut fondé en 1969 par l’ex Premier ministre turc Necmettin Erbakan (mort en 2011) qui voyait l’Europe comme une terre de conquête. « Les Européens sont malades… Nous leur donnerons les médicaments. L’Europe entière deviendra islamique. Nous conquerrons Rome. » avait-il prévenu. Grand ami des Frères Musulmans, Erbakan attira à son enterrement les pontes de la confrérie islamiste dont Rached Ghannouchi qui évoqua la perte d’un «grand frère ». Car le projet est similaire entre les deux mouvements siamois : rétablissement à long terme d’un califat politique basé sur une Loi islamique, qui pourra s’établir par l’épée si nécessaire.

Son secrétaire général en France, Fatih Sarikir, a développé les chiffres clés de l’organisation en termes de fidèles, d’adhérents, de nombre d’associations liées et de mosquées.Lire la suite

Erdogan appelle à une guerre sainte contre l’Europe


« Nous vaincrons car nous sommes la dernière armée de l’islam (…) Allah se tient derrière les millions de fidèles »

Le chef du régime islamiste turc, Recep Erdogan, a récemment prononcé un discours dans lequel il décrivait l’offensive frontalière turque contre la Grèce comme une guerre sainte islamique contre l’Europe et faisait allusion au possible rétablissement de l’empire ottoman.

Erodgan commence le discours enflammé par une citation d’un célèbre poème écrit par le célèbre poète turc Yahya Kemal Beyatlı intitulé «26 Ağustos 1922», le jour où la Grande Offensive de la guerre d’indépendance turque qui a vaincu les Grecs en Anatolie et les amena dans la mer Egée orientale. Source

Page 1 sur 8212345»102030...Dernière »