Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Espagne

La vidéo qui choque l’Espagne: un professeur d’islam défonce un élève à Melilla

La fameuse chaîne COPE a révélé le 26 mars la vidéo prise par un élève ayant dénoncé à la police son professeur d’islam d’une école marocaine à Melilla, enclave espagnole au Maroc. Ce n’est pas la première fois que de tels faits sont rapportés.  Alors que le programme scolaire marocain impose aux enfants de mémoriser le Coran, l’élève a-t-il mal récité une sourate ?

La Grande mosquée de Madrid, lieu de recrutement pour le jihad de l’Etat Islamique

Largement commenté dans la presse espagnole, le démantèlement d’une filière jihadiste au sein même de la grande mosquée de Madrid  inaugurée en grande pompe par le roi Juan Carlos d’Espagne et le roi Fadh d’Arabie Saoudite en 1992, fait couler de l’encre outre-pyrénées. Mais ce qui se passe dans la plus grande mosquée d’Europe n’intéresse pas les médias français.

Une brigade de l’Etat Islamique dénommée Al-Andalus et dirigée par un ancien prisonnier de Guantanamo vivant en Espagne, Lahcen Ikassrien, a été mise à jour par le juge anti terroriste Pablo Ruz. La très officielle mosquée de Madrid appartenant à la Ligue islamique mondiale, bras prosélyte de l’Arabie Saoudite, était un lieu de rendez-vous privilégié pour endoctriner les recrues dont certaines sont déjà mortes sur le terrain entre la Syrie et l’Irak. Un membre de la cellule est imâm dans la ville voisine de Yunquera de Henares où il donnait les cours de coran aux enfants de la communauté rapporte El Pais.

La caféteria était ouvertement le lieu où les islamistes s’entretenaient avec des adeptes de plus en plus nombreux, au sein de l’établissement qui accueille 2000 personnes le vendredi pour la prière. La cafétéria a été fermée par la police en décembre dernier suite à l’affaire.

Un adepte, Hicham Chentouf, parti combattre en Syrie à l’automne 2013, posait sur sa page Facebook Kalashnikov en main en juin 2014, depuis Homs. Un autre, Ismail Afalah, est parti rejoindre l’Etat Islamique après trois ans passées avec le chef opérationnel de la brigade, Omar el Harchi, qu’il fréquentait à la mosquée de la capitale espagnole.

D’autres camarades de combat de la mosquée, Abdelatif El Morabet y Bilal El Helka, sont morts au combat en 2012.

Une ferme proche de la ville d’Avila servait de camp d’entrainement pour la brigade Al Andalus.

Dans le domicile de Lahcen Ikassrien (photo), la police a trouvé de la documentation à la gloire d’Oussama Ben Laden. Pas étonnant chez celui qui fut justement emprisonné à Guantanamo pour avoir été membre d’Al Qaida. Un de ses bras droit dont le domicile a aussi été perquisitionné en décembre 2014, Mohamed Bouyakhlef, possédait une clé USB avec des vidéos de décapitation de l’Etat Islamique. (Source).

On comprend mieux pourquoi le précédent imâm de la mosquée, Moneir el Messery, s’est fait écarté pour avoir critiqué Abou Qutada, le référent d’Al Qaida à Londres, ce qui suscita beaucoup d’inimités envers cet égyptien, remplacé par un imâm saoudien qui ne parle pas un mot d’espagnol rapporte El Pais.

En Espagne comme en France, les mosquées sont des lieux de recrutement pour le djihad, ce qui gène les journalistes français, qui ont refusé de parler de ce démantèlement spectaculaire dans la plus grande mosquée d’Espagne…et d’Europe.

Lire aussi l’article de El Mundo.

Joachim Véliocas- Observatoire de l’islamisation, 4 janvier 2015.

Le nouveau chef de l’islam espagnol est lié au parti islamiste marocain Justice et Bienfaisance

Mounir Benjelloun, un marocain de 42 ans, a été choisi la semaine dernière comme président du Conseil Islamique d’Espagne (CIE) qui regroupe les 1,3 millions de musulmans en Espagne. Cela fait 20 ans que le gouvernement espagnol a signé des accords de reconnaissance d’une représentation des associations musulmanes du pays. Treize des Quatorze fédérations islamiques membres du conseil ont voté pour lui. Benjelloun a acquis la nationalité espagnole, non sans que le Ministère de la Justice lui pose des difficultés, en soutenant qu’il « développait des activités illégales et radicales« . Le ministère de la Justice a également allégué qu’il entretient des liens avec le parti Justice et Bienfaisance « dont l’objectif est l’installation d’un régime islamique au Maroc« . Source: El Pais du 18 novembre

Page 2 sur 2«12