Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

France

Mosquées Radicales: Joachim Véliocas présente son enquête sur Radio-Libertés

En vente sur Amazon dès le 10 novembre.

Moins de 20% des adolescents musulmans se sentent « totalement français » selon une étude (Le Point)

1611050613580090Le fait de se sentir français suivant la religion a son importance chez les adolescents, source : Polis, Lyon-Grenoble (+ : religion déclarée qui est jugée importante ; – = religion déclarée qui n’est pas jugée importante)

Rapporté par le sociologue Sébastien Roche dans Le Point du 3 novembre

Del Valle chez Ardisson dénonce la collaboration de la droite et la gauche avec l’Arabie Séoudite et le Qatar

Alexandre del Valle présente son livre Les Vrais ennemis de l’Occident: du rejet de la Russie à l’islamisation des sociétés ouvertes (éditions du Toucan), temporairement en rupture de stock chez Amazon mais disponible sur le site de l’éditeur. Dans cette somme de 500 pages abordant la géopolitique occidentale obsédée par le containment de la Russie, avec les détails des révolutions géorgiennes, ukrainiennes, libyennes, est aussi abordé la prolifération des mosquées radicales en Europe, avec l’appui des travaux de l’Observatoire de l’islamisation, notamment nos deux derniers livres : Ces Maires qui courtisent l’islamisme et Mosquées Radicales (qui vient de sortir aux éditions DMM), cités tous deux.

Orléans: « Nous aussi on a des armes. Chacun doit tuer vingt personnes. Au nom d’Allah, il faut faire quelque chose »

Lu dans La République du Centre du 29/10/2016 :

« Le 22 octobre à Orléans, il voyageait dans une rame du tramway, lorsque son comportement a attiré l’attention d’une passagère. Mounir avait dissimulé un marteau dans une manche de sa veste et tenait à un tiers un discours alarmant. « Nous aussi on a des armes. Chacun doit tuer vingt personnes au lieu de 300 personnes dans un attentat. Au nom d’Allah, il faut faire quelque chose », préconisait le jeune homme.

Identifié quelques jours plus tard, l’intéressé a été placé en garde à vue. Depuis sa geôle, il a exprimé le souhait de rejoindre la Syrie, avant d’adopter un ton plus menaçant : « La prochaine fois, je me ferai serrer avec une bombe, pas avec un marteau. Je vais pas tarder à mettre une bombe dans le tram ! » […]

Mounir – impliqué dans un tout autre dossier, actuellement en cours d’instruction – a récemment commenté devant son contrôleur judiciaire, l’attentat du Bataclan, dans ces termes peu ambigus : « C’est un acte justifié au regard de la justice rendue en France ». […]

Une femme blesse grièvement un policier avec un cutter ce jeudi à Belfort

Pour France Bleu c’est une « déséquilibrée » :

Les faits se sont déroulé ce jeudi vers 4 heures du matin, avenue Wilson à Belfort près de la gare. Un policier de 41 ans a été agressé au cutter lors d’une intervention par une femme visiblement déséquilibrée.

C’est vers 4 heures du matin ce jeudi que les policiers sont appelés par le voisinage d’un immeuble de l’avenue Wilson près de la gare, à Belfort. Une femme est en train de créer du trouble. Arrivés sur place, les cinq fonctionnaires de police voient en effet une femme à sa fenêtre en train de vociférer et de les insulter. Les policiers entrent alors dans l’immeuble. La femme vient à leur rencontre et très vite elle sort de sa poche un cutter et blesse au visage l’un des fonctionnaires au niveau de l’œil. […]

les autres policiers arrivent à l’interpeller, difficilement. La femme blesse encore un autre fonctionnaire en le griffant au visage, puis donne des coups de pied à un troisième. Elle sera finalement placée en garde à vue, dans un état délirant, avant d’être placée d’office en hôpital psychiatrique après l’avis d’un expert psychiatre. Cette femme de 34 ans est connue des services de police pour des faits similaires de violence et de rébellion. […] Lire la suite

Lyon : brandissant un couteau, il fait l’apologie du terrorisme rue du Palais de Justice

Lu sur M Lyon du 19 octobre:

Un Lyonnais de 22 ans a été interpellé ce lundi soir rue du Palais de Justice, dans le 5e arrondissement de Lyon.

En brandissant un couteau, il a menacé une personne par téléphone et a ensuite pris la fuite en tenant des propos faisant l’apologie des actes de terrorisme. Interpellé par un équipage de la police municipale, il sera présenté à un officier de police judiciaire jeudi prochain.

Accusé de « racisme », un enseignant frappé devant ses élèves: « Il n’y a qu’un seul maître, c’est Allah »

220px-Argenteuil-Carte_de_Cassini1Lu dans Le Parisien du 17 octobre (extrait) : 

« Le professeur venait de remettre à sa place une de ses élèves qui disait des gros mots et qui sortait du rang. Les deux agresseurs sont sortis de leur voiture et lui ont crié : « Tu lui parles pas comme ça, raciste ! » L’enseignant a alors rétorqué : « Mais je suis leur maître. » Tout en s’approchant du quinquagénaire, l’un des assaillants a alors répondu : « Et moi, je suis une racaille. »

L’enseignant a tenté de les repousser avec son bras et un parapluie. Mais ses assaillants l’ont finalement fait tomber au sol en effectuant une balayette par-derrière et lui ont donné un coup de poing. Selon une source syndicale, l’un d’eux aurait lancé : « Il n’y a qu’un seul maître, c’est Allah. » […]

Les agresseurs, à peine majeurs selon les témoignages, sont toujours en fuite. […] Lire la suite

Saint-Denis : un « déficient mental » agresse un soldat Sentinelle informe Le Parisien…

une-figaro-magazine« Ce mardi vers 16 h 45, à Saint-Denis, à côté du RER D, dans la rue de la Charronnerie, un homme a tenté de dérober l’arme d’un militaire qui patrouillait dans le cadre du dispositif Sentinelle.

L’individu s’est rué sur le soldat et a cherché à s’emparer de son fusil d’assaut. « Il est parvenu à toucher l’arme et le militaire », précise une source militaire. Mais il n’est pas parvenu à arracher l’arme, un FAMAS, solidement sanglé et tenue des deux mains par le militaire.
Après sa tentative avortée, l’agresseur est resté à proximité. Tout en essayant de calmer cet homme très agité, les militaires ont appelé la police qui a interpellé le suspect. […]
En revanche, il est apparu qu’il n’était pas en possession de toutes ses facultés mentales. Et pour cause, il s’agit d’une personne vulnérable, sous curatelle. Il a été placé en garde à vue au commissariat local. Les militaires ont porté plainte, « comme nous le faisons systématiquement lors de ce type d’incident », explique le colonel Benoit Brulon, porte-parole du Gouverneur militaire de Paris. […] Le Parisien

Deux policiers blessés par des musulmans à Albi (La dépêche)

cite_episcopale_650230(2)Lu dans La Dépêche du 14 octobre

« Deux policiers en tenue du commissariat d’Albi ont été blessés lors d’une interpellation, dans la soirée de mercredi, quartier de Rayssac à Albi.

à 21 h 20, le commissariat d’Albi reçoit un appel dénonçant de jeunes perturbateurs dans le hall du bâtiment L7, rue du Maréchal-Juin. Selon un premier rapport, six hommes, en tenue et en civil, se rendent sur place. Ils constatent que le hall est effectivement occupé par quatre jeunes, dont deux connus de leurs services (…)

[…] «Ici vous êtes sur une terre d’Allah. C’est pas des mécréants qui vont nous dicter leur loi… Je vais te tuer, toi et ta famille» Ces propos, cités dans le rapport des policiers, auraient précédé une confrontation physique avec l’un des jeunes, auteur d’un coup de poing dans la figure d’un policier, avant d’être maîtrisé et plaqué au sol. Un deuxième jeune, interpellé dans la foulée, aurait cravaté le policier pour tenter de lui faire lâcher prise. (…)Un rôle minime qui pourrait expliquer l’absence de blessure. Pendant leur garde à vue les deux jeunes n’ont reconnu ni la version des policiers, ni, en dehors d’insultes, les propos à caractère religieux dont ils les accusent. à ce point de l’enquête, hier le parquet n’a pas demandé leur comparution. Ils ont été laissés libres vers 18 h. […]Lire la suite

Farouk Ben Abbes, tunisien assigné à résidence pour islamisme, touche le RSA.

UnknownLu sur BFMTV:

« Interrompu au printemps par une période d’incarcération, le Conseil départemental de Haute-Garonne a repris le versement d’un Revenu de solidarité active à Farouk Ben Abbes au mois de septembre. Cet islamiste radical toulousain est surveillé par les autorités depuis plusieurs années, notamment pour sa proximité avec Fabien Clain de l’EI.