Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Espagne

Barcelone: « Le Jihâd implique la guerre » nous disait mon frère (Driss Oukabir).

Extrait du livre de jurisprudence islamique « La réalisation du but » du juriste Ibn Hajar enseigné dans les grandes mosquées françaises.

D’après un article d’El Mundo du 2 septembre

Le témoignage de Driss Oukabir, frère de Moussa mort dans l’attaque de Cambrils, face au juge, montre que la radicalisation de son petit frère était connue de son entourage. Le juge d’instruction Fernando Andreu relève que cette mise en pratique de l’islam se concrétisait dans l’habillement de Moussa. Driss a reconnu que ce dernier ne participait pas à la prière du matin car il la croyait surveillée par la police, et se voyait reprocher par lui de ne pas fréquenter des musulmans exclusivement. Il communiquait avec lui son projet de mener la guerre islamique car « les musulmans doivent faire le jihâd qui implique la guerre« .

Driss, qui a loué la fourgonnette pour son frère et ses amis djihadistes, est maintenu en détention, étant donné son degré de proximité avec le groupe, et de sa complicité présumée: Driss raconte que Moussa lui avait parlé d’un déménagement, mais sans connaitre le lieu en question, et trouvant bizarre qu’ils partent à 100 kilomètres de Ripoll. Aussi, Driss devra faire face avec les contradictions de son premier témoignage, lorsqu’il faisait croire que son petit frère avait subtilisé ses papiers à son insu pour la location de la camionnette. 

Driss Oukabir est maintenu en détention provisoire avec trois autres individus de la même cellule:

Le laxisme coupable des gouvernements catalans et espagnols

L’imâm Abdelbaki Es Satty, mort dans l’explosion d’Alcanar était de nationalité marocaine et ne cachait pas son affiliation au salafisme le plus strict. Il est entré dans ses fonctions d’imâm à Ripoll dès sa sortie de prison où il séjourna entre 2010 et 2015 pour trafic de hashisch. Avant son séjour en prison, il fréquentait au début des années 2000 une cellule islamiste en Catalogne qui recrutait des candidats au djihad pour les théâtres afghans et irakiens. Ses liens avec l’imâm Mrabet de la mosquée Al Furkan arrêté en 2005 lors de « l’opération Chacal », coup de filet anti djihadistes, étaient connus.

Ce qui frappe, est qu’un tel personnage ne soit pas renvoyé au Maroc après avoir purgé sa peine. L’Espagne conserve ses délinquants étrangers, qui plus est islamistes, après leur sortie de prison. Comme en France, il est vrai, la « double peine » ayant été largement amendée au bénéfice des délinquants lors du passage de Nicolas Sarkozy à l’Intérieur.

Le laxisme en Espagne confine au suicide civilisationnel : en avril 2016, le cheikh saoudien Saleh El-Maghamsi vint trois jours visiter des mosquées catalanes, et put s’exprimer devant des auditoires importants, jusqu’à 600 personnes à Cornell (info El Pais). El-Maghamsi, malgré s’être illustré sur Qatar TV en 2011 en expliquant que « aux yeux d’Allah, Ossama Ben Laden est mort avec les honneurs et la sainteté réservés aux musulmans », a pu obtenir un visa de séjour pour prêcher ! La police qui le suivit pour écouter ses prêches considéra qu’il ne prononça aucun propos tombant sous le coup de la loi. Un peu comme si Himmler était accueilli en France en 1938 pour faire la promotion du nazisme, mais sans déraper pour prêcher sans encombre.

Le nombre de mosquées salafistes rien qu’en Catalogne est passé de 36 en 2006, à 79 dix ans plus tard. 5% du million de musulman de la région serait salafiste selon une estimation des Mossos d’Esquadra, la police catalane. Les autorités espagnoles considèrent cette tendance comme tolérable, mais l’erreur d’appréciation tourne à la négligence coupable lorsque des cheikhs pro Ben Laden sont autorisés à séjourner, de même que des imâms salafistes condamnés pour trafics de drogue.

Le sang des écrasés de La Rambla est largement du aux autorités espagnoles et catalanes qui ont permis à Es Satty d’embobiner une dizaine de jeunes à lui tout seul. L’ extrême laxisme, on l’a vu en France, est le facteur de risque le plus élevé conduisant au terrorisme. Les extrémistes les plus dangereux, hors islamistes, ne sont pas à chercher du côté des nationaux-conservateurs, mais du côté des bien-pensants d’un Système politico-médiatique à bout de souffle.

Sur le même sujet lire :  Attaques de l’EI: Gilles Képel s’interroge sur les « mauvaises appréciations tragiques » des magistrats

Observatoire de l’islamisation, 22 août 2017.

Une mosquée sur trois est salafiste en Catalogne (info police)

Les attaques d’hier n’ont pas surpris nos lecteurs. Un long article d’El Pais en juin 2016 décrivait la progression fulgurante du salafisme en Catalogne, courant auxquels adhèrent 5% des 490 000 musulmans de la communauté autonome. Un rapport de la police (Mossos d’Esquadra) était révélé par le quotidien espagnol pointant 79 mosquées salafistes sur 256 mosquées, contre 36 en 2006. Entre 2012 et 2015, 25 congrès salafistes se tinrent où se réunissent des centaines de fidèles pour écouter les prédicateurs vedettes de la mouvance.

En avril 2016, le cheikh saoudien Saleh El-Maghamsi vint trois jours visiter les mosquées, et pu s’exprimer devant des auditoires importants, jusqu’à 600 personnes à Cornellà. El-Maghamsi, malgré s’être illustré sur Qatar TV en 2011 en expliquant que « aux yeux d’Allah, Ossama Ben Laden est mort avec les honneurs et la sainteté réservés aux musulmans », a pu obtenir un visa de séjour pour prêcher. La police qui le suivit pour écouter ses prêches considéra qu’il ne prononça aucun propos tombant sous le coup de la loi. Un peu comme si Himmler était accueilli en France en 1938 pour faire la promotion du nazisme, mais sans déraper pour prêcher sans encombre.

La responsabilité des attentats repose donc aussi sur les épaules des autorités laxistes, aveuglées par leur idéologie multiculturelle et relativiste, considérant l’islam comme « une religion comme une autre ». Les catalans se réveilleront-ils ? Il est déjà bien tard.

Pour connaître la situation française lire l’enquête de 320 pages Mosquées radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (éditions DMM, 2016).

Espagne : un Marocain attaque au couteau un policier à Melilla en criant « Allah Akbar »

Lu dans Le Midi Libre:

Un homme a franchi ce mardi 25 juillet au matin la frontière de l’enclave espagnole au Maroc de Melilla en courant et en criant « Allah Akbar » et a légèrement blessé un policier avec un couteau.

« La police a arrêté un homme qui a attaqué avec un couteau les agents du passage frontalier de Beni-Ensar », a pour sa part déclaré le ministre de l’Intérieur Juan Ignacio Zoido sur son compte Twitter.

« L’homme est entré en courant et en criant « Allah Akbar » (Allah est le plus grand), a déclaré le porte-parole de la police à l’AFP en précisant que l’attaque s’était produite vers 7h35 locales du matin.

« Il a légèrement blessé un policier avec un couteau », a-t-il ajouté aussi en précisant qu’il s’agit d »une coupure à un doigt d’une main », a précisé cette source.Lire la suite

Espagne : un islamiste Marocain expulsé après avoir attaqué plusieurs églises médiévales

Capture d’écran 2016-10-11 à 21.34.38Un jeune Marocain a été expulsé d’Espagne vendredi 7 octobre après avoir commis des attaques à caractère religieux, rapporte le quotidien régional Noticias de Navarra. Il s’agit d’un dénommé Naoufal El Khayat, 21 ans, auteur de plusieurs dégradations dans des édifices religieux le mois dernier dans les villes de Ribaforada, où il réside, et Fontellas (nord est). Lire la suite sur Yabiladi

On peut voir ses méfaits ici dans l’église de Fontellas. et là dans l’église de Ribeforadas ville où se situe une mosquée et où les colons musulmans sont passés de 23 en 1996 à 313 en 2012 !

Deux recruteurs de l’Etat Islamique arrêtés dans le nord de l’Espagne

Le Figaro/AFP du 11 octobre (extrait) :

  • L’homme arrêté à Gijon, un Espagnol d’origine marocaine qui avait juré loyauté au chef de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi, avait créé « un réseau de diffusion virtuelle important et organisé » et sécurisé, et communiquait avec « des membres et dirigeants de Daesh ».
  • L’homme arrêté à Saint-Sébastien, marocain, en plus de ses activités en ligne, recrutait dans « le milieu radical jihadiste » de sa province, notamment auprès de « personnes risquant l’exclusion sociale », précise le ministère de l’Intérieur.Lire la dépêche intégrale

Espagne : une nouvelle cellule « européenne » de l’État islamique démantelée

Plusieurs membres de l’Etat islamique arrêtés dimanche en Espagne et en Allemagne

Allemagne : Selon le site d’informations Spiegel Online, l’un des hommes arrêté dimanche près de Mayence est soupçonné d’être un commandant de haut rang de l’organisation Etat islamique. Agé de 32 ans, il aurait combattu avec l’EI à Daïr az Zour dans l’est de la Syrie avant de partir pour la Turquie et d’arriver en Allemagne l’automne dernier.

Jeudi dernier, la police allemande a effectué plusieurs opérations à Berlin et dans le nord de l’Allemagne et interpellé deux hommes accusés de liens avec des membres de l’EI et d’un projet d’attentat dans la capitale allemande.

Capture d’écran 2016-02-08 à 00.05.53

Opération de police dimanche à Alicante voir la vidéo

Espagne : La police a arrêté dimanche sept personnes, cinq Espagnols d’origine syrienne, jordanienne et marocaine, un Syrien et un Marocain, pour leurs liens avec Al-Qaïda et Daesh. Ils auraient notamment envoyé à ces organisations jihadistes du matériel militaire, de l’argent, des équipements électroniques et de transmission, des armes à feu et de quoi fabriquer des explosifs, a-t-elle précisé. Ceci, sous couvert d’aide humanitaire.

Les interpellations ont eu lieu à Valence, à Alicante et dans l’enclave espagnole de Ceuta, au Maroc. Elles ont été menées dans le cadre d’une vaste enquête menée depuis 2014 en Espagne sur la structure à l‘étranger des mouvements terroristes de nature islamiste.

Une prochaine mosquée wahhabite en plein centre de Tolède !

façade de l'ancien casino prochainement converti en mosquée.

Façade de l’ancien casino prochainement converti en mosquée.

La Cronica de Guadalajara nous apprend que le cheikh saoudien Abdulaziz Fawzan S.AlFawzan lorgne sur l’ancien casino du centre de Tolède, capitale de Castilla-la-Mancha, de style neo mudéjar. Il a trouvé un terrain d’entente financier avec le propriétaire, un promoteur immobilier. L’Espagne est dans la ligne de mire du royaume salafiste, le même cheikh va lancer une chaine islamique à vocation internationale, Cordoba Television, qui diffusera depuis le royaume des Bourbons.

Alors que la Grande mosquée de Madrid, également saoudienne, a été perquisitionnée l’année dernière pour être un point de  rencontre de la brigade Al Andalus qui a envoyé une dizaine de fidèles dans les rangs de l’Etat Islamique en Syrie, et dont le camp d’entrainement était logé dans une ferme à côté de Tolède, la perspective d’un nouveau bastion wahhabite ne rassure pas les toledanos connus pour être conservateurs.

Deux profanations anti-chrétiennes commises par des musulmans en Andalousie

Sources : El Mundo, 2 novembre, BlogMalaga, 2 novembre

Le quotidien espagnol El Mundo signale deux cas de sacrilèges commis par des musulmans : l’un dans une église de Malaga, l’autre contre un lieu de dévotion.

Le premier cas a été découvert le 1er novembre au soir par le curé de la paroisse dans la chapelle du Carmel de Torre de Benagalbón (commune de Rincón de la Victoria, Malaga). Le tabernacle a été forcé mais n’a pu être ouvert, des objets du culte et des images pieuses ont été abimés ou brisés. Les auteurs du sacrilège ont laissé peint à la peinture noire le nom Allah à l’intérieur du lieu de culte. L’origine musulmane de l’auteur n’est pas douteuse. Une plainte a été déposée auprès de la Guardia Civil de Malaga.

Un autre cas s’est produit à la fin du mois de septembre. Un jeune Marocain musulman de 27 ans, s’en est pris à coup de pierre, dans l’intention de la briser, à la vitre d’une niche contenant une effigie de Notre-Dame du Carmel (Virgen del Carmen) située à l’entrée du tunnel de El Cantal de la ville de Rincón de la Victoria. Arrêté par la police, le vandale poussait des cris de Allahou Akbar ! Et il paraît que les musulmans ont une grande dévotion pour la Vierge Marie. Visiblement pas tous…

Page 1 sur 212»