Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

Selon un Cheikh palestinien de la mosquée Al-Aqsa, la France deviendra un pays islamique grâce au djihad


Le cheikh palestinien Abou Taqi Al-Din Al-Dari a déclaré, dans un discours prononcé à la mosquée Al-Aqsa et mis en ligne sur Internet le 12 mars 2019, que les Français ne valorisent pas le mariage autant que les musulmans, mais que c’est bien le djihad, plutôt que la démographie, qui fera de la France une Etat islamique. En effet, a-t-il expliqué, les musulmans ont besoin d’un pays à même de transmettre le message islamique à l’Occident.

Il a rappelé les nombreuses conquêtes de l’Empire ottoman, qualifié d’« l’État islamique », en Occident et en Asie, estimant que la nation islamique était capable de « revenir à son état d’origine » et de diffuser l’islam.

Cheikh Taqi Al-Din a ainsi estimé que le monde entier serait à l’avenir soumis au règne de l’islam de l’une des trois manières suivantes : la conversion à l’islam, l’impôt de la jizya, ou le combat pour Allah. Extraits :

Abu Taqi Al-Din Al-Dari : L’Allemagne et la France ont commencé à vieillir, en ce sens que leurs jeunes ne considèrent pas le mariage comme souhaitable. Les gens là-bas – en particulier les jeunes – évitent désormais de se marier, contrairement aux musulmans. Par exemple, on dit qu’en 2050, les musulmans en France seront plus nombreux que les Français. Nous ne comptons toutefois pas sur ces chiffres pour transformer la France en pays islamique. Nous comptons sur le besoin pour les musulmans d’un pays susceptible d’apporter l’islam – son orientation, sa lumière, son message et sa miséricorde – à la population [occidentale] par le biais du djihad pour Allah. Quand les gens verront la justice, la lumière, l’orientation et la miséricorde de l’islam, « ils rejoindront en masse la religion d’Allah » [comme il est dit dans le Coran] par un pays qui leur apportera l’islam au moyen du djihad pour Allah. […]

Il n’y a pas si longtemps, il y a seulement quatre siècles, à l’époque de l’État ottoman, les musulmans ont conquis la Pologne et l’Autriche. L’État islamique a atteint les murs de Vienne, la capitale de l’Autriche, et l’appel à la prière y fut entendu. Tous les pays de [l’ex-] URSS se trouvaient sous les auspices de l’État islamique – les pays du Caucase et au-delà. Les Mongols musulmans ont dirigé la Chine jusqu’en 1644 EC. Les musulmans ont conquis la Hongrie en 1526. En 1537, ils ont conquis des parties de l’Italie, comme Otrante [800 habitants exterminés, les fameux martyrs d’Otrante]. En 1543, sous les auspices de l’Etat ottoman, les armées musulmanes sont arrivées à Toulon, en France, où elles ont construit une mosquée, au cœur de la France. En 1586, l’Inde était gouvernée par l’islam. Ces événements présagent le retour possible de la nation islamique à son état antérieur de diffusion de l’islam, si Allah le veut. […]

Ainsi, le règne de l’islam se répandra dans le monde entier, de l’une des trois manières suivantes : la conversion à l’islam, le paiement de la taxe de capitation de la jizya, ou nous demanderons l’aide d’Allah et les combattrons, jusqu’à ce que le monde entier soit soumis au règne de l’islam. […] Source

D’autres Cheikh ont prononcé des sermons comparables dans cette même mosquée symbolique, si chère aux musulmans sunnites. Vous les trouverez ici. 

Maroc : le groupe islamiste Justice et Bienfaisance perquisitionné

L’important mouvement islamiste Justice et Bienfaisance (Al Adl Wal Ihsane) vient de subir un nouveau coup dur de la part du gouvernement marocain treize ans après la perquisition de mai 2006 où son matériel informatique fut saisi, révélant un fichier impressionnant de membres (100 000) et sympathisants (25 000). Le mouvement revendique 200 000 membres en 2019, chiffre probablement surestimé. En février 2019, pas moins de six résidences de dirigeants du mouvement ont été perquisitionné avec mise sous scellé, endroits aménagés avec salles de réunions, estrades, centaines de chaises pour les évènements, équipements. Le mouvement a largement survécu à son fondateur Abdeslam Yassine (1928-2012) fasciné par le régime des Mollahs iraniens et façonné par la lecture de Sayyed Qutb. Ce doctrinaire illuminé croyait à une « promesse divine » de l’établissement d’un califat englobant le Maroc, supplantant le Commandeur des croyant qu’est le Roi, auquel il ne donne aucun crédit. Le danger de l’idéologie adliste réside dans la lente maturation d’un projet deqawma-une révolution sur le modèle iranien- portée par les fidèles devant pénétrer les rouages institutionnels de l’état, et infiltrer le monde associatif, avant de la déclencher avec violence. D’ailleurs, en interne, les membres sont appelés « jounoud Allah », soit des soldats de Dieu. Dans les écrits de Yassine, « il est impératif que le groupe des moudjahidines opère un entrisme sur l’échiquier politique pour disputer le terrain aux ennemis, dans l’attente de la préparation des conditions de la vague géante » ; « dextérité, finesse et ruse » doivent être employés afin de concrétiser cette qawma. Internationaliser le jihad figure d’ailleurs en bonne place dans la littérature léguée par Abdeslam Yassine précise le journaliste Fahd Iraqi dans Jeune Afrique(n°3035), en citant le fondateur pour qui « Dieu soutiendra uniquement les fidèles armés qui combattent pour la gloire de Sa Parole ». D’ailleurs, selon des rapports sécuritaires, 200 membres du mouvement sont impliqués dans des affaires de terrorisme, ainsi que dans la cellule démantelée en mars 2018 (l’artificier en était), et plusieurs dizaines ont rejoint l’État Islamique.Lire la suite

85 chrétiens tués dans l’indifférence au Nigéria, plus de 6000 victimes depuis un an.

Terroristes Fulani opérant au Nigéria dans l’indifférence des médias

  • « Les islamistes du nord du Nigeria semblent déterminés à transformer le Nigeria en un sultanat islamique et à remplacer la démocratie libérale par la charia érigée en idéologie nationale. Leur but est d’abolir la Constitution et de faire de la charia la source de toute législation », selon le National Christian Elders Forum (Forum des Ainés), une branche de l’Association des Chrétiens du Nigeria. Depuis le début de 2018, plus de 6 000 chrétiens ont été assassinés.
    Dernière attaque en date : 

  • «Les gardiens de troupeaux islamistes tuent 85 personnes dans les communautés kaduna», lu sur This Day par John Shiklam, article du 13 mars 2019 :

Pas moins de 85 personnes ont été tuées lors d’attaques de trois communautés de l’État de Kaduna par des hommes armés soupçonnés d’être des bergers Fulani (musulmans).

Les attaques meurtrières auraient eu lieu dimanche et lundi 1à et 11 mars 2019.

CE JOUR, nous avons appris que les attaques à Anguwan Barde avaient eu lieu dimanche matin lorsque des présumés éleveurs Peuls ont envahi la communauté et tué 35 personnes.

Le porte-parole du chef de la police de l’Etat de Kaduna, Yakubu Sabo, qui a confirmé l’attaque contre Anguwan Barde dans un communiqué, a déclaré lundi que 16 personnes avaient été tuées.

Cependant, Danladi Yarima, avocat et ancien président de l’Association de développement d’Adara (ADA), a déclaré que 35 personnes avaient été tuées lors de l’attaque de dimanche contre la ville d’Anguwan Barde.

Lors de l’attaque du village d’Anguwan Gamu lundi, 46 personnes ont été tuées et une centaine de maisons incendiées par des bergers déchaînés.

Yarima a déclaré que deux des cadavres, dont l’épouse du pasteur d’une église ECWA du village, ont été retrouvés dans une rivière.

«Nous avons retrouvé 35 corps à Anguwan Barde et 46 à Anguwan Gamu. Certaines personnes sont toujours portées disparues parce qu’elles ont couru dans les buissons pour sauver leur vie lorsque les bergers Fulani ont envahi les communautés. Nous ne savons pas s’ils sont encore en vie ou non.

«Nous avons retrouvé deux cadavres dans une rivière, y compris le corps de la femme du pasteur de l’église ECWA du village», a déclaré Yakima. Suite et Source

Pour en savoir plus sur l’ampleur de ce génocide au Nigéria lire cet article du Gatestone Institute

Un communiquant de Etat Islamique acculé: « Quel est notre crime? On veut juste appliquer la Charia »

13 mars 2019 (NOVOpress)
L’étau semble se resserrer autour de Baghouz, cette poche encore tenue par le groupe Etat islamique. Les combattants des Forces démocratiques syriennes ont engagé dimanche un assaut contre cette ville dans l’est de la Syrie. Et ce mardi, près de 2000 personnes se seraient rendues.

Des images présentées comme ayant été filmées à Baghouz, ont été publiées ce lundi sur les réseaux sociaux. On y entend un homme, Abu Abd al-Azeem, militant du groupe Etat islamique déclarer ceci :

Quel est notre crime ? Qu’est-ce qu’on a fait de mal ? Pourquoi est-ce qu’on nous bombarde ? Pourquoi le monde entier est contre nous ? Qu’est-ce qu’on a fait de mal ? Pourquoi sommes-nous assiégés ? Pourquoi le monde entier reste-t-il silencieux ? Quel est notre crime ? Ce qu’on veut, c’est appliquer la Charia, la loi de Dieu. Si Dieu le veut, demain, nous serons au paradis. Et eux, nos ennemis iront brûler en enfer.

Dans sa débâcle l’Etat islamique décapite 50 esclaves sexuelles yézidis de plus

Lu dans Le DailyMail du 23 février, traduction par Fdesouche.com :

Les troupes d’élite du SAS ont trouvé les têtes coupées de 50 esclaves sexuelles assassinées sans pitié par des combattants de l’État islamique alors qu’elles menaient l’assaut contre le dernier bastion du groupe terroriste

Les djihadistes ont décapité des dizaines de femmes yézidis et ont jeté les têtes dans des poubelles.

Les forces spéciales britanniques ont fait cette horrible découverte lorsqu’elles sont entrées dans Baghouz, la ville assiégée sur les rives de l’Euphrate, dans l’est de la Syrie.

Cette découverte fait suite à une bataille acharnée au début du mois, au cours de laquelle les soldats du SAS ont tiré 600 obus de mortier, forçant l’ennemi à s’engager dans un réseau de tunnels sous la ville en ruines.

Plus de 100 djihadistes ont été tués pendant la bataille. Deux soldats britanniques ont été blessés, mais ni l’un ni l’autre n’ont subi de blessures mortelles.

Une source a déclaré au Mail on Sunday : « À l’heure de la défaite, la cruauté des djihadistes n’a pas de limites. Ils ont lâchement massacré ces femmes désespérées comme dernier acte de perversité et ont laissé leurs têtes coupées derrière eux pour que nous les trouvions. La motivation d’un tel acte écœurant dépasse l’entendement pour tout être humain normal. »

[…]

La France abat Djamel Okacha membre dirigeant d’Al Qaida au Mali

Djamal Okacha était un des chefs du  Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (en abrégé GSIM ; en arabe جماعة نصرة الإسلام والمسلمين, Jamāʿat nuṣrat al-islām wal-muslimīn, JNIM) organisation militaire et terroriste, d’idéologie salafiste djihadiste, formée le pendant la guerre du Mali. Il naît de la fusion d’Ansar Dine, des forces d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) dans le Sahel, de la katiba Macina et de la katiba Al-Mourabitoune.

Extrait de la biographie Wikipedia de Okacha:Lire la suite

La mosquée Al Aqsa de Jérusalem, foyer de radicalisme, brièvement fermée lundi par Israël

Lu sur TRT.com du 18 février  2019 (extrait):

Le directeur de la mosquée d’al-Aqsa, Cheikh Omar al-Kaswani, a déclaré à l’agence turque Anadolu que la police israélienne a ouvert les portes de la mosquée après les avoir fermées pendant plus d’une heure, lundi après-midi.

De son côté, le porte-parole de la police israélienne, Micky Rosenfeld, a indiqué dans un communiqué que « la police a rouvert les portes de la mosquée après avoir arrêté 5 personnes dans ses esplanades ».

« Elles ont été arrêtées après avoir tenté d’entrer dans une zone fermée en vertu d’une décision judiciaire », a-t-il ajouté.

Il fait référence à la fermeture de la porte d’al-Rahma.

(…) La police israélienne avait fermé un autre édifice près de l’entrée d’al-Rahma, comprenant une salle et des bibliothèques en 2003 sous prétexte de l’existence d’une organisation terroriste. Cette fermeture est renouvelée chaque année. 

Un tribunal israélien a rendu un verdict en septembre 2017, confirmant la décision de la police de fermer l’édifice. » Lire l’article intégral

Comme nous l’écrivions en octobre dernier : La fameuse mosquée Al Aqsa de Jérusalem héberge des cheikh faisant l’apologie du Djihâd de conquêteLa mosquée al-Aqsa ou al-Aksa1 est la plus grande mosquée de Jérusalem. Elle a été construite au viie siècle et fait partie, avec le Dôme du Rocher, d’un ensemble de bâtiments religieux construit sur l’esplanade des Mosquées (Haram al-Sharif) qui est le troisième lieu saint de l’islam.

La mosquée peut accueillir 5 000 fidèles et le site dans sa totalité 500 000 personnes2.

Selon la tradition musulmane, la mosquée a commencé à être bâtie en 637 par le deuxième calife Omar ibn al-Khattâb,3 à l’emplacement sacré d’où le prophète Mahomet s’était élevé au ciel lors du voyage nocturne. (Source Wikipedia)

Le Drian au Qatar signe un accord pour renforcer le partenariat stratégique avec les islamistes

L’accord, signé lundi 11 février à Doha par les ministres qatari et français des Affaires étrangères, devrait conduire à un rapprochement accru entre le Qatar et la France. Après la parenthèse socialiste de la lune de miel avec les sarkozystes, la France veut renouer avec l’émirat bailleur de fond des Frères Musulmans. Pourtant, la France n’est pas dépendante du gaz qatari et sa production de pétrole est ridicule.  Il faut dire que le Fond souverain du Qatar a pris des positions importantes dans l’hexagone, et que le débouché pour les ventes d’armes n’est pas négligeable.

Il s’agit du premier accord de ce type signé entre le Qatar et un pays européen, ont déclaré des responsables du Qatar, qui cherche à renvoyer l’image d’un pays non isolé depuis la rupture avec l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte en 2017.  

« Ce dialogue stratégique va fournir une plate-forme (…) de coopération dans différents domaines entre les deux pays, y compris la sécurité régionale, la défense,  l’énergie, l’économie et la culture« , a déclaré le chef de la diplomatie qatari, cheikh Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani. Le marché conclu constitue une « nouvelle phase » dans les relations entre les deux pays, a-t-il ajouté. 

 De son côté, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a affirmé que l’accord obligeait les responsables des deux pays à se rencontrer régulièrement.  Il a également confirmé le soutien de son pays à l’organisation de la Coupe du Monde de la FIFA 2022 par le Qatar, ajoutant que le football était l’un des meilleurs atouts pour rapprocher les citoyens du Qatar et de la France.
«Avec le Qatar, il n’y a que des hauts», a-t-il assuré, en réponse à une question de l’AFP sur la nature des liens entre Paris et Doha en comparaison avec ceux, actuellement tourmentés, entre la France et l’Italie.

Il y a quelques jours, le Qatar a reçu le premier avion de combat Rafale parmi les 36 commandés à la France. Commande passée en 2015 pour un montant de 9 Milliards d’euros. Notons que la version qatari est dotée du viseur de casque israélien TARGO-II (ElbitSystem) et de la nacelle américaine Sniper, qui remplace le pod de désignation français Damocles. Ainsi, on voit bien se dessiner les alliés stratégiques de l’émirat. 

Aussi, une centaine de missiles air-air MICA et air-sol AASM, ainsi que des missiles SCALP équiperont les avions. Enfin, l’émirat islamiste a commandé 60 missiles air-mer Exocet, de quoi lui assurer une sécurité en cas d’attaque saoudienne. 

L’alliance avec les Etats-Unis et Turquie fortifie le Qatar  

En effet, au-delà de la présence du CentCom (pour «Commandement central des États-Unis», couvrant les opérations militaires aux Moyen-Orient, Asie centrale et Asie du Sud) et de 10.000 soldats américains, qui provoque l’hostilité de Washington à toute opération armée saoudienne sur le sol qatari, Doha a signé en 2014 un accord de défense avec Ankara.

Une sorte d’«assurance vie» pour le Qatar la Turquie avait en effet renforcé ses effectifs au début de la crise dans l’émirat. Suite à un nouvel accord signé entre Ankara et Doha en août 2017, les capacités d’accueil de la base de Tariq Bin Ziyad (située au sud de Doha) ont été portées à 5.000 hommes.
Une présence dont fut reconnaissante l’Émir du Qatar qui, en retour, prêta à Erdogan son soutien financier lorsqu’à la mi-août la monnaie turque dévissa après l’annonce par Donald Trump d’une hausse des taxes sur les importations d’aluminium. Une annonce sur fond de crise politique entre Ankara et Washington. (Lu sur SputnikNews).

Rapatriement des djihadistes : avantages et inconvénients

L’annonce par la voix du ministre de l’Intérieur mardi 29 janvier que la France s’apprête à rapatrier 130 djihadistes, enfants compris, depuis la Syrie où leur présence en prison deviendra incertaine après le retrait américain, fait beaucoup réagir. L’effet immédiat d’une telle annonce avant toute réflexion sur les raisons provoquent l’indignation de nombreux français à la suite de l’opposition de droite. Il faut donc comprendre ce qui pousse le gouvernement français à agir ainsi, de manière dépassionnée.Lire la suite

L’intérieur autorise le séjour d’une marocaine islamiste soeur de terroristes pour le congrès des musulmans du Nord

Encore un énième exemple de laxisme de la politique de visas du ministère de l’Intérieur :

Lu dans La Voix du Nord du 7 février 2019 :

La campagne d’affichage s’est intensifiée récemment. Ce dimanche, à Lille Grand Palais, doit se tenir le rassemblement des musulmans du Nord, placé sous le thème : « Musulmans de France : un destin à construire, enjeux et défis ». Mais l’événement n’a pas débuté qu’il fait déjà causer, au regard du plateau des invités appelés à s’exprimer derrière le pupitre.

Ancien membre des Frères Musulmans, Mohamed Louizi a quitté la confrérie en 2006 pour devenir depuis un farouche opposant de l’islam politique : sur son blog, ces derniers jours, le Roubaisien a ciblé principalement la venue de Naïma Benyaïch : « Ils comptent inviter l’influente islamiste marocaine Naïma Benyaïch, sœur de jihadistes internationaux impliqués dans les attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington, du 16 mai 2003 à Casablanca et du 11 mars 2004 à Madrid », écrit-il, précisant plus loin que « sous le voile de Naïma Benyaïch se dissimule bel et bien une idéologue frériste pur sang de rang mondial ».

Comme elle le fait chaque année, la ville de Lille, qui loue la salle via une société d’économie mixte présidée par Jacques Richir, adjoint centriste de la mairie, a étudié le plateau des intervenants, auscultant notamment les discours de Benyaïch, puisque c’est principalement cela qui doit être soupesé. Elle n’a rien trouvé de nature à s’indigner publiquement, mais au regard du profil de Naïma Benyaïch, de ses liens familiaux avec des jihadistes tristement connus (Abdelaziz, Salah Eddine et Abdellah, tué en Afghanistan), la ville a officiellement signalé sa présence à la préfecture. Lire la suite dans La Voix du Nord et surtout le dossier complet par Mohamed Louizi