Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Italie

14 août : Fête des 800 Martyrs d’Otrante en 1480

En 1453, à la tête d’une armée de 260000 Turcs, Mehmet II avait conquis Byzance, ou Constantinople, la « seconde Rome ». Dès lors, il projetait de s’emparer de la « première Rome », la vraie Rome, et de transformer la basilique Saint-Pierre en écurie pour ses chevaux.

Le Sultan connaissant la Tradition islamique concernant les propos du prophète Muhammad sur ces conquêtes :

«Ibn Qatîl rapporte : “Nous étions chez ‘Abdoullah Ibn ‘Umar quand quelqu’un lui demanda : Laquelle des deux villes, Rome ou Constantinople, sera-t-elle prise en premier ?
‘Abdoullah se fit alors apporter un coffre muni d’un anneau, dont il tira un écrit ainsi rédigé : “Nous étions chez l’Envoyé de Dieu, quand on lui demanda : “Laquelle de ces deux villes, Rome ou Constantinople, sera-t-elle prise en premier ?”L’Envoyé de Dieu répondit : C’est la ville d’Héraclius, c’est-à-dire Constantinople, qui sera prise la première”. (Ahmad 2/176, ad-Dârimi 1/126, et Al-hâkim 3/422)

Nous nous souvenons aussi que 1453 signe la fin de la Guerre de cent ans, et la fin du Moyen-âge. En juin 1480, Mehmet II juge le moment opportun: il dirige sa flotte vers la mer Adriatique. Il a l’intention de s’emparer de Brindisi, et de remonter l’Italie jusqu’au siège de la papauté. Mais un fort vent contraire contraint cependant les navires à toucher terre à 50 milles plus au sud. Le débarquement eut lieu à Roca, à quelques kilomètres d’Otrante. Nous sommes le 28 juillet 1480, et l’armée turque était forte de 90 galères, 40 galiotes et 20 autres navires, au total 18 000 soldats. Lire la suite

Sept nouvelles mosquées en projet à Milan: le dossier sur la table de Matteo Salvini

C’est une polémique récurrente à Milan: la mairie dirigée par le démocrate Guiseppe Sala a toujours fait preuve de mansuétude à l’égard des islamistes pour l’édification de mosquées, tandis que l’opposition municipale et la Région dirigée par la Ligue tentent de freiner ces projets menés par les Frères Musulmans et le Milli Görüs, entre autres. La nouvelle norme régionale prévoit une série de restrictions qui pourrait faire barrage à certains projets.

Parmi les demandes acceptées par la mairie dans le cadre du Plan d’urbanisation,  il y a quatre propriétés musulmanes:  celle de Via Padova / Gobba (Association Al-Waqf Al-Islami en Italie, les Frères Musulmans de l’UCOII), via Maderna (Communauté culturelle islamique Milli Görüs), Via Gonin (Association culturelle Der El Hadith) et via Quaranta (Fajr de la Communauté Islamique). 

Mais la nouvelle norme de la Région attache comme une condition incontournable pour l’ouverture de nouveaux lieux de prière  une série d’exigences strictes : la présence de routes de liaison, des distances minimales, un parking public. Les prêts bancaires et financements étrangers sont aussi passés à la loupe.  Cette Norme appelé « anti-mosquée », avait déjà bloqué l’attribution par la municipalité de trois nouveaux lieux de culte dans la ville, y compris deux mosquées en fait, suscitant une vive controverse. 

Le vicaire de l’archevêché , Monseigneur Luca Bressan, responsable de la culture interrogé par le Corriere della Sera plaide pour une  liberté totale des musulmans : « L’émergence de la communauté de foi aidera à contrecarrer le déclin de la prière dans la société italienne, sans parler de l’erreur d’associer l’islam aux migrants  : il y a maintenant beaucoup de citoyens italiens qui professent la religion musulmane et il est juste qu’ils aient des lieux où ils peuvent exprimer leur vie de foi « .

L’Archevêché de Milan est toujours très en verve dans ces débats, et a par le passé par la voix du cardinal Tettamanzi, défendu les projets des Frères Musulmans rue Padova et rue Jenner. Nous aborderons ces questions du soutien de l’Eglise aux mosquées radicales de nombreuses villes italiennes (Ravenne, Brescia, Florence, Pinerolo, Bologne…) dans un livre à paraitre fin août 2018 « L’Eglise face à l’islam » (éditions de Paris).

Observatoire de l’islamisation, 4 juin 2018.

Milan : un égyptien menace les passants avec un couteau au cri d’ ‘Allah Akbar’

Lu dans Il Giorno du 28 mai 2018 :

Il marchait dans les rues, brandissant un couteau et criant « Allah Akbar », sans blesser heureusement qui que ce soit. L’homme a été signalé à l’application de la loi par certains passants. Les carabiniers ont réussi à l’arrêter non sans peine: il est âgé de 37 ans et vient d’Egypte. L’accusation est  » résistance et violence sur un fonctionnaire ».

Un islamiste algérien fonce en voiture sur le sanctuaire de la Madonne de Pompéi

Plus d’information dans le Corriere del Mezzogiorno du 29 mars 2018:

Othman Jridi, algérien de 22 ans récemment expulsé de France, a suscité une grosse frayeur dans le sanctuaire marial de Pompéi en circulant à toute vitesse dans la zone piétonne, heureusement arrêté par les plots en bétons justement installés pour stopper une éventuelle attaque terroriste. Jugé rapidement, lors de l’audience, il a affirmé « qu’il n’était pas en mesure de savoir pourquoi il avait fait ce geste hormis de se sentir plus proche d’Allah »

En outre, « la personne arrêtée à l’audience a toujours récité une litanie arabe au nom d’Allah »

Italie : le président de la mosquée de Foggia prescrit de « couper la tête des infidèles » et d’employer des ceintures explosives

Lu dans Il Fatto quotidiano :

Un individu, d’origine égyptienne et de nationalité italienne, donnait des cours de religion aux enfants de l’association « Al Dawa » de Foggia et les invitait à combattre les « mécréants » et à transformer les églises en mosquées. Le siège du centre islamique et ses comptes courants ont été saisis. Après une longue enquête, il a été prouvé qu’il faisait des vidéos dans lesquelles il incitait ses élèves à rejoindre le djihad.

Le vote italien influencé par l’invasion migratoire et l’islamisation en cours

Alexandre del Valle, professeur de géopolitique, a longtemps enseigné en Italie. Fin connaisseur de nos voisins transalpins, il explique l’état d’esprit des italiens face aux phénomènes migratoires actuels. Son dernier livre, indispensable : Les vrais ennemis de l’Occident: Du rejet de la Russie à l’islamisation des sociétés ouvertes

Florence (Italie) : la mosquée sera construite sur un terrain cédé par l’Église catholique

Source: La Nazione, traduction Fdesouche

Sesto Fiorentino (Firenze), 14 décembre 2017 – La mosquée à Sesto Fiorentino se fera. Et ce sera sur un terrain de l’Eglise, après une entente entre l’archidiocèse de Florence, la communauté musulmane, la municipalité de Sesto Fiorentino et l’université de Florence.

Dans un communiqué on apprend que la signature du protocole d’accord pour la cession du terrain aura lieu le vendredi 22 décembre, à quelques jours de Noël.

« La commune de Sesto Fiorentino et la Communauté islamique – peut-on lire dans le communiqué – ont initié des travaux qui ont amené à la sélection d’un terrain rue Pasolini pour lequel le Réglement d’Urbanisme en vigueur prévoyait déjà la réalisation de bâtiment dédié au culte et aux activités à caractère religieux (AUNC IIIa). Sollicité par la commune de Sesto Fiorentino, l’Archidiocèse de Florence, propriétaire du terrain, s’est rendu disposé à le céder à titre onéreux à la Communauté Musulmane de la Province de Florence afin qu’elle puisse y bâtir une mosquée au service des fidèles du territoire et un centre culturel islamique; en échange l’Archidiocèse obtiendra un terrain cédé par l’université de Florence.

L’Italie expulse un Français au comportement radical suspect

Lu sur Europe1 du 15 décembre 2017 :

Le 29 août dernier, il avait mimé devant des policiers des gestes de tir et de détonation d’engin explosif tout en évoquant Allah. 

Un Français de 23 ans, qui avait mimé devant des policiers italiens des gestes de tir et de détonation d’engin explosif tout en évoquant Allah, a été expulsé d’Italie, a annoncé vendredi le ministère italien de l’Intérieur.

Converti à l’islam radical en prison. Son comportement suspect devant des policiers italiens avait été observé le 29 août dans la province de Cuneo, dans le nord de l’Italie, précise le ministère dans un communiqué. Lire la suite

Italie : le projet de grande mosquée de Milan enterré par la mairie de centre-droit

Il Giornale du 11 octobre :

Le Conseil communal de Sesto San Giovanni (Métropole de Milan) a approuvé lundi un décret  retirant la concession du terrain sur la zone Via Luini pour la réalisation de ce qui avait été renommé «la plus grande mosquée du nord de l’Italie». La gauche du Pd a voté contre, les « grillonistes » (mouvement 5*) se sont abstenus.

Formellement, la décision est basée sur « une série d’échecs graves et répétés du Centre culturel islamique  à tenir les engagements prévus dans les Conventions de 2013 et de 2015 ». La Ville fait valoir un nombre de paramètres faisant défaut aux associations islamiques qui ont signé la Convention: le premier est le défaut de paiement de la somme de 320 000 euros (…) Lire la suite sur Il Giornale

Une salle de prière musulmane dans l’université de Parme

Les revendications musulmanes sont prises en compte par le monde universitaire italien. L’Université de Parme n’a pas opté pour une simple salle à usage multi-religieuse, mais pour une petite mosquée dédiée.

Page 1 sur 212»