Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

Khuram Butt s’affichait dans un documentaire de Channel 4 avec des djihadistes en 2015

Channel 4 documentary – the Jihadis next door – that features one of the London Bridge attackers ( l3rd left in background in same colour pale robes/head scarf
http://documentary-movie.com/the-jihadis-next-door/

Incroyable loupé des services britanniques. Khuram Shazad Butt a fait une apparition dans un documentaire tourné à l’été 2015 , intitulé The Jihadist Next Door (« Les jihadistes du voisinage ») de Channel 4, vu par des millions de britanniques.  Il priait avec un groupe de salafistes dans le Regent’s Park, un jardin public au centre de Londres, en y déployant le drapeau noir brandit lors du Djihâd depuis l’islam impérial médiéval. Tourné entre janvier 2014 et début 2016, ce documentaire se centrait sur ce groupe qui mettait en ligne des prêches sur YouTube, ouvertement influencés dans leurs discours par le cheikh salafiste Omar Bakri Muhammed, aujourd’hui emprisonné pour ses liens avec l’Etat Islamique. Né au Pakistan, Khuram Butt aurait pu être renvoyé vers son pays pour des liens évidents avec la mouvance djihadiste, mais le laxisme des anglais, aveuglés par le « droit à la différence » et la sacralité de la liberté religieuse, fusse-t-elle salafiste, lui a permis de rester.

Le gourou du groupe de Khuram Butt, Abu Haleema, expliquait aux journalistes qui l’interrogeaient sur sa position quant à l’Etat Islamique :  » Pour information, je ne soutiens pas l’Etat Islamique…sinon je me ferais coincer« . Son passeport fut confisqué car il tenta de rejoindre la Syrie.  Haleema commentait :  » Qu’on nous laisse partir et il n’y aura plus d’extrémistes dans ce pays ».

« L’ alternative, soutient-il, est d’appliquer la Sharia au Royaume-Uni« . Haleema suggère des lapidations à mort pour adultère, qui pourraient être effectuée sur Ealing Green dans l’ouest de Londres. Il proposa aussi face caméra de tuer les homosexuels en les jetant du haut des tours londoniennes. 

Il reconnait, toujours dans ce même documentaire, avoir été en lien sur les réseaux sociaux avec un jeune étudiant de Melbourne qui planifiait de décapiter des policiers australiens. Haleema, lors des attentats de Charlie Hebdo disait de la police parisienne «  Les poulets sont rentrés au bercail, ils l’ont bien cherchés, cela arrive en temps de guerre »

Le plus proche camarade de Khuram Butt, Mohammed Shamsuddin, porte-parole du mouvement, soutenait lui ouvertement l’Etat Islamique ! Dans le documentaire de Channel 4, il commente une vidéo d’exécution de l’EI qu’ils visionnent ensemble en qualifiant la méthode de « dissuasive » et s’exclame « Whoww , le gars mousse à la bouche! ». Khuram Butt regardait la vidéo à ses côtés en approuvant.

Le petit groupe sera évacué du parc par la police suite à l’inquiétude des passants, non sans remous. Mais ils demeureront tous libres de leurs mouvements après une heure de garde à vue, soit moins que les gardés à vue de la Manif Pour Tous en France. 

L’activité d’Haleema sur les réseaux sociaux indique qu’il serait en Syrie.

Dans une manifestation devant un tribunal en août 2015, Shamsuddin déclare devant la caméra: «Un jour, l’islam dominera et le drapeau noir de l’Islam sera un jour sur Downing Street».

Le laxisme anglais des 30 dernières années, pays d’accueil de tout l’islamisme indo-pakistanais déoband et du salafisme en général, a mené à la situation actuelle. 

(Sources de ces informations : Daily Mail)

Des cargaisons d’armes en provenance de Turquie saisies par les douanes nigériannes

(source: Médi-1, le 24-05-2017)

À Lagos, une cargaison d’armes en provenance de Turquie saisie par les douanes nigérianes.

C’est un coup de filet important au Nigeria. Les douanes nigérianes ont intercepté dans le port de Lagos une cargaison d’armes en provenance de Turquie. Une découverte similaire avait déjà été faite il y a cinq mois, selon les autorités.

Grenoble : une patrouille de Sentinelle agressée par des « jeunes ».

Lu dans Le Dauphiné :

Une patrouille de militaires en surveillance dans le cadre de l’opération Sentinelle a été vivement prise à partie par des jeunes gens à scooter, lundi vers 19 h 30, place Grenette à Grenoble.

Le véhicule dans lequel patrouillaient les cinq soldats a été entouré par les agresseurs qui ont craché à plusieurs reprises sur les vitres avant de venir violemment percuter le pare-chocs de la voiture avec l’un des scooters dont la plaque d’immatriculation avait été dissimulée par un morceau de carton.

Les services de police sont intervenus pour tenter de retrouver les agresseurs et une enquête a été ouverte.(…)

Un proviseur d’un lycée de Reims « prend les dispositions nécessaires » pour le respect du Ramadan

Carcassonne: interpellation d’un gérant de kebab soupçonné de financer le dijhad

Lu dans La Dépêche du 30 mai 2017:

Hier après-midi, vers 16 heures, le centre-ville de Carcassonne a été le théâtre d’une descente de police spectaculaire. Rue piétonne bloquée, quatre voitures banalisées garées juste en face de Monoprix. Des policiers encagoulés et armés jusqu’aux dents sont descendus des véhicules.

Ils ont fait irruption au snack Kebab rue Clemenceau. Des hommes qui appartenaient à la SDAT (sous-direction antiterroriste) ont interpellé le gérant du snack. Puis après avoir procédé à une perquisition du domicile avec le suspect, les policiers sont revenus fouiller le snack pendant plus d’une heure.

Cette interpellation est le fruit d’une longue enquête puisque les fonctionnaires étaient déjà à Carcassonne depuis près d’un mois. Et c’est hier qu’ils ont décidé de passer à l’action. Il semblerait que le gérant, un homme d’environ 50 ans, soit soupçonné d’être impliqué dans un circuit de financement lié au jihad.

Six interpellations lors d’une opération anti-terroriste à Bordeaux et en région parisienne

Sud Ouest du 30 mai :

Manchester : le père et le frère de l’islamiste ont des responsabilités à la mosquée

Lu dans Le Figaro du 25 mai 2017 :

« Élevé dans une famille musulmane pieuse, il était connu des services de sécurité, selon plusieurs journaux, le Financial Times affirmant qu’il s’était radicalisé au cours de ces dernières années. Au Times, un ami d’école révèle que Salman Abedi «était allé il y a trois semaines en Libye et en était revenu il y a quelques jours», ce que confirme Downing Street. Le Mirror va plus loin en affirmant que le suspect était un ami de Raphael Hostey, alias Abou Qaqa al-Britani, recruteur présumé de l’État islamique jusqu’à sa mort en Syrie, en 2016, au cours d’une frappe de drone. Le Telegraph évoque quant à lui le fait qu’il était un habitué d’une mosquée de Manchester accusée par le passé de lever des fonds pour le djihad.(…) 

Alors que son frère Ismail était tuteur à l’école coranique de la mosquée locale de Didsbury et que son père y faisait l’appel à la prière, l’imam qui y officiait a déclaré au Guardian que Salman Abedi avait affiché un «visage de haine» alors qu’il prononçait un sermon contre le terrorisme.

Invitée sur la BBC, la secrétaire au Home Office a affirmé que Salman Abedi n’avait «probablement pas agi seul», soulignant que l’attentat qui a visé le concert d’Ariana Grande était «plus sophistiqué que d’autres».Lire la suite sur Le Figaro

Europe 1 nous apprend que :

« Le frère de l’auteur présumé de l’attentat de Manchester a admis après son arrestation avoir été au courant de la préparation de l’attaque et être lui aussi membre de l’organisation État islamique (EI), a indiqué mercredi une unité des services de sécurité libyens.

Arrêté la veille au domicile familial, Hachem A., « a indiqué qu’il appartenait à l’EI avec son frère Salman A. (…) et a reconnu qu’il était présent en Grande-Bretagne durant la période de préparation de l’attentat », affirme sur sa page Facebook la Force de dissuasion, qui fait office de police loyale au gouvernement d’union nationale (GNA).

Le père arrêté mercredi en Libye. Mercredi, c’est le père de l’auteur présumé qui a été arrêté à Tripoli, la capitale libyenne. « Le père Ramadan A. vient d’être arrêté lui aussi », au lendemain de l’arrestation de Hachem, frère de l’auteur présumé de l’attentat, a indiqué Ahmed Ben Salem, un porte-parole de la Force de dissuasion. (…) » source

Manchester: la mosquée dans laquelle le terroriste aurait travaillé en 2013 est une ancienne église

Lu dans The Telegraph (traduction Fdesouche) :

« Que savons-nous sur le terroriste suspect ?

Salman Abedi est né à Manchester en 1994, le deuxième plus jeune de quatre enfants. Ses parents étaient des réfugiés libyens qui sont venus au Royaume-Uni pour échapper au régime de Kadhafi.

Sa mère, Samia Tabbal, 50 ans, et son père, Ramadan Abedi, un agent de sécurité, sont tous deux nés en Libye, mais semblent avoir émigré à Londres avant de déménager dans la région de Fallowfield, au sud de Manchester, où ils ont vécu pendant au moins dix ans.

Il a grandi dans la région de Whalley Range et a fréquenté Whalley Range High School avant de travailler apparemment à la mosquée Didsbury en 2013.

La mosquée Didsbury était à l’origine la « chapelle méthodiste Albert Park ». La chapelle a fermée en 1962 et plus tard est devenue un centre islamique. (source)

Salafistes Français, ils vivent à Birmingham dans un quartier à 95% musulman surnommé « Peshawar »

A woman went to pick her children at the Salafi school in Small Heath.

Lu dans L’Obs (extrait) :

De plus en plus de Français qui pratiquent un islam rigoriste viennent s’installer dans cette ville du centre de l’Angleterre, là où les restaurants halal, les salles de prières et les niqabs sont légion.

Voilà un an que Karim a quitté Gennevilliers avec Dounia, sa jeune femme, qui porte désormais le niqab – ce voile intégral couvrant le visage à l’exception des yeux –, et ses quatre enfants. On les avait croisés en mars dernier, au lendemain des attentats de Londres dans un salon de thé de Small Heath, ce quartier de Birmingham à 95% musulman, où se côtoient, sans forcément se mélanger, les 73 nuances de l’islam. Lire la suite dans L’Obs

Cergy: les habitants privés de patinoire au profit de 150 clandestins musulmans

Après la base de loisir de Cergy dont les locaux ont été réquisitionnés par la préfecture pour loger les clandestins, c’est maintenant au tour de la patinoire :

Lu dans Le Parisien du 9 mai 2017 :

« Parmi les quelque 1 600 migrants évacués des campements de la porte de la Chapelle à Paris, 150 sont arrivés ce mardi matin à Cergy. Ils sont hébergés à l’ex-patinoire de Cergy-préfecture, laissée vide depuis l’ouverture de l’Aren’Ice sur la plaine des Linandes. Elle a été réquisitionnée par la préfecture à l’agglomération de Cergy-Pontoise.

C’est l’association Espérer 95 qui est en charge de gérer ce centre d’hébergement provisoire où ont été mis à l’abri des hommes de nationalité afghane, soudanaise ou éthiopienne. » Source

Seul le FN a réagi par un communiqué.