Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

France

Cergy: les habitants privés de patinoire au profit de 150 clandestins musulmans

Après la base de loisir de Cergy dont les locaux ont été réquisitionnés par la préfecture pour loger les clandestins, c’est maintenant au tour de la patinoire :

Lu dans Le Parisien du 9 mai 2017 :

« Parmi les quelque 1 600 migrants évacués des campements de la porte de la Chapelle à Paris, 150 sont arrivés ce mardi matin à Cergy. Ils sont hébergés à l’ex-patinoire de Cergy-préfecture, laissée vide depuis l’ouverture de l’Aren’Ice sur la plaine des Linandes. Elle a été réquisitionnée par la préfecture à l’agglomération de Cergy-Pontoise.

C’est l’association Espérer 95 qui est en charge de gérer ce centre d’hébergement provisoire où ont été mis à l’abri des hommes de nationalité afghane, soudanaise ou éthiopienne. » Source

Seul le FN a réagi par un communiqué.

Terra Nova (boite à idée de Macron) suggère un jour férié pour l’Aid el-Kébir et la rémunération publique des imâms en Alsace-Moselle

Copie d’écran du site Terra Nova du 6 mai 2017.

Dans son étude « L’émancipation de l’islam en France » publiée le 22 février sur son site, le réservoir d’idée Terra Nova dont des dirigeants sont très proches d’Emmanuel Macron (voir l’article de Libération), nous pouvons lire :

« Sur les 11 jours fériés officiels, 4 sont liés à des fêtes chrétiennes ou catholiques (ascension, jeudi de pentecôte, assomption de la Vierge, Noël), 2 sont des lundis chômés qui suivent des fêtes religieuses chrétiennes (lundi de Pâques, lundi de Pentecôte), aucun ne concerne les fêtes solennelles des autres religions. Nous sommes donc dans une situation d’une République laïque qui garde des traces de l’organisation catholique des temps collectifs, sans que ces grands moments ne correspondent, pour la majorité des Français, à des rituels collectifs significatifs. Pour autant, cet héritage historique n’est pas non plus fondamentalement contesté, tant il est dilué dans les usages d’une société sécularisée. Mais pour que les toutes les confessions soient traitées à égalité, il convient d’intégrer désormais au moins deux nouvelles dates importantes, le Kippour et l’Aïd-el-kébir, dans le compte des jours fériés, quitte à supprimer les deux lundis qui ne correspondent à aucune sollenité particulière (…)

Alsace-Moselle 

Le régime concordataire maintenu en Alsace et Moselle concerne les cultes dits « reconnus » (église catholique, église réformée et luthérienne, judaïsme). En tant que culte non reconnu, l’islam ne bénéficie pas du financement public pour rémunérer les imams mais les collectivités locales sont libres de financer les édifices du culte. Dans ce cas, c’est le respect de l’égalité entre les cultes qui prévaut et cet équilibre convient aux représentants musulmans qui se sont exprimés sur le sujet. On peut regretter que les imams ne soient pas salariés à l’instar des cultes reconnus. (…) » Télécharger l’étude.

Rappel de Libération :

« (…) Thierry Pech serait en effet à «la tête» de la «centaine d’experts» occupés à travailler au «plan d’action» que le ministre de l’Economie et leader d’En Marche compte dévoiler à la rentrée de septembre. De quoi laisser planer un sérieux doute sur l’indépendance du laboratoire d’idées… Et ce, d’autant plus que le think tank compte parmi ses administrateurs Henry Hermand, entrepreneur picard proche de la deuxième gauche mais surtout mentor d’Emmanuel Macron, dont il fut le témoin de mariage. (…) Thierry Pech, qui ne cache pas sa «proximité intellectuelle» avec le ministre de l’Economie, aurait préféré éviter d’avoir à faire un démenti un rien «désobligeant» pour son ami. Mais déjà confronté à la fougue de certains soutiens de Macron, le directeur de Terra Nova sait désormais le risque de laisser dire. Le 12 juillet, peu avant le début du meeting de Macron à la Mutualité, le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb, donnait ainsi rendez-vous aux macronistes dans sa ville. «Les 23 et 24 septembre, nous organiserons à Lyon un colloque des réformistes européens et mondiaux avec l’Institut Montaigne, les think tanks Les Gracques et Terra Nova. » Lire l’article

Europe 1 reconnait que Macron s’est trompé sur les terroristes fichés S et multirécidivistes

Lu sur le Vrai/Faux de l’info sur Europe 1 :

Emmanuel Macron : « Je rappelle qu’il n’y a qu’un quart des terroristes depuis 2012, depuis le début des attentats, un quart étaient fichés S« . 

Et il s’est trompé. Depuis 2012 et Mohamed Merah, 27 terroristes ont frappé la France. 12 d’entre eux étaient fichés S, donc près de la moitié, et 12 autres étaient connus des services de police, soupçonnés de radicalisation. Quand ont dit « connus », c’est réellement. 17 d’entre eux avaient déjà un casier judiciaire ou fait de la prison. Donc en réalité, seuls trois terroristes sur 27, avaient vraiment échappé aux radars et sont sortis de nulle part. Ce qui donne du poids aux arguments de Marine Le Pen qui veut des condamnations plus systématiques, plus lourdes et des expulsions pour les étrangers. Sept étaient dans ce cas, étrangers ou bi-nationaux. Monsieur Macron lui, plaide pour un renforcement des services de renseignements, et rappelle qu’une fiche S ce n’est qu’un soupçon. Et il a raison, cela n’est pas une base suffisante pour une condamnation. » Europe 1

Opération antiterroriste : cinq personnes interpellées, quatre armes retrouvées.

Lu sur France-Info du 2 mai 2017:

Cinq personnes ont été interpellées par les policiers dans plusieurs villes françaises. Elles sont soupçonnées par les services antiterroristes d’avoir voulu commettre une action violente, selon les informations du Parisien, confirmées à franceinfo par une source judiciaire.

Les cinq individus ont été arrêtés lors d’une opération antiterroriste menée mardi 2 mai au matin dans plusieurs communes. Les forces de l’ordre sont notamment intervenues à Bihorel, une ville proche de Rouen, en Seine-Maritime, à Villeneuve d’Ascq, dans le Nord et à Roanne, dans la Loire.

Dans la commune proche de Rouen, les perquisitions ont permis de découvrir plusieurs armes. Les calibres des quatre engins de tir confisqués allaient du 7,62 au 9 millimètres. Il s’agissait de deux armes de poing et de deux fusils mitrailleurs.

L’enquête est menée par la police judiciaire. Elle a été ouverte par le parquet de Paris le 8 mars dernier, selon les sources judiciaires de franceinfo. »

Noisy-le-grand : le père du terroriste des Champs-Elysées menace de mort les policiers

Lu sur Le Parisien du 28 avril

Salah Cheurfi, le père de Karim Cheurfi a été placé en garde à vue vendredi soir au commissariat de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). Cet homme de 65 ans s’était présenté au commissariat vers 22h30 en menaçant de mort les policiers de l’accueil. «Je vais vous tuer», aurait-il proféré. Outre ces menaces, il a tenu des propos incohérents et aurait reproché au maire de la commune d’avoir refusé l’inhumation de son fils dans le cimetière local. Il n’était pas armé et a rapidement été maîtrisé.

Les fonctionnaires de police ont constaté que l’homme était en état d’ébriété. De source policière, on indique que Salah Cheurfi ne s’était jamais manifesté depuis l’attentat commis par son fils.

Dans la soirée du 20 avril, Karim Cheurfi avait attaqué un fourgon de police stationné sur l’avenue des Champs Elysées, tuant le policier Xavier Jugelé.

L’Observatoire de l’islamisation a dix ans : interview de Véliocas dans Présent.

Noisy-le-Grand: le fils d’un terroriste islamiste menace les policiers de faire « comme les Champs-Elysées »

Lu dans Le Parisien du 25 avril :

Sid Ali, dont le père a été éloigné de France après le sanglant attentat du RER à Saint-Michel en 1995, a proféré des menaces à l’encontre d’une policière.

Tout à coup, le silence envahit la salle d’audience. Un silence glaçant, à l’image de ces menaces proférées il y a quelques jours par Sid Ali, 33 ans, et dont le président de la 17e chambre du tribunal de Bobigny donne lecture ce lundi. «Je vais te tuer te mettre dans un hachoir, te manger, et boire tout ton sang à la paille», «je vais te tuer avec une Kalachnikov», «je vais passer à l’acte, trouver des armes si vous me trouvez pas un logement», «je me souviendrai de ton visage, tu vas être orpheline, je vais revenir avec une kalachnikov et Noisy-le-Grand va être comme les Champs Elysées… Boom».

Les dernières menaces ont été prononcées au commissariat de Noisy-le-Grand où cet homme n’a pas apprécié le regard d’une policière. Les autres promesses de mort, par téléphone ou en face-à-face, étaient destinées à une directrice de centre de réinsertion à Saint-Prix dans le Val-d’Oise, ou à du personnel de probation et d’insertion pénitentiaire à Créteil dans le Val-de-Marne, s’ils ne l’aidaient pas à récupérer ses affaires, ou à trouver un logement. Il a même promis de «faire un mort de plus qu’Anders Breivik», le terroriste qui a fait 77 morts en 2011 en Norvège. (…)

Vingt-six condamnations depuis 2001, dont 9 menaces de mort, une apologie du terrorisme, 5 outrages… «Pourquoi ?» lui demande le président. «Je sais pas», répond le prévenu, qui à la surprise générale, finit par évoquer «une voix intérieure» qui lui commanderait ces menaces (…) Après réflexion, le tribunal prononce 15 mois de prison et maintien en détention. « Lire l’article intégral sur Le Parisien

Seulement 15 mois de prison ! Le prochain quinquennat sera celui des tueries islamistes à répétition.

Attaques de l’EI: Gilles Képel s’interroge sur les « mauvaises appréciations tragiques » des magistrats

L’islamologue Gilles Képel était interrogé par Alexandre Devecchio dans Le Figaro du 22 avril 2017 (extrait) :

 » A.Devecchio : Est-ce seulement une question de moyens? Les juges ont-ils aussi une part de responsabilité?

G.Képel: Le nombre de places de prison est insuffisant. On ne peut avoir aucune politique pénitentiaire quand les détenus sont trois ou quatre dans des cellules prévues pour deux. Ces nouvelles places doivent être pensées avec l’enjeu particulier de la propagation du djihadisme en prison, qui est l’un des grands défis sécuritaires de notre société. Il faut également travailler sur la formation des magistrats. Je constate qu’il y a chez eux une prise de conscience. Cependant, ils ont besoin d’un important travail de mise à niveau sur ce sujet. Il faut se rappeler que Larossi Abballa, le tueur des policiers de Magnanville le 13 juin, comme Adel Kermiche, le tueur du père Jacques Hamel le 26 juillet, ont commis leurs actes alors qu’ils venaient d’êtres libérés par anticipation pour bonne conduite et réinsertion possible. Il y a eu là de mauvaises appréciations tragiques. » Interview intégrale.

Une femme arabe s’attaque hache en mains à une église de l’Aude le matin des élections

Rennes-le-Château

Lu dans Le Midi Libre du 24 avril 2017 :

Rennes-le-Château (11) : une femme vandalise l’église à la hache, «Vous êtes tous des mécréants»

 […] Devant des touristes surpris, la jeune femme se réfugie dans la grotte dite de la vierge, à proximité de l’église, et téléphone longuement en arabe, puis rentre tranquillement dans l’église, sort une hache et se met à frapper sur le célèbre bénitier surmonté par la représentation d’Asmodée. Elle décapite le fameux diable rouge, lui coupe le bras et pose un coran à ses côtés, puis lacère le bas-relief de l’autel de Marie-Madeleine, devant des visiteurs ébahis. Ces derniers donnent l’alerte, le maire, Alexandre Painco, intervient. Il constate les faits et appelle la gendarmerie. Face à la jeune femme étonnamment calme, il lui demande pourquoi elle a commis ces actes. Elle répond posément : «Aujourd’hui, ici, c’est un jour d’élection présidentielle, pendant qu’en Syrie l’Occident bombarde et tue des enfants. Vous êtes tous des mécréants! Mon mari est là-bas».

Rapidement sur place, les gendarmes interpellent la jeune femme sans aucune résistance. Un périmètre de sécurité est établi dans le village, et une équipe de déminage arrivée dans l’après-midi se met à l’œuvre. Le maire n’en revient toujours pas : «Cette femme était déterminée et son geste prémédité. Elle a choisi ce jour d’élection, ce lieu précis, pour qu’il ait un impact médiatique important et ainsi porter atteinte à la République française.»

La Cour d’Appel condamne la Mairie de Paris pour sa subvention à la mosquée de l’ICI

Actualisation du 10 février 2017 : « Par arrêt rendu ce jour, le Conseil d’Etat a écarté le pourvoi de la ville de Paris et a alloué à Mr Guy.H, une indemnité de 3 000 €, au titre des frais irrépétibles. » nous communique l’avocat au Conseil d’Etat. 

Interview avec monsieur H qui a fait condamner, en qualité de contribuable parisien, la mairie de Paris pour sa subvention à l’Institut des Cultures d’islam (16 millions d’euros!) qui loge en son sein une salle de prière. Un référé va demander l’arrêt immédiat des prières au sein de ce bâtiment public.

Pour le seul fonctionnement annuel, la mairie de Paris dépense 1 300 000 euros unnamedCi-dessous la décision de la Cour d’Appel in extenso :

Lire la suite

Page 1 sur 1612345»10...Dernière »