Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

Deux profanations anti-chrétiennes commises par des musulmans en Andalousie

Sources : El Mundo, 2 novembre, BlogMalaga, 2 novembre

Le quotidien espagnol El Mundo signale deux cas de sacrilèges commis par des musulmans : l’un dans une église de Malaga, l’autre contre un lieu de dévotion.

Le premier cas a été découvert le 1er novembre au soir par le curé de la paroisse dans la chapelle du Carmel de Torre de Benagalbón (commune de Rincón de la Victoria, Malaga). Le tabernacle a été forcé mais n’a pu être ouvert, des objets du culte et des images pieuses ont été abimés ou brisés. Les auteurs du sacrilège ont laissé peint à la peinture noire le nom Allah à l’intérieur du lieu de culte. L’origine musulmane de l’auteur n’est pas douteuse. Une plainte a été déposée auprès de la Guardia Civil de Malaga.

Un autre cas s’est produit à la fin du mois de septembre. Un jeune Marocain musulman de 27 ans, s’en est pris à coup de pierre, dans l’intention de la briser, à la vitre d’une niche contenant une effigie de Notre-Dame du Carmel (Virgen del Carmen) située à l’entrée du tunnel de El Cantal de la ville de Rincón de la Victoria. Arrêté par la police, le vandale poussait des cris de Allahou Akbar ! Et il paraît que les musulmans ont une grande dévotion pour la Vierge Marie. Visiblement pas tous…

L’AKP islamiste d’Erdogan fait un carton en France : 55%

Les résultats des législatives turques des bureaux français donnent une victoire sans appel du parti islamiste AKP (proche du Hamas et des Frères Musulmans) de Tayyip Recep Erdogan.

Général Vincent Desportes : « Il y aura des attentats de masse en France »

Le général Vincent Desportes, ancien directeur de l’Ecole de guerre, publie La dernière bataille de France (Gallimard), dans lequel il s’inquiète d’une armée dépourvue de moyens face à une recrudescence des conflits et une menace terroriste inédite.

Allemagne : les musulmans radicaux menacent les chrétiens dans les camps de réfugiés

 » Les chrétiens qui fuient la guerre dans leurs pays doivent aussi craindre pour leur vie dans des centres d’accueil en Allemagne. Ils sont insultés, maltraités, agressés et menacés de mort par des musulmans radicaux. Le journal réputé Die Welt a compilé certains témoignages dans son édition du week-end « Welt am Sonntag ».

[…] Pour Max Klingberg, qui travaille avec les réfugiés depuis plus de 15 ans dans la Société internationale pour les droits de l’homme (Internationalen Gesellschaft für Menschenrechte), les Afghans et les Pakistanais sèment surtout la terreur dans les centres d’accueil. Ils sont plus extrémistes que les Irakiens et les Syriens.

« Il faut arrêter de penser que tous ceux qui viennent ici respectent les droits humains. C’est une illusion. Beaucoup de réfugiés actuels sont plus religieux que les Frères musulmans. Les chrétiens et les yézidis sont les premières victimes. Pour les musulmans convertis au christianisme, il y a quasiment 100% de chance qu’ils seront attaqués. […] Lire la suite

L’émission C’est dans l’air d’Yves Calvi a réalisé un reportage en octobre 2015 en allant à la rencontre de ces chrétiens qui ont été isolés -plutôt exfiltrés- dans des maisons dédiées. Un réfugié chrétien témoigne à France 5 :  » dans notre précédent centre , les musulmans chantaient des chants djihadistes, et les bénévoles allemands qui ne comprenaient rien battaient le rythme avec leurs mains ! « 

La situation en Libye en août 2015 : les Frères et l’EI prennent le dessus.

« Au point de vue militaire la situation libyenne a considérablement évolué depuis mon précédent communiqué en date du 17 août dernier:

– A l’Est, en Cyrénaïque, l’offensive du général Haftar a été bloquée par les milices islamistes; le 22 juillet, à Benghazi, le quartier général de ses forces spéciales a même été pris d’assaut.

– A l’Ouest, en Tripolitaine, les milices de Misrata (Frères musulmans) et les salafistes de Tripoli surarmés par le Qatar et par la Turquie, paraissent prendre peu à peu le dessus sur les milices berbères de Zenten dans la région de l’aéroport principal de Tripoli. Le second aéroport de la capitale, celui de Maïtigua, est déjà contrôlé par les islamistes d’Abdelhakim Belhaj.

La stratégie des salafistes, des Frères musulmans et du Qatar est désormais claire:Lire la suite sur le site de Bernard Lugan.

Les chrétiens d’Egypte face aux islamistes : le Père Boulad témoigne.

Le Chaos Syrien : interview d’Alexandre del Valle par Joachim Véliocas

Comment Sarkozy et Hollande ont armé les jihadistes du nouveau califat syro-irakien.

Addendum 20 août 2014 : François Hollande confirme au Monde que la France a armé les rebelles syriens, tout en voulant faire croire qu’il s’agissait de démocrates laïcs, un mensonge énorme (lire plus bas).

Photo: Nicolas Sarkozy, en compagnie de Moustapha Abdeljalil, islamiste recyclé du régime de Kadhafi et président du CNT, lors de la rencontre des «amis de la Libye» le 1er septembre 2011.

Phase 1: soutien par Sarkozy des djihadistes libyens intégrés au CNT

Dans son livre d’enquête sur les conséquences de la guerre en Libye Sahelistan (Seuil, 2013), Samuel Laurent interroge Douna, un chef Toubou, une tribu noire qui a été persécutée par la tribu arabe des Ouled Slimane, intégrée au Conseil National de Transition (CNT) soutenu par la France.

Les Toubous se sont fait massacrés dans la ville de Sebha par les Ouled Slimane. Douna précise à Samuel Laurent :

Lire la suite

L’islam radical progresse en Italie, l’enquête de Il Giornale

Une traduction intégrale de l’article des journalistes Gian Marco Chiocci et Luca Rocca du grand quotidien italien permet de saisir la vitesse à laquelle l’islamisme progresse en Italie.

Titre original Terrorismo, le moschee dove si predica l’odioTraduction Observatoire de l’islamisation.

 » Prêcheurs de haine islamiques. Partisans du terrorisme, prédicateurs de violence, fondamentalistes de profession, leaders spirituels sur le papier, puis expulsés par décision du gouvernement et pas toujours « sauvés » par des sentences judiciaires ambiguës. Certains supportent explicitement la charia, d’autres exercent l’art de la dissimulation, en prêchant la paix mais en diffusant le jihad en sous main. La « carte géopolitique » des imams qui ont choisis notre pays pour répandre le coran de la manière la plus extrême, radicale, et violente, est plus étendue de ce que l’on pense. 

Selon une récente analyse du contre-terrorisme c’est le centre-nord de l’Italie la zone d’action principale de ceux qui exhortent les fidèles à la chasse à l’apostat: Eux sont  des prêcheurs patentés, des imams autoproclamés, des guides spirituels ou des tablighs « itinérants ». Cela commence par la Lombardie (12 centres religieux) « base stratégique du prosélytisme » puis cela va vers la Vénétie (11), en passant par le Piémont (10) où à Turin et Ivrea, au nom de la liberté de culte, souvent on fomente la haine contre l’Occident . En descendant vers l’Emilie (10), on arrive en Toscane (6) qui avec la Campanie (8) et le Latium (13) constitue le réservoir de la croyance extrême, sunnite, chiite et même wahhabite. Et que dire de l’Ombrie (3) ou de la cote des Marches (12), ou bien des Pouilles (8 sites, sans compter celui de Bari dont le responsable, l’imam Nassam Ayachi, a été arrêté en mai dernier pour l’accusation d’avoir déclarer « vouloir frapper Paris »).

Même situation alarmante en Sicile (14) et en Calabre (11) : considérées à risque, entre tous ces « sites sensibles », également un bon nombre de mosquées officielles et encore plus d’autres non officielles, ainsi que leur respectif imam et pseudo imam.

Dans le Piémont le travail des inspecteurs tourne surtout autour de l’entourage intégriste de 3 imams expulsés ces 5 dernières années, notamment Mohamed Kohaila, expulsés en janvier 2009, qui incitait les musulmans à ne pas s’intégrer avec les juifs et chrétiens, un peu comme ses collègues Bouriki Bouchta et Abdul Qadir Fadallah Mamour, étiquetés eux aussi comme indésirables.

Discrètement, une enquête s’est menée sur la base de  l’exposé de la parlementaire Souad Sbai à propos d’imams itinérants qui dans le Piémont sèment la haine, exaltent à la révolte contre le Pape, fondent des associations de bienfaisance pour encaisser de l’argent qui régulièrement finissent sur leur compte bancaire personnel, au Maroc. Les preuves des enquêtes menées contre les serments de haine du vendredi n’aboutissent pas toujours malheureusement. Pour exemple à Bologne, où Nabil Bayoumi, déjà directeur de la mosquée An-Nur, soutient depuis longtemps que « en Israël les civils n’existent pas et que même les enfants ne sont pas innocents(…)les kamikazes ne sont pas tous à excommunier, spécialement ceux palestiniens(…)Ousama Ben Laden dit des choses que l’on peut partager quand il affirme que les américains et leurs lécheurs de bottes des gouvernements occidentaux doivent partir des pays arabes ». Dans ce sens, la situation reste chaude à Pérouse et aux alentours, où l’arrestation pour terrorisme de l’imam marocain de Ponte Felciano, Mostapha El Korchi, ( qui commandait aux adeptes de « frapper les enfants italiens jusqu’à qu’ils saignent ») n’aurait pas vaincu les instances extrémistes signalées dans plusieurs lieux de culte de la région. Mais c’est le nord la « base »naturelle de ceux qui sèment rancœur contre l’occident. C’est à Vicence qu’est fini sous procédure judiciaire l’imam yéménite et son collègue lui aussi imam pour relation avec des personnes suspectées d’accointance avec le terrorisme, à la mosquée vénitienne de la rue des mille. C’est à Udine que plusieurs imams ont étés impliqués sur une enquête de pédo-pornographie.  C’est cependant à Rome, avec le centre de mont Antenne qui sert de catalyseur à la Ligue islamique mondiale (située dans la plus grande mosquée d’Europe) que se situe le centre de « commandement » et ce pour deux raisons : Parce que c’est ici que l’on peut savoir ce qui se passe dans les nombreux lieux de culte « invisibles » ou moins fréquentés de la capitale, comme la mosquée de Centocelle, gérée par Samir Khaldi, proche des Frères Musulmans, entendu sur l’enquête des attentats de Londres pour avoir « reçu en prière » un des kamikazes ; et parce qu’à Rome se sont également déroulée les manifestations les plus significatives contre le « licenciement » des imams Abdel Samie Mahomud Ibrhim Moussa e Andulòwahab Hussein Gomaa, impliqués dans des polémiques pour l’extrémisme de certains sermons en mémoire des martyrs combattants de l’islam. D’ici, il y a eu une volonté directe de tenir sous contrôle les centres de prière de la Tuscia ou de Latina où travaillent plus de 10 imams appartenant aux courants islamistes les plus agités.

Si la plupart des prêcheurs sont arrêtés surtout sur des questions touchant au terrorisme, comme à Florence, Cremona, Desio, Varèse, Brescia et jusqu’à Côme, inutile de parler de ceux qui sont prêts à s’immoler pour défendre l’honorabilité de ceux qui répandent la parole de Mahomet. A Ostia, une interception en dit long sur le climat actuel : « les imams sont trop intransigeants », hurle un pakistanais à un de ses compatriotes. « Tu te trompes, les imams sont comme des anges », répond le second en lui lançant dessus de l’eau bouillante, le frappant avec une barre pour ensuite le finir avec un coup de couteau à la gorge. L’anti-terrorisme continue ses vérifications sur l’imam de Gallarate, Mohamed El Mahfoudi, accusé d’entretenir des rapports étroits avec des personnages proches de Ben Laden, il se verra finalement condamné puis acquitté en cassation. C’est aussi entre Naples et Caserte, carrefour majeur du fondamentalisme inspiré de l’imam algérien Amar Sahounane, que ce dernier avait l’habitude de diffuser la bonne parole à ses fidèles en justifiant les attentats contre les italiens à l’étranger en réponse aux croisades antiques des chrétiens. Et même s’il s’est dit beaucoup de choses sur l’imam de Pordenone qui aurait inspiré récemment  l’agression à coups de couteau de la jeune Sanaa, fiancée avec un italien, d’autres imams n’agissent pas différemment. Des imams par exemple comme celui de la région de Vérone, Wagdy Ghoein, qui a répété plusieurs fois qu’il invitait les fidèles «  a commander les femmes comme des moutons parce qu’elles sont stupides comme les bêtes ».

Milan : « des mosquées dans chaque quartier » annonce le maire

La gauche fraîchement arrivée à la tête de Milan annonce une Grande mosquée + des petites mosquées dans les quartiers.

Abdel Hamid Shaari, directeur de l’Institut culturel islamique de la ville avait créé une liste aux municipales, initiative saluée comme « utile à la construction d’un Milan plus accueillant et démocratique » par le Maire Giuliano Pisapia.

Giuliano Pisapia, grand vainqueur des municipales, dont un des points d’achoppement lors de la campagne était le projet de grande mosquée, veut mettre les bouchées doubles. Libero news nous rapporte qu’une réunion s’est tenue entre les autorités municipales et les représentants musulmans. Entretien  fructueux : « Bientôt, la Grande Mosquée »  « a annoncé le délégué aux questions  sociales, Clare Bisconti, en ajoutant qu’il faut créer des lieux de culte dans les quartiers de la ville . « C’est un succès que nous attendions depuis 20 ans« , a déclaré le directeur de l’institut culturel islamique de Viale Jenner, Abdel Hamid Shaari. » Aujourd’hui, nous avons la pleine citoyenneté. Nous organisons des premiers centres culturels qui existent déjà, avec des lieux de culte appropriés »

Nicola Vendola, Le président socialiste de la région des Pouilles peut être satisfait, lui qui avait appellé durant la campagne à « embrasser nos frères Roms et Musulmans ». Voilà qui est fait.