Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Égypte

Égypte : les salafistes à 29% lors de la deuxième phase des législatives !

Égypte : les salafistes à 29% lors de la deuxième phase des législatives !

AFP 24.12 :

Ils sont les grands vainqueurs des urnes. En Égypte, les principaux partis islamistes ont confirmé leur domination en remportant plus de 65% des voix lors de la deuxième phase des élections législatives organisée entre le 14 et le 22 décembre, a annoncé samedi la commission électorale.

Le Parti liberté et justice, issu des Frères musulmans, a remporté 36,5% des voix et les salafistes d’Al-Nour 28,7% lors du scrutin organisé dans un tiers des 27 gouvernorats du pays, notamment Suez, Assouan et Guizeh.

Lors de la première phase du vote fin novembre/début décembre, qui avait concerné notamment Le Caire, Alexandrie ou Louxor,le PLJ avait déjà raflé 36% des voix, tandis qu’Al-Nour avait réalisé une percée surprise avec 24%.

Troisième phase le 3 janvier

Comme lors de la première phase, les libéraux sont les grands perdants de ce scrutin. Le parti Al-Wafd, le plus ancien du pays, doit se contenter de 9,6% des voix, et le Bloc égyptien, la principale coalition libérale, de 7%.

La troisième phase du scrutin pour élire les députés, dans le dernier tiers des gouvernorats, doit débuter le 3 janvier. Une fois l’assemblée élue, un nouveau cycle de trois phases similaires étalées jusqu’en mars permettra de désigner les membres de la Choura (chambre haute consultative).

Eclairage de l’Observatoire : Le Salafisme, un islam déviant, marginal et non représentatif ?

Le professeur de droit Yadh Ben Achour (Université de Tunis), spécialiste de l’islam politique, nous éclaire dans son ouvrage La deuxième Fâtiha, l’islam et la pensée des droits de l’homme paru aux Presses universitaires de France, 2011 :

« L’erreur serait de supposer que ce salafiste est un pauvre égaré dans l’histoire de l’islam. Cessons de croire à la théorie de l’aberration qui veut que le salafiste ne représente pas l’islam ou que c’est l’enfant maudit de la famille. Il faut rappeler que ce dernier ne manque ni de cohérence, ni de force de conviction et de persuasion. Derrière lui, pour le soutenir, se profilent les armées du savoir religieux, avec des chefs remarquables: les ‘Ash’arî, Shâf’i (lire ses textes), ‘ibn Hanbal, Bâqillânî, Ghazâlî (note de l’Obs-i: loué par BHL), ‘ibn ‘Asâkir,Subkî, Fakh a-dine a-Râzi (loué par BHL aussi), ‘ibn Taimiyya. Derrière lui, une tradition triomphant à travers les siècles de tous les adversaires, hérétiques, libres penseurs, poètes maudits, philosophes. Devant lui, sous sa bannière, sur tout l’espace de la planète, des peuples entiers se mobilisent pour la défense et l’intégrité de leur religion. Des États et des gouvernements se mobilisent pour le servir. La sainte alliance n’a jamais disposé d’autant de force »

page 175

« La version intégriste représente une interprétation possible du texte fondateur lui-même ainsi que de son expression dans l’histoire. Ce point de vue serait même le plus proche de la vérité du texte. Mais le plus important est de garder à l’esprit qes entre les salafistes et les autres sont plus apparentes que réelles. C’est précisément de là que prvient le malentendu le plus grave. Il convient, par conséquent, de rappeler l’existence d’accords fondamentaux, avec des divergences sur la seule action politique, entre cet islam intégriste et l’islam « de tout le monde ». Sur le fond, les deux islams se retrouvent : la cité terrestre doit préparer la cité céleste, la parole incréee de Dieu définit les droits de Dieu et ceux des hommes, pour la restauration de l’ordre divin et naturel le musulman est tenu par un « devoir de violence », qu’on ne peut nommer autrement et qui se manifeste notamment par la loi pénale (hudûd) et la théorie du djihâd. L’existence entière s’articule autour du culte et des prières qui rythment la vie, mais également autour des règles détaillées sur le licite et l’illicite moral et juridique. Le poid des anciens, salaf, pèse également sur les uns et les autres. »

page 179

Église copte orthodoxe

L’exil des Coptes en France

Lu dans Valeurs Actuelles (extrait) :

La communauté copte de France est la plus importante d’Europe. Ses membres suivent avec attention les événements en Égypte.

Dans la salle au rez-dechaussée de la Mission chaldéenne en France (à Paris dans le XVIIIe), les réfugiés arrivent de tout l’Orient. Au fond, de jeunes Pakistanais. À côté, des Irakiens discutent autour d’un thé. Et, dans la petite pièce mitoyenne, les coptes. Depuis le début de l’année, ces chrétiens égyptiens sont de plus en plus nombreux à frapper à la porte de Notre-Dame de Chaldée (…)Ces exilés ne supportent plus les églises incendiées, les jeunes filles converties de force à l’islam, les attentats ciblés et les manifestations pacifiques réprimées dans le sang (celle du 9 octobre a fait 24 morts) mais aussi, et surtout, ce « harcèlement quotidien » dont témoignent les coptes et qui les pousse à fuir l’Égypte.(…)En janvier 2011, le ministère de l’Intérieur recensait 45000 coptes arrivés en France à partir des années1980. Dans la communauté, on parle de 100000 personnes. Un chiffre difficile à établir car beaucoup sont sans-papiers.

(…) La plupart s’installent en région parisienne autour de la dizaine de paroisses coptes orthodoxes, à Saint-Ouen, Sarcelles, Colombes ou Châtenay-Malabry, la plus importante, qui rassemble un petit millier de fidèles. Comme en Égypte, c’est autour de l’église que s’organise la vie communautaire.

Lire la suite dans Valeurs Actuelles

Observatoire de l'islamisation

Deux journalistes égyptiens condamnés pour avoir critiqué un cheikh

« Une journaliste égyptienne a été condamnée aujourd’hui à deux mois de prison ferme et une autre à un mois avec sursis pour diffamation envers un cheikh musulman. Fatima Zahra Mohammed et Sally Hassan, de l’hebdomadaire indépendant Al-Fagr, ont été condamnées par la cour d’appel d’al-Agouza au Caire.(…)Youssef el-Badri, un prêcheur musulman, avait poursuivi les journalistes en justice en 2009 pour une série d’articles dans lesquels elles rapportaient qu’il pratiquait la lecture du Coran contre rétribution pécuniaire, se présentant comme un guérisseur. »

suite sur Le Figaro

Les égyptiens plébiscitent la charia orthodoxe et criminelle.

Les égyptiens plébiscitent la charia orthodoxe et criminelle

Les listes islamistes ont remporté 65% des suffrages au premier tour des législatives. Rien d’étonnant.

Selon un sondage Pew 2010 :

– 82% des Égyptiens musulmans sont en faveur de la lapidation pour punir l’adultère
– 84% des Égyptiens musulmans sont pour la peine de mort pour ceux qui quittent l’islam
– 77% des Égyptiens musulmans sont pour la flagellation et l’amputation des mains des voleurs
– 85% des Égyptiens musulmans trouvent positive l’influence de l’islam sur la politique
– 54% des Égyptiens musulmans sont favorables à la séparation des sexes sur le lieu de travail

Selon un sondage World Public Opinion 2009 :
– 73% des Égyptiens musulmans souhaitent voir la charia jouer un rôle plus important dans la façon dont leur pays est gouverné
– 81% des Égyptiens musulmans sont favorables à l’établissement d’une stricte charia dans les pays musulmans
– 88% des Égyptiens musulmans souhaitent que les valeurs occidentales ne pénètrent pas les pays musulmans

Mahmoud Amer

Égypte : « les musulmans n’ont pas le droit de voter pour des non musulmans »

Le cheikh Mahmoud Amer sur Al-Hayat TV le 30 octobre dernier

Mahmoud Amer : « Ce que je dis c’est qu’un Musulman n’a pas le droit de voter pour quelqu’un qui s’oppose à l’implantation de la Charia, qui n’est pas passionné par la Charia, et qui ne l’inclus pas dans son programme politique » […]

Mahmoud Amer : « Laissez-moi ajouter ça: il doit voter pour quelqu’un qui est connu pour faire ses cinq prières quotidiennes  » […]

Mahmoud Amer : « J’ai dis que le sécularisme [laïcité] est un athéisme. Car ça veut dire qu’il n’y a pas de religion dans la vie de tous les jours. C’est la loi des Chrétiens. Vous pigez ? »

Interviewer : « C’est votre opinion »

Mahmoud Amer : « Ce n’est pas mon opinion. C’est la réalité » […]

Signez la pétition pour la demande d’une enquête parlementaire sur l’émission de chaînes arabes en France.

Observatoire de l'islamisation

Vers un succès électoral des Frères Musulmans en Égypte

Observatoire de l'islamisation

L’armée égyptienne se blanchit de ses crimes contre les Chrétiens

Aucune réaction de la communauté internationale, l’armée égyptienne noyautée par les islamistes peut continuer à massacrer les Chrétiens.

Le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) égyptien a été créé par décret du Conseil suprême des Forces armées, c’est-à-dire de la junte militaire actuellement au pouvoir au Caire. Ce CNDH vient de rendre mercredi son rapport de 14 pages sur les massacres de coptes place Maspero au Caire le 9 octobre dernier : 27 manifestants coptes tués, au moins 329 blessés. Mais tués par qui et blessés par qui ? Tous les témoins de cette abomination sont unanimes : ce sont les forces armées dépêchées pour réprimer cette manifestation légitime et pacifique qui sont les auteurs de cette tuerie de coptes par balles ou par écrasement (12 personnes). Il n’est donc pas étonnant qu’un Conseil émané de la junte militaire exempte les Forces armées de toute responsabilité dans ce massacre. Pas étonnant mais scandaleux. Prétendre, comme le fait le rapport du CNDH que les tirs des Forces armées visant à disperser les manifestants étaient des tirs à blancs, que les morts par balles ont été tués par des « civils non identifiés », et que les écrasement (délibérés comme on l’a vu sur les vidéos) sont « accidentels », n’est rien moins qu’un énorme mensonge d’État. Personne n’en sera dupe et chacun pourra ainsi constater de quel côté penche la junte militaire…

Source : Observatoire de la christinophobie – Daniel Hamiche

Observatoire de l'islamisation

Égypte : accords électoraux entre Salafistes et Frères Musulmans

Un désaveu cinglant pour Alain Juppé distinguant les Frères Musulmans de l’islamisme radical.

Traduction d’un article du journal égyptien Al Masri Al Youm, édition du 9 novembre :

« Un responsable du parti salafiste Nour a déclaré qu’une rencontre a eut lieu la semaine dernière entre ses membres et le Parti Liberté et Justice, nom électoral de l’organisation officielle des Frères Musulmans, afin de coordonner les nominations des candidats éligibles lors des prochaines élections parlementaires. Toutefois, le parti Justice et Liberté a nié que les deux groupes collaboraient.

Pendant la réunion de jeudi, les dirigeants des deux partis ont convenu de soutenir le candidat islamiste le mieux placé pour un siège donné et de retirer les candidats les plus faibles de la course afin de ne pas diviser les voix islamistes. Nader Bakkar, un membre du Comité suprême du Parti Nour, a fait cette confidence à Al-Masry Al-Youm.

La stratégie, selon Bakkar, permettra de s’assurer que les candidats islamistes, qu’ils soient affiliés aux Frères musulmans ou aux salafistes, vont gagner les élections. Il a confirmé que les deux partis tiendront une deuxième réunion en début de semaine prochaine pour déterminer les meilleurs candidats pour chaque circonscription.

Le secrétaire général du parti liberté et justice, Mohamed Saad al-Katatny, a nié toute coordination avec le Parti Nour au sujet des investitures pour les sièges individuels.

Waheed Abdel Meguid, responsable du comité de coordination électorale au sein de l’Alliance démocratique, qui est dirigée par le Parti de la Liberté et la Justice, a déclaré que plusieurs groupes politiques se sont concertés sur les sièges à pourvoir. Abdel Meguid attend des pourparlers, qui ont été interrompus pour les vacances d’Eid, afin de conclure les accords d’ici à quelques jours. »

L’Observatoire de l’islamisation avait été le premier média en France à évoquer ces alliances inévitables dès avril 2011, ayant pour base une information provenant du site officiel des Frères. Relire notre article : Égypte : Les Frères Musulmans cherchent la « réconciliation » avec les Salafistes

Tous nos articles sur le printemps islamiste en Égypte

Tatouages Coptes

Un lycéen chrétien égyptien battu à mort dans son école

AymanNabilLabib1L’affaire s’est déroulée le 16 octobre lors d’un cours d’arabe donné dans un collège de Mallawi (province de Minia). S’apercevant que le jeune Ayman Nabil Labil portait, comme c’est fréquent chez les Coptes, une croix tatouée sur son poignet, il lui ordonna de la dissimuler. Le jeune copte s’y refusa et montra, en outre, le crucifix qu’il portait sur une chaîne autour de son cou mais dissimulée sous ses vêtements. Furieux, le professeur frappa le jeune homme et incita les jeunes collégiens musulmans à se joindre à lui dans ce qui allait devenir un véritable lynchage. Frappé de tous côtés par ces forcenés, le jeune copte réussit toutefois à fuir la salle de classe pour tenter de se réfugier dans les toilettes du lycée, mais il fut rattrapé par ses meurtriers et le lynchage se poursuivit. Un surveillant réussit à le soustraire à la meute pour le protéger dans sa chambre, mais Ayman Nabil Labil qui respirait encore était inconscient. Quand l’ambulance appelée arriva sur place, une heure plus tard, le jeune copte était mort.

Lire la suite

Égypte : « beaucoup de chrétiens préparent leur valise » remarque père Boulad

Entretien de Aide à l’Eglise en détresse avec le père Boulad le 17 octobre :

Il y a quelques mois, le père Henri Boulad, jésuite égyptien habitant au Caire, manifestait déjà ses inquiétudes à propos des tournures que prenait la révolution (cf vidéo) Suite aux tragiques événements du 9 octobre dernier, et à l’approche des élections législatives, il nous livre à nouveau ses impressions. Entre crainte et espérance, entretien sans concession.

AED : Quelle a été votre réaction suite à l’attaque des coptes le 9 octobre dernier, alors que ces derniers manifestaient pacifiquement ?

J’ai été peiné, outragé, furieux. Je pense que l’armée est infiltrée par des islamistes. Nous sommes à un tournant inquiétant. Il y a une vraie récupération de la révolution par les fondamentalistes. C’est d’ailleurs la même chose qui se passe en Libye et en Tunisie. Pour moi, il est clair que le monde arabe est en train de virer dans l’islamisme avec la bénédiction des puissances Occidentales. A croire que l’Occident n’a rien appris du passé. Qu’a-t-on fait de l’expérience de l’Irak ? Il faut dire aussi qu’il y a une manipulation médiatique de l’opinion. Les rebelles sont unanimement présentés comme des libéraux qui veulent la démocratie. Au lieu de démocraties, se sont des régimes islamistes qui vont se mettre en place. Je pense que l’intervention de l’Occident dans les scénarios des pays arabes est dictée par des intérêts économiques et financiers. Il y a un manque d’objectivité total. Est-ce que l’Occident se rend compte qu’en mettant en place tous ces régimes dans le monde arabe, il se prépare à un avenir amer ? Personne n’a pas pris la véritable mesure de la puissance, de l’organisation et de la détermination des islamistes.

Lire la suite

Revoir une de ses anciennes interviews :

Page 10 sur 13« Première...«89101112»...Dernière »