Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

Le laxisme coupable des gouvernements catalans et espagnols

L’imâm Abdelbaki Es Satty, mort dans l’explosion d’Alcanar était de nationalité marocaine et ne cachait pas son affiliation au salafisme le plus strict. Il est entré dans ses fonctions d’imâm à Ripoll dès sa sortie de prison où il séjourna entre 2010 et 2015 pour trafic de hashisch. Avant son séjour en prison, il fréquentait au début des années 2000 une cellule islamiste en Catalogne qui recrutait des candidats au djihad pour les théâtres afghans et irakiens. Ses liens avec l’imâm Mrabet de la mosquée Al Furkan arrêté en 2005 lors de « l’opération Chacal », coup de filet anti djihadistes, étaient connus.

Ce qui frappe, est qu’un tel personnage ne soit pas renvoyé au Maroc après avoir purgé sa peine. L’Espagne conserve ses délinquants étrangers, qui plus est islamistes, après leur sortie de prison. Comme en France, il est vrai, la « double peine » ayant été largement amendée au bénéfice des délinquants lors du passage de Nicolas Sarkozy à l’Intérieur.

Le laxisme en Espagne confine au suicide civilisationnel : en avril 2016, le cheikh saoudien Saleh El-Maghamsi vint trois jours visiter des mosquées catalanes, et put s’exprimer devant des auditoires importants, jusqu’à 600 personnes à Cornell (info El Pais). El-Maghamsi, malgré s’être illustré sur Qatar TV en 2011 en expliquant que « aux yeux d’Allah, Ossama Ben Laden est mort avec les honneurs et la sainteté réservés aux musulmans », a pu obtenir un visa de séjour pour prêcher ! La police qui le suivit pour écouter ses prêches considéra qu’il ne prononça aucun propos tombant sous le coup de la loi. Un peu comme si Himmler était accueilli en France en 1938 pour faire la promotion du nazisme, mais sans déraper pour prêcher sans encombre.

Le nombre de mosquées salafistes rien qu’en Catalogne est passé de 36 en 2006, à 79 dix ans plus tard. 5% du million de musulman de la région serait salafiste selon une estimation des Mossos d’Esquadra, la police catalane. Les autorités espagnoles considèrent cette tendance comme tolérable, mais l’erreur d’appréciation tourne à la négligence coupable lorsque des cheikhs pro Ben Laden sont autorisés à séjourner, de même que des imâms salafistes condamnés pour trafics de drogue.

Le sang des écrasés de La Rambla est largement du aux autorités espagnoles et catalanes qui ont permis à Es Satty d’embobiner une dizaine de jeunes à lui tout seul. L’ extrême laxisme, on l’a vu en France, est le facteur de risque le plus élevé conduisant au terrorisme. Les extrémistes les plus dangereux, hors islamistes, ne sont pas à chercher du côté des nationaux-conservateurs, mais du côté des bien-pensants d’un Système politico-médiatique à bout de souffle.

Sur le même sujet lire :  Attaques de l’EI: Gilles Képel s’interroge sur les « mauvaises appréciations tragiques » des magistrats

Observatoire de l’islamisation, 22 août 2017.

L’université islamique d’al-Azhar vent debout contre les lois égalitaires en Tunisie

RFI du 22 août :

La préoccupation d’al-Azhar est due au fait qu’en Egypte, mais aussi dans d’autres pays arabes, de plus en plus de femmes commencent à réclamer l’égalité dans l’héritage.

Une polémique oppose depuis deux jours l’Egypte et la Tunisie au sujet des droits de la femme, que ce soit en matière d’héritage ou de mariage. Plus précisément, l’université islamique d’al-Azhar, une des plus hautes autorités de l’islam sunnite, et le président tunisien Beji Caïd Essebsi. Actuellement et conformément à la législation islamique en cours dans le monde arabo-musulman la fille n’hérite que la moitié de la part de son frère en cas de décès des parents.

Le président Essebsi avait promis dimanche 13 août de relancer le débat sur l’égalité de l’héritage entre hommes et femmes et s’est aussi engagé à abroger une circulaire interdisant à une Tunisienne d’épouser un non-musulman.

Des déclarations qui ont fait beaucoup de vagues dans les médias arabes, même si elles ont reçu le soutien des autorités religieuses tunisiennes. Des déclarations jugées choquantes par beaucoup de responsables religieux, du Golfe à l’Atlantique.

Mais c’est l’Université islamique d’al-Azhar qui est officiellement montée au créneau avec l’adjoint du Grand Imam, qualifiant les propositions du président tunisien de « contraires à la charia islamique ». La préoccupation d’al-Azhar est due au fait qu’en Egypte, mais aussi dans d’autres pays arabes, de plus en plus de femmes commencent à réclamer l’égalité dans l’héritage.

Une mosquée sur trois est salafiste en Catalogne (info police)

Les attaques d’hier n’ont pas surpris nos lecteurs. Un long article d’El Pais en juin 2016 décrivait la progression fulgurante du salafisme en Catalogne, courant auxquels adhèrent 5% des 490 000 musulmans de la communauté autonome. Un rapport de la police (Mossos d’Esquadra) était révélé par le quotidien espagnol pointant 79 mosquées salafistes sur 256 mosquées, contre 36 en 2006. Entre 2012 et 2015, 25 congrès salafistes se tinrent où se réunissent des centaines de fidèles pour écouter les prédicateurs vedettes de la mouvance.

En avril 2016, le cheikh saoudien Saleh El-Maghamsi vint trois jours visiter les mosquées, et pu s’exprimer devant des auditoires importants, jusqu’à 600 personnes à Cornellà. El-Maghamsi, malgré s’être illustré sur Qatar TV en 2011 en expliquant que « aux yeux d’Allah, Ossama Ben Laden est mort avec les honneurs et la sainteté réservés aux musulmans », a pu obtenir un visa de séjour pour prêcher. La police qui le suivit pour écouter ses prêches considéra qu’il ne prononça aucun propos tombant sous le coup de la loi. Un peu comme si Himmler était accueilli en France en 1938 pour faire la promotion du nazisme, mais sans déraper pour prêcher sans encombre.

La responsabilité des attentats repose donc aussi sur les épaules des autorités laxistes, aveuglées par leur idéologie multiculturelle et relativiste, considérant l’islam comme « une religion comme une autre ». Les catalans se réveilleront-ils ? Il est déjà bien tard.

Pour connaître la situation française lire l’enquête de 320 pages Mosquées radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (éditions DMM, 2016).

Une ancienne église arménienne démontée pour ériger une mosquée en Turquie

Lu sur Sputnik du 17 août 2017 :

Une ancienne église arménienne, qui a survécu au terrible génocide arménien en Turquie en 1915, serait sur le point de disparaître, les habitants la démontant pour construire une mosquée.

Les Turcs démontent une ancienne église arménienne faisant partie du monastère de Varagavank, situé en Turquie, près de Van, afin d’utiliser les pierres pour la construction d’une mosquée, affirme yeniozgurpolitika.org.

Principalement érigé aux Xe et XIe siècles, cet important centre religieux a été détruit lors du génocide arménien. L’église en question a été construite aux VII-VIIIe siècles. Résidence de l’archevêque de Van, le site connaît une période de déclin au XVIe siècle. Après le génocide arménien de 1915, le monastère a été délaissé. Lire la suite 

Australie : le chef de la certification halal veut « faire féconder les femmes blanches par des musulmans »

Lu sur News.com.au / Traduction

Le président de l’Autorité pour la Certification Halal, Mohamed El Mouelhy, a déclaré que les femmes australiennes avaient besoin des hommes musulmans pour les féconder afin de « les entourer de bébés musulmans », assurant que la « race blanche disparaîtrait » dans les 40 ans.Lire la suite

Hambourg : un mort dans une attaque au couteau dans un supermarché, le suspect interpellé

Lu sur Russia Today ce 28 juillet :

Une personne a été tuée et cinq individus ont été blessés lors d’une attaque au couteau dans un supermarché de Hambourg. Un suspect a été arrêté, mais les policiers ne sont pas en mesure d’expliquer ses motivations.

Un homme a tué une personne et en a blessé cinq autres avec un couteau dans un supermarché à Hambourg, en Allemagne. 

Il a été arrêté, mais la police a conseillé à la population d’éviter la zone où s’est déroulé l’incident. 

Une photo du suspect en état d’arrestation a été publiée par le média allemand Bild. Selon ce journal, il aurait crié «Allah Akbar» avant de commettre son crime.

Nigeria : Boko Haram attaque une équipe d’exploration pétrolière et tue 50 personnes

Le groupe jihadiste a tendu une embuscade mardi au personnel de la compagnie nationale nigériane accompagné de géologues. Les corps ont été retrouvés mercredi.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/07/28/nigeria-boko-haram-attaque-une-equipe-d-exploration-petroliere-et-tue-50-personnes_5165849_3212.html#4FUxx6ld7OwlLq21.99

Les anciens alliés Ahrar Al Cham et Al Qaida dans une lutte à mort pour Ildib

Ahrar Al Cham vient de perdre le contrôle d’Ildib en Syrie

Par Georges Malbrunot
Mis à jour le 26/07/2017 à 19h16

Après des mois de combats fratricides, la branche syrienne d’al-Qaida a pris le contrôle de la ville d’Idlib, dans le nord-ouest du pays, ainsi que de nombreux villages de la province éponyme, le long de la Turquie. Le 23 juillet, Tahrir el-Cham, une coalition de groupes armés dominée par l’ex-branche locale d’al-Qaida, a expulsé d’Idlib ses rivaux salafistes d’Ahrar el-Cham, appuyés par la Turquie et le Qatar.

Les deux groupes avaient combattu ensemble pour chasser en 2015 les troupes gouvernementales d’Idlib et de sa province. Une lourde défaite pour Damas, surpris alors par la défection soudaine de nombreux policiers passés chez les rebelles. Lire la suite dans Le Figaro

Nota Bene : l’Occident (USA-France) soutenait Ahrar Al Cham lors de la bataille d’Alep.

Les portiques ne dérangent pas les musulmans en Egypte, au Koweit ou à La Mecque

Alors que les palestiniens crient à la « provocation » sur la mise en place de portiques de sécurité à Jérusalem sur le Mont du Temple (précédant de mille ans « l’esplanade des mosquées ») après le meurtre de trois israéliens, des dispositifs similaires existent à l’entrée de mosquées du monde entier sans susciter des cris d’orfraie > Photos de portiques de sécurité dans différents pays :Lire la suite

Espagne : un Marocain attaque au couteau un policier à Melilla en criant « Allah Akbar »

Lu dans Le Midi Libre:

Un homme a franchi ce mardi 25 juillet au matin la frontière de l’enclave espagnole au Maroc de Melilla en courant et en criant « Allah Akbar » et a légèrement blessé un policier avec un couteau.

« La police a arrêté un homme qui a attaqué avec un couteau les agents du passage frontalier de Beni-Ensar », a pour sa part déclaré le ministre de l’Intérieur Juan Ignacio Zoido sur son compte Twitter.

« L’homme est entré en courant et en criant « Allah Akbar » (Allah est le plus grand), a déclaré le porte-parole de la police à l’AFP en précisant que l’attaque s’était produite vers 7h35 locales du matin.

« Il a légèrement blessé un policier avec un couteau », a-t-il ajouté aussi en précisant qu’il s’agit d »une coupure à un doigt d’une main », a précisé cette source.Lire la suite