Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

Europe 1 reconnait que Macron s’est trompé sur les terroristes fichés S et multirécidivistes

Lu sur le Vrai/Faux de l’info sur Europe 1 :

Emmanuel Macron : « Je rappelle qu’il n’y a qu’un quart des terroristes depuis 2012, depuis le début des attentats, un quart étaient fichés S« . 

Et il s’est trompé. Depuis 2012 et Mohamed Merah, 27 terroristes ont frappé la France. 12 d’entre eux étaient fichés S, donc près de la moitié, et 12 autres étaient connus des services de police, soupçonnés de radicalisation. Quand ont dit « connus », c’est réellement. 17 d’entre eux avaient déjà un casier judiciaire ou fait de la prison. Donc en réalité, seuls trois terroristes sur 27, avaient vraiment échappé aux radars et sont sortis de nulle part. Ce qui donne du poids aux arguments de Marine Le Pen qui veut des condamnations plus systématiques, plus lourdes et des expulsions pour les étrangers. Sept étaient dans ce cas, étrangers ou bi-nationaux. Monsieur Macron lui, plaide pour un renforcement des services de renseignements, et rappelle qu’une fiche S ce n’est qu’un soupçon. Et il a raison, cela n’est pas une base suffisante pour une condamnation. » Europe 1

Opération antiterroriste : cinq personnes interpellées, quatre armes retrouvées.

Lu sur France-Info du 2 mai 2017:

Cinq personnes ont été interpellées par les policiers dans plusieurs villes françaises. Elles sont soupçonnées par les services antiterroristes d’avoir voulu commettre une action violente, selon les informations du Parisien, confirmées à franceinfo par une source judiciaire.

Les cinq individus ont été arrêtés lors d’une opération antiterroriste menée mardi 2 mai au matin dans plusieurs communes. Les forces de l’ordre sont notamment intervenues à Bihorel, une ville proche de Rouen, en Seine-Maritime, à Villeneuve d’Ascq, dans le Nord et à Roanne, dans la Loire.

Dans la commune proche de Rouen, les perquisitions ont permis de découvrir plusieurs armes. Les calibres des quatre engins de tir confisqués allaient du 7,62 au 9 millimètres. Il s’agissait de deux armes de poing et de deux fusils mitrailleurs.

L’enquête est menée par la police judiciaire. Elle a été ouverte par le parquet de Paris le 8 mars dernier, selon les sources judiciaires de franceinfo. »

Noisy-le-grand : le père du terroriste des Champs-Elysées menace de mort les policiers

Lu sur Le Parisien du 28 avril

Salah Cheurfi, le père de Karim Cheurfi a été placé en garde à vue vendredi soir au commissariat de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). Cet homme de 65 ans s’était présenté au commissariat vers 22h30 en menaçant de mort les policiers de l’accueil. «Je vais vous tuer», aurait-il proféré. Outre ces menaces, il a tenu des propos incohérents et aurait reproché au maire de la commune d’avoir refusé l’inhumation de son fils dans le cimetière local. Il n’était pas armé et a rapidement été maîtrisé.

Les fonctionnaires de police ont constaté que l’homme était en état d’ébriété. De source policière, on indique que Salah Cheurfi ne s’était jamais manifesté depuis l’attentat commis par son fils.

Dans la soirée du 20 avril, Karim Cheurfi avait attaqué un fourgon de police stationné sur l’avenue des Champs Elysées, tuant le policier Xavier Jugelé.

L’Observatoire de l’islamisation a dix ans : interview de Véliocas dans Présent.

Noisy-le-Grand: le fils d’un terroriste islamiste menace les policiers de faire « comme les Champs-Elysées »

Lu dans Le Parisien du 25 avril :

Sid Ali, dont le père a été éloigné de France après le sanglant attentat du RER à Saint-Michel en 1995, a proféré des menaces à l’encontre d’une policière.

Tout à coup, le silence envahit la salle d’audience. Un silence glaçant, à l’image de ces menaces proférées il y a quelques jours par Sid Ali, 33 ans, et dont le président de la 17e chambre du tribunal de Bobigny donne lecture ce lundi. «Je vais te tuer te mettre dans un hachoir, te manger, et boire tout ton sang à la paille», «je vais te tuer avec une Kalachnikov», «je vais passer à l’acte, trouver des armes si vous me trouvez pas un logement», «je me souviendrai de ton visage, tu vas être orpheline, je vais revenir avec une kalachnikov et Noisy-le-Grand va être comme les Champs Elysées… Boom».

Les dernières menaces ont été prononcées au commissariat de Noisy-le-Grand où cet homme n’a pas apprécié le regard d’une policière. Les autres promesses de mort, par téléphone ou en face-à-face, étaient destinées à une directrice de centre de réinsertion à Saint-Prix dans le Val-d’Oise, ou à du personnel de probation et d’insertion pénitentiaire à Créteil dans le Val-de-Marne, s’ils ne l’aidaient pas à récupérer ses affaires, ou à trouver un logement. Il a même promis de «faire un mort de plus qu’Anders Breivik», le terroriste qui a fait 77 morts en 2011 en Norvège. (…)

Vingt-six condamnations depuis 2001, dont 9 menaces de mort, une apologie du terrorisme, 5 outrages… «Pourquoi ?» lui demande le président. «Je sais pas», répond le prévenu, qui à la surprise générale, finit par évoquer «une voix intérieure» qui lui commanderait ces menaces (…) Après réflexion, le tribunal prononce 15 mois de prison et maintien en détention. « Lire l’article intégral sur Le Parisien

Seulement 15 mois de prison ! Le prochain quinquennat sera celui des tueries islamistes à répétition.

Attaques de l’EI: Gilles Képel s’interroge sur les « mauvaises appréciations tragiques » des magistrats

L’islamologue Gilles Képel était interrogé par Alexandre Devecchio dans Le Figaro du 22 avril 2017 (extrait) :

 » A.Devecchio : Est-ce seulement une question de moyens? Les juges ont-ils aussi une part de responsabilité?

G.Képel: Le nombre de places de prison est insuffisant. On ne peut avoir aucune politique pénitentiaire quand les détenus sont trois ou quatre dans des cellules prévues pour deux. Ces nouvelles places doivent être pensées avec l’enjeu particulier de la propagation du djihadisme en prison, qui est l’un des grands défis sécuritaires de notre société. Il faut également travailler sur la formation des magistrats. Je constate qu’il y a chez eux une prise de conscience. Cependant, ils ont besoin d’un important travail de mise à niveau sur ce sujet. Il faut se rappeler que Larossi Abballa, le tueur des policiers de Magnanville le 13 juin, comme Adel Kermiche, le tueur du père Jacques Hamel le 26 juillet, ont commis leurs actes alors qu’ils venaient d’êtres libérés par anticipation pour bonne conduite et réinsertion possible. Il y a eu là de mauvaises appréciations tragiques. » Interview intégrale.

Une femme arabe s’attaque hache en mains à une église de l’Aude le matin des élections

Rennes-le-Château

Lu dans Le Midi Libre du 24 avril 2017 :

Rennes-le-Château (11) : une femme vandalise l’église à la hache, «Vous êtes tous des mécréants»

 […] Devant des touristes surpris, la jeune femme se réfugie dans la grotte dite de la vierge, à proximité de l’église, et téléphone longuement en arabe, puis rentre tranquillement dans l’église, sort une hache et se met à frapper sur le célèbre bénitier surmonté par la représentation d’Asmodée. Elle décapite le fameux diable rouge, lui coupe le bras et pose un coran à ses côtés, puis lacère le bas-relief de l’autel de Marie-Madeleine, devant des visiteurs ébahis. Ces derniers donnent l’alerte, le maire, Alexandre Painco, intervient. Il constate les faits et appelle la gendarmerie. Face à la jeune femme étonnamment calme, il lui demande pourquoi elle a commis ces actes. Elle répond posément : «Aujourd’hui, ici, c’est un jour d’élection présidentielle, pendant qu’en Syrie l’Occident bombarde et tue des enfants. Vous êtes tous des mécréants! Mon mari est là-bas».

Rapidement sur place, les gendarmes interpellent la jeune femme sans aucune résistance. Un périmètre de sécurité est établi dans le village, et une équipe de déminage arrivée dans l’après-midi se met à l’œuvre. Le maire n’en revient toujours pas : «Cette femme était déterminée et son geste prémédité. Elle a choisi ce jour d’élection, ce lieu précis, pour qu’il ait un impact médiatique important et ainsi porter atteinte à la République française.»

Explosions à Dortmund : le suspect, un Irakien de 25 ans était « surveillé depuis longtemps pas la police »

Le quotidien Bild affirme ce jeudi que la personne retenue par la police faisait l’objet d’une surveillance depuis longtemps et aurait tenu des propos « suspects » dans une conversation téléphonique.

« Nous pensons que c’est un acte motivé par le terrorisme« , a déclaré le parquet fédéral allemand, ce mercredi. Après l’attentat contre l’équipe de football du Borussia Dortmund, mardi 11 avril, deux suspects « de la mouvance islamiste » sont visés par les enquêteurs. L’un d’entre eux a été arrêté et placé en garde à vue. 

Selon le quotidien Süddeutsche Zeitung, il s’agit d’un Irakien de 25 ans résidant à Wuppertal, ville située comme Dortmund dans la région de la Ruhr. L’autre suspect laissé en liberté est un Allemand de 28 ans habitant à Fröndenberg. 

Le quotidien Bild affirme ce jeudi que la personne retenue par la police faisait l’objet d’une surveillance depuis longtemps. L’homme aurait tenu des propos « suspects » dans une conversation téléphonique, faisant penser aux autorités qu’il pouvait dissimuler des explosifs chez lui. Toutefois, les enquêteurs n’ont rien trouvé à son domicile, ajoute le journal. La justice a jusqu’à jeudi soir pour décider d’un éventuel placement en détention ou d’une remise en liberté. 

Mais si la région est connue pour abriter une mouvance islamiste importante, et concentre nombre de procédures contre d’anciens djihadistes revenus d’Irak ou de Syrie, les enquêteurs demeurent encore prudents.  Lire la suite dans L’ Express

Attentat dans deux églises égyptiennes : 36 morts

Lu dans Le Figaro du 9 avril 2017 (concernant la première église touchée):

Au moins 21 personnes ont été tuées et 59 blessées dimanche dans un attentat à la bombe contre une église copte de la ville de Tanta, à 120 km au nord du Caire, selon le dernier bilan du ministère de la Santé.

L’explosion a eu lieu durant la messe, dans l’église Mar Girgis de Tanta, selon un responsable du ministère de l’Intérieur, et le bilan des victimes s’élève « à 21 morts et 59 blessés », selon un communiqué du ministère de la Santé. Le bilan précédent faisait état de 15 morts.

L’explosion a eu lieu peu avant 10H00, alors que la communauté chrétienne célébrait la messe des Rameaux avant d’entrer dans la semaine sainte.

Quatre mois plus tôt, une attaque avait fait une trentaine de morts dans une église copte du Caire. Il intervient également avant une visite du pape François prévue les 28 et 29 avril en Egypte, alors que la branche locale du groupe jihadiste Etat islamique a appelé à viser des chrétiens.

Attaque chimique en Syrie : Le médecin à l’origine de l’info fiché comme djihadiste par le MI6

Lu sur IbiTimes

Shajul Islam (photo), le médecin britannique qui a « révélé » l’attaque par armes chimiques en Syrie a été considéré comme un « djihadiste » par le MI6 et a été radié du Conseil médical général en 2016.

He appeared on several television networks such as NBC to discuss what he saw, but it has now emerged Islam was previously charged on terror offences in the UK.

Islam, from Stratford in east London, first travelled to Syria in 2012 and worked in opposition-held areas of the country such as Al Bab, close to the Turkish border.

But shortly after arriving, he was wanted by MI6 – Britain’s foreign intelligence agency – for his alleged role in the kidnapping of British photojournalist John Cantlie and his Dutch colleague Jeroen Oerlemans.

Cantlie and Oerlemans were held captive for nine days after they strayed into a jihadist camp in northern Syria where Islam was working.Lire la suite