Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

Une mosquée sur trois est salafiste en Catalogne (info police)

Les attaques d’hier n’ont pas surpris nos lecteurs. Un long article d’El Pais en juin 2016 décrivait la progression fulgurante du salafisme en Catalogne, courant auxquels adhèrent 5% des 490 000 musulmans de la communauté autonome. Un rapport de la police (Mossos d’Esquadra) était révélé par le quotidien espagnol pointant 79 mosquées salafistes sur 256 mosquées, contre 36 en 2006. Entre 2012 et 2015, 25 congrès salafistes se tinrent où se réunissent des centaines de fidèles pour écouter les prédicateurs vedettes de la mouvance.

En avril 2016, le cheikh saoudien Saleh El-Maghamsi vint trois jours visiter les mosquées, et pu s’exprimer devant des auditoires importants, jusqu’à 600 personnes à Cornellà. El-Maghamsi, malgré s’être illustré sur Qatar TV en 2011 en expliquant que « aux yeux d’Allah, Ossama Ben Laden est mort avec les honneurs et la sainteté réservés aux musulmans », a pu obtenir un visa de séjour pour prêcher. La police qui le suivit pour écouter ses prêches considéra qu’il ne prononça aucun propos tombant sous le coup de la loi. Un peu comme si Himmler était accueilli en France en 1938 pour faire la promotion du nazisme, mais sans déraper pour prêcher sans encombre.

La responsabilité des attentats repose donc aussi sur les épaules des autorités laxistes, aveuglées par leur idéologie multiculturelle et relativiste, considérant l’islam comme « une religion comme une autre ». Les catalans se réveilleront-ils ? Il est déjà bien tard.

Pour connaître la situation française lire l’enquête de 320 pages Mosquées radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (éditions DMM, 2016).

Une ancienne église arménienne démontée pour ériger une mosquée en Turquie

Lu sur Sputnik du 17 août 2017 :

Une ancienne église arménienne, qui a survécu au terrible génocide arménien en Turquie en 1915, serait sur le point de disparaître, les habitants la démontant pour construire une mosquée.

Les Turcs démontent une ancienne église arménienne faisant partie du monastère de Varagavank, situé en Turquie, près de Van, afin d’utiliser les pierres pour la construction d’une mosquée, affirme yeniozgurpolitika.org.

Principalement érigé aux Xe et XIe siècles, cet important centre religieux a été détruit lors du génocide arménien. L’église en question a été construite aux VII-VIIIe siècles. Résidence de l’archevêque de Van, le site connaît une période de déclin au XVIe siècle. Après le génocide arménien de 1915, le monastère a été délaissé. Lire la suite 

Australie : le chef de la certification halal veut « faire féconder les femmes blanches par des musulmans »

Lu sur News.com.au / Traduction

Le président de l’Autorité pour la Certification Halal, Mohamed El Mouelhy, a déclaré que les femmes australiennes avaient besoin des hommes musulmans pour les féconder afin de « les entourer de bébés musulmans », assurant que la « race blanche disparaîtrait » dans les 40 ans.Lire la suite

Hambourg : un mort dans une attaque au couteau dans un supermarché, le suspect interpellé

Lu sur Russia Today ce 28 juillet :

Une personne a été tuée et cinq individus ont été blessés lors d’une attaque au couteau dans un supermarché de Hambourg. Un suspect a été arrêté, mais les policiers ne sont pas en mesure d’expliquer ses motivations.

Un homme a tué une personne et en a blessé cinq autres avec un couteau dans un supermarché à Hambourg, en Allemagne. 

Il a été arrêté, mais la police a conseillé à la population d’éviter la zone où s’est déroulé l’incident. 

Une photo du suspect en état d’arrestation a été publiée par le média allemand Bild. Selon ce journal, il aurait crié «Allah Akbar» avant de commettre son crime.

Nigeria : Boko Haram attaque une équipe d’exploration pétrolière et tue 50 personnes

Le groupe jihadiste a tendu une embuscade mardi au personnel de la compagnie nationale nigériane accompagné de géologues. Les corps ont été retrouvés mercredi.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/07/28/nigeria-boko-haram-attaque-une-equipe-d-exploration-petroliere-et-tue-50-personnes_5165849_3212.html#4FUxx6ld7OwlLq21.99

Les anciens alliés Ahrar Al Cham et Al Qaida dans une lutte à mort pour Ildib

Ahrar Al Cham vient de perdre le contrôle d’Ildib en Syrie

Par Georges Malbrunot
Mis à jour le 26/07/2017 à 19h16

Après des mois de combats fratricides, la branche syrienne d’al-Qaida a pris le contrôle de la ville d’Idlib, dans le nord-ouest du pays, ainsi que de nombreux villages de la province éponyme, le long de la Turquie. Le 23 juillet, Tahrir el-Cham, une coalition de groupes armés dominée par l’ex-branche locale d’al-Qaida, a expulsé d’Idlib ses rivaux salafistes d’Ahrar el-Cham, appuyés par la Turquie et le Qatar.

Les deux groupes avaient combattu ensemble pour chasser en 2015 les troupes gouvernementales d’Idlib et de sa province. Une lourde défaite pour Damas, surpris alors par la défection soudaine de nombreux policiers passés chez les rebelles. Lire la suite dans Le Figaro

Nota Bene : l’Occident (USA-France) soutenait Ahrar Al Cham lors de la bataille d’Alep.

Les portiques ne dérangent pas les musulmans en Egypte, au Koweit ou à La Mecque

Alors que les palestiniens crient à la « provocation » sur la mise en place de portiques de sécurité à Jérusalem sur le Mont du Temple (précédant de mille ans « l’esplanade des mosquées ») après le meurtre de trois israéliens, des dispositifs similaires existent à l’entrée de mosquées du monde entier sans susciter des cris d’orfraie > Photos de portiques de sécurité dans différents pays :Lire la suite

Espagne : un Marocain attaque au couteau un policier à Melilla en criant « Allah Akbar »

Lu dans Le Midi Libre:

Un homme a franchi ce mardi 25 juillet au matin la frontière de l’enclave espagnole au Maroc de Melilla en courant et en criant « Allah Akbar » et a légèrement blessé un policier avec un couteau.

« La police a arrêté un homme qui a attaqué avec un couteau les agents du passage frontalier de Beni-Ensar », a pour sa part déclaré le ministre de l’Intérieur Juan Ignacio Zoido sur son compte Twitter.

« L’homme est entré en courant et en criant « Allah Akbar » (Allah est le plus grand), a déclaré le porte-parole de la police à l’AFP en précisant que l’attaque s’était produite vers 7h35 locales du matin.

« Il a légèrement blessé un policier avec un couteau », a-t-il ajouté aussi en précisant qu’il s’agit d »une coupure à un doigt d’une main », a précisé cette source.Lire la suite

La Turquie dévoile les positions des troupes américaines et françaises en Syrie

Lu dans Valeurs Actuelles du 20 juillet

Anadolu, l’agence de presse gouvernementale turque a donné l’emplacement de 10 installations américaines en Syrie en révélant même parfois le nombre de soldats présents sur place. Selon l’agence, 200 soldats américains et 75 soldats des forces spéciales françaises se trouveraient dans un poste au nord de Raqa. 

“Nous serions très inquiets si des responsables d’un allié de l’Otan mettaient volontairement en danger nos troupes en divulguant des informations confidentielles”, a dénoncé le porte-parole du Pentagone, Adrian Rankine-Galloway, avant d’ajouter, “Nous avons fait part de nos inquiétudes au gouvernement turc”

Alors que les relations entre les États-Unis et la Turquie semblaient aller de mieux en mieux, ces nouvelles révélations risquent de les refroidir. Ces 10 bases seraient utilisées pour venir en aide au Parti de l’union démocrate kurde et sa branche armée, les Unités de protection du peuple kurde, qu’Ankara considère comme liée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Or pour la Turquie, le PKK est considéré comme une organisation « terroriste ».

Pour le moment, le gouvernement français n’a pas réagi à ces informations.

Trump suspend l’aide de la CIA aux rebelles islamistes en Syrie (Washington Post)

Washington Post

July 19 at 5:41 PM

(traduction Observatoire de l’islamisation)

Le président Trump a décidé de mettre fin au programme secret de la CIA d’ armement et de formation des rebelles syriens « modérés » luttant contre le gouvernement de Bashar al-Assad, un désengagement recherché depuis longtemps par la Russie, selon les responsables américains.

Le programme a été la pierre centrale d’une politique lancée par l’administration Obama en 2013 pour évincer Assad , mais même ses soutiens ont mis en doute son efficacité puisque la Russie a déployé des forces en Syrie deux ans plus tard.

Des officiels ont confié que l’élimination progressive du programme secret reflète l’intérêt de Trump à trouver des moyens de travailler avec la Russie, qui a vu le programme anti-Assad comme une agression envers ses intérêts. Le verrouillage du programme est également une reconnaissance du manque d’influence de Washington sur le dossier syrien.Lire la suite