Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

Les salafistes expulsent 62 familles coptes d’un village près d’Alexandrie

Les salafistes expulsent 62 familles coptes d’un village près d’Alexandrie

Alexandrie, 10 février 2012 (Apic) Des milliers de musulmans fanatisés, guidés par des leaders salafistes, ont attaqué à plusieurs reprises les chrétiens coptes du village de Kobry-el-Sharbat (el-Ameriya), près d’Alexandrie. Des maisons et des magasins coptes ont été pillés avant d’être incendiés, rapporte l’agence de presse catholique AsiaNews à Rome dans son édition du 9 février.
Lire la suite.

Observatoire de l'islamisation

20 000 musulmans attaquent une église en Égypte

Nota bene : Le chiffre de 20 000 de l’agence AINA parait exorbitant. The Egypt Independant est plus prudent et ne donne pas de chiffres exacts.

Depuis février 2011 le bilan est maintenant porté à 6 églises vandalisées, 2 monastères attaqués, 3 pogroms, des dizaines de filles enlevées. 90 000 coptes ont fui le pays depuis la révolution islamique.

(Assyrian International News Agency) 15.02.2012- traduction Observatoire de l’islamisation

Une foule de près de 20.000 musulmans radicaux, principalement salafistes, a tenté ce soir de brûler l’Église de Sainte-Marie et Saint-Abram (photo) dans le village de Meet Bashar, dans la province de Sharqia. Ils réclamaient la mort du révérend Guirgis Gamil, pasteur de l’église, qui a été incapable de quitter sa maison depuis hier. Près de 100 Coptes terrorisés ont cherché refuge à l’intérieur de l’église, tandis que les émeutiers musulmans jettaient des pierres pour tenter de pénétrer dans l’église, afin d’agresser les Coptes et de brûler le bâtiment. Une maison près de l’église copte et la maison du concierge de l’église ont été incendiés, ainsi que trois voitures.

La foule demandait le retour de Rania Khalil Ibrahim, âgée de 15 ans, à son père. Elle se trouve chez la Direction de la sécurité depuis hier. Née chrétienne, Rania s’était « convertie » à l’islam trois mois après la conversion de son père il y a deux ans, qui est en charge de sa garde. Elle avait disparu du village samedi, aprèsêtre partie pour faire du shopping. Selon le révérend Guirgis Gamil, elle avait un désaccord de son père, qui avait arrangé un mariage pour elle avec un homme musulman.

Son père, Khalil Ibrahim, est allé à la police le samedi et a accusé le révérend d’être derrière sa disparition, et a dit qu’elle était allée vivre avec sa mère copte.

Hier une foule de 20.000 salafistes s’est rendue au domicile du prêtre et détruit ses meubles et sa voiture, au milieu de l’église et il jeté des pierres. Ils ont démoli une grande partie de la clôture l’église.Dans la soirée, les forces de sécurité ont annoncé qu’ils avaient trouvé Rania au Caire et qu’elle n’avait pas été enlevée par des chrétiens; elle a été amenée au poste de police dans Meet Bachar.

« Après avoir entendu ces nouvelles, hier tout le monde était soulagé« , a déclaré copte militante Waguih Jacob. « Toutefois, les Coptes constaté que les musulmans ne se sont pas dispersés complètement, mais étaient en vol stationnaire dans toutes les rues. » La sécurité quelques forcé qui étaient stationnés en face de l’église ont été rejetées comme le village semblait revenir à la paix.

voir tous nos articles sur l’Égypte.

alcool

Vers la prohibition totale de l’alcool en Algérie

Avec l’islamisation, l’Algérie glisse vers la prohibition officieuse. Les fermetures de bars s’accélèrent, les points de vente se raréfient, reléguant la consommation d’alcool sur le bord des routes ; Seules la Kabylie et l’Oranie résistent.

Plus aucun bar n’existe à Constantine. Ni à Chlef, Tlemcen, Batna ou Boumerdès. A Sétif, il n’en reste plus que deux. A Alger, réputée autrefois pour ses nombreux bistrots, une quinzaine seulement subsiste. Le 23 janvier, deux des plus vieux estaminets bien connus dans la capitale algérienne, la Butte et la Toison d’or, ont baissé leur rideau. Les uns après les autres, les bars vendant de l’alcool ferment, les points de vente se raréfient. L’Algérie glisse vers la prohibition.

Lire la suite

Egypte : Le leader des salafistes : “on peut traiter avec les Égyptiens “infidèles” [chrétiens] comme Mahomet l’a fait avec les Juifs de Médine”

Égypte : Le leader des salafistes : “on peut traiter avec les Égyptiens “infidèles” [chrétiens] comme Mahomet l’a fait avec les Juifs de Médine”

Les Juifs de Médine ont fini massacrés par Mahomet (lire) . 27% des égyptiens ont voté pour les salafistes aux législatives…

Traduction de Bivouac-ID :

Yasser Al-Burhami : Nommer des infidèles à des postes d’autorité sur les musulmans est interdit. Allah a dit: “Jamais Allah ne donnera les moyens aux infidèles [de triompher] sur les croyants.

Nous n’avons pas peur de perdre les élections ou de ne pas obtenir des votes. Nous ne cherchons pas à convaincre le peuple.

Est-ce qu’on peut comparer les chrétiens d’Égypte aux Juifs de Médine ? Le cas des Juifs de Médine est un exemple des relations entre musulmans et infidèles. Les musulmans peuvent adopter toute les forme de conduite que le prophète Mohammed a lui-même utilisé. Quand le prophète Mohammed était encore à la Mecque, il traitait avec les infidèles d’une certaine manière, et quand les musulmans sont en position de faiblesse, ils doivent composer avec les infidèles de cette même façon. “S’abstenir de toute action, prier, et payer les zakkat.

Dans de nombreux pays peuplés d’infidèles, comme la Palestine occupée, nous demandons juste aux musulmans de faire comme ça. Nous ne disons pas aux musulmans à Gaza de tirer des roquettes tous les jours, car ceci conduirait à la destruction de tout le pays. Nous leur disons de respecter la trêve.

Quand le prophète Mahomet est arrivé à Médine, il a signé un traité avec les juifs, sans les forcer à payer l’impôt de capitation la jizya. Il ne pouvait pas faire autrement à l’époque, mais quand ils ont violé le traité, il les a combattu, et finalement, il a imposé la jizya [taxe pour la protection] aux Gens du Livre.

Les chrétiens [d’Égypte] peuvent être traités comme les Juifs de Médine. Cela est possible.

Source : Memri traduction Bivouac-id

Bouabdellah Ghlamallah

Algérie : les prêtres étrangers interdits de visas

Alors que la France tolère sur son sol des centaines d’imâms Algériens…

25/01/2012 – 11h00
ALGER (NOVOpress)Bouabdellah Ghlamallah, le ministre des affaires religieuses algériennes, souhaiterait que sept églises chrétiennes, qui célèbrent leur culte clandestinement, puissent « régulariser leur situation ». Le dirigeant musulman a ajouté que « les chrétiens en Algérie exercent librement leur culte ». Une réalité sérieusement travestie par la propagande de l’Etat algérien.

Mgr Ghaleb Moussa Bader, archevêque d’Alger, note que l’administration algérienne refuse de plus en plus souvent de délivrer des visas à des prêtres ou des religieux. Lors d’un récent colloque, le prélat s’est inquiété du « risque d’asphyxier à petit feu la communauté catholique ». Tandis que les évêques d’Algérie exprimaient début 2010 leur « grande peine » suite au saccage d’un temple protestant à Tizi Ouzou (Est d’Alger) et se déclaraient « très inquiets des entraves mises à la pratique du culte chrétien dans le pays ». Fin septembre 2010, France Soir soulignait aussi que « depuis plusieurs années, procès, persécutions et discriminations en tout genre se multiplient contre les chrétiens en Algérie, où l’islam est religion d’État ».

Lire aussi : Algérie : les églises de Béjaïa sommées de fermer

Ghannouchi a rencontré Qaradawi au Qatar la semaine dernière

Rached Ghannouchi, grand vainqueur des élections en Tunisie, présenté comme un « islamiste modéré » par les médias français, a été invité chaleureusement par le cheikh Qaradawi justifiant dans ses prises de positions le meurtre des apostats, des homosexuels, et qui voit dans la Shoa un « châtiment divin ». Qaradawi a déclaré que le prochain châtiment d’Allah contre les Juifs sera perpétré par les musulmans. Modéré en effet.

Lu sur Tunisialive.net:

« 03 Janvier 2012- Rached Ghannouchi, dirigeant du parti de islamiste (Ennahda), s’est rendu au Qatar la semaine dernière lors d’une visite de deux jours. Selon Zoubair Chhoudi, l’assistante personnelle du dirigeant d’Ennahda, la visite de Ghannouchi était officieuse. Chhoudi a expliqué, « Ghannouchi est allé au Qatar pour des raisons personnelles, pas en tant que leader d’Ennahda. Sa visite était informelle. Selon le site de nouvelles tunisien Business News « Ghannouchi a été accueilli par Youssef Al-Qaradawi, le clerc islamique égyptien bien connu. Il a été rapporté que les deux hommes ont discuté des derniers développements dans la politique tunisienne, et les défis auxquels fait face le nouveau gouvernement lors de la phase de transition . » Ils ont également discuté de compensation du gouvernement tunisien de familles dont les proches ont été tués pendant la révolution tunisienne. Ghannouchi veut que le gouvernement intérimaire se concentrer sur des efforts accrus afin de parvenir à un développement politique, économique et sociale en Tunisie. Il a réitéré que la coopération avec les pays arabes, le Qatar  en particulier, assure que la Tunisie devienne « un exemple de progrès et de démocratie véritable, sur la base des valeurs de l’islam et ses enseignements. »

Le secrétaire d'Etat américain Burns a rencontré les Frères Musulmans

Le secrétaire d’État américain Burns a rencontré les Frères Musulmans

Mohamed Morsi, président du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), mouvement politique des Frères Musulmans, a reçu mercredi au siège du mouvement totalitaire Williams Burns, assistant au secrétariat d’Etat américain (ministère des Affaires étrangères).

Lu sur le site des Frères Musulmans; Ikwanweb :

« The discussion between the two sides began with the U.S. official congratulating the FJP on the results achieved by the party in the Egyptian parliamentary elections, stating that his country welcomes the outcome and respects the choice of the Egyptian people, especially since the Egyptian elections were clearly free and fair. Burns said the United States would support Egypt economically to overcome the country’s current crisis, stressing the importance of Egypt, its leading role in the region, and the positive impact it can have on the region’s various issues. »

Lire la suite

Les Frères Musulmans condamnent pourtant fermement la démocratie américaine

Le 30 avril 2005, l’ancien guide suprême Mohamed Akef (2004-2010), déclara au journal égyptien Al-Ahram que les Frères musulmans s’opposent à la démocratie américaine parce qu’elle était -entre autre- « corrompue et sert l’agenda politique américain« , ce qui peut se défendre.

Mais un des exemples d’Akef de l’Amérique sur la « corruption des valeurs » est la tentative d’arrêter l’excision en Afrique. Le 12 Juillet 2007, il écrivait que « [les Américains] dépensent des milliards de dollars dans un infini complot visant à changer le mode de vie des musulmans, ils font la guerre aux dirigeants musulmans, aux traditions de notre foi et de nos idées. Ils font même la guerre contre l’excision, une pratique courante dans 36 pays, qui a été répandue depuis l’époque des Pharaons. »

Qatar: inauguration d’un Centre de recherche islamique en présence de Cats Steven, T.Ramadan et Y.Qaradawi

Informations rapportées par Gulf News du 16 janvier

Un centre de recherche spécialisé « dans la législation islamique et la réflexion éthique » a été lancé au Qatar. Le Centre de recherche pour la Législation islamique et l’éthique (CILE) a été inauguré lors d’une conférence d’une journée sur « l’éthique » (mot cache sexe pour la charia pour les Frères Musulmans) islamique  qui a examiné l’application de l’éthique islamique dans l’environnement, le sexe, l’économie, l’éducation, l’art et la bioéthique.

Etaient présents Mustafa Ceric,  Mufti de Bosnie-Herzégovine et vainqueur de l’Unesco du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la paix et le célèbre musicien Yousuf Islam (nouveau nom du converti Cats Steven), qui a abordé le thème de l’éthique islamique et les arts . Moza Nasser Bin, présidente de la Fondation du Qatar pour l’Education, la Science et le développement communautaire, a déclaré. que le centre permettrait de lutter contre les « préjugés et de stéréotypes qui sont contraires à la nécessité d’un dialogue constructif« , at-elle dit sur dimanche. 

Tariq Ramadan dirigera le centre, aux côtés de Jasser Auda, directeur adjoint du CILE et membre fondateur  du Conseil exécutif de l’Union internationale des Savants Musulmans (IUMS), dirigé lui par Yussuf Al-Qaradawi tête pênsante du sunnisme enseignant la mise à mort des apostats, des homosexuels, et des Juifs (et parrain de la mosquée de Mulhouse…) Ce dernier, connu pour voir dans la Shoa une « sanction divine », dont la prochaine sera administrée par « les mains des musulmans », était également présent lors de cette inauguration, a rapporté dans un tweet Dahlia Mogahed, conseillère du président Obama sur les questions islamiques…ayant un bureau à la Maison blanche, et notoirement liée aux Frères Musulmans.

Nous verrons dans le numéro de février du mensuel de l’Observatoire comment les américains ont formé les cyber-révolutionnaires islamistes des révolutions arabes, afin de comprendre la présence de Doliah Mogahed.

Le centre est basé au Qatar Faculté des études islamiques, un membre de la Fondation du Qatar.

Observatoire de l’islamisation. 17.01.2012.

Le Guide suprême des Frères Musulmans, Mohammed Badi

« Le califat est notre but ultime » affirme Mohamed Badie, guide des Frères Musulmans

Info censurée par les médias français.

La Tunisie, La Lybie, l’Égypte pourraient fusionner dans un califat dans les décennies à venir.

Le journal égyptien Al-Masy Al-Youm a rapporté les déclarations du chef de la confrérie islamiste, Mohamed Badie, du 29 décembre dernier, étonnamment passées sous silence dans les médias français. Déjà, le prédécesseur de Mohamed Badie à la tête des Frères musulmans avait affirmé que « l’État islamique mondial » et « la conquête de l’Europe » étaient un objectif. Rappel :

« Le but des Frères Musulmans est de créer un état islamique mondial. Nous, les musulmans, nous immigrons partout et il y aura encore un long chemin avant de prendre le contrôle de l’Europe » Muhammed Mahdi Akef, ex guide des Frères Musulmans (2004-2010),dans une interview avec Walid al-Kubaisi.

L’article de Al Masry Al-Youm du 29.12.11 :

« Les Frères musulmans sont près d’atteindre leur « but ultime » fixé par le fondateur du groupe, Hassan al-Banna en 1928, qui est la création d’un « régime juste et raisonnable. »« 

Le projet commence avec la création d’un gouvernement solide et se terminera par l’établissement d’un califat islamique juste, a déclaré Mohamed Badie, le guide suprême des Frères musulmans en Égypte, lundi, dans son message hebdomadaire sur le site officiel du mouvement.

« Quand les premiers Frères Musulmans commencèrent la mission, il visaient à guider et éveiller la nation afin qu’elle puisse retrouver sa position après une longue période de récession et de retard« 

a dit Badie.

Il a ensuite décrit les deux principaux objectifs énoncés par le groupe de al-Banna lors de la sixième conférence. Le premier objectif était d’augmenter le nombre de membres. Le second était l’établissement d’un plan à long terme pour la réforme de tous les aspects de la vie des gens.

« Banna précisa les étapes à travers l’objectif ultime qui pourrait être réalisé« , a ajouté Badie. La première étape est la réforme de l’individu, puis la construction, successivement, des unités familiales, d’une association, d’un système de gouvernance, et enfin établir un régime de califat » lire la suite (en anglais)

Il est nécessaire de rappeller qu’Alain Juppé collabore avec les Frères Musulmans à Bordeaux afin de leur mettre à disposition un terrain pour une Grande mosquée.

Égypte : les salafistes à 29% lors de la deuxième phase des législatives !

Égypte : les salafistes à 29% lors de la deuxième phase des législatives !

AFP 24.12 :

Ils sont les grands vainqueurs des urnes. En Égypte, les principaux partis islamistes ont confirmé leur domination en remportant plus de 65% des voix lors de la deuxième phase des élections législatives organisée entre le 14 et le 22 décembre, a annoncé samedi la commission électorale.

Le Parti liberté et justice, issu des Frères musulmans, a remporté 36,5% des voix et les salafistes d’Al-Nour 28,7% lors du scrutin organisé dans un tiers des 27 gouvernorats du pays, notamment Suez, Assouan et Guizeh.

Lors de la première phase du vote fin novembre/début décembre, qui avait concerné notamment Le Caire, Alexandrie ou Louxor,le PLJ avait déjà raflé 36% des voix, tandis qu’Al-Nour avait réalisé une percée surprise avec 24%.

Troisième phase le 3 janvier

Comme lors de la première phase, les libéraux sont les grands perdants de ce scrutin. Le parti Al-Wafd, le plus ancien du pays, doit se contenter de 9,6% des voix, et le Bloc égyptien, la principale coalition libérale, de 7%.

La troisième phase du scrutin pour élire les députés, dans le dernier tiers des gouvernorats, doit débuter le 3 janvier. Une fois l’assemblée élue, un nouveau cycle de trois phases similaires étalées jusqu’en mars permettra de désigner les membres de la Choura (chambre haute consultative).

Eclairage de l’Observatoire : Le Salafisme, un islam déviant, marginal et non représentatif ?

Le professeur de droit Yadh Ben Achour (Université de Tunis), spécialiste de l’islam politique, nous éclaire dans son ouvrage La deuxième Fâtiha, l’islam et la pensée des droits de l’homme paru aux Presses universitaires de France, 2011 :

« L’erreur serait de supposer que ce salafiste est un pauvre égaré dans l’histoire de l’islam. Cessons de croire à la théorie de l’aberration qui veut que le salafiste ne représente pas l’islam ou que c’est l’enfant maudit de la famille. Il faut rappeler que ce dernier ne manque ni de cohérence, ni de force de conviction et de persuasion. Derrière lui, pour le soutenir, se profilent les armées du savoir religieux, avec des chefs remarquables: les ‘Ash’arî, Shâf’i (lire ses textes), ‘ibn Hanbal, Bâqillânî, Ghazâlî (note de l’Obs-i: loué par BHL), ‘ibn ‘Asâkir,Subkî, Fakh a-dine a-Râzi (loué par BHL aussi), ‘ibn Taimiyya. Derrière lui, une tradition triomphant à travers les siècles de tous les adversaires, hérétiques, libres penseurs, poètes maudits, philosophes. Devant lui, sous sa bannière, sur tout l’espace de la planète, des peuples entiers se mobilisent pour la défense et l’intégrité de leur religion. Des États et des gouvernements se mobilisent pour le servir. La sainte alliance n’a jamais disposé d’autant de force »

page 175

« La version intégriste représente une interprétation possible du texte fondateur lui-même ainsi que de son expression dans l’histoire. Ce point de vue serait même le plus proche de la vérité du texte. Mais le plus important est de garder à l’esprit qes entre les salafistes et les autres sont plus apparentes que réelles. C’est précisément de là que prvient le malentendu le plus grave. Il convient, par conséquent, de rappeler l’existence d’accords fondamentaux, avec des divergences sur la seule action politique, entre cet islam intégriste et l’islam « de tout le monde ». Sur le fond, les deux islams se retrouvent : la cité terrestre doit préparer la cité céleste, la parole incréee de Dieu définit les droits de Dieu et ceux des hommes, pour la restauration de l’ordre divin et naturel le musulman est tenu par un « devoir de violence », qu’on ne peut nommer autrement et qui se manifeste notamment par la loi pénale (hudûd) et la théorie du djihâd. L’existence entière s’articule autour du culte et des prières qui rythment la vie, mais également autour des règles détaillées sur le licite et l’illicite moral et juridique. Le poid des anciens, salaf, pèse également sur les uns et les autres. »

page 179