Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Etats Unis

Ilhan Omar ciblée par Donald Trump est-elle une simple musulmane démocrate ?

Ilhan Omar, membre démocrate du Congrès se distinguant par son port du hijab islamique -une première dans le parlement américain- est-elle victime d’un acharnement injuste de Donald Trump qui a suggéré de la reconduire dans son pays ? Madame Omar est née à Mogadiscio en Somalie en 1981, pays où l’islam pratiqué est des plus intégriste comme l’a justement rappelé Donald Trump. Membre de l’aile gauche du Parti Démocrate, elle a déclenché la polémique en mars dernier lors d’une conférence du Council of American Islamic Relations (CAIR), association clairement liée aux Frères Musulmans, nous allons le montrer. Sa phrase sur les attentats du onze septembre 2001 lors de cette soirée, « des gens ont fait un truc », comme si la nature islamiste n’était pas avérée a provoqué un « tweet » du président américain. La présence de la congresswoman aux côtés du CAIR lors de sa soirée de levée de fonds, qui a pour co fondateur Nihad Awad, partisan du Hamas, et qui est une branche américaine des Frères Musulmans, n’est pas anodine. Un haut responsable des Frères en Egypte, Mohamed Habib interrogé sur la présence du mouvement aux Etats-Unis en 2008 par le média Pajamasavait répondu que oui, en effet, des liens existaient entre la maison mère égyptienne et le CAIR, et que le sujet était très sensible.  Ce n’est pas tout, dans le livre-enquête Muslim mafia (éditions WND, 2009), fruit d’une longue enquête d’infiltration dans le CAIR, on apprend que :

-Le Cair a eu des relations avec des membres d’Al-Qaida aux Etats-Unis.

-Le Cair est financé par des fonds provenant d’Arabie Séoudite

-Le Cair a donné 40 000 euros à la Holy Land Fundation, qui au même moment a transféré 40 000 euros au Hamas.

– Des membres du bureau du Cair ont eu des relations avec les jihadistes ayant tenté de réaliser un attentat dans la base de Fort Bragg.

Ilhan Omar semble acquise aux Frères Musulmans. Ainsi, elle a tenu une réunion à huis clos à l’automne 2017 avec le président turc Recep Tayyip Erdogan. Selon un article curieusement supprimé du périodique local en langue somalienne de son district, le Tusmo Times, elle et le président islamiste se sont rencontrés au cours de sa visite à l’Assemblée générale des États-Unis à New York.

Selon un compte rendu, ils ont discuté des points suivants : « Des questions concernant la Somalie, la ville natale d’Omar, et des questions concernant les Somaliens du Minnesota. Elle [Omar] a remercié Erdogan pour le soutien de la Turquie au peuple Rohingya au Myanmar. Ils ont également discuté des investissements et des échanges commerciaux entre la Turquie et la Somalie. La réunion a pris fin lorsque Erdogan a demandé à Omar d’exprimer son soutien à la Turquie. Le rapport conclut en ajoutant qu’Omar a non seulement rencontré Erdogan, mais également le Premier ministre turc et d’autres hauts responsables turcs. « 

Omar n’est pas diplomate, elle n’avait pas à rencontrer le président turc. D’autant que les images de violences des gardes du corps d’Erdogan en mai 2017 à Washington tabassant des manifestants kurdes pacifiques avaient largement ému l’opinion aux Etats-Unis. Douze gardes du corps d’Erdogan ont été mis sous mandat d’arrêt après cet épisode. Même sans cet épisode, le fait qu’Erdogan emprisonne plus d’une centaine de journalistes, qu’il ait aidé les djihadistes en Syrie et qu’il soutienne publiquement les Frères Musulmans, aurait dû au minimummoralement empêcher la somalo-américaine d’accepter cette rencontre. 

Les appels d’Ilhan Omar à boycotter les produits israéliens ont suscité les critiques des lobbys israéliens aux Etats-Unis.

Lors d’une interview d’Omar sur Al Jazeera en 2018, le journaliste de la chaine qatari déclare que certains conservateurs américains estiment que la « montée de l’islamophobie » s’explique non par la haine mais par une « peur légitime, disent-ils » de l’islam, avant d’énumérer un certain nombre d’attentats terroristes islamistes. Omar a immédiatement rejeté cette suggestion et a plutôt blâmé les hommes blancs.

« Je dirais que notre pays devrait craindre davantage les hommes blancs parce qu’ils sont à l’origine de la plupart des décès dans ce pays », a-t-elle répondu. « Si la peur devait être le moteur des programmes politiques visant à assurer la sécurité des Américains, nous devrions donc surveiller et créer des politiques pour lutter contre la radicalisation des hommes blancs ».

Pour toutes ces raisons que les médias français se gardent de livrer, il n’est pas choquant que le président des Etats-Unis l’invite à retourner en Somalie, pays où une charia plus conforme au style de vie des Frères Musulmans lui permettrait de s’épanouir socialement.

Donald Trump étudie la possibilité de classer les Frères Musulmans comme organisation terroriste étrangère

Lu sur la BBC du 30 avril :

The Trump administration is working to designate the Muslim Brotherhood a foreign terrorist organisation, the White House said on Tuesday.

The designation will bring economic and travel sanctions against Egypt’s oldest Islamist movement, with more than a million members across the Middle East.

The decision follows a White House visit by Egyptian President Abdel Fattah al-Sisi in April.

Mr Sisi asked US President Donald Trump to make the move, US media said.

On Tuesday, White House Press Secretary Sarah Sanders confirmed the administration is pushing for the designation.

« The President has consulted with his national security team and leaders in the region who share his concern, and this designation is working its way through the internal process, » Ms Sanders said in a statement.

The Trump administration first directed security and diplomatic officials to find a way to impose sanctions on the Brotherhood after a meeting between Mr Trump and Mr Sisi on 9 April, US media report. Lire la suite

En France les Frères Musulmans de l’UOIF (rebaptisés Musulmans de France) contrôlent 170 mosquées et leurs prédicateurs étrangers sont tolérés :

USA: deux musulmanes entrent au parlement

Lu sur RT France (extrait) :

« Originaire de Somalie, Ilhan Omar vient de remporter l’élection du Minnesota des membres de la Chambre des représentants. En novembre 2016, elle avait déjà été élue à la Chambre des représentants de cet Etat. Après avoir vécu quatre ans dans un camp de réfugié au Kenya, du fait de la guerre civile somalienne qui a débuté en 1991, la jeune Ilhan Omar est arrivée avec sa famille sur le sol américain, à l’âge de 11 ans. (…)

Après sa victoire écrasante (88,7% des suffrages) dans le 13e district du Michigan, Rashida Tlaib est l’autre femme musulmane à faire son entrée dans la chambre basse du Congrès américain. De parents palestiniens, l’avocate de 42 ans a commencé sa carrière politique en 2004 au côté du démocrate Steve Tobocman. Lire la suite sur RT

Un ancien tweet d’Ilhan Omar particulièrement violent contre l’Etat hébreu est déjà vivement critiqué sur les réseaux sociaux. La jeune femme déclarait en 2012: «#Israel a hypnotisé le monde, qu’Allah réveille le peuple et l’aide à voir les faits maléfiques d’Israël».

Une musulmane américaine remise en place par un patriote qu’elle menace de mort

Echange -que nous n’avons pas réussi à dater- entre une musulmane vindicative qui menace de tuer un patriote américain, qui lui apprend des choses qu’elle méconnait sur l’islam. 

New-York : un islamiste étranger arrêté avec un explosif et un détonateur

« The man partially detonated the device, which he was carrying under the right side of his jacket, prematurely inside the passageway to the A, C, and E trains at 8th Avenue and W. 42ndStreet at around 7:40 a.m., sources said.

Police took the man into custody.

Former NYPD Commissioner Bill Bratton told MSNBC’s “Morning Joe” that the man was inspired by ISIS and possibly born in Bangladesh.

Bratton, who said the man had been living in the US for seven years, “was supposedly setting the device off in the name of ISIS.”

So, definitely a terrorist attack, definitely intended,” Bratton said. »

Une musulmane de New York arrêtée pour avoir inventé son histoire de harcèlement par des partisans de Donald Trump

Référence : CBS News, 14 décembre 2016

Titre original : Teen accused of making up story of anti-Muslim harassment on NYC subway / WebArchiveArchive.Today

NEW YORK – Mercredi, la police a déclaré qu’une adolescente du quartier New Hyde Park avait inventé son histoire selon laquelle elle avait été verbalement harcelée dans le métro de New York parce qu’elle est musulmane.

Yasmin Seweid, âgée de 18 ans, a été détenue par la police mercredi après-midi, selon ce que rapporta un porte-parole de la police à CBS New York.

Elle est accusée d’avoir déposé une fausse plainte et d’avoir nui à l’administration gouvernementale.

Seweid avait soutenu avoir été harcelée verbalement dans le métro par un groupe de trois hommes vers 22h00 jeudi le 1er décembre.

Elle avait déclaré à CBS New York avoir pris la ligne de métro #6 au coin de 23rd Street et Park Avenue après avoir assisté à un événement au Collège Baruch.

«Je les entendais parler mais, puisque j’avais mes écouteurs sur les oreilles, je ne portais pas vraiment attention. J’avais eu une longue journée. Puis, ils se sont rapprochés et j’ai pu les entendre dire distinctement ‘Donald Trump’», avait-elle dit. Lire la suite sur Point de Bascule

« On ne veut pas se retrouver dans la situation de la France avec une large population musulmane » équipe Trump

trumpequipeDimanche soir, un haut responsable de l’administration Trump a briefé les journalistes en ces termes :

La réalité est que nous ne voulons pas nous retrouver aux Etats-Unis dans la situation de la France, de l’Allemagne ou de la Belgique avec une large population musulmane. »

On ne veut pas d’une situation où dans 20-30 ans il devient normal qu’il y ait régulièrement des attaques terroristes sur notre sol. Les Etats-Unis sont un pays souverain qui n’a absolument pas l’obligation d’intégrer n’importe quel immigré.

Breitbart

Texas : une mosquée incendiée hier

Un gigantesque incendie s’est déclaré, dans la nuit du vendredi au samedi 28 janvier 2017 dans une mosquée au Texas (Etats-Unis), rapportent plusieurs sources médiatiques.

Selon la chaîne américaine Fox News, l’incendie a eu lieu au «Victoria Islamic Center» (centre islamique de Victoria). Un lieu de culte qui avait déjà connu des attaques racistes et islamophobes, précise le média américain. L’avocat du centre, cité par la même source, rapporte que la fumée et les flammes ont été repérées vers 2 heures du matin samedi et appelé le service des incendies.

Trump envisage de classer les Frères musulmans parmi les groupes terroristes

6a01156fb0b420970c01b7c8afcd77970b(Clarion Project) – Donald Trump oeuvrera à l’adoption de la loi désignant les Frères musulmans comme organisation terroriste, a déclaré Walid Phares, conseiller en matière de politique étrangère du Président-élu.

S’exprimant au média égyptien Youm7, Phares, d’origine libanaise (maronite), a indiqué que le projet de loi, qui a déjà reçu l’approbation du Comité Judiciaire de la Chambre plus tôt cette année, puis renvoyé au Comité des Affaires étrangères du Sénat, avait été suspendu en raison du soutien de l’administration Obama à la Confrérie. (…)

En novembre 2015, le sénateur Ted Cruz (R-TX) a présenté le projet de loi, qui identifie trois entités de la Confrérie aux États-Unis, y compris le Conseil sur les relations américano-islamiques (CAIR).

«Nous devons cesser de prétendre que les Frères musulmans ne sont pas responsables du terrorisme qu’ils préconisent et financent… Nous devons les voir pour ce qu’ils sont : une organisation internationale clé vouée au jihad violent», avait déclaré Cruz au Washington Free Beacon à l’époque.

6a01156fb0b420970c01bb0952cce0970d-800wiLe projet de loi est une occasion sans précédent d’éduquer les membres du Congrès sur l’implication des Frères musulmans dans le terrorisme. Lire la suite chez nos confrères canadiens de Poste de Veille

Les Frères Musulmans qualifient de « désastre » l’élection de Donal Trump

Capture d’écran 2016-01-27 à 15.13.04 2Mamdouh al-Muneer, un membre de la direction du parti des Frères Musulmans en Egypte, a déclaré que la victoire de Donald Trump était « un désastre ».

MiddleEast Monitor (source) :

« Goliath est redevenu lui-même, avec ses chevaux et ses hommes. Notre nation [musulmane] a été témoin de quelque chose et ce qui vient est quelque chose de différent. Si allah le veut, ce sera pour nous et non contre nous. »

Une proche conseillère d’Hillary Clinton, Huma Abedin, est effectivement très liée à la confrérie islamiste de par sa famille. Aussi, Dahlia Mogahed, une égyptienne voilée qui soutient les Frères Musulmans était conseillère de Barak Obama pour les questions islamiques, avec un bureau dans la Maison Blanche. Dahlia Mogahed était présente lors de l’inauguration en janvier 2012  du Centre de recherche pour la Législation islamique et l’éthique (CILE) du Qatar, co dirigé par Youssef Al Qaradawi et Tariq Ramadan (voir notre article à l’époque). Elle fut un artisan de la rédaction du discours du Caire de Barak Obama très philo-musulman en 2009.

Page 1 sur 212»