Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

France

Accusé de « racisme », un enseignant frappé devant ses élèves: « Il n’y a qu’un seul maître, c’est Allah »

220px-Argenteuil-Carte_de_Cassini1Lu dans Le Parisien du 17 octobre (extrait) : 

« Le professeur venait de remettre à sa place une de ses élèves qui disait des gros mots et qui sortait du rang. Les deux agresseurs sont sortis de leur voiture et lui ont crié : « Tu lui parles pas comme ça, raciste ! » L’enseignant a alors rétorqué : « Mais je suis leur maître. » Tout en s’approchant du quinquagénaire, l’un des assaillants a alors répondu : « Et moi, je suis une racaille. »

L’enseignant a tenté de les repousser avec son bras et un parapluie. Mais ses assaillants l’ont finalement fait tomber au sol en effectuant une balayette par-derrière et lui ont donné un coup de poing. Selon une source syndicale, l’un d’eux aurait lancé : « Il n’y a qu’un seul maître, c’est Allah. » […]

Les agresseurs, à peine majeurs selon les témoignages, sont toujours en fuite. […] Lire la suite

Saint-Denis : un « déficient mental » agresse un soldat Sentinelle informe Le Parisien…

une-figaro-magazine« Ce mardi vers 16 h 45, à Saint-Denis, à côté du RER D, dans la rue de la Charronnerie, un homme a tenté de dérober l’arme d’un militaire qui patrouillait dans le cadre du dispositif Sentinelle.

L’individu s’est rué sur le soldat et a cherché à s’emparer de son fusil d’assaut. « Il est parvenu à toucher l’arme et le militaire », précise une source militaire. Mais il n’est pas parvenu à arracher l’arme, un FAMAS, solidement sanglé et tenue des deux mains par le militaire.
Après sa tentative avortée, l’agresseur est resté à proximité. Tout en essayant de calmer cet homme très agité, les militaires ont appelé la police qui a interpellé le suspect. […]
En revanche, il est apparu qu’il n’était pas en possession de toutes ses facultés mentales. Et pour cause, il s’agit d’une personne vulnérable, sous curatelle. Il a été placé en garde à vue au commissariat local. Les militaires ont porté plainte, « comme nous le faisons systématiquement lors de ce type d’incident », explique le colonel Benoit Brulon, porte-parole du Gouverneur militaire de Paris. […] Le Parisien

Deux policiers blessés par des musulmans à Albi (La dépêche)

cite_episcopale_650230(2)Lu dans La Dépêche du 14 octobre

« Deux policiers en tenue du commissariat d’Albi ont été blessés lors d’une interpellation, dans la soirée de mercredi, quartier de Rayssac à Albi.

à 21 h 20, le commissariat d’Albi reçoit un appel dénonçant de jeunes perturbateurs dans le hall du bâtiment L7, rue du Maréchal-Juin. Selon un premier rapport, six hommes, en tenue et en civil, se rendent sur place. Ils constatent que le hall est effectivement occupé par quatre jeunes, dont deux connus de leurs services (…)

[…] «Ici vous êtes sur une terre d’Allah. C’est pas des mécréants qui vont nous dicter leur loi… Je vais te tuer, toi et ta famille» Ces propos, cités dans le rapport des policiers, auraient précédé une confrontation physique avec l’un des jeunes, auteur d’un coup de poing dans la figure d’un policier, avant d’être maîtrisé et plaqué au sol. Un deuxième jeune, interpellé dans la foulée, aurait cravaté le policier pour tenter de lui faire lâcher prise. (…)Un rôle minime qui pourrait expliquer l’absence de blessure. Pendant leur garde à vue les deux jeunes n’ont reconnu ni la version des policiers, ni, en dehors d’insultes, les propos à caractère religieux dont ils les accusent. à ce point de l’enquête, hier le parquet n’a pas demandé leur comparution. Ils ont été laissés libres vers 18 h. […]Lire la suite

Farouk Ben Abbes, tunisien assigné à résidence pour islamisme, touche le RSA.

UnknownLu sur BFMTV:

« Interrompu au printemps par une période d’incarcération, le Conseil départemental de Haute-Garonne a repris le versement d’un Revenu de solidarité active à Farouk Ben Abbes au mois de septembre. Cet islamiste radical toulousain est surveillé par les autorités depuis plusieurs années, notamment pour sa proximité avec Fabien Clain de l’EI.

Hardricourt (78) : un marocain menace de « faire exploser la France » et de « tuer des gens », 5 mois ferme

Capture d’écran 2016-10-05 à 09.51.46Lu dans Le Parisien du 4 octobre :

Un jeune de 23 ans a été condamné lundi soir à une peine de 5 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Versailles pour menaces de mort.

Oussama a été interpellé samedi soir à Hardricourt. Vers 22 heures, un épicier a téléphoné à la police pour signaler le comportement effrayant de ce jeune Marocain. Oussama criait qu’il allait « faire exploser et retourner la France ; tout faire péter ». « Je vais tuer des gens » a-t-il ajouté, en cassant le rétroviseur d’une voiture en stationnement.

Les policiers l’ont retrouvé dans le souterrain de la gare de la ville. Nerveux et perturbé, il dit vouloir mourir en martyr. « Je suis venu en France depuis deux ans pour travailler. Je vis au foyer de migrants et mon passeport a disparu », répète le jeune homme qui reconnaît avoir tenu ces propos menaçants mais ne semble pas en comprendre la portée. Source

Le directeur d’une école primaire musulmane devant le tribunal administratif

ecole-privee-musulmane-al-badr-toulouseFigaro avec AFP du 4 octobre (extrait) :

« Abdelfattah Rahhaoui, directeur de l’école Al-Badr qu’il a créé en 2013 dans le quartier Bellifontaine (Toulouse), est convoqué le 17 novembre devant la justice. Sans être mis en examen, cet imam et conférencier devra s’expliquer pour « violences volontaires sur mineur », « ouverture d’un établissement scolaire sans autorisation » et « poursuite d’une activité scolaire malgré une mise en demeure de l’Education nationale », a rapporté à l’AFP le procureur Pierre-Yves Couilleau. En juillet, l’Inspection académique a « notifié aux familles que l’établissement ne délivrait pas un enseignement conforme aux exigences », avait précisé début septembre Jacques Caillaut, l’inspecteur d’académie de Haute-Garonne. »Lire l’article intégral 

Dossier Tabou sur l’islam en France (M6): l’émission intégrale

En complément, lire l’enquête Ces Maires qui courtisent l’islamisme : toutes les villes où le clientélisme avec les islamistes tient lieu d’assurance-vie pour les élus LR et PS , 320 pages de preuves :

Décryptage de Dossier Tabou sur l’islam avec Joachim Véliocas (Radio Libertés)

Ecoutez Radio Libertés Ici

3 églises de Millau incendiées : le pyromane récidiviste est de nationalité marocaine

millau-eglisesLe jeune homme de 22 ans qui a mis le feu dans deux églises de Millau puis tenté d’en incendier une troisième dans l’après-midi du 19 septembre (voir ici, ici et ), s’est, selon Le Midi Libre« révélé incapable de prononcer un mot, face au juge Denis Goumont. Tout juste a-t-il expliqué “être énervé, ce jour-là”, en reconnaissant les faits qui lui sont reprochés », lors de sa comparution immédiate du mercredi 21 septembre. Pour Frédéric Coulomb, substitut du procureur de la République, ces crimes ne présentent aucune « connotation radicale ou islamiste ». Soit, mais Le Midi Libre ajoute des précisions d’intérêt sur le pyromane : « Le jeune homme de 22 ans, de nationalité marocaine, était déjà connu de la justice pour des départs de feux volontaires commis à Paris et à Millau ». Il aura donc fallu attendre quatre jours pour apprendre que le pyromane était un Marocain et qu’il avait aussi sévi à Paris…

Source : Le Midi Libre, 22 septembre

Une épizootie de fièvre ovine (FCO) directement liée à l’Aïd-el-Kebir : des scientifiques alertent

Capture d’écran 2016-09-24 à 18.20.31

Le DR Jean-Louis Thillier est consultant scientifique européen, expert en
sécurité sanitaire. Il a été directeur du laboratoire de recherche de
physiopathologie digestive du service de médecine interne et d’hépato-gastro-entérologie du CHU de Tours.

Dans une interview à Agriculture et Environnement n°149 de juillet-aout 2016, le Dr Thillier alerte sur la résurgence de l’épizootie de fièvre catarrhale ovine en France. Longtemps considérée comme une maladie circonscrite au pourtour méditerranéen, elle arrive chez nous et pourrait se transmettre à l’homme.

Depuis juin 2010, aucun cas de FCO n’avait été détecté en France continentale. Or, de façon inattendue, un cas de FCO sérotype 8 a été confirmé le 11 septembre 2015  dans un élevage mixte bovin-ovin de l’Allier, à l’origine du départ d’une deuxième vague de FCO. Comment expliquez-vous cette deuxième vague ?

Jean-Louis Thiller : Cette deuxième vague trouve très clairement son origine dans des animaux contaminés et importés pour les grandes cérémonies de l’Aïd-el-Kebir, qui ont eu lieu autour du 24 septembre 2015.

Le ministère de l’Agriculture connaissait bien les risques d’une réémergence à l’occasion de cette fête musulmane. Deux mois avant l’Aïd, le 27 juillet 2015, la Direction générale de l’alimentation (DGAL) et le Service des actions sanitaires en production primaire avaient adressé une instruction technique aux destinataires d’exécution –c’est-à-dire les DRAAF (Directions régionales de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt), les DDTM (Directions départementales des territoires de la mer) et les DDCSPP (Directions départementales de la cohésion sociale et de la protection des populations)–, dans laquelle ils avertissaient que «le risque de diffusion de la FCO [était] élevé en Europe». (…) Ces ovins proviennent souvent de races qui se rapprochent le plus de celles qu’on trouve traditionnellement en Afrique du Nord (par exemple la race Turkan). Ils sont achetés dans les pays à risque avant l’Aïd pour être engraissés afin d’obtenir une viande blanchie. Pendant cette période d’importation importante de moutons de zones réglementées à risque, il est notoire que des circuits plus ou moins respectueux des règles sanitaires sont utilisés. Le ministère de l’Agriculture était d’autant plus conscient du risque de réémergence à l’occasion de la fête de l’Aïd- el-Kebir qu’il savait parfaitement que les réglementations ne sont pas appliquées, voire déjouées. » Lire l’intégralité de l’interview dans Agriculture et Environnement

Le docteur vétérinaire Alain de Peretti de Vigilance Halal précise :

« Le virus pour l’instant épargne l’être humain, mais on sait maintenant qu’il franchit la barrière d’espèces en provoquant des signes cliniques et mortels sur les carnivores et les rongeurs, et que les éleveurs ayant eu la maladie dans leur troupeau présentent des anticorps, ce qui prouve un début de multiplication virale. Il suffirait de l’introduction d’une autre souche de virus FCO (actuellement c’est la souche BTV 8) et qu’une recombinaison se produise pour qu’une nouvelle souche aux caractéristiques nouvelles apparaisse, contagieuse pour l’être humain. Et quand on sait que la FCO est de la famille des fièvres hémorragiques comme Ebola, il y a de quoi être inquiet. » Source

Page 3 sur 15«12345»10...Dernière »