Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

Sri Lanka: deux frères islamistes au cœur de l’enquête


Lu dans Le Figaro du 23 avril 2019 :

Ils figuraient parmi les kamikazes, auteurs d’un carnage lors du dimanche de Pâques au Sri Lanka. Selon plusieurs sources proches de l’enquête, deux frères islamistes ont joué un rôle clé dans les attentats qui ont tué plus de 320 personnes dans trois hôtels de luxe et trois églises, en pleine messe, notamment à Colombo. Les autorités attribuent pour le moment ce bain de sang au mouvement islamiste local National Thowheeth Jama’ath (NTJ). L’organisation n’a cependant pas revendiqué les attaques, à l’inverse de l’État islamique, qui a affirmé qu’elles étaient le fait de «combattants de l’État islamique». Mardi, le premier ministre sri-lankais, Ranil Wickremesinghe, a déclaré qu’il pouvait effectivement y avoir «des liens» entre les attentats de dimanche et l’État islamique.

Les deux frères, âgés entre 20 et 30 ans, dont les noms n’ont pas été révélés, étaient d’origine aisée et fils d’un riche commerçant d’épices. Selon les policiers, ces suspects, qui sont morts dans les attaques, dirigeaient une «cellule terroriste» familiale et jouaient un rôle clé au sein du NTJ. Les enquêteurs ignorent toutefois encore si les attaques sont le fait de cette seule «cellule», ou d’équipes séparées mais coordonnées (…)

Les forces de l’ordre ont arrêté à ce jour 40 personnes en lien avec les attentats, qui ont fait 320 morts et 500 blessés. Si l’un des deux frères avait donné de faux détails sur son identité lors de son enregistrement à la réception de l’hôtel, l’autre avait en revanche inscrit sa véritable adresse. Cela a guidé la police jusqu’à leur résidence familiale à Orugodawatta, quelques heures seulement après les explosions. «Lorsque les forces spéciales sont allées là-bas pour enquêter, la femme d’un des frères a actionné des explosifs, se tuant avec ses deux enfants», a déclaré un responsable policier. Trois commandos de la police ont également péri dans la déflagration, qui a causé l’effondrement du plafond. Lire la suite dans Le Figaro

Sri Lanka: un des terroristes musulmans a été identifié selon CNN Inde


Information repérée par la RTBF:

Selon CNN Inde, l’un des terroristes à la base des attaques qui ont frappé quatre hôtels et trois églises et fait plus de 200 morts. Son nom : Zahran Hashim. Il serait l’un des kamikazes. Il aurait également tenté de mener une autre attaque terroriste plus tôt dans le mois. 

C’est une information à prendre avec précaution mais selon la chaîne de télévision indienne CNN News18, l’un des terroristes à la base des attaques qui ont frappé le Sri Lanka ce matin aurait été identifié. Il s’agirait de Zahran Hashim. La chaîne cite une source au sein des « unités de renseignement« . 

Toujours selon le média indien, il aurait été à la base d’une tentative d’attaque terroriste sur la Haute Commission de l’Inde basée à Colombo, la capitale du pays, le quatre avril dernier. Attaque qui aurait échoué. 

La chaîne annonce également qu’il y aurait au moins « deux kamikazes sur les six attaques qui ont été perpétrées« . 

Munich : un Africain perturbe une messe de Pâques en lançant des pierres sur les fidèles et en criant « Allah Akbar », 25 blessés


Croatia-News.com

21 avril 2019 – Une personne d’ascendance africaine a perturbé la messe à l’église Saint-Pierre de la paroisse catholique croate de Munich samedi soir en criant « Allah Akbar » et en lançant des pierre.

Il serait atteint d’une maladie mentale et non lié au terrorisme, a déclaré dimanche le ministère croate des Affaires étrangères et européennes.

L’homme criait et lançait des pierres autour de l’église puis sur l’assemblée. Les croyants ont fui dans la panique. Vingt-cinq ressortissants croates ont été légèrement blessés dans la confusion, a dit le ministère.

Le suspect criait « Allah Akbar », ce qui a conduit beaucoup de personnes à penser qu’il s’agissait d’une attaque terroriste.

Le magazine Fenix, le site d’information en langue croate basé à Francfort, a déclaré que plusieurs individus avaient réussi à maîtriser l’homme et à l’arrêter sur le chemin de l’autel avant l’arrivée de la police.

Le ministère croate a cité la police de Munich en disant que l’incident n’avait rien à voir avec le terrorisme et qu’il avait été causé par une personne souffrant de troubles mentaux, qui a été hospitalisée après son arrestation.

 

L’ex chef du renseignement allemand : « Les migrants ne s’intègrent pas à la société allemande mais à la société arabe, salafiste ou turque en Allemagne »

Allemagne – L’ancien chef du renseignement allemand Hans-George Maassen a déclaré cette semaine à un média hongrois que la porte de l’immigration était « toujours ouverte » et a critique la politique pro-immigration de la chancelière Angela Merkel.

S’adressant à la radio M1, l’ancien président de l’Office fédéral de protection de la Constitution (BfV) a déclaré qu’en dépit du fait qu’il y ait moins de demandeurs d’asile qu’en 2015, « la porte est toujours ouverte », rapporte Die Welt.

Parlant des migrants, il dit : « Ce qui me préoccupe, c’est qu’il y a de intégration, mais pas l’intégration dans la société allemande, mais dans la société arabe, la société salafiste ou la société turque en Allemagne, de sorte que nous avons des sociétés parallèles. Et de mon point de vue, cela doit être évité à tout prix », a-t-il ajouté.

L’Allemagne a également un bilan médiocre en matière d’expulsion des demandeurs d’asile déboutés depuis 2015, et Maassen explique l’échec du gouvernement en déclarant : « Plusieurs raisons à cela, à commencer par le fait que les pays d’origine ne sont souvent pas prêts à reprendre ces personnes. »

Il a noté que de nombreux pays d’origine constatent que leurs ressortissants en Europe envoient de l’argent qu’ils obtiennent via le système de sécurité sociale allemand, ces pays sont donc peu susceptibles de vouloir les reprendre et d’être contraints de leur verser des prestations.

« En outre, il existe également des ONG, qui empêchent délibérément l’expulsion des migrants en les soutenant ou en les cachant, etc. Dans l’ensemble, il faut dire que la politique d’expulsion en Allemagne est, malheureusement, une catastrophe, mais pas seulement en Allemagne, mais aussi dans d’autres pays d’Europe occidentale », a-t-il déclaré.

Breitbart

Qatar Papers : les financements des mosquées des Frères Musulmans en Europe

L’Egypte confisque les biens des Frères Musulmans en plus de les embastiller

Frères Musulmans emprisonnés

Lu sur Orient XXI  du 5 mars 2019 (extrait)

« Ahmed ajoute pour sa part que « de nouvelles mesures ont été adoptées cette fois-ci qui ne se sont pas arrêtées à la rhétorique de la communication : des intérêts économiques détenus par des frères musulmans ont été placés sous surveillance étroite, des demeures privées ont été saccagées, des biens et des capitaux ont même été confisqués au profit de l’État. Ainsi l’ancienne maison de Mourad Ali, ancien porte-parole des Frères a été mise aux enchères après sa confiscation ». Sissi a fini par faire adopter le 21 avril 2018 une loi autorisant la confiscation des biens mobiliers et immobiliers de toute personne reconnue par la justice comme étant « terroriste ». Il n’existe pas de données officielles de l’État ni du mouvement islamiste quant au montant des avoirs en liquide ainsi détournés, mais des médias proches du régime évoquent la somme de 250 milliards de livres égyptiennes (12,56 milliards d’euros). Depuis le coup d’État, le gouvernement a saisi des milliers d’entreprises, ainsi que des biens personnels de centaines de « terroristes » sans qu’une évaluation fine des montants concernés ait pu être faite. (…) « Sur le plan économique, ajoute Fahmy, le gouvernement issu du coup d’État a pris la décision en septembre 2018, selon ses propres médias, de déposséder 1 598 membres de la confrérie de leurs avoirs bancaires, de réquisitionner 118 entreprises travaillant dans divers secteurs, 1133 associations civiles, 104 écoles, 69 hôpitaux, et 33 sites électroniques et chaînes satellitaires. » Lire l’article intégral

Pendant ce temps là, la France tolère sur son sol de nombreux Frères Musulmans et envoie ses préfets inaugurer ses grandes mosquées comme à Reims la semaine dernière ou Toulouse en 2018 :

L’attaque contre un camp militaire malien revendiquée par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans

Iyad Ag Ghaly

Entendu sur la radio Africa N°1 du 23 mars 2019 :

La principale alliance djihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda a revendiqué l’attaque du 17 mars contre un camp militaire malien à Dioura, qui a fait près de 30 morts, dans un communiqué diffusé vendredi par l’agence mauritanienne Al-Akhbar et le centre américain SITE. Dans ce communiqué, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, dirigé par le chef radical touareg malien Iyad Ag Ghaly, présente l’opération comme des représailles aux crimes odieux commis par les forces du gouvernement de Bamako et les milices qui le soutiennent contre nos frères peuls. Elle a été conduite par des combattants du Macina, en référence au nom du groupe du prédicateur radical peul Amadou Koufa actif dans cette zone, affirme le groupe, faisant état de trois tombés en martyrs et d’une trentaine de militaires maliens tués. Il affirme par ailleurs que l’attaque a été menée sous le commandement de Koufa, réapparu récemment sur une vidéo après avoir été donné pour mort en novembre lors d’une opération militaire française, et qui a été vu pour la dernière fois sur le lieu de combats en 2012. Le groupe dément par la même occasion qu’elle ait été dirigée par Ba Ag Moussa, dit Bamoussa, un ancien officier déserteur de l’armée malienne, qui lui en a attribué la paternité. L’attaque a fait 26 morts dans les rangs de l’armée malienne, selon un dernier bilan de source militaire.

Selon un Cheikh palestinien de la mosquée Al-Aqsa, la France deviendra un pays islamique grâce au djihad


Le cheikh palestinien Abou Taqi Al-Din Al-Dari a déclaré, dans un discours prononcé à la mosquée Al-Aqsa et mis en ligne sur Internet le 12 mars 2019, que les Français ne valorisent pas le mariage autant que les musulmans, mais que c’est bien le djihad, plutôt que la démographie, qui fera de la France une Etat islamique. En effet, a-t-il expliqué, les musulmans ont besoin d’un pays à même de transmettre le message islamique à l’Occident.

Il a rappelé les nombreuses conquêtes de l’Empire ottoman, qualifié d’« l’État islamique », en Occident et en Asie, estimant que la nation islamique était capable de « revenir à son état d’origine » et de diffuser l’islam.

Cheikh Taqi Al-Din a ainsi estimé que le monde entier serait à l’avenir soumis au règne de l’islam de l’une des trois manières suivantes : la conversion à l’islam, l’impôt de la jizya, ou le combat pour Allah. Extraits :

Abu Taqi Al-Din Al-Dari : L’Allemagne et la France ont commencé à vieillir, en ce sens que leurs jeunes ne considèrent pas le mariage comme souhaitable. Les gens là-bas – en particulier les jeunes – évitent désormais de se marier, contrairement aux musulmans. Par exemple, on dit qu’en 2050, les musulmans en France seront plus nombreux que les Français. Nous ne comptons toutefois pas sur ces chiffres pour transformer la France en pays islamique. Nous comptons sur le besoin pour les musulmans d’un pays susceptible d’apporter l’islam – son orientation, sa lumière, son message et sa miséricorde – à la population [occidentale] par le biais du djihad pour Allah. Quand les gens verront la justice, la lumière, l’orientation et la miséricorde de l’islam, « ils rejoindront en masse la religion d’Allah » [comme il est dit dans le Coran] par un pays qui leur apportera l’islam au moyen du djihad pour Allah. […]

Il n’y a pas si longtemps, il y a seulement quatre siècles, à l’époque de l’État ottoman, les musulmans ont conquis la Pologne et l’Autriche. L’État islamique a atteint les murs de Vienne, la capitale de l’Autriche, et l’appel à la prière y fut entendu. Tous les pays de [l’ex-] URSS se trouvaient sous les auspices de l’État islamique – les pays du Caucase et au-delà. Les Mongols musulmans ont dirigé la Chine jusqu’en 1644 EC. Les musulmans ont conquis la Hongrie en 1526. En 1537, ils ont conquis des parties de l’Italie, comme Otrante [800 habitants exterminés, les fameux martyrs d’Otrante]. En 1543, sous les auspices de l’Etat ottoman, les armées musulmanes sont arrivées à Toulon, en France, où elles ont construit une mosquée, au cœur de la France. En 1586, l’Inde était gouvernée par l’islam. Ces événements présagent le retour possible de la nation islamique à son état antérieur de diffusion de l’islam, si Allah le veut. […]

Ainsi, le règne de l’islam se répandra dans le monde entier, de l’une des trois manières suivantes : la conversion à l’islam, le paiement de la taxe de capitation de la jizya, ou nous demanderons l’aide d’Allah et les combattrons, jusqu’à ce que le monde entier soit soumis au règne de l’islam. […] Source

D’autres Cheikh ont prononcé des sermons comparables dans cette même mosquée symbolique, si chère aux musulmans sunnites. Vous les trouverez ici. 

Maroc : le groupe islamiste Justice et Bienfaisance perquisitionné

L’important mouvement islamiste Justice et Bienfaisance (Al Adl Wal Ihsane) vient de subir un nouveau coup dur de la part du gouvernement marocain treize ans après la perquisition de mai 2006 où son matériel informatique fut saisi, révélant un fichier impressionnant de membres (100 000) et sympathisants (25 000). Le mouvement revendique 200 000 membres en 2019, chiffre probablement surestimé. En février 2019, pas moins de six résidences de dirigeants du mouvement ont été perquisitionné avec mise sous scellé, endroits aménagés avec salles de réunions, estrades, centaines de chaises pour les évènements, équipements. Le mouvement a largement survécu à son fondateur Abdeslam Yassine (1928-2012) fasciné par le régime des Mollahs iraniens et façonné par la lecture de Sayyed Qutb. Ce doctrinaire illuminé croyait à une « promesse divine » de l’établissement d’un califat englobant le Maroc, supplantant le Commandeur des croyant qu’est le Roi, auquel il ne donne aucun crédit. Le danger de l’idéologie adliste réside dans la lente maturation d’un projet deqawma-une révolution sur le modèle iranien- portée par les fidèles devant pénétrer les rouages institutionnels de l’état, et infiltrer le monde associatif, avant de la déclencher avec violence. D’ailleurs, en interne, les membres sont appelés « jounoud Allah », soit des soldats de Dieu. Dans les écrits de Yassine, « il est impératif que le groupe des moudjahidines opère un entrisme sur l’échiquier politique pour disputer le terrain aux ennemis, dans l’attente de la préparation des conditions de la vague géante » ; « dextérité, finesse et ruse » doivent être employés afin de concrétiser cette qawma. Internationaliser le jihad figure d’ailleurs en bonne place dans la littérature léguée par Abdeslam Yassine précise le journaliste Fahd Iraqi dans Jeune Afrique(n°3035), en citant le fondateur pour qui « Dieu soutiendra uniquement les fidèles armés qui combattent pour la gloire de Sa Parole ». D’ailleurs, selon des rapports sécuritaires, 200 membres du mouvement sont impliqués dans des affaires de terrorisme, ainsi que dans la cellule démantelée en mars 2018 (l’artificier en était), et plusieurs dizaines ont rejoint l’État Islamique.Lire la suite

85 chrétiens tués dans l’indifférence au Nigéria, plus de 6000 victimes depuis un an.

Terroristes Fulani opérant au Nigéria dans l’indifférence des médias

  • « Les islamistes du nord du Nigeria semblent déterminés à transformer le Nigeria en un sultanat islamique et à remplacer la démocratie libérale par la charia érigée en idéologie nationale. Leur but est d’abolir la Constitution et de faire de la charia la source de toute législation », selon le National Christian Elders Forum (Forum des Ainés), une branche de l’Association des Chrétiens du Nigeria. Depuis le début de 2018, plus de 6 000 chrétiens ont été assassinés.
    Dernière attaque en date : 

  • «Les gardiens de troupeaux islamistes tuent 85 personnes dans les communautés kaduna», lu sur This Day par John Shiklam, article du 13 mars 2019 :

Pas moins de 85 personnes ont été tuées lors d’attaques de trois communautés de l’État de Kaduna par des hommes armés soupçonnés d’être des bergers Fulani (musulmans).

Les attaques meurtrières auraient eu lieu dimanche et lundi 1à et 11 mars 2019.

CE JOUR, nous avons appris que les attaques à Anguwan Barde avaient eu lieu dimanche matin lorsque des présumés éleveurs Peuls ont envahi la communauté et tué 35 personnes.

Le porte-parole du chef de la police de l’Etat de Kaduna, Yakubu Sabo, qui a confirmé l’attaque contre Anguwan Barde dans un communiqué, a déclaré lundi que 16 personnes avaient été tuées.

Cependant, Danladi Yarima, avocat et ancien président de l’Association de développement d’Adara (ADA), a déclaré que 35 personnes avaient été tuées lors de l’attaque de dimanche contre la ville d’Anguwan Barde.

Lors de l’attaque du village d’Anguwan Gamu lundi, 46 personnes ont été tuées et une centaine de maisons incendiées par des bergers déchaînés.

Yarima a déclaré que deux des cadavres, dont l’épouse du pasteur d’une église ECWA du village, ont été retrouvés dans une rivière.

«Nous avons retrouvé 35 corps à Anguwan Barde et 46 à Anguwan Gamu. Certaines personnes sont toujours portées disparues parce qu’elles ont couru dans les buissons pour sauver leur vie lorsque les bergers Fulani ont envahi les communautés. Nous ne savons pas s’ils sont encore en vie ou non.

«Nous avons retrouvé deux cadavres dans une rivière, y compris le corps de la femme du pasteur de l’église ECWA du village», a déclaré Yakima. Suite et Source

Pour en savoir plus sur l’ampleur de ce génocide au Nigéria lire cet article du Gatestone Institute

Page 3 sur 79«12345»102030...Dernière »