Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

Tarek Belgacem avait peint le drapeau de l’EI dans son foyer pour migrants : sa famille tunisienne le soutient.

Selon des informations publiées dimanche par l’hebdomadaire allemand Welt am Sonntag, l’homme avait peint un symbole de l’EI sur un mur de son foyer pour demandeurs d’asile à Recklingshausen.

L’édition en ligne du magazine Spiegel dit elle qu’il a posé dans le centre avec un drapeau de l’organisation, ce qui a amené les autorités locales à le classer comme potentiellement dangereux. Toutefois il a disparu de Recklingshausen au mois de décembre, ajoute Spiegel Online.

Libye : attaques meurtrières de EI pour s’emparer des deux principaux ports pétroliers

Capture d’écran 2016-01-07 à 14.33.057 janvier 2016:

« En Libye, le danger que l’Etat islamique profite du chaos interne devient de plus en plus concret. Dans le nord du pays, où deux sites portuaires pétroliers situés à l’est de Syrte ont été attaqués par l’EI lundi (le terminal d’Es Sidar, plus grand site de stockage de pétrole en Libye, ainsi que celui de Ras Lanouf), cinq vastes cuves de stockage sont en flammes, a annoncé mercredi 6 janvier un représentant des services chargés de la sécurité des sites, cité par l’agence Reuters.

Quatre incendies se sont déclarés à Es Sider et un fait rage à Ras Lanouf, précise l’agence. Selon Reuters, qui cite  un membre de l’administration locale, chaque cuve contient entre 420.000 et 460.000 barils de pétrole.

Ces combats entre des gardes des installations pétrolières et le groupe Etat islamique (EI) ont par ailleurs été meurtriers. L’AFP fait état de dix morts du côté des gardes des installations pétrolières, Reuters mentionne neuf morts et une quarantaine de blessés, ainsi que de 30 corps récupérés du côté des assaillants. Lire la suite

Allemagne: 516 plaintes pour viol à Cologne, 133 plaintes à Hambourg, 41 à Dusseldorf

Capture d’écran 2016-01-06 à 00.57.13

Actualisation au soir du lundi 11  janvier:

Le Soir du dimanche 10 janvier informe :

« La police de Cologne (ouest) a indiqué dimanche que le nombre de plaintes liées aux violences dans la nuit du Nouvel An était désormais de 516, dont environ 40 % pour des faits d’agression sexuelle.

Samedi, le bilan du nombre de plaintes avait déjà été fortement relevé, à 379. Dix-neuf personnes sont pour l’instant considérées comme suspectes, a indiqué la police dans un communiqué sans autre détail. Par ailleurs, la police a procédé samedi soir à l’arrestation d’un Marocain de 19 ans soupçonné de vol de portables le soir de la Saint-Sylvestre sur la place principale de Cologne. Cet homme est déjà connu des services de police. (…) La police de Cologne, dont le chef a été mis à pied vendredi après de nombreuses critiques notamment sur une communication très tardive et limitée, avait affirmé samedi que les personnes sur lesquelles elle enquêtait étaient « originaires en grande partie de pays d’Afrique du Nord » et « en grande partie des demandeurs d’asile et des personnes se trouvant en Allemagne illégalement ». 

Lire la suite

Orléans :  » J’attends avec impatience de nouveaux attentats, Un nouveau carnage serait génial »

orleansLu sur France Bleu Orléans du 29.12.2015 :

« Un Orléanais de 56 ans a été condamné ce mardi à huit mois de prison dont quatre ferme, pour vol, menaces de mort, violences et surtout apologie d’un acte de terrorisme. Jeudi dernier aux Halles Châtelet à Orléans il avait déclaré attendre avec impatience de nouveaux attentats en France. Lire l’article

Les Inrocks qualifient de « rappeur talentueux » Nekfeu qui « réclame un autodafé pour les chiens de Charlie Hebdo »

couv1022ok-tt-width-470-height-602-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1

Les Inrocks, couverture de juillet 2015

En novembre 2013 une polémique oppose Nekfeu et d’autres rappeurs à Charlie Hebdo en marge de la sortie de la BO du film La marche, qui retrace l’histoire vraie d’enfants d’immigrés qui ont marché de Marseille à Paris en 1983 contre le racisme. Dans une chanson composée et interprétée par une dizaine de rappeurs dont Akhenaton, Disiz ou encore Kool Shen,  Nekfeu  « réclame un autodafé pour ces chiens de Charlie Hebdo » (voir).

La rédaction du journal satirique a réagi via un communiqué le 27 novembre 2013 en indiquant « découvrir avec effarement la violence des paroles » de la chanson incriminée qui « reprend les propos que tient habituellement l’extrême droite musulmane lorsqu’elle évoque [Charlie Hebdo] » Son rédacteur en chef Charb dénonce ainsi « un chant religieux communautariste »

Nekfeu est cependant (encore) interviewé complaisamment par Les Inrocks  en mai 2015 , et fait carrément fait la couverture de l’hebdomadaire en juillet 2015, avec Virginie Despentes, la romancière qui a relayé tout l’argumentaire victimaire habituel des islamistes pour tenter de comprendre les tueurs de Charlie Hebdo dans un texte immonde.  Qualifié de « Rappeur talentueux » dans le numéro,  c’est l’occasion pour Nekfeu d’avoir une tribune pour présenter les 5 albums de rap qui l’ont le plus marqué. Parmi eux, un album du groupe Lunatic, dont voici les parole des « chansons » ultra racistes :

Lire la suite

François Hollande soutiendrait un imâm de Marseille favorable à la lapidation, la polygamie, et à la punition de l’apostat.

Lu dans L’Express du 21 janvier 2010 :

Repmed00020« Abdelhadi Doudi, 55 ans, est l’imam de la mosquée Es-Sunna, dans le troisième arrondissement de Marseille. Ancien beau-frère et conseiller religieux de Moustapha Bouyali, qui fut le fondateur, en 1982 du Mouvement islamique armé (MIA) -le premier maquis islamiste en Algérie-  il a été l’un des principaux «importateurs» du salafisme en France, à la fin des années 1980. Tenant un discours radical, mais légaliste, le «cheikh» Doudi a accepté de parler en arabe, via deux interprètes, de sa conception de l’islam. Et du voile intégral. (…) Le musulman ne peut pas se détacher de sa religion. C’est comme un poisson que l’on sort de l’eau: il s’étouffe! Celui qui renie l’islam, normalement, les autorités devraient le punir. Bien sûr, en France, ce n’est pas permis, ce n’est pas possible. »

Sur Atlantico du 21 avril 2013 on lit :

« Autre imam salafiste, Abdel-Hâdi Doudi se montre plus réservé en ce qui concerne la lapidation pour cause d’adultère, du moins en France. Quand je l’interroge sur le sujet, il me répond : « Non, c’est au tribunal islamique à en juger. »

Mon imam phocéen distingue habilement le territoire de l’islam du territoire de l’incroyance : il en connaît certaines lois avec lesquelles il a déjà eu maille à partir. Il estime que le territoire de l’incroyance n’est pas encore assez évolué pour admettre pareil châtiment ! (…)

avec un bon rire gras, il me fait l’éloge de la polygamie, encore interdite en France : « Peut-être qu’un jour les États d’Occident auront compris, et feront une loi pour autoriser la polygamie. »

Le spécialiste de l’islamisme Romain Caillet nous informe à propos de Doudi :

Capture d’écran 2015-12-22 à 10.13.16

CWxr1vEWIAE4ZYk.jpg-small

La France juge modérés les djihadistes de Arhar al Sham et de l’Armée de l’islam

Capture d’écran 2015-12-18 à 16.40.41

Dans le cadre du Groupe de soutien aux rebelles syriens sous l’égide de l’ONU, la Jordanie est chargée de classer les groupes rebelles djihadistes infréquentables. Elle a décidé de blacklister à raison le groupe salafiste Ahrar al-Sham, qui collabore avec Jahbat Al Nosra à la fois dans la région de Damas (dans la coalition Jund al Malahim) et dans la région d’Alep (depuis juillet 2015 dans la coalition Ansar al Charia),  soutenu par l’Arabie Saoudite et le Qatar. Les Emirats Arabes Unis ont aussi placé Ahrar al Sham sur leur liste des groupes terroristes.

Mais la France, pour complaire à ses alliés du golfe, refuse de voir des extrémistes dans Ahrar al Sham et même Jaich al Islam (L’Armée de islam, salafiste, soutenue par l’Arabie Saoudite), malgré leurs exactions contre les civils chrétiens  :

Georges Malbrunot dans Le Figaro de ce jour rend compte que  « la position de la France, qui considère Ahrar al-Cham et l’Armée de l’islam comme des rebelles «modérés». «Ce qui nous importe, répond un diplomate français de haut rang, c’est que les groupes se rallient à la transition politique qui préconise un État civil et démocratique. Ahrar al-Sham et l’Armée de l’islam l’ont fait la semaine dernière à la conférence de Riyad. Pour nous, la liste des organisations terroristes, c’est celle déjà établie par les Nations unies.»

L’ancien chef de Ahrar al-Sham, Abu Khalid al-Suri, décédé en 2014, était le représentant de Ayman Al-Zawiri (Al Qaida) au Levant. Son chef actuel, Hassan Aboud, a déclaré que Ahrar al-Sham a travaillé et travaillera avec Al Nosra (Al Qaida) tant qu’ils continuaient la lutte contre Assad. Aboud a également déclaré que Ahrar al-Sham a travaillé avec l’État islamique dans certaines batailles, bien que son programme lui soit désagréable.

Ahrar al-Sham et Jaich al Sham font partie de la même coalition sous protection saoudienne : le Front islamique.

Mohamed Najeeb Bannan, juge du tribunal islamique d’Alep sous contrôle du Front islamique explique dans un reportage que ce qu’il reproche à l’Etat Islamique n’est pas sa vision du contenu de la charia, mais son application trop précoce avant que la Syrie ne soit conquise.

En mars 2015, deux marchands d’alcool de la ville d’Ildib, Nael Elias et son père Elias Naguib, chrétiens, furent exécutés par le groupe Ahrar al Sham (source).

Voir notre liste complète des coalitions djihadistes en Syrie

Un Tchétchène soutenant l’EI arrêté à Tours, se permet de menacer les policiers.

22165_vignette_tchetchenie_carteUn Tchétchène de 27 ans décrit comme «profondément radicalisé» a été interpellé mardi 15 décembre à Tours (Indre-et-Loire) par des agents de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), révèle RTL ce mercredi matin. Issa Khassiev avait été assigné à résidence au lendemain du 13 novembre, son appartement avait également fait l’objet d’une perquisition.

Cet homme était surveillé depuis longtemps par les autorités, en particulier depuis un voyage en Syrie effectué en 2013. Lors de la perquisition menée à son domicile, les enquêteurs ont notamment découvert un drapeau du groupe Etat islamique ainsi qu’un ordinateur contenant des vidéos de propagande. Sur l’une d’entre elles, Issa Khassiev se filme en train de prêter allégeance au mouvement jihadiste qui a revendiqué les attentats du 13 novembre.

«Je saurai vous reconnaître», aurait-il confié aux policiers au moment de la perquisition. L’homme s’était également montré menaçant auprès d’une fonctionnaire de police qu’il avait suivi jusqu’au commissariat de Tours. C’est finalement après avoir découvert que Issa Khassiev venait de diffuser sa vidéo d’allégeance à Daech à des contacts jihadistes que les agents de la DGSI ont décidé de son arrestation.

Deux « migrants » syriens arrêtés fortuitement en Suisse avec des traces d’explosifs

UDCminaretLu sur RTS:

« Les deux Syriens, interpellés vendredi en Suisse dans le cadre de l’alerte contre une menace djihadiste, ont été arrêtés à cause d’un pneu crevé, selon le journal Le Matin Dimanche.

Les deux hommes, qui sont en détention provisoire, ont crevé le pneu de leur voiture sur une route menant à Genève et leur voiture était stationnée sur le bas-côté le temps de changer la roue, indique le Matin Dimanche. La veille, ils avaient dormi dans un hôtel proche de la frontière franco-genevoise, selon le journal.

Ils ont été interpellés vendredi pendant un contrôle de la gendarmerie, alertée par « leur comportement » et « leur nationalité », avait expliqué samedi le procureur général du canton de Genève Olivier Jornot.

Le Ministère public de la Confédération suisse a ouvert une enquête à leur encontre pour « soupçons de fabrication, dissimulation et transport d’explosifs ». La police a en effet trouvé dans le coffre de la voiture des traces d’explosifs.

Les autorités suisses soupçonnent aussi les 2 hommes, qui ne parlent pas français, d’appartenir au groupe Etat islamique ou à Al-Qaïda.

La police recherche 438 djihadistes « français » qui lui faussent la piste.

djihadistes11Lu dans le JDD:

« 438 Français sont dans le collimateur de la justice antiterroriste. Un tiers de plus qu’en mai. Parmi eux, 222 sont visés par un mandat d’arrêt ou de recherche.

[…] Si la France est en « guerre » sur le théâtre d’opération irako-syrien, la bataille, sur le territoire français, est aussi judiciaire. Depuis Merah en 2012, pas moins de dix procédures pour attentat, projet d’attentat ou assassinat ont été ouvertes. Mais ce sont surtout les dossiers liés aux filières syrienne et irakienne qui inquiètent.

Cela concerne 692 individus, précise-t-on au parquet de Paris – dont seulement… 20 ont déjà été jugés. Sur ce total, 234 ont été mis en examen, parmi lesquels 136 ont été placés en détention. Ils sont donc à ce jour 438 djihadistes français dans la nature (ils étaient 306 en mai). […]

On dénombre à ce jour 103 informations judiciaires ouvertes et 100 enquêtes préliminaires en cours. Deux nouvelles viennent d’être lancées à la suite de perquisitions administratives menées dans le cadre de l’état d’urgence. « On en a pour des années et des années… », prévient une source judiciaire. » Lire la suite