Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Égypte

Egypte: des filles Coptes enlevées chaque jour par les islamistes depuis 2011

Égypte : des filles Coptes enlevées chaque jour par les islamistes depuis 2011

Lu dans Le Figaro Magazine du 6 juillet :

Le calvaire a commencé un matin à 7 heures à al-Minya, en Haute-Egypte. Irini vient de quitter la maison familiale et se rend au collège en compagnie d’une amie. Sur le chemin, elle s’arrête pour s’acheter à manger. Quand elle ressort dans la rue, un minibus s’approche. Un homme la saisit et l’embarque de force. Ensuite, c’est trou noir. « Je me suis réveillée dans une chambre raconte-t-elle. J’ignorais où je me trouvais ». Autour d’elle, des femmes voilées et des barbus- « des cheikhs », dit-elle pour décrire des hommes d’un certain âge à l’allure de religieux.

Une des femmes lui lance :

« Ton âme va devenir musulmane et tu le deviendras aussi »

« Je ne veux pas. Vous ne pourrez pas me forcer »

A peine Irini a-t-elle ripostée qu’un cheikh la gifle avant de quitter sa chambre en claquant la porte.

Quelques jours plus tard, pour la préparer à son avenir de convertie, les femmes de la maison tentent d’effacer la croix tatouée que les Coptes portent au poignet. A l’aide d’un porte-plume et d’un couteau, elles arrachent la peau teintée d’encre (…)

En Egypte, des centaines de filles coptes ont connu le sort d’Irini. La pratique ne date pas d’hier. « Les enlèvements de femmes coptes ont commencé sous Anouar el-Sadate, souligne Nadia Henry, une sénatrice chrétienne. Cela a continué sous Moubarak. On se demandait parfois s’ils n’étaient pas directement organisés par la police secrète pour intimider les chrétiens. Mais après la révolution de 2011, leur nombre a explosé« .

Dans un rapport publié en 2012 par l’ONG Christian Solidarity International, l’universitaire américaine Michèle Clark et la spécialiste égyptienne des droits de l’homme Nadia Ghaly ont recensé pas moins de 500 cas depuis la chute de Moubarak.

Ni la police ni la justice ne s’occupent de ces cas. Au mieux, les policiers et procureurs écoutent les témoignages des parents éplorés et enregistrent la la plainte sans lancer d’enquête; au pire, ils les éconduisent sans ménagement, quand ils ne les accusent pas de vouloir semer la discorde entre les différentes communautés religieuses du pays. « Les Coptes ne sont pas des citoyens de second ordre, mais de cinquième ordre » ironise, plein d’amertume, Stefanos Milad, un avocat chrétien qui centralise les cas des filles disparues au Caire.

Lire la suite dans le Figaro Magazine

représailles contre les chrétiens après la déposition de Morsi

Égypte : représailles contre les chrétiens après la déposition de Morsi

Source : Agence Fides / Christianophobie.fr

« Parmi les épisodes de violence qui se succèdent en Égypte après la déposition du Président Morsi figure également l’assaut contre la paroisse copte catholique Saint-Georges du village de Delgia, à 60 km de Minya. Dans la soirée du mercredi 3 juillet, des groupes de fanatiques islamistes ont d’abord saccagé puis incendié le presbytère et les locaux des groupes paroissiaux. « Grâce à Dieu, il n’y a ni victimes ni blessés – raconte à l’Agence Fides l’évêque copte catholique de Minya, S.E. Mgr Botros Fahim Awad Hanna – mais l’alarme demeure.

Les intégristes ont fermé la route d’accès au village. Hurlant des slogans contre les chrétiens, ils disent vouloir tout détruire et actuellement, ils tentent à nouveau de prendre l’église d’assaut. La police locale est impuissante. J’ai appelé le Caire pour demander l’intervention de l’armée ». L’assaut contre la paroisse Saint-Georges est l’épisode de violence le plus grave à l’encontre des chrétiens enregistré au cours de ces heures dramatiques pour le pays. Mais des menaces et des intimidations visant les communautés chrétiennes ont également été enregistrées dans d’autres localités égyptiennes »

Retrouvez toutes les persécutions anti-chrétiennes en Égypte dans notre catégorie Egypte

Le président égyptien nomme un responsable de l'assassinat de 62 touristes en 1997 gouverneur de Louxor !

Le président égyptien nomme un responsable de l’assassinat de 58 touristes en 1997 gouverneur de Louxor !

Le président égyptien Mohamed Morsi issu des Frères Musulmans multiplie les signes de radicalisme. Après avoir demandé la libération aux Etats-Unis du cerveau des attentats du World Trade Center de 1993, le cheikh borgne Omar Abdel Rahman, qu’il considère comme un héros, il nomme un des chefs du Gamma al-Islamiya, célèbre mouvement islamo-terroriste, comme gouverneur de Louxor.

Lu dans Le Figaro aujourd’hui (19 juin)

« Sinistre nouvelle pour le tourisme égyptien: le nouveau gouverneur de Louxor est un ex-dirigeant des Gamaa al-Islamiya, le groupe islamiste armé impliqué dans le massacre, en 1997, de 62 personnes – dont 58 touristes étrangers – dans le temple de la reine Hatshepsout. «C’est un choix très mal placé. Ça va faire fuir les derniers touristes étrangers. Ils sont déjà nombreux à avoir boudé l’Égypte depuis la chute de Moubarak», s’emporte Ibrahim Osman, contacté par téléphone. Lundi, ce guide touristique était parmi la petite centaine de personnes à manifester devant le bâtiment du gouvernorat pour tenter d’empêcher son nouveau locataire d’y accéder. »

Lire la suite

Plus que jamais, les liens entre l’UOIF en France (400 mosquées affiliées dont certaines financées par PS et UMP) avec les Frères Musulmans égyptiens, inquiètent. Le président de l’UOIF Ahmed Jaballah rencontra le 3 janvier dernier le président Mohamed Morsi selon l’agence QNA. Les liens entre l’islam officiel de France et les Frères n’est pas dénoncé par les éditorialistes de la presse islamophile, car, surtout, pas d’amalgame entre islam et terrorisme, quand bien même l’amalgame est réalisé par les plus hauts représentants des musulmans démocratiquement élus…

Observatoire de l'islamisation

La démocratie islamique égyptienne condamne une chrétienne pour blasphème

Dimyana Obeid Abd Al-Nour, une institutrice chrétienne de 24 ans qui occupait son premier poste d’enseignante dans l’école élémentaire Sheikh Sultan du village d’Al-Edisat (gouvernorat de Louxor) a été condamnée hier à une exorbitante amende de 11 000 € – son salaire mensuel équivalait à 225 €… – par un tribunal de Haute-Égypte sur une allégation de « diffamation » de l’islam.

L’affaire remonte à avril dernier. Lors d’un cours donné le 10 avril, l’institutrice aurait traité du monothéisme du pharaon Amenhotep IV (le fameux Akhénaton) puis, selon trois écoliers – dont les déclarations sont par ailleurs contradictoires – elle aurait évoqué son admiration pour le feu pape orthodoxe Shenouda III et eu un geste déplacé de la main en parlant de Mahomet. Les dix autres écoliers de cette classe ont déclaré que ces allégations étaient fausses. Mais le juge n’a pas souhaiter prendre en considération contradictions et contradicteurs et même refusé que soient cités à la barre des témoins de la défense… Le tribunal était comble de musulmans vociférant et faisant pression sur le juge. Curieusement et contre toute attente, le juge n’a pas requis de peine de prison mais condamné la prévenue à une lourde amende que ni ses parents pauvres ni elle-même – qui a été révoquée – ne sauraient payer. Son avocat a décidé de faire appel de cette condamnation inique.

Source : Morning Star News

Observatoire de l'islamisation

Égypte : crainte d’une islamisation dans les milieux artistiques

Lu sur Afrique Expansion du 31 mai :

Par Riad ABOU AWAD

LE CAIRE, Égypte – Grèves, manifestations, spectacles annulés: des artistes et intellectuels égyptiens dénoncent ce qu’ils considèrent comme une volonté d’emprise des islamistes proches du président Mohamed Morsi sur les institutions culturelles du pays.

Lire la suite

Observatoire de l'islamisation

Deux églises de plus attaquées en Égypte, un mort

Information introuvable dans la presse française, comme à chaque attaque.

Deux églises ont été attaquées ces derniers jours en Égypte, causant la mort d’un Copte et de très nombreux blessés chez les chrétiens.

Avant-hier vendredi, c’est l’église Sainte-Marie dans le quartier que Dakhla de la ville d’Alexandrie qui a été attaquée à coups de cocktails Molotov, de briques et de fusils à plomb par une foule estimée à 20 000 musulmans. À l’origine de cette violence, un chrétien qui se serait penché depuis son balcon pour regarder une jeune musulmane habitant l’appartement du dessous… L’auteur de cette dénonciation, qui a tout d’une allégation mensongère, est un musulman repris de justice… La porte de l’église a brûlé, la plupart des vitraux ont été brisés et un chrétien est mort des suites de cette agression.

Quelques jours auparavant, le 13 mai, c’est l’église Prince Tadros el-Mashreki du village de Menbal (district de Matay au nord de la province d’El Minia) qui a été prise d’assaut par une foule de manifestants musulmans. Après avoir été lapidé, les assaillants ont pénétré dans l’église où ils ont tout détruit et agressé un chrétien qui s’y trouvait. À l’origine de cette agression, une altercation survenue quelques heures plus tôt entre quelques jeunes chrétiens et de nombreux jeunes musulmans ces derniers ayant bombardé de poches remplies d’urine des jeunes filles chrétiennes qui sortaient de l’église…

Source : assyrian international news agency

La police égyptienne interpelle aujourd’hui des chrétiens blessés lors de l’assaut contre la cathédrale Saint-Marc

La police égyptienne interpelle aujourd’hui des chrétiens blessés lors de l’assaut contre la cathédrale Saint-Marc

« C’est le comble ! Asia News vient de nous informer par une dépêche que selon des informations de Middle East Christian Concern News (Mcn-Direct), la police égyptienne a interpellé ce jour un nombre non précisé de victimes de l’assaut (voir ici et )d’islamistes contre la cathédrale copte orthodoxe de Saint-Marc le 6 avril dernier, qui avait fait deux morts parmi les chrétiens et un grand nombre de blessés. Des officiels du gouvernement des Frères Musulmans justifient ces arrestations par le fait que les Coptes seraient à l’origine des graves incidents de samedi dernier ! Les incendiaires criant au feu, vraiment c’est se moquer du monde. On signale que des milliers de Coptes sont descendus dans la rue aujourd’hui pour protester contre cette nouvelle provocation antichrétienne du régime de Mohamed Morsi et de ses petits camarades. »

Via Observatoire de la christianophobie

Observatoire de l'islamisation

150 Chrétiens enlevés dans la seule région de Minya en Égypte (source Intérieur)

Une dépêche Associated Press introuvable dans les rédactions françaises, comme d’habitude (voir notre dossier Égypte compilant toutes les persécutions ignorées depuis 2011 )
Depuis 2011 les persécutions vont crescendo. 90 000 Coptes auraient déjà fui le pays.

Associated Press 7 avril 2013 (extrait)

« MATAI, Égypte – La résistance d’Ezzat Kromer à ses ravisseurs n’a pas duré longtemps. L’un des hommes armés et masqués tira une balle entre ses pieds alors qu’il était assis derrière le volant de sa voiture, et ajouta calmement, « La prochaine ira dans ton cœur.« 

Le gynécologue chrétien dit qu’il a été embarqué de force dans un véhicule de ses ravisseurs, forcé de se plier sous leurs pieds sous la banquette arrière durant un trajet de 45 minutes, puis jeté dans une petite chambre froide alors que ses ravisseurs ont contacté sa famille pour une rançon.
Durant 27 heures, il a enduré les coups, les insultes et les menaces à sa vie, les yeux bandés, un bandage d’étanchéité sur sa bouche et des boules Quiès dans ses oreilles.

Le cas de Kromer fait partie d’une augmentation spectaculaire des enlèvements ciblant les chrétiens, y compris les enfants, dans la province sud de l’Égypte de Minya, la plus grande concentration de chrétiens du pays, mais aussi une région où sont implantés les islamistes radicaux. Lire la suite

Les enlèvements sont le plus souvent attribués à des bandes criminelles qui opèrent plus librement depuis l’effondrement sécuritaire de l’Égypte après la chute de l’autocrate Hosni Moubarak à l’automne 2011.

La criminalité a augmenté en général à travers l’Égypte, frappant les musulmans. Mais la vague d’enlèvements en Minya a spécifiquement ciblé les chrétiens, des responsables Coptes et des militants des droits blâment l’atmosphère créée par la montée en puissance des islamistes purs et durs.
Ils soutiennent que les criminels sont influencés par la rhétorique de religieux radicaux, qui présentent la minorité chrétienne d’Égypte comme des citoyens de seconde classe, les autorités n’ont aucun zèle à enquêter sur ces crimes, baignées par la même dépréciation.

Au cours des deux dernières années, il ya eu plus de 150 enlèvements signalés dans la province – tous des chrétiens , selon un haut responsable au ministère de l’Intérieur, qui est en charge de la police.
De ce nombre, 37 l’ont été dans les derniers mois seulement,affirme le fonctionnaire parlant à l’Associated Press sous condition d’anonymat parce qu’il n’était pas autorisé à communiquer ces renseignements.
Kromer, père de trois enfants, a été enlevé le 29 janvier alors qu’il se rendait à la maison dans le village de Nazlet el-Amoden. Dès le lendemain, sa famille a payé £ 270.000 égyptiennes – soit près de $ 40,000 – à un intermédiaire et il a été libéré.

« Je ne peux pas commencer à vous conter combien cette expérience fut horrible, » affirme Kromer à l’Associated Press dans sa ville natale de Matai, 110 miles (180 kilomètres) au sud du Caire. Sa joue gauche où il a été frappée à plusieurs reprises est toujours douloureuse, comme c’est son index, dont un kidnappeur plié plusieurs fois en arrière, menaçant de le casser.

Il dit qu’il a été laissé avec le sentiment que, en tant que chrétien, le pays n’est plus pour lui. Il a abandonné sa pratique rentable en Nazlet el-Amoden et se prépare à déménager en Australie. «Ma femme ne voulait même pas discuter de la sortie d’Egypte. Maintenant, elle veut partir », a-t-il dit.

« Il y a des conséquences aux lois islamiques, » a-t-il dit tristement. « Les choses vont mal aujourd’hui. Ce qui vient sera certainement pire.« 

Répondant aux allégations selon lesquelles les autorités n’ont pas enquêtées sur les crimes contre les chrétiens, le chef de la sécurité de Minya, Ahmed Suleiman, a déclaré : « c’est parce que les familles des victimes négocient avec les ravisseurs sans porter plainte« .

Les Chrétiens disent qu’ils ne prennent pas la peine de porter plainte, car ils n’ont pas confiance en la police.
Essam Khairy, un porte-parole de la ligne dure groupe islamiste Groupe islamique à Minya, a déclaré: « il n’y a pas un seul cas d’enlèvement chrétien qui a un motif sectaire ou lié à des groupes islamistes. »
Il a accusé le « chaos sécuritaire » en Égypte et a déclaré que le moyen d’arrêter les enlèvements est de créer des comités populaires – des groupes d’autodéfense tel que le Gamaa Islamiya qui fait la promotion d’ une vague de grèves dans la police depuis le mois dernier.

Les chrétiens d’Égypte, adeptes d’une des églises les plus anciennes du monde, représentent environ 10 pour cent du nombre estimé dans le pays 90 millions de personnes. Ils se sont longtemps plaints de discrimination qui les empêche de certains postes de haut niveau et d’une protection adéquate.
Mais leurs craintes se sont considérablement intensifiées avec la montée politique des islamistes. Les victoires électorales des partis politiques islamistes qui dominentdu parlement, le président Mohammed Morsiest un vétéran des Frères musulmans.

(…) Les clercs musulmans ultraconservateurs sont devenus plus virulents dans leur rhétorique anti-chrétienne et dans les sermons et leurs programmes télévisés. Dans les zones rurales comme Minya, la ligne dure règne souvent après des décennies de persécution, profitant du chaos et de l’anarchie des deux années qui ont suivi l’éviction de Moubarak, et s’imposent comme la seule puissance réelle sur le terrain.
Récemment, Yasser Hamza, un cadre du parti des Frères musulmans, a affirmé dans une interview télévisée que si le slogan de la campagne « L’islam est la solution » est permis, le slogan «Le christianisme est la solution» ne le serait pas, se justifiant ainsi : « Il s’agit d’un pays musulman à une écrasante majorité musulmane … La minorité n’a pas de droits absolus, elle a des droits relatifs ».

une-chretienne-violee-par-une-meute-de-musulmans-en-egypte

Une chrétienne violée par une meute de musulmans en Égypte

Les musulmans crient « Nasara! Nasara! Nasara! » [Chrétiens! Chrétiens! Chrétiens!] à la face de la pauvre Copte terrifiée. Et ensuite « Allahu akbar » [Allah est grand!] et « Il n’y a pas d’autres Dieu qu’Allah. »

Le très respecté traditioniste sunnite Abu Dawud dans son recueil de Hadith formant une pièce maitresse de la Sunna, a autorisé le viol des femmes non musulmanes dans son point n°2150. Les spécialistes le savent.

La cathédrale du Caire a brûlé dimanche, les Coptes persécutés par la police et les islamistes

Selon Yako Elish président de l’Association d’entraide aux minorités d’Orient, « la cathédrale Saint Marc, siège du pape des Coptes au Caire assiégée maintenant par des salafistes dans le plus grand silence des médias«  (21 heures ce dimanche soir sur son compte twitter)

Les Coptes enterraient hier 7 des leurs, assassinés par des islamistes, dans cette même cathédrale St Marc :

En sortant, les fidèles entonnent des slogans hostiles au gouvernement islamiste qui ne les protègent jamais (une église brûlée cette semaine déjà) les militants islamistes les attaquent aussitôt (jets de pierres et coups de feu), la police enclenche la répression avec des gazs et des coups, nombreux blessés, un mort de plus:

Des tireurs visent les Coptes impunément !

Selon Blog Copte :

« Il ne se passe pratiquement pas une semaine sans qu’une église soit attaquée ou des chrétiens agressés à cause de leur religion. Un climat d’intolérance populaire renforcé par les médias proches du pouvoir islamiste.
Les chaînes de télévision islamiques diffusent en permanence des attaques virulentes contre les chrétiens souvent qualifiés de « croisés » ou de « mécréants ». Un climat qui pousse de plus en plus de chrétiens à chercher à fuir l’Egypte, les plus riches en premier. »

L’AFP communique cette photo de Coptes touchés par les cocktails molotovs des islamistes :
egypte-a-sang