Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

« Nous allons détruire l’Allemagne » : le réseau des 900 mosquées de l’état turc au coeur d’une polémique

Traduction (par Fdesouche.com) d’un article du magazine allemand Focus du 23 février 2017:

Depuis qu’on a appris que des imams de Ditib [900 mosquées en Allemagne, ses imams sont des fonctionnaires d’Ankara] espionnent en Allemagne pour le gouvernement d’Erdogan, l’association islamique turque est sous le feu de la critique. Et voici qu’un reportage montre maintenant que l’association a de plus en plus tendance à nourrir l’intolérance religieuse et l’hostilité à la démocratie.

« Nous ne sommes pas tenus par la démocratie« , peut-on y lire parmi d’autres citations en turc. « C’est le livre d’Allah, c’est le coran qui nous engage. » Sur une autre image figure cette déclaration :  » Je crache au visage des Turcs et des Kurdes qui ne vivent pas de façon islamique. Que valent-ils donc s’ils ne sont pas musulmans ? » Cela jure du tout au tout avec l’image de tolérance que Ditib aime à donner.

Interviewé par les reporters du magazine de la NDR, le permanent du DITIB minimise. Ces citations ne sont pas des paroles de haine, mais des « émotions privées », comme il l’explique de manière alambiquée […] Ce qui est important, c’est la ligne officielle du DITIB et elle est axée sur le vivre ensemble. Et en effet, sur sa page Internet, l’association se déclare pour la démocratie et pour la tolérance.

Mais cela semble peu impressionner, les jeunes membres en particulier. « Panorama 3″ a retrouvé les impressions laissées par un pélerinage à La Mecque organisé par DITIB. Sur une vidéo, on entend scander des mots d’ordre guerriers. Un participant a écrit plus tard sur une photo de propagande du président turc Recep Tayyip Erdogan :  » Chef, donne-nous l’ordre et nous détruisons l’Allemagne. »

(Traduction Fdesouche) source : Focus

Jacques Attali prépare déjà le terrain en Arabie Saoudite pour Emmanuel Macron

Jacques Attali a propulsé la carrière d’Emmanuel Macron. Il est un de ses fervents soutiens affichés.

La continuité des liens privilégiés avec l’Arabie Saoudite construits par le quinquennat Hollande va se poursuivre. Les futurs contrats d’équipement français dans l’aérospatial de la dictature islamiste sont déjà en cours de préparation. 

Lu dans Intelligence Online du 22 février 2017 :Lire la suite

Centrafrique : églises détruites et pasteur tué à Bangui

2014-03-23t110822z_1793395389_gm1ea3n1gzl01_rtrmadp_3_car_0Une tente qui servait de lieu de culte temporaire à la congrégation de l’Union des Églises baptistes du quartier Gbaya-Doumbia de Bangui, a été incendiée dans la nuit du 14 janvier dernier. Cette tente était destinée à remplacer l’église incendiée le 8 avril 2014 par des islamistes. Sans doute par représailles, des membres de la milice islamiste de Youssouf Sy, tué le 8 février, ont incendié le même jour l’église catholique Saint-Matthias, située près du domicile du chef de bande, puis ils ont détruit le lieu de culte de l’Église du Christ en Centrafique et tué son pasteur, le Révérend Jean-Paul Sankagui.

Sources : World Watch Monitor, 13 février ; BBC Afrique, 8 février. Traduction Christianophobie.fr

La Cour d’Appel condamne la Mairie de Paris pour sa subvention à la mosquée de l’ICI

Actualisation du 10 février 2017 : « Par arrêt rendu ce jour, le Conseil d’Etat a écarté le pourvoi de la ville de Paris et a alloué à Mr Guy.H, une indemnité de 3 000 €, au titre des frais irrépétibles. » nous communique l’avocat au Conseil d’Etat. 

Interview avec monsieur H qui a fait condamner, en qualité de contribuable parisien, la mairie de Paris pour sa subvention à l’Institut des Cultures d’islam (16 millions d’euros!) qui loge en son sein une salle de prière. Un référé va demander l’arrêt immédiat des prières au sein de ce bâtiment public.

Pour le seul fonctionnement annuel, la mairie de Paris dépense 1 300 000 euros unnamedCi-dessous la décision de la Cour d’Appel in extenso :

Lire la suite

« On ne veut pas se retrouver dans la situation de la France avec une large population musulmane » équipe Trump

trumpequipeDimanche soir, un haut responsable de l’administration Trump a briefé les journalistes en ces termes :

La réalité est que nous ne voulons pas nous retrouver aux Etats-Unis dans la situation de la France, de l’Allemagne ou de la Belgique avec une large population musulmane. »

On ne veut pas d’une situation où dans 20-30 ans il devient normal qu’il y ait régulièrement des attaques terroristes sur notre sol. Les Etats-Unis sont un pays souverain qui n’a absolument pas l’obligation d’intégrer n’importe quel immigré.

Breitbart

1100 policiers allemands perquisitionnent 54 mosquées ou appartements : un cadre de l’EI interpellé

asset-version-19f6879e6b-283050674La police allemande a procédé, ce matin à l’aube, à une cinquantaine de perquisitions dans la région de Hesse (dans l’ouest du pays) et à une arrestation, a annoncé le parquet de Francfort.

Une vaste opération policière qui a mobilisé 1100 agents dans l’Etat-région de Hesse. 54 appartements, locaux ou mosquées ont été perquisitionnés dans plusieurs villes proches de Francfort. Seize personnes âgées de 16 à 46 ans sont visées par cette enquête a indiqué le parquet dans un communiqué.

Le principal suspect, après un premier séjour en Allemagne de 2003 à 2013, était revenu en Allemagne en tant que demandeur d’asile en août 2015, au pic de la crise migratoire européenne.  

Ce Tunisien de 36 ans est soupçonné d’avoir recruté et dirigé une cellule de 16 personnes, « un réseau destiné à perpétrer une attaque en Allemagne (…) mais qui a été démantelé à un stade précoce sans qu’une cible particulière n’ait encore pu être choisie », précise le parquet allemand. Comme dans le cas du Tunisien Anis Amri, auteur de l’attentat du 19 décembre 2016 à Berlin, la Tunisie n’avait pas donné suite à une demande de l’Allemagne de le renvoyer dans son pays. 

Hier soir, à Berlin, trois personnes âgées de 21, 31 et 45 ans, et soupçonnées d’avoir « projeté de rejoindre des zones de guerre », sans doute la Syrie ou l’Irak ont été arrêtées, selon un porte-parole de la police locale.

Ces trois personnes ont en outre fréquenté une mosquée salafiste où se rendait également régulièrement Anis Amri, l’auteur présumé de l’attentat au camion bélier le 19 décembre 2016 contre un marché de Noël à Berlin, a confirmé la police berlinoise.

Le Qatar a bien armé les djihadistes du Mali contre la France (Chesnot/Malbrunot)

Ansar Dine flag azawad

Le groupe Ansar al Dine au Mali, armé par le Qatar.

L’émirat proche des réseaux Républicains (François Fillon était encore au Forum de Doha en 2013) et soutenu par la présidence Sarkozy s’est bien engagé aux côtés des islamistes délogés de Tombouctou par l’armée française lors de l’opération Serval. Révélations des journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot  dans Nos très chers émirs ( Michel Lafon, 2016) pages 159 et suivantes :

« Juste avant l’intervention militaire française de janvier 2013 au nord du Mali pour empêcher que les djihadistes ne fondent sur la capitale Bamako, trois avions C-130 qatariens ont retiré des hommes que Doha avait dépêchés sur place. 

Un ex-membre des forces spéciales témoigne : « des équipes mixtes de la DGSE et du Commandement des opérations spéciales (COS) qui avaient été déployées au nord-Mali en prévision de l’intervention française ont reçu consigne de ralentir leur arrivée le temps que les Qatariens rembarquent leurs gars. Cela aurait fait tache qu’on se retrouve face avec des alliés. La présence des Qatariens a beaucoup irrité les militaires français et les agents de la DGSE, qui se sont demandé pourquoi on allait s’acoquiner avec des types aussi peu fiables? »

Qui étaient-ils ? Des djihadistes, et non des locaux, qui opéraient sous couverture d’ONG (Croissant Rouge qatarien, ou Qatar Charity [note de l’Obs-i : financier de mosquées et lycées UOIF en France!]) comme Le Canard enchaîné l’avait évoqué six mois plus tôt. (…)

Il convient de rappeler que le Qatar, par la voix du Premier ministre Hamad bin Jassem et de l’influent cheikh Youssef Qaradawi, avait fortement critiqué l’opération française au Mali.(…) 

Un haut gradé témoigne à son tour: « Au nord-Mali, nous avons installé un radar sur une piste de Tombouctou, qui permet de faire ce qu’on appelle dans notre jargon de la « déconfliction aérienne » : c’est à dire qu’avec cet équipement, nous savons maintenant qui vole dans cette région. Eh bien,depuis qu’on l’a installé au printemps 2016, dans le cadre du renforcement de nos efforts contre les djihadistes, on a découvert que des avions immatriculés au Qatar circulaient dans le ciel du nord-Mali. » (…) Un général cinq étoiles remarque :  » Au Mali, Ansar al-Dine reçoit des financements du Qatar et de l’Arabie.« .

Mais il n’y a pas qu’au Mali. En Libye aussi (…) Pour soutenir les révolutionnaires libyens, le Qatar favorisa des relais islamistes, auxquels l’essentiel des armes livrées par les Occidentaux est allé : « A l’époque, se souvient un militaire, le Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) avait reçu instruction d’acheminer un certain nombre de matériels militaires, d’abord à Istres puis à Toulon. Des C17 Qatariens sont arrivés et ont chargé le matériel. Puis un remorqueur sans pavillon est arrivé à Toulon, sur lequel on a chargé le matériel militaire. Tout cela c’était au profit du Qatar, qui a tout livré à se miliciens de Misrata et de Benghazi. »

Sur le terrain aussi, des frictions ont été évitées de justesse entre alliés, comme se souvient un militaire français de l’état-major : « Nos commandos ont été à deux doigts d’affronter les forces spéciales qatariennes en Lybie. J’ai lu le compte rendu du détachement du Commandement des opérations spéciales (COS) : les qatariens n’étaient pas dans le même camp que nous quand ils livraient des armes aux islamistes« .

« Quand on a fait l’opération en Libye, se souvient un cadre du ministère de la Défense, j’avais quelques sources de sociétés militaires privées sur place. J’avais dit au conseiller des Affaires stratégiques à l’Elysée : « tu sais que Benghazi, c’est bourré d’islamistes! » Il m’avait répondu : « C’est faux, c’est un mensonge ! On ne peut pas dire ça! »

Je lui ai dit aussi : « Votre homme, Abdel Hakim Belhajd, s’est battu en Afghanistan ». Il me disait aussi « ce n’est pas vrai ». Lire la suite dans Nos très chers émirs (Michel Lafon, 2016)

Dans le même sujet, autre révélation du livre : 

L’argentier d’Al-Qaïda était bienvenu en France en 2011, au nom de l’amitié franco-qatari du gouvernement Fillon

Égypte : encore un chrétien égorgé !

egyptien-copte-egorgeLu sur Christianophobie.fr :

« C’est le cinquième en treize jours ! J’ai traité des quatre autres cas dans le n° 103 de Christianophobie hebdo. Ishak Ibrahim Fayez Younan, 37 ans, a été retrouvé par son frère mort égorgé dans son appartement du Caire le 16 janvier dernier. Il laisse une épouse et deux jeunes enfants. Il venait de rentrer au Caire pour reprendre son travail dans une usine, après avoir pris une semaine de vacances pour fêter Noël (7 janvier chez les Coptes orthodoxes). Rien n’a été volé ou mis sens dessus dessous dans l’appartement du vieux Caire où on l’a retrouvé baignant dans son sang : il avait encore dans une de ses poches son portefeuille avec 400 Livres égyptiennes. Le vol n’est donc pas le motif de son assassinat… 

Source : World Watch Monitor, 25 janvier

Les militants musulmans fêtent la victoire de Benoit Hamon

C3X1HqzWcAAHsbqC3XZbYwWcAANB6w

C3Xe6drXAAIiVHa-1

C3XT9sYWAAA59v1

16426159_1844280382462355_7292442480274114053_n

Texas : une mosquée incendiée hier

Un gigantesque incendie s’est déclaré, dans la nuit du vendredi au samedi 28 janvier 2017 dans une mosquée au Texas (Etats-Unis), rapportent plusieurs sources médiatiques.

Selon la chaîne américaine Fox News, l’incendie a eu lieu au «Victoria Islamic Center» (centre islamique de Victoria). Un lieu de culte qui avait déjà connu des attaques racistes et islamophobes, précise le média américain. L’avocat du centre, cité par la même source, rapporte que la fumée et les flammes ont été repérées vers 2 heures du matin samedi et appelé le service des incendies.