Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Égypte

Le Grand imâm d’al-Azhar (Le Caire) rejette toute réforme du « discours religieux » incitant à la haine

bn

Ahmed el Tayeb, directeur de l’université islamique d’al-Azhar, Le Caire, Egypte.

Nous avons écouté samedi dernier à Paris le général Ahmad Abou Maher expliquer (colloque au Palais Bourbon à l’initiative du député P.Folliot) que les ouvrages de droit musulman enseignés à l’université islamique d’Al Azhar contribuent à la radicalisation. D’autres voix s’élèvent en Egypte pour réclamer, à la suite du président Sissi (discours d’Al-Azhar du 28 décembre 2014), une réforme de l’enseignement islamique.

Interrogé début novembre, le Grand imâm d’Al-Azhar, Ahmed el Tayeb, diplômé de l’institution islamique ainsi que de la Sorbonne, a balayé d’un revers de main toute initiative visant à réviser le contenu de l’enseignement multiséculaire de ce temple de l’orthodoxie sunnite : « Les livres dont nous avons hérités sont innocents, et ont été maltraités par les ignorants et les indécents parmi nous »

Ces livres d’exégèse coranique, de hadith (faits et gestes de Mahomet rapportés) et de jurisprudence contiennent des prescriptions enjoignant de marquer les maisons des chrétiens, d’interdire la construction d’églises en terre d’islam, de tuer les apostats, etc.

Mais le Grand imâm de la plus prestigieuse université sunnite du monde préfère en faire l’apologie :Lire la suite

Colloque sur l’islam au Palais Bourbon : intervention du Père Boulad sur « La fraternité Christiano-musulmane en Egypte »

bouladIntervention du Père jésuite Henri Boulad, directeur de Caritas Egypte, au colloque « origines du terrorisme islamiste » du 26 novembre 2016 au Palais Bourbon à Paris. Sa conférence porte sur les rapports entre chrétiens et musulmans dans l’Egypte contemporaine. Retrouvez toutes les interventions du colloque sur l’Observatoire de l’islamisation et cette chaine Youtube.

« La source du terrorisme est dans l’enseignement islamique officiel » alerte un général égyptien

Colloque « Origines du terrorisme islamique » à l’Assemblée Nationale, salle Colbert, du 26 novembre 2016, sous le patronage du député Philippe Folliot. 

Capture d’écran 2016-11-29 à 20.58.50Intervention du général Ahmad Abou Maher, responsable de la lutte contre l’extrémisme religieux dans le gouvernement égyptien du président Abdel Fattah al-Sissi. Il pointe la responsabilité d’al-Azhar, la prestigieuse université islamique, ainsi que des programmes scolaires officiels. Il brandit deux ouvrages programmés dans les collèges-lycées, qui prescrivent la haine des chrétiens : marquer leurs maisons, exiger des vêtements distincts, l’interdiction de construire des églises, la peine de mort contre les apostats…

L’Observatoire de l’islamisation (www.islamisation.fr) fut le seul média à couvrir ce colloque sensible, co organisé par l’Organisation Franco-égyptienne pour les droits de l »homme (OFEDH) et l’Union des Nords Africains Chrétiens de France (UNACF). En complément, regarder le passage d’Ahmad Abou Maher à la télévision égyptienne sur ce grave problème de l’enseignement de l’islam à l’école.

L’Egypte interviendrait militairement en Syrie contre les rebelles islamistes selon plusieurs sources

2092109d-51de-42e5-ae44-f87799312407

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, visite les pilotes le 18 février 2015 sur une base militaire

Après des manoeuvres militaires conjointes avec la Russie qui eurent lieu en octobre dernier sur le sol égyptien, après le soutien de la position russe quant à Alep au Conseil de sécurité de l’ONU, l’Egypte serait entré en guerre aux côtés de Damas rapportent des médias orientaux.  Le site Debka, proche des milieux de renseignement de l’armée israélienne. dit détenir les informations selon lesquelles des dizaines de pilotes égyptiens ont été expédiés dans une base aérienne de l’armée à Hama pour aider le gouvernement syrien dans sa lutte contre les terroristes.

« Les pilotes égyptiens volent à bord des hélicoptères russes déployés dans la base aérienne de Hama. La plupart de ces pilotes ont été entraînés, fin 2015, pour apprendre comment piloter ces hélicoptères. » Lire l’article

Aussi, le journal libanais As-Safir croit savoir que des avions de chasse égyptiens sont arrivés sur la base aérienne de Hama (Syrie). Probable, car le mois dernier, des conseillers militaires égyptiens avaient participé à des exercices conjoints sur la base aérienne T-4 à l’est de Homs.

Engagé dans un combat interne contre les Frères Musulmans, le président Abdel Fattah Al-Sissi cherche dorénavant à déployer sa politique étrangère contre les groupes islamistes armés soutenus par l’Arabie Séoudite et l’Occident, dans un renversement d’alliances suscitant l’ire de Riyad. 

Les pierres d’achoppement ne manquent pas entre les deux géants orientaux : le rejet début novembre par Le Caire de la rétrocession à l’Arabie séoudite de Tiran et Snafir, deux îles situées sur la Mer Rouge sous contrôle égyptien, le refus de l’Egypte de participer à la coalition au Yémen, son refus d’appuyer les résolutions saoudiennes à l’ONU. On peut aussi ajouter le silence approbateur du Caire quant à la loi américaine Jasta autorisant des poursuites pour terrorisme contre l’Arabie…

 Riyad vient de suspendre, jusqu’à nouvel ordre, un accord prévoyant l’approvisionnement de l’Égypte en produits pétroliers raffinés via le géant saoudien Aramco pendant 5 ans pour un montant de 23 milliards de dollars.

Tout cela mis en perspective, on comprend que le théâtre syrien est le révélateur de la nouvelle multipolarité géopolitique : l’axe Moscou-Le Caire-Damas-Téhéran versus l’axe Washington-Bruxelles-Riyad. Si l’administration Trump cesse prochainement de soutenir les rebelles salafistes dominant le Haut comité des négociations (HCN) , et si l’Armée syrienne termine la reconquête de la « Syrie utile », il est à prévoir un net décrochage de l’Arabie Séoudite dans son influence régionale. 

Les coptes (encore) visés par des attaques en Haute-Egypte car ils souhaitent construire des églises

Egyptian Coptic Christians take part in a protest in front of the Information center building in Cairo, Egypt, 09 March 2011. The Coptic Christians were protesting over the burning of a church in Cairo suburbs on 04 March. Photo by Ahmed Asad/Credit:AHMED ASAD/APA IMAGES/SIPA/1103091853

Radio Vatican du 31 juillet 2016:

Entretien – Les attaques se multiplient contre la communauté copte en Egypte. Ces dernières semaines, des maisons de familles chrétiennes ont été prises pour cible, notamment dans plusieurs villages de la province de Minya, en Haute-Egypte.

Le patriarche copte-orthodoxe Tawadros II, le grand imam d’Al-Azhar, le Sheikh Al-Tayyeb et le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi ont chacun à leur tour appelé au calme et à la raison, et averti du danger que représentaient les violences sectaires pour l’unité de la nation.

Les tensions confessionnelles ne sont pas chose nouvelle en Egypte ; mais leur aggravation serait cette fois due à un projet de loi sur la construction d’églises qui doit être présenté au Parlement. Cette nouvelle législation viendrait ainsi abroger celle actuellement en vigueur, datant de l’ère ottomane et très restrictive à l’égard des édifices chrétiens. Mgr William Kyrillos, évêque copte-catholique d’Assiout, revient avec Manuella Affejee sur la situation: écouter sur Radio Vatican

Le Pope des coptes se plaint de l’impossibilité de construire des églises en Egypte

Pope-Tawadros-II-Picture

Le Pope Tawardos II

Observatoire de l’islamisation, 20 juillet 2016 :

Les chrétiens d’Egypte se plaignent du manque de volonté du gouvernement égyptien pour faire adopter la nouvelle loi libéralisant les constructions d’églises. Jusqu’à maintenant, au contraire des mosquées, chaque projet d’église doit être validé par le gouverneur régional et l’approbation de l’état, héritage de la période ottomane. Les conditions sont si drastiques en terme d’urbanisme et de limites géographiques, qu’il est difficilement possible de construire des églises, à l’inverse des mosquées qui pullulent de manière débridée.

Le Pope Tawadros II, vient de publier un communiqué où il affirme « nous ne sommes pas traités comme des citoyens égaux » , ajoutant qu’un plan de 1972 pour améliorer la situation des chrétiens n’a jamais été mis en place.

« Chaque fonctionnaire a fait caler le projet, sans raisons, et en plus des discriminations et de l’extrémisme dont souffrent les coptes, dans la douleur de leur terre natale, la situation est dans la main de nos ennemis qui veulent exacerber cette peine »

Les choses sont devenues si compliquées ajoute Tawardos II que « les prières des chrétiens sont devenues une transgression voire un crime, comme si les chrétiens devaient avoir un permis spécial pour rencontrer Dieu »

Le chef des Coptes d’Egypte espère que la loi passera dans une prochaine session parlementaire.

Déjà, en 2009, nous étions le seul média à couvrir la manifestation de l’Association des Coptes de France afin d’alerter les responsables politiques sur le sort tragique de cette minorité chrétienne d’Egypte, dont la présence en Egypte précède de 5 siècles l’invasion arabe-islamique (regarder en HD):

Egypte: les islamistes s’attaquent aux chrétiens et s’en prennent à leurs maisons et magasins

primopiano_1782Minya (Agence Fides 27 mai 2016) – Sept maisons et magasins appartenant à des chrétiens coptes ont été incendiés et saccagés, une chrétienne âgée insultée et rouée de coups et enfin dénudée en public par une bande d’assaillants furieux. Tel est le bilan provisoire de la nouvelle phase de violences sectaires à l’encontre des coptes ayant explosé à Al-Karm, en province de Minya, en Haute Egypte. Cette fois, la férocité des bandes extrémistes a été suscitée par des rumeurs locales concernant l’existence d’une relation sentimentale entre un égyptien copte – fils de la femme de 70 ans agressée – et une musulmane.
La nouvelle explosion de violence sectaire, arrivant quelques jours après la rencontre à Rome entre le Pape François et le grand imam d’al-Azhar, Ahmed al Tayyib, a attiré de nouveau l’attention du débat public en Egypte, surtout à cause des violences et des humiliations perpétrées à l’encontre de la femme âgée. Le Patriarche copte orthodoxe, Tawadros II, actuellement en Autriche, a diffusé un communiqué dans lequel il estime possible que les faits d’al-Karm pourraient être utilisés pour déclencher une nouvelle spirale d’affrontements confessionnels et appelle tout un chacun à préserver ensemble la coexistence pacifique entre les différentes composantes de la population égyptienne. Le Président Abdel Fattah al Sisi – indique un communiqué du 26 mai provenant de la Présidence – a lui aussi fait appel aux ministères compétents afin que les responsables des violences d’al-Karm soient rapidement identifiés et punis. Selon ce qu’indique la presse locale, au moins cinq personnes auraient déjà été arrêtées pour avoir participé aux attaques contre la femme âgée et les habitations des coptes. (GV) (Agence Fides 27/05/2016)

L’Egypte revoit enfin sa loi restrictive empêchant les constructions d’églises, datant de l’Empire ottoman !

Le 2 avril 1968, apparition de la Sainte Vierge au dessus d'une église du Caire.

Le 2 avril 1968, apparition de la Sainte Vierge au dessus d’une église du Caire. (+ d’infos)

Le Caire (Agence Fides) – Le projet de loi portant sur la construction des lieux de culte a été présenté ce jour, 16 mai, aux bureaux compétents du Parlement égyptien, qui devra discuter et s’exprimer sur le nouveau texte au cours des prochaines semaines. Le texte – indiquent des sources locales consultées par l’Agence Fides – comprend 13 articles intégrant une définition du mot « église » et la description des mécanismes au travers desquels résoudre d’éventuels problèmes avec les autorités administratives locales. La nouvelle loi reconnaît également le droit aux Evêques de saisir le Conseil d’Etat en cas de retards déterminés par des prétextes dans le cadre des procédures relatives à la construction de nouvelles églises.
La nouvelle législation devrait porter à la totale remise en cause de ce qu’il est convenu d’appeler le Décret Hamayoni, norme remontant à l’empire ottoman qui règlemente encore la construction des églises en Egypte et se trouve à l’origine de nombreuses controverses au niveau local. Selon ces règles, la construction des églises chrétiennes est soumise à des restrictions qui ne pèsent pas sur la construction de mosquées, telles que l’interdiction de construire des lieux de culte chrétiens à proximité des écoles, des canaux, des édifices gouvernementaux, des voies ferrées et des zones résidentielles. Dans de nombreux cas, l’application rigide de ces normes a rendu impossible la construction d’églises dans des villes et villages habités par des chrétiens, en particulier dans les zones rurales de Haute Egypte. En outre, jusqu’ici, la construction de toute nouvelle église devait être autorisée directement par le Président égyptien. La nouvelle norme prévoit quant à elle que celle-ci sera examinée et autorisée par les autorités locales. (GV) (Agence Fides 16/05/2016)

Egypte : l’écrivain Fatma Naout condamnée à trois ans fermes pour « mépris de l’islam » »

1604031559160109Source: Cath.ch

« Cible depuis longtemps des islamistes salafistes et des Frères Musulmans, la jeune écrivain égyptienne Fatma Naout n’a pas été épargnée par la Cour correctionnelle du Caire. Cette dernière a confirmé la condamnation de l’intellectuelle libérale, infligée lors d’un premier jugement, à trois ans de prison ferme pour “mépris de l’islam”.

Fatma Naout avait dénoncé sur sa page Facebook la cruauté représentée par l’égorgement en public d’animaux lors de la fête du sacrifice, l’Aïd al-Adha, qualifiant cette façon de faire de “vraie boucherie”. Elle peut encore faire un dernier appel de cette sentence, mais si cette demande est rejetée, elle pourra alors être arrêtée dès son arrivée à l’aéroport du Caire. L’écrivaine se trouve actuellement au Canada où elle participe à une conférence contre le racisme.

Dans l’Egypte du président Abdel Fattah al-Sissi, les condamnations pour “mépris de l’islam”, en vertu de l’article 98 du code pénal égyptien qui incrimine les atteintes à la religion, se multiplient depuis quelques temps. […]Lire la suite

Un Professeur d’Al-Azhar (partenaire CFCM) rappelle que le viol des captives de guerre est halal

Al-Azhar-Professor-Suad-Saleh_-In-a-Legitimate-War-Muslims-Can-Capture-SlavegirVoir les extraits vidéo sur MEMRI TV

Dans une émission sur les fatwas datant du 12 septembre 2014,  Mme Suad Saleh, Professeur en théologie à Al-Azhar, affirme que les musulmans qui capturent des femmes dans une guerre légitime contre leurs ennemis peuvent les posséder et en faire des esclaves sexuelles « En vue de leur humiliation », déclare Pr Saleh, « elles deviennent la propriété du commandant militaire, ou d’un musulman, et il peut avoir des relations sexuelles avec elles, tout comme il a des relations sexuelles avec ses épouses ». La vidéo circule actuellement sur les médias sociaux. Extraits : Voir sur MemriTV

Problème : l’Université islamique d’Al Azhar, la plus prestigieuse du monde sunnite, a établi un partenariat avec le ministère de l’Intérieur français et la Grande mosquée de Paris en 2005, pour former des imâms ! Le ministre des Affaires étrangères de l’époque Philippe Douste-Blazy visita en compagnie de Dalil Boubakeur l’Université Al Azhar en octobre 2005 pour nouer cette collaboration : des imâms français viennent de former en Egypte, et des imâms d’al-aznar viennent en France pour enseigner dans les écoles coraniques de l’hexagone. Le Monde consacra un article à l’accord.

Page 2 sur 13«12345»10...Dernière »