Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

Une jeune fille harcelée par des arabes pour port d’un short dans les Alpes-Maritimes: témoignage

Capture d’écran 2016-09-08 à 09.26.37

Village de l’Escarène dans les Alpes-Maritimes

Suite aux deux affaires similaires à Toulon, une maman de l’Escarène, village des Alpes-Maritimes, nous a contacté pour raconter l’agression de sa fille, également par des musulmans se constituant en police religieuse (hisba) voulant suivre l’injonction coranique : « Vous êtes la meilleure communauté parmi les hommes, vous ordonnez le convenable et interdisez le blâmable et croyez en Allah » (sourate 3 verset 110) :

« Fin juillet ma fille revenait de chez sa copine elle marchait au bord de la route dans son village Alpes-Maritimes . quand 4 individus en voiture maghrébins mal rasés l’ont interpellé en l insultant de « grosse pute » et lui disant de s habiller autrement, et, la suivant en marche arrière en lui hurlant « tu m écoute quand je te parle ».!!! Elle a eu très peur et pensait que sa dernière heure était venue et s’ est échappée en courant.

J ai porté plainte à la gendarmerie mais ma petite n a pas eu la présence d esprit de relever la plaque. Elle a très peur depuis cet incident et ne veut plus s habiller avec un short!! C est scandaleux de voir des choses pareilles. Et moi j ai peur pour mes enfants. »

Nîmes : il crie « Vive Daech » au sein du Palais de Justice

Lu dans Objectif Gard du 7 septembre:

« Ne vous étonnez pas s’il y a des attentats », scande un homme devant plusieurs témoins dans les couloirs du Palais de Justice… Quelques minutes avant, une personne de sa famille a été condamnée pour des « vols » à 10 ans de prison devant la Cour d’Appel de Nîmes. A l’issue de l’audience d’aujourd’hui, mécontent de la décision, des mots déplacés ont été tenus. […]

L’autre homme, qui lui a été lourdement condamné aujourd’hui comparaissait pour des « vols ». Il avait écopé de 4 ans de prison devant le tribunal correctionnel d’Avignon. Devant la Cour d’Appel de Nîmes aujourd’hui, la peine a été largement supérieure. Il a été sanctionné de 10 ans. […] très énervé, il a cassé du matériel installé à l’entrée du Palais de Justice. Il a également prononcé des paroles liées à une organisation terroriste en criant « vive Daech » dans la salle des pas-perdus du tribunal. Lui aussi a été placé en garde à vue.

Un Tunisien crie « Allah Akbar, je vais tout faire sauter » lors des festivités des Angevines

Fougères (35)

Fougères (35)

Lu dans Chronique Républicaine du 7 septembre:

« Lors des festivités des Angevines, samedi 3 septembre en début d’après-midi, un homme a été interpellé après avoir été entendu crier « Allah Akbar, je vais tout faire sauter ». Il se trouvait alors place Carnot, en dehors du périmètre sécurisé où se déroulait la braderie des enfants. La présence de nombreux policiers et agents de la ville a permis de suivre la progression de l’individu et de l’interpeller rapidement. (…)Ce tunisien de 51 ans habitant à Fougères et reconnu adulte handicapé fait l’objet d’une convocation pour apologie d’actes de terrorisme devant le TGI de Rennes. Source

Blois: « Je suis Daech, je suis armé, je vais vous exploser » crie-t-il aux policiers

Blois

Blois

Lu dans La Nouvelle République du 7 septembre:

« Un peu plus d’un mois après avoir demandé un délai pour préparer sa défense, Abderrahamane a été extrait ce mardi de la maison d’arrêt pour être jugé des faits d’outrages, rébellion et menaces de mort envers des policiers. Comme l’a rappelé la présidente Maggy Deligeon, les faits se sont produits à l’aube du 31 juillet, rue Michel-Bégon à Blois. Une patrouille de police intercepte une Twingo. Les gardiens de la paix veulent contrôler l’alcoolémie du conducteur mais le passager s’interpose vivement. Abderrahamane, qui est ivre, donne des coups de poing sur le capot et injurie les policiers. Selon les agents, il aurait crié : « Je suis Daech, je suis armé, je vais vous exploser. » Les policiers doivent le plaquer au sol et le forcer à dégager ses mains pour lui passer les menottes. Dans la confusion, une policière se blesse au menton en heurtant une portière. Dans la voiture qui le ramène au poste, l’homme profère à nouveau des insultes, crache sur un adjoint de sécurité, tente de le mordre, et macule la banquette de son sang. Une fois enfermé dans la cellule, il continue à insulter les fonctionnaires de police. » Lire la suite

Le Mans: un clandestin irakien fiché S encore condamné (il ne sera pas expulsé)

le-mans-sartheLu dans Ouest France du 5 septembre :

« Le Mans- Il a été condamné pour vols en réunion et usage de faux papiers. En situation irrégulière, il a échappé à une reconduite à la frontière, présentant un document qui faisait de lui un citoyen d’Irak.

Chez son frère, un pistolet à gaz lui appartenant a été retrouvé lors d’une perquisition. Selon son épouse, il aurait évoqué une « théorie du complot », à propos des récents attentats.

Alors, quand cet Algérien de 46 ans, fiché « S », n’est plus venu « pointer » au commissariat du Mans, comme le lui imposait une assignation à résidence […]

Abdel a comparu devant le tribunal correctionnel du Mans, ce lundi, pour menaces de mort sur son épouse et non-respect de l’assignation à résidence. Le prévenu aux faux airs de Julien Clerc peine à convaincre. Le procureur de la République décrit « un habitué du mensonge et de la dissimulation, qui a déjà été jugé ici même sous une fausse identité ». Il requiert « dix à douze mois ferme ».

[…] trois mois de prison ferme. Il est retourné en détention à l’issue de l’audience. Source 

Des françaises et leurs maris agressés à Toulon pour « port du short »

Photo d'illustration non liée à l'agression.

Photo d’illustration non liée à l’agression.

L’AFP et Le Point traitent enfin cette information.

Lu dans Nice-Matin du 6 septembre:

« La sortie familiale à vélo et à rollers a tourné court après un passage à proximité de la cité des Œillets, dans les quartiers Est de Toulon.

Deux couples, un ami et trois enfants sont sur la piste cyclable, quand ils sont pris à partie par un groupe d’une dizaine de personnes.

Ce qui ne va pas? Ce sont les shorts que portent les deux femmes.

Elles sont insultées très vulgairement et on leur lance peu ou prou de se mettre carrément nue.Les trois hommes du groupe réagissent. Ils demandent qu’on les respecte. Le groupe venu de la cité va fondre sur eux et les passer à tabac.

Le plus grièvement blessé s’est vu prescrire 30 jours d’ITT. Deux hommes ont été déférés ce mardi après-midi devant le parquet de Toulon.

Une autre affaire avait éclaté en juin. Maude Vallet, une toulonnaise de 18 ans, avait été prise à partie par une bande de filles qui jugeaient sa tenue – un short – inappropriée. »

Pour comprendre la politique d’islamisation du territoire, lire notre enquête Ces Maires qui courtisent l’islamisme (Tatamis, 2015):

Acheter le livre-enquête

Algérie : les filles non voilées interdites d’accès au lycée Sebbala de Draria

voile(2)Lu sur Dernières Infos d’Algérie du 4 septembre:
« Ce qui s’est passé ce dimanche matin, à l’occasion de la rentrée des classes, au lycée de la cité 1 600 logements à Sebbala (Draria) est très grave. Les lycéennes ne portant pas le voile n’ont pas pu accéder à l’établissement où elles sont inscrites. L’agent qui se trouvait au portail d’entrée a carrément interdit aux jeunes filles ne portant pas le voile d’accéder au lycée !
Si certaines d’entre elles ont du rebrousser chemin pour aller chercher un foulard à la maison, d’autres qui étaient accompagnées par leurs parents ne se sont pas laissées faire. Elles ont protesté et ont demandé à voir le directeur de l’établissement, lequel était «absent». Pis encore, les parents de ces lycéennes ont été outrés par le comportement de cet appariteur qui scrutait les têtes de ces adolescentes qu’il aura, somme toute, terrorisé.  
Sûr de lui, il a sommé les parents, qui accompagnaient leurs enfants, de «bien éduquer leurs filles».Lire la suite

Manipulation grossière d’I-Télé sur la bataille d’Alep

Un reportage de début août sur la préparation de l’offensive des groupes djihadistes enclavés dans la partie orientale d’Alep comporte plusieurs inexactitudes, dont une grossière manipulation par l’image. Au début de la vidéo, les rebelles islamistes qui contrôlent cette zone de la ville sont présentés comme « des rebelles pro occidentaux ».  Il faut savoir que ces djihadistes lancent depuis ces quartiers des roquettes ayant tué des dizaines de civils des quartiers alépins contrôlés par le régime, notamment chrétiens. L’expert Fabrice Balanche explique que « les djihadistes et les salafistes dominent de façon écrasante la «rébellion», en particulier à Alep. » (Cité dans Le Figaro). 

Ensuite, I-Télé fait un lien direct entre le brisement du « siège d’Alep » par ces groupes et la reprise de l’aide humanitaire qui pourrait enfin accéder à ces quartiers. Les images des rebelles islamistes agitant le drapeau noir du djihad, en liesse, sont suivies d’images de véhicules humanitaires chargés de vivres. Les téléspectateurs sont donc enclins à se réjouir que des rebelles « pro occidentaux » permettent de rétablir l’aide humanitaire pour les civils. Sauf que les images présentées montrent un convoi humanitaire déployant les drapeaux russes, libanais et celui du régime…avec ce commentaire « des camions chargées de nourriture ont enfin pu accéder aux zones assiégées ».

I Télévision en flagrant délit de manipulation, un cas d’école de désinformation par l’image en temps de guerre si bien analysé en son temps par Vladimir Volkoff

L’un des imams de la prison de Borgo « fiché S »


Lu sur France 3 du 5 septembre:

Selon nos informations, l’un des deux imams qui interviennent à la maison d’arrêt de Borgo (Haute-Corse) comme aumôniers ferait l’objet d’une fiche S. Une information qui ne suscite aucun commentaire du côté des autorités judiciaires.

Chaque mois, deux imams interviennent à la maison d’arrêt de Borgo où 240 personnes sont actuellement détenues.
Selon nos informations, l’un des deux religieux ferait l’objet d’une fiche S, un document établi par les services de renseignement pour surveiller les individus susceptibles de porter atteinte à la sûreté de l’Etat.

Cette fiche ne signifie pas que l’imam présente une menace, précise une source administrative. (…) Selon nos informations, c’est cet imam, résidant à Ajaccio et fiché S, qui avait été ciblé par le FLNC du 22 octobre dans son communiqué publié le 28 juillet dernier.

Sans citer son nom, l’organisation clandestine désignait le religieux comme un indicateur de police, l’un des huit salafistes fichés S présumés présents en Corse, toujours selon le FLNC, qui pointe une radicalisation grandissante. »Source

Bonifacio : cinq femmes voilées empêchées de rentrer à l’école

Capture d’écran 2016-09-05 à 12.38.59Lu dans Corse-Matin du 5 septembre:

« Rentrée mouvementée ce matin, dans les écoles de Bonifacio.

Certains parents d’élèves ont bloqué l’accès à cinq femmes voilées, « portant une djellaba et un voile sur les cheveux« , rapporte l’un de ces parents d’élèves.

La gendarmerie est intervenue, ainsi que la direction de l’école maternelle.

Une réunion-débat a lieu en mairie cet après-midi.

Les parents d’élèves réclament « une explication, car nos enfants sont réprimandés si l’on voit leur croix« .