Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

Syrie : Informations biaisiées autour de La Ghouta

Présentation de Bassam Tahhan sur Wikipédia (extrait) : En 1994, il devient titulaire de la chaire supérieure d’arabe créée pour la première fois en France. En vingt ans d’enseignement au lycée Louis-Le-Grand, le nombre d’élèves de CPGE du Maghreb et du Machrek a quadruplé.(…) Il a par ailleurs enseigné à l’École de Guerre (Collège interarmées de Défense) pendant deux ans (2004-2005) en tant que  directeur du séminaire de la géopolitique de l’Islam dans le monde. (…) Bassam Tahhan fut le premier maître de conférences d’arabe à l’École polytechnique, en 1986.

Un actif islamique lancé à la bourse de Londres en présence du maire Sadiq Khan

Lu sur Saphirnews du 10 mars 2018 (extrait) :

« La Banque islamique de développement (BID) a organisé, lundi 5 mars, en partenariat avec le gouvernement britannique, un sommet réunissant les principaux acteurs de la finance islamique à la Bourse de Londres. Le président de la BID Bandar Hajjar a insisté sur le besoin pour Londres d’être au cœur de la « révolution de la finance islamique » au regard de son classement mondial en matière de services financiers.

Lors de ce sommet auquel a participé le maire de Londres Sadiq Khan ou encore le secrétaire d’État aux Communautés et du Gouvernement local Sajid Javid, Bandar Hajjar a mis l’accent sur le développement régulier et ininterrompu du marché financier islamique, en particulier sur le territoire britannique. Il a également exposé le modèle de prospérité au cœur des transactions financières islamiques. » Lire la suite 

Algérie: 6 mois de prison pour un chrétien accusé «d’ébranler la foi d’un musulman »

Lu sur ObservAlgérie du 3 mars 2018 :

Un chrétien algérien originaire de la wilaya de Tiaret située au sud-ouest de la capitale Alger, arrêté par les services de sécurité en possession de livres évangéliques, a comparu devant le Tribunal de Frenda de la même wilaya. Il est accusé d’avoir « ébranlé la foi d’un musulman ».

Le procureur de la république a requis la peine de 6 mois de prison ferme et une amende de 50 000 Dinars Algériens. Cités par Algérie Part, les responsables de l’église protestante d’Oran ont exprimé leur incompréhension vis-à-vis de l’accusation portée contre l’un des fidèles de leur église. Le Prosélytisme est interdit en Algérie depuis la signature de l’ordonnance du 06 mars 2006 par le chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika « fixant les conditions et les règles de l’exercice des cultes autres que musulmans ». L’ordonnance en question prévoit des sanctions pénales Lire la suite sur ObservAlgérie

Le vote italien influencé par l’invasion migratoire et l’islamisation en cours

Alexandre del Valle, professeur de géopolitique, a longtemps enseigné en Italie. Fin connaisseur de nos voisins transalpins, il explique l’état d’esprit des italiens face aux phénomènes migratoires actuels. Son dernier livre, indispensable : Les vrais ennemis de l’Occident: Du rejet de la Russie à l’islamisation des sociétés ouvertes

Syrie : le délégué qui négocie avec Damas sur Ghouta est un djihadiste membre du comité saoudo-occidental

Lu sur France 24 :

« La barbe noire bien taillée, et costume-cravate inhabituel pour un islamiste convaincu, Mohammad Allouche avait la tâche de conduire la délégation rebelle syrienne, qui a négocié pour la première fois – du moins publiquement et officiellement – avec le régime de Damas, du 23 au 24 janvier à Astana.

Le chef du bureau politique du groupe rebelle Jaïch al-Islam (l’Armée de l’Islam), fréquemment qualifié de terroriste par l’émissaire de Damas, l’ambassadeur Bachar Jaafari, est apparu tantôt souriant, tantôt grave, dans les travées de l’hôtel Rixos d’Astana, théâtre de la conférence qui s’est conclue mardi 24 janvier.

Un islamiste formé à l’école wahhabite

Ancien étudiant en jurisprudence islamique en Arabie saoudite, le royaume wahhabite qui prône la pratique et la propagation d’un islam rigoriste, Mohammad Allouche n’est autre que le cousin de l’ancien leader de Jaïch al-Islam Zahran Allouche. Celui-ci a été tué dans un raid aérien de l’armée syrienne, le 25 décembre 2015.

Membre du Haut Comité des négociations (HCN) de l’opposition, l’instance qui représente les principaux groupes politiques et armés de l’opposition syrienne, mise sur pied fin 2015 avec l’appui de l’Arabie saoudite et des Occidentaux, Mohammad Allouche représente surtout l’un des plus importants groupes rebelles syriens.

Très actif dans les zones rurales de la région de Damas, notamment dans la Ghouta orientale (banlieue est de la capitale), Jaïch al-Islam serait constitué de 15 000 à 20 000 combattants islamistes, selon des services de renseignement occidentaux. Lire la suite sur France 24

Jaish Al Islam place des civils dans des cages pour en faire des boucliers humains informe l’AFP. Rappelons que la France a soutenu le Haut Comité des Négociations (HCN), aussi appelée Plateforme de Riyad, lors des négociations de Genève I et II. Relire notre interview avec la syrienne Randa Kassis de l’opposition laïque.

Haine islamiste : il attaque à la hache un couple à Copenhague

Lu sur MyNewsDesk

La police danoise a arrêté le suspect qui a attaqué un couple avec une hache en pleine rue dans la ville de Birkerød, située juste au nord de Copenhague. Mohamed Abdelkader Salem al-Tamimi, 29 ans, est accusé d’avoir braqué une banque puis d’avoir agressé un couple à la hache.

L’armée turque réalise un vrai djihad en Syrie (analyse kurde).

Kendal Nezan, Président de l’Institut kurde de Paris :

« Si les Occidentaux l’y autorisent, Erdogan promet de se lancer dans la conquête du Kurdistan syrien, dans un climat d’hystérie nationaliste. Ce qui n’augure rien d’autre que le retour en force de Daech et une déstabilisation plus grande encore de la région.

L’opinion publique occidentale semble l’ignorer mais l’invasion turque du canton kurde syrien d’Afrin est qualifiée de «jihad» ou guerre sainte par la Diyanet, la plus haute autorité religieuse du pays, à la demande sans doute du président turc lui-même.

La fatwa est serinée dans les 90 000 mosquées sunnites du pays où imams et prédicateurs, tous salariés d’un Etat supposé laïc, sont tenus de prier matin et soir avec leurs ouailles pour la victoire de l’armée de conquête turque et de leurs supplétifs syriens jihadistes.Lire la suite

Hambourg : un réseau de 78 suspects « réfugiés » détournent 141 000 euros d’aides sociales, un drapeau de l’Etat islamique retrouvé.

Illustration : un bar à chicha, la sortie à la mode chez les jeunes arabes.

Lu dans le journal allemand Bild , Traduction Fdesouche

« A Hambourg, démantèlement d’un réseau de 43 familles qui ont détourné de l’argent des caisses familiales avec de fausses pièces administratives. En prétendant à des prestations avec règlement rétroactif, c’est-à-dire en revenant 3 à 4 années en arrière sous prétexte qu’ils étaient en formation ou en recherche d’emploi durant ces périodes, les fraudeurs ont éveillé les soupçons de l’administration, notamment aussi en présentant des attestations falsifiées (fausses adresses, réponses négatives d’entreprises n’existant déjà plus depuis de nombreuses années…). Malgré cela, la caisse des allocations familiale a donné une suite favorable à 1/3 des dossiers et ainsi versé jusqu’à 141’000 €. Les fraudeurs sont tous de jeunes migrants de moins de 25 ans. Les autorités ont découvert que des groupes WhatsApp et des bars à chicha servaient de cellules de recrutement pour élargir le réseau qui comptent 78 suspects et 2 auteurs principaux qui auraient à eux seuls encaissé la moitié des sommes ainsi détournées. Lors de perquisitions, en plus de documents falsifiés et de drogue, la police a trouvé des armes et des drapeaux du prétendu Etat islamique. »

Seulement 8 ans de prison pour le logisticien de l’attentat de Madrid en 2004 : libre.

Travailleurs sociaux et psychologues pour les djihadistes de retour en Allemagne et Danemark

Lu dans Le Figaro du 1 er février (extrait) :

Allemagne :

En novembre 2017, les renseignements allemands affirmaient que sur les 960 djihadistes qui étaient partis en Irak et en Syrie, un tiers de ces individus étaient de retour. Si 80 d’entre eux ont été emprisonnés, entre 200 et 220 djihadistes seraient aujourd’hui rentrés chez eux. (…) Pour lutter contre la radicalisation, l’Office fédéral pour la migration et pour les réfugiés (BAMS), qui dépend du ministère de l’Intérieur, a créé le «Bureau d’information sur la radicalisation». Ce dernier travaille avec les services de renseignements, mais aussi avec les acteurs de la société civile. Il se repose notamment sur quatre associations, dont la Violence Prevention Network (VPN). Depuis juillet 2014, la VPN travaille avec des familles dont les membres sont partis faire le djihad, mais également avec des individus qui sont revenus d’Irak ou de Syrie. Des travailleurs sociaux et des psychologues sont également chargés d’accompagner les djihadistes de retour. » 

Danemark :

« Avec environ 143 personnes parties faire le djihad depuis 2012, le Danemark est l’un des pays les plus touchés en Europe, si l’on compare ce chiffre à la population.(…)Les djihadistes qui reviennent peuvent, s’ils le souhaitent, s’inscrire à un programme de déradicalisation. L’État les aide alors dans leurs démarches pour chercher un logement ainsi qu’un emploi. «Ils ont aussi droit à une prise en charge médicale et psychologique gratuite», précise un rapport publié en juin 2017 par le Center for Security Studies (CSS) de Zurich. Pour veiller sur eux pendant cette période de transition, un mentor est désigné, il peut d’ailleurs s’agir d’un ancien djihadiste. Spécialement formés, ces «mentors» accompagnent les revenants au quotidien. «Au Danemark, les djihadistes qui reviennent sont considérés comme des victimes», estime Asiem El Difraoui. Lire l’intégralité dans Le Figaro