Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

France

Blois: « Je suis Daech, je suis armé, je vais vous exploser » crie-t-il aux policiers

Blois

Blois

Lu dans La Nouvelle République du 7 septembre:

« Un peu plus d’un mois après avoir demandé un délai pour préparer sa défense, Abderrahamane a été extrait ce mardi de la maison d’arrêt pour être jugé des faits d’outrages, rébellion et menaces de mort envers des policiers. Comme l’a rappelé la présidente Maggy Deligeon, les faits se sont produits à l’aube du 31 juillet, rue Michel-Bégon à Blois. Une patrouille de police intercepte une Twingo. Les gardiens de la paix veulent contrôler l’alcoolémie du conducteur mais le passager s’interpose vivement. Abderrahamane, qui est ivre, donne des coups de poing sur le capot et injurie les policiers. Selon les agents, il aurait crié : « Je suis Daech, je suis armé, je vais vous exploser. » Les policiers doivent le plaquer au sol et le forcer à dégager ses mains pour lui passer les menottes. Dans la confusion, une policière se blesse au menton en heurtant une portière. Dans la voiture qui le ramène au poste, l’homme profère à nouveau des insultes, crache sur un adjoint de sécurité, tente de le mordre, et macule la banquette de son sang. Une fois enfermé dans la cellule, il continue à insulter les fonctionnaires de police. » Lire la suite

Le Mans: un clandestin irakien fiché S encore condamné (il ne sera pas expulsé)

le-mans-sartheLu dans Ouest France du 5 septembre :

« Le Mans- Il a été condamné pour vols en réunion et usage de faux papiers. En situation irrégulière, il a échappé à une reconduite à la frontière, présentant un document qui faisait de lui un citoyen d’Irak.

Chez son frère, un pistolet à gaz lui appartenant a été retrouvé lors d’une perquisition. Selon son épouse, il aurait évoqué une « théorie du complot », à propos des récents attentats.

Alors, quand cet Algérien de 46 ans, fiché « S », n’est plus venu « pointer » au commissariat du Mans, comme le lui imposait une assignation à résidence […]

Abdel a comparu devant le tribunal correctionnel du Mans, ce lundi, pour menaces de mort sur son épouse et non-respect de l’assignation à résidence. Le prévenu aux faux airs de Julien Clerc peine à convaincre. Le procureur de la République décrit « un habitué du mensonge et de la dissimulation, qui a déjà été jugé ici même sous une fausse identité ». Il requiert « dix à douze mois ferme ».

[…] trois mois de prison ferme. Il est retourné en détention à l’issue de l’audience. Source 

Des françaises et leurs maris agressés à Toulon pour « port du short »

Photo d'illustration non liée à l'agression.

Photo d’illustration non liée à l’agression.

L’AFP et Le Point traitent enfin cette information.

Lu dans Nice-Matin du 6 septembre:

« La sortie familiale à vélo et à rollers a tourné court après un passage à proximité de la cité des Œillets, dans les quartiers Est de Toulon.

Deux couples, un ami et trois enfants sont sur la piste cyclable, quand ils sont pris à partie par un groupe d’une dizaine de personnes.

Ce qui ne va pas? Ce sont les shorts que portent les deux femmes.

Elles sont insultées très vulgairement et on leur lance peu ou prou de se mettre carrément nue.Les trois hommes du groupe réagissent. Ils demandent qu’on les respecte. Le groupe venu de la cité va fondre sur eux et les passer à tabac.

Le plus grièvement blessé s’est vu prescrire 30 jours d’ITT. Deux hommes ont été déférés ce mardi après-midi devant le parquet de Toulon.

Une autre affaire avait éclaté en juin. Maude Vallet, une toulonnaise de 18 ans, avait été prise à partie par une bande de filles qui jugeaient sa tenue – un short – inappropriée. »

Pour comprendre la politique d’islamisation du territoire, lire notre enquête Ces Maires qui courtisent l’islamisme (Tatamis, 2015):

Acheter le livre-enquête

L’un des imams de la prison de Borgo « fiché S »


Lu sur France 3 du 5 septembre:

Selon nos informations, l’un des deux imams qui interviennent à la maison d’arrêt de Borgo (Haute-Corse) comme aumôniers ferait l’objet d’une fiche S. Une information qui ne suscite aucun commentaire du côté des autorités judiciaires.

Chaque mois, deux imams interviennent à la maison d’arrêt de Borgo où 240 personnes sont actuellement détenues.
Selon nos informations, l’un des deux religieux ferait l’objet d’une fiche S, un document établi par les services de renseignement pour surveiller les individus susceptibles de porter atteinte à la sûreté de l’Etat.

Cette fiche ne signifie pas que l’imam présente une menace, précise une source administrative. (…) Selon nos informations, c’est cet imam, résidant à Ajaccio et fiché S, qui avait été ciblé par le FLNC du 22 octobre dans son communiqué publié le 28 juillet dernier.

Sans citer son nom, l’organisation clandestine désignait le religieux comme un indicateur de police, l’un des huit salafistes fichés S présumés présents en Corse, toujours selon le FLNC, qui pointe une radicalisation grandissante. »Source

Bonifacio : cinq femmes voilées empêchées de rentrer à l’école

Capture d’écran 2016-09-05 à 12.38.59Lu dans Corse-Matin du 5 septembre:

« Rentrée mouvementée ce matin, dans les écoles de Bonifacio.

Certains parents d’élèves ont bloqué l’accès à cinq femmes voilées, « portant une djellaba et un voile sur les cheveux« , rapporte l’un de ces parents d’élèves.

La gendarmerie est intervenue, ainsi que la direction de l’école maternelle.

Une réunion-débat a lieu en mairie cet après-midi.

Les parents d’élèves réclament « une explication, car nos enfants sont réprimandés si l’on voit leur croix« .

Avranche: un clandestin Marocain attaque deux français avec un cutter

Lu dans La Manche Libre du 2 septembre :

« A l’audience du 31 août 2016 du tribunal de Coutances (Manche), un Marocain de 22 ans accepte la procédure de comparution immédiate pour deux affaires de violence avec arme.

Il lui est reproché d’avoir agressé et blessé une personne à Avranches (Manche), le 28 août 2016, avec un rasoir de barbier. Il est également poursuivi pour avoir blessé une autre personne dans cette ville, le 11 août 2016, avec un couteau cette fois. D’après nos informations, les deux victimes n’auraient été que légèrement blessées. (…) Etant donnée la gravité des faits, la dangerosité du prévenu et l’absence de garantie de représentation de celui-ci, en situation irrégulière, il est décidé de son maintien en détention jusqu’au jour de son procès. »

Cazeneuve refuse d’expulser un islamiste belgo-tunisien, placé dans un hôtel aux frais de la république

642475860997benabbesLu dans La Dépêche du 1er septembre:

« La justice a refusé la demande de levée d’assignation à résidence de l’islamiste Farouk Ben Abbes ce jeudi soir. L’islamiste belgo-tunisien Farouk Ben Abbes a en effet comparu ce jeudi après-midi devant le Tribunal administratif de Toulouse. Il ademandait la levée de son assignation à résidence. L’audience s’est déroulée à huis-clos et le verdict a été rendu en début de soirée.

Cette figure de la mouvance radicale qui avait été exfiltré de Toulouse le 15 juin sur ordre du ministère de l’Intérieur au prétexte qu’il constituait «une menace particulièrement grave pour l’ordre public» et assigné à résidence pendant près de deux mois à Brienne-le-Château (Aube) [dans un hôtel tous frais payés] , est revenu à Toulouse depuis où il était assigné à résidence, a rejoint son appartement de La Reynerie début août, où il est, là encore, assigné à résidence.

L’homme a refait parler de lui il y a quinze jours, après qu’ont ait appris qu’il a reçu par erreur 15000 de l’Etat français pour une indemnisation qu’il n’aurait pas dû toucher. »

En août dernier le député LR aubois, Nicolas Dhuicq ne voulait pas de cet encombrant « administré » sur sa circonscription. En juillet, il dépose une demande d’expulsion du Belgo-Tunisien et le 22 juillet, Ben Abbes est escorté jusqu’à Roissy où il est installé à bord d’un vol à destination de la Tunisie. L’avion s’apprête à quitter le tarmac quand ordre est donné par le ministère de l’Intérieur de stopper la procédure de décollage et de débarquer Farouk Ben Abbes. Officiellement, la mesure d’expulsion est suspendue au motif de l’interdiction qui est faite au suspect de quitter le territoire.

Montpellier: arrêtée pour vols, elle menace d’égorger les policiers et fait l’apologie de l’EI

Lu dans 20 Minutes du 31 août:

« Arrêtée pour vols sur les terrasses de la place de la Comédie, la femme âgée de 46 a tenu des propos à la gloire de l’Etat islamique. Elle a été condamnée à de la prison ferme.

Une Montpelliéraine de 46 ans a été interpellée en possession de trois sacs à main tout juste volés aux terrasses de café de la place de la Comédie vendredi. Au moment de son arrestation, c’est une pluie d’insultes, de coups et de menaces qui s’est abattue sur les policiers : 

«Allahu akbar, Daesh va vous niquer bande d’enc… On va s’occuper de vous, on va vous égorger bande de mécréants…», lit à l’audience le représentant du ministère public.

Présentée en comparution directe pour apologie du terrorisme, la femme a reconnu les vols mais pas les propos à la gloire de Daesh. La ligne de défense n’a pas convaincu le tribunal qui l’a condamné à un mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Le parquet avait requis six mois d’emprisonnement. Elle a par ailleurs été condamnée à 750 euros de dommages et intérêts et frais de procédure. »

La mosquée de Villiers-sur-Marne perquisitionnée, une école coranique mise au jour.

Capture d’écran 2016-08-31 à 11.32.34Lu dans Le Parisien:

Une opération de police s’est déroulée ce mercredi matin à la mosquée Al Islah de Villiers-sur-Marne. Une perquisition administrative, qui a pris fin vers 9 heures, avait pour objectif d’établir si une école coranique existait au sein de ce lieu. Ce que la perquisition a permis de confirmer. Il s’agissait notamment de contrôler la logistique de l’établissement mais aussi la teneur du discours tenu en son sein, pour vérifier qu’il ne s’est pas « durci », a-t-elle précisé. Les enquêteurs ont déjà pu constater la présence d’employés en situation irrégulière dans l’école, a ajouté cette source.

Fin juillet, une perquisition administrative avait été menée au domicile d’un homme de 41 ans fiché S (Sûreté de l’Etat) qui fré- quente la mosquée Al Islah. Le 12 avril dernier, le tribunal correctionnel de Paris avait condamné onze membres d’une filière d’acheminement de combattants vers la Syrie, dont plusieurs jeunes de Champigny qui fréquentaient eux aussi cette mosquée. 

Policier attaqué à Toulouse : encore un multirécidiviste d’origine étrangère laissé libre, la liste gonfle.

Connus pour faits de délinquance ou liens évidents avec l’islamisme radical, ils n’ont pas été expulsés et/ou déchus de la nationalité française (lorsqu’ils l’ont acquise par le droit du sol ou une naturalisation). La fin de l’automaticité de la « double peine » décidée en 2003 par Nicolas Sarkozy alors à l’Intérieur, fait que nombre de délinquants étrangers restent en France malgré une condamnation pénale. La Cour européenne des droits de l’homme  (CEDH) interdit l’expulsion des terroristes dans leurs pays d’origine car ils y risquent des mauvais traitements, notamment au Maroc, Algérie et Turquie. Ce laxisme conduit à des attentats à répétition.

Voici les profils des terroristes ayant frappé la France et la Belgique depuis le début 2015 :Lire la suite