Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

Qatar: inauguration d’un Centre de recherche islamique en présence de Cats Steven, T.Ramadan et Y.Qaradawi

Informations rapportées par Gulf News du 16 janvier

Un centre de recherche spécialisé « dans la législation islamique et la réflexion éthique » a été lancé au Qatar. Le Centre de recherche pour la Législation islamique et l’éthique (CILE) a été inauguré lors d’une conférence d’une journée sur « l’éthique » (mot cache sexe pour la charia pour les Frères Musulmans) islamique  qui a examiné l’application de l’éthique islamique dans l’environnement, le sexe, l’économie, l’éducation, l’art et la bioéthique.

Etaient présents Mustafa Ceric,  Mufti de Bosnie-Herzégovine et vainqueur de l’Unesco du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la paix et le célèbre musicien Yousuf Islam (nouveau nom du converti Cats Steven), qui a abordé le thème de l’éthique islamique et les arts . Moza Nasser Bin, présidente de la Fondation du Qatar pour l’Education, la Science et le développement communautaire, a déclaré. que le centre permettrait de lutter contre les « préjugés et de stéréotypes qui sont contraires à la nécessité d’un dialogue constructif« , at-elle dit sur dimanche. 

Tariq Ramadan dirigera le centre, aux côtés de Jasser Auda, directeur adjoint du CILE et membre fondateur  du Conseil exécutif de l’Union internationale des Savants Musulmans (IUMS), dirigé lui par Yussuf Al-Qaradawi tête pênsante du sunnisme enseignant la mise à mort des apostats, des homosexuels, et des Juifs (et parrain de la mosquée de Mulhouse…) Ce dernier, connu pour voir dans la Shoa une « sanction divine », dont la prochaine sera administrée par « les mains des musulmans », était également présent lors de cette inauguration, a rapporté dans un tweet Dahlia Mogahed, conseillère du président Obama sur les questions islamiques…ayant un bureau à la Maison blanche, et notoirement liée aux Frères Musulmans.

Nous verrons dans le numéro de février du mensuel de l’Observatoire comment les américains ont formé les cyber-révolutionnaires islamistes des révolutions arabes, afin de comprendre la présence de Doliah Mogahed.

Le centre est basé au Qatar Faculté des études islamiques, un membre de la Fondation du Qatar.

Observatoire de l’islamisation. 17.01.2012.

Le Guide suprême des Frères Musulmans, Mohammed Badi

« Le califat est notre but ultime » affirme Mohamed Badie, guide des Frères Musulmans

Info censurée par les médias français.

La Tunisie, La Lybie, l’Égypte pourraient fusionner dans un califat dans les décennies à venir.

Le journal égyptien Al-Masy Al-Youm a rapporté les déclarations du chef de la confrérie islamiste, Mohamed Badie, du 29 décembre dernier, étonnamment passées sous silence dans les médias français. Déjà, le prédécesseur de Mohamed Badie à la tête des Frères musulmans avait affirmé que « l’État islamique mondial » et « la conquête de l’Europe » étaient un objectif. Rappel :

« Le but des Frères Musulmans est de créer un état islamique mondial. Nous, les musulmans, nous immigrons partout et il y aura encore un long chemin avant de prendre le contrôle de l’Europe » Muhammed Mahdi Akef, ex guide des Frères Musulmans (2004-2010),dans une interview avec Walid al-Kubaisi.

L’article de Al Masry Al-Youm du 29.12.11 :

« Les Frères musulmans sont près d’atteindre leur « but ultime » fixé par le fondateur du groupe, Hassan al-Banna en 1928, qui est la création d’un « régime juste et raisonnable. »« 

Le projet commence avec la création d’un gouvernement solide et se terminera par l’établissement d’un califat islamique juste, a déclaré Mohamed Badie, le guide suprême des Frères musulmans en Égypte, lundi, dans son message hebdomadaire sur le site officiel du mouvement.

« Quand les premiers Frères Musulmans commencèrent la mission, il visaient à guider et éveiller la nation afin qu’elle puisse retrouver sa position après une longue période de récession et de retard« 

a dit Badie.

Il a ensuite décrit les deux principaux objectifs énoncés par le groupe de al-Banna lors de la sixième conférence. Le premier objectif était d’augmenter le nombre de membres. Le second était l’établissement d’un plan à long terme pour la réforme de tous les aspects de la vie des gens.

« Banna précisa les étapes à travers l’objectif ultime qui pourrait être réalisé« , a ajouté Badie. La première étape est la réforme de l’individu, puis la construction, successivement, des unités familiales, d’une association, d’un système de gouvernance, et enfin établir un régime de califat » lire la suite (en anglais)

Il est nécessaire de rappeller qu’Alain Juppé collabore avec les Frères Musulmans à Bordeaux afin de leur mettre à disposition un terrain pour une Grande mosquée.

Égypte : les salafistes à 29% lors de la deuxième phase des législatives !

Égypte : les salafistes à 29% lors de la deuxième phase des législatives !

AFP 24.12 :

Ils sont les grands vainqueurs des urnes. En Égypte, les principaux partis islamistes ont confirmé leur domination en remportant plus de 65% des voix lors de la deuxième phase des élections législatives organisée entre le 14 et le 22 décembre, a annoncé samedi la commission électorale.

Le Parti liberté et justice, issu des Frères musulmans, a remporté 36,5% des voix et les salafistes d’Al-Nour 28,7% lors du scrutin organisé dans un tiers des 27 gouvernorats du pays, notamment Suez, Assouan et Guizeh.

Lors de la première phase du vote fin novembre/début décembre, qui avait concerné notamment Le Caire, Alexandrie ou Louxor,le PLJ avait déjà raflé 36% des voix, tandis qu’Al-Nour avait réalisé une percée surprise avec 24%.

Troisième phase le 3 janvier

Comme lors de la première phase, les libéraux sont les grands perdants de ce scrutin. Le parti Al-Wafd, le plus ancien du pays, doit se contenter de 9,6% des voix, et le Bloc égyptien, la principale coalition libérale, de 7%.

La troisième phase du scrutin pour élire les députés, dans le dernier tiers des gouvernorats, doit débuter le 3 janvier. Une fois l’assemblée élue, un nouveau cycle de trois phases similaires étalées jusqu’en mars permettra de désigner les membres de la Choura (chambre haute consultative).

Eclairage de l’Observatoire : Le Salafisme, un islam déviant, marginal et non représentatif ?

Le professeur de droit Yadh Ben Achour (Université de Tunis), spécialiste de l’islam politique, nous éclaire dans son ouvrage La deuxième Fâtiha, l’islam et la pensée des droits de l’homme paru aux Presses universitaires de France, 2011 :

« L’erreur serait de supposer que ce salafiste est un pauvre égaré dans l’histoire de l’islam. Cessons de croire à la théorie de l’aberration qui veut que le salafiste ne représente pas l’islam ou que c’est l’enfant maudit de la famille. Il faut rappeler que ce dernier ne manque ni de cohérence, ni de force de conviction et de persuasion. Derrière lui, pour le soutenir, se profilent les armées du savoir religieux, avec des chefs remarquables: les ‘Ash’arî, Shâf’i (lire ses textes), ‘ibn Hanbal, Bâqillânî, Ghazâlî (note de l’Obs-i: loué par BHL), ‘ibn ‘Asâkir,Subkî, Fakh a-dine a-Râzi (loué par BHL aussi), ‘ibn Taimiyya. Derrière lui, une tradition triomphant à travers les siècles de tous les adversaires, hérétiques, libres penseurs, poètes maudits, philosophes. Devant lui, sous sa bannière, sur tout l’espace de la planète, des peuples entiers se mobilisent pour la défense et l’intégrité de leur religion. Des États et des gouvernements se mobilisent pour le servir. La sainte alliance n’a jamais disposé d’autant de force »

page 175

« La version intégriste représente une interprétation possible du texte fondateur lui-même ainsi que de son expression dans l’histoire. Ce point de vue serait même le plus proche de la vérité du texte. Mais le plus important est de garder à l’esprit qes entre les salafistes et les autres sont plus apparentes que réelles. C’est précisément de là que prvient le malentendu le plus grave. Il convient, par conséquent, de rappeler l’existence d’accords fondamentaux, avec des divergences sur la seule action politique, entre cet islam intégriste et l’islam « de tout le monde ». Sur le fond, les deux islams se retrouvent : la cité terrestre doit préparer la cité céleste, la parole incréee de Dieu définit les droits de Dieu et ceux des hommes, pour la restauration de l’ordre divin et naturel le musulman est tenu par un « devoir de violence », qu’on ne peut nommer autrement et qui se manifeste notamment par la loi pénale (hudûd) et la théorie du djihâd. L’existence entière s’articule autour du culte et des prières qui rythment la vie, mais également autour des règles détaillées sur le licite et l’illicite moral et juridique. Le poid des anciens, salaf, pèse également sur les uns et les autres. »

page 179

Église copte orthodoxe

L’exil des Coptes en France

Lu dans Valeurs Actuelles (extrait) :

La communauté copte de France est la plus importante d’Europe. Ses membres suivent avec attention les événements en Égypte.

Dans la salle au rez-dechaussée de la Mission chaldéenne en France (à Paris dans le XVIIIe), les réfugiés arrivent de tout l’Orient. Au fond, de jeunes Pakistanais. À côté, des Irakiens discutent autour d’un thé. Et, dans la petite pièce mitoyenne, les coptes. Depuis le début de l’année, ces chrétiens égyptiens sont de plus en plus nombreux à frapper à la porte de Notre-Dame de Chaldée (…)Ces exilés ne supportent plus les églises incendiées, les jeunes filles converties de force à l’islam, les attentats ciblés et les manifestations pacifiques réprimées dans le sang (celle du 9 octobre a fait 24 morts) mais aussi, et surtout, ce « harcèlement quotidien » dont témoignent les coptes et qui les pousse à fuir l’Égypte.(…)En janvier 2011, le ministère de l’Intérieur recensait 45000 coptes arrivés en France à partir des années1980. Dans la communauté, on parle de 100000 personnes. Un chiffre difficile à établir car beaucoup sont sans-papiers.

(…) La plupart s’installent en région parisienne autour de la dizaine de paroisses coptes orthodoxes, à Saint-Ouen, Sarcelles, Colombes ou Châtenay-Malabry, la plus importante, qui rassemble un petit millier de fidèles. Comme en Égypte, c’est autour de l’église que s’organise la vie communautaire.

Lire la suite dans Valeurs Actuelles

ankara

Turquie : des djihadistes voulaient faire sauter toutes les églises d’Ankara

Un vaste complot d’Al-Qaïda en vue d’attentats à la bombe contre « toutes les églises d’Ankara » ainsi que le Parlement turc et l’ambassade américaine dans la capitale turque, a été rendu public aujourd’hui.

Le quotidien Taraf, qui a publié la nouvelle en Une, révèle que 11 militants présumés d’Al-Qaïda arrêtés en juillet sont officiellement inculpés pour un complot présumé visant les églises d’Ankara et leur clergé chrétien.

L’acte d’accusation de 50 pages produit par le Bureau du Procureur spécial à Ankara décrit la nouvelle stratégie de « djihad » du groupe, consistant à concentrer leurs attaques contre la Turquie avant de livrer la guerre aux États-Unis et à d’autres pays. « Il est plus avantageux de mener le djihad contre la Turquie que les Etats-Unis. Faisons sauter le Parlement ! », affirmeraient des documents saisis lors de la descente du 14 juillet près d’Ankara.
Lire la suite sur Poste de Veille

Observatoire de l'islamisation

Deux journalistes égyptiens condamnés pour avoir critiqué un cheikh

« Une journaliste égyptienne a été condamnée aujourd’hui à deux mois de prison ferme et une autre à un mois avec sursis pour diffamation envers un cheikh musulman. Fatima Zahra Mohammed et Sally Hassan, de l’hebdomadaire indépendant Al-Fagr, ont été condamnées par la cour d’appel d’al-Agouza au Caire.(…)Youssef el-Badri, un prêcheur musulman, avait poursuivi les journalistes en justice en 2009 pour une série d’articles dans lesquels elles rapportaient qu’il pratiquait la lecture du Coran contre rétribution pécuniaire, se présentant comme un guérisseur. »

suite sur Le Figaro

Les égyptiens plébiscitent la charia orthodoxe et criminelle.

Les égyptiens plébiscitent la charia orthodoxe et criminelle

Les listes islamistes ont remporté 65% des suffrages au premier tour des législatives. Rien d’étonnant.

Selon un sondage Pew 2010 :

– 82% des Égyptiens musulmans sont en faveur de la lapidation pour punir l’adultère
– 84% des Égyptiens musulmans sont pour la peine de mort pour ceux qui quittent l’islam
– 77% des Égyptiens musulmans sont pour la flagellation et l’amputation des mains des voleurs
– 85% des Égyptiens musulmans trouvent positive l’influence de l’islam sur la politique
– 54% des Égyptiens musulmans sont favorables à la séparation des sexes sur le lieu de travail

Selon un sondage World Public Opinion 2009 :
– 73% des Égyptiens musulmans souhaitent voir la charia jouer un rôle plus important dans la façon dont leur pays est gouverné
– 81% des Égyptiens musulmans sont favorables à l’établissement d’une stricte charia dans les pays musulmans
– 88% des Égyptiens musulmans souhaitent que les valeurs occidentales ne pénètrent pas les pays musulmans

Mahmoud Amer

Égypte : « les musulmans n’ont pas le droit de voter pour des non musulmans »

Le cheikh Mahmoud Amer sur Al-Hayat TV le 30 octobre dernier

Mahmoud Amer : « Ce que je dis c’est qu’un Musulman n’a pas le droit de voter pour quelqu’un qui s’oppose à l’implantation de la Charia, qui n’est pas passionné par la Charia, et qui ne l’inclus pas dans son programme politique » […]

Mahmoud Amer : « Laissez-moi ajouter ça: il doit voter pour quelqu’un qui est connu pour faire ses cinq prières quotidiennes  » […]

Mahmoud Amer : « J’ai dis que le sécularisme [laïcité] est un athéisme. Car ça veut dire qu’il n’y a pas de religion dans la vie de tous les jours. C’est la loi des Chrétiens. Vous pigez ? »

Interviewer : « C’est votre opinion »

Mahmoud Amer : « Ce n’est pas mon opinion. C’est la réalité » […]

Signez la pétition pour la demande d’une enquête parlementaire sur l’émission de chaînes arabes en France.

Observatoire de l'islamisation

Vers un succès électoral des Frères Musulmans en Égypte

Necmettin Erbakan

Le mouvement islamiste turc Vision Nationale à l’assaut de l’Europe

Extrait du « Dossier du mois » du mensuel de l’Observatoire de l’islamisation

Tout est parti de la volonté d’un seul homme, Necmettin Erbakan (photo), principal acteur politique de l’islamisme turc de ces 40 dernières années. Sa première tentative de prendre le pouvoir par la voie démocratique, date de la création en 1970 de son Parti de l’Ordre national. Parti perçu comme la branche politique de la confrérie islamique Nakshibandi, ses excès programmatiques axés sur l’anti-maçonnisme, l’anti-occidentalisme, la critique de la laïcité, ne tardèrent pas à le marginaliser. Voulant remplacer ouvertement dans les écoles publiques certains enseignements d’Emile Durkheim au profit de penseurs islamiques connus pour leur rejet des « innovations blâmables », comme al-Ghazali (1058-1111), ou Ahmed Shirindi (1564–1624), référence de la confrérie islamique Nakshibandi, il provoqua sérieusement l’inquiétude des autorités. D’autant qu’une part grossissante d‟une autre confrérie de masse, les Nurcu, commença à rejoindre ses rangs…Le coup d’état de 1971, effectuée par l‟armée gardienne de la laïcité (dépositaire de l‟héritage du premier président Mustafa Kemal, militaire ayant aboli le califat en 1924) régla -temporairement- le sort de la formation islamiste, et pour Erbakan, marqua le début de son exil en Suisse et en Allemagne pour nombre de ses collaborateurs, pays à partir desquels il va fomenter le retour de l’islamisme à vocation démocratique. C‟est le Parti du salut national (MSP) qui succèdera au Parti de l’ordre national, avec un Necmettin Erbakan restant dans l’ombre, recyclant les cadres du parti dissous, qui reprendra ses thèmes favoris. Il n’eut qu’à attendre 1974 pour participer à un gouvernement de coalition au terme d’un succès dans les urnes, qui permettra au tout jeune parti de briguer des portefeuilles ministériels de premier ordre (Intérieur, Commerce, Justice et industrie…) et d’installer Erbakan au poste de Premier ministre. Durant cette période, son influence permet de recruter 5000 imams et muezzin à la direction des Affaires religieuse, pour la seule année 1974 !

La parenthèse européenne de Necmettin Erbakan nous intéresse grandement, car c’est lui qui posa les jalons de la diffusion de l’islamisme turc, d’abord en Allemagne où naquit le Millî Görüs, littéralement Idéologie ou Vision nationale, formant une base arrière stable indispensable tout au long d’un vingtième siècle rythmé par les coups d’État successifs et les persécutions à l’encontre des différentes formations islamistes qu’il contrôla. L’Europe allait donner, par ses généreux droits de l‟homme et sa névrotique quête de « diversité », un cadre de liberté idéal afin que le mouvement se structure via ses journaux, radios et évidemment mosquées qui ne tarderont pas à pousser.

CIMG-FRANCE

Près de 40 ans après ses débuts en Allemagne, le Millî Görüs, dont le logo est la carte de l’Europe enchâssée d’un croissant islamique, est devenu une pieuvre tentaculaire ayant essaimé dans tous les pays d’Europe, et la France n’est pas en reste, nous allons le voir.

Le quotidien allemand Die Ziet, dans un article consacré au mouvement en 1999, recensait déjà 500 mosquées outre-Rhin pour 26500 membres, sans parler des sympathisants beaucoup plus nombreux. La réforme du code de la nationalité en 2001, donnant la nationalité allemande à près de 2,5 millions de turcs, fut une véritable aubaine afin de peser dans le débat public et d’obtenir une oreille attentive des autorités fédérales. D’autant que l’islam obtint quelques mois plus tard d’Otto Schily, alors ministre de l’Intérieur, la reconnaissance au même titre que les Églises chrétiennes en bénéficiant du statut très avantageux de collectivité de droit public, permettant aux islamistes d‟obtenir des cours de religion dans les écoles en plus de financements conséquents !

(implantation des mosquées du mouvement en France. source)

Le Djihad, un pilier pour Vision Nationale

Necmettin Erbakan , avait souligné lors d’un discours prononcé le 13 mai 1991 dans la ville de Sivas combien le djihad est important dans la lutte pour la prise du pouvoir politique:

Le Parti de la Prosperité (Refah Partisi) est une armée. Tu dois travailler de toutes tes forces pour que cette armée grandisse. Ce parti est l’armée de la guerre islamique. Tu ne peux pas mener tes propres actions en te disant que tu fais ta propre guerre. Les actions qui sont menéesnsans demander l’avis du quartier ne sont que discorde. Si tu travailles, tu travailles ici. Es-tu musulman ? Alors tu es obligé d’être un militaire dans cette armée. On ne devient pas musulman sans donner de l’argent au Djihad. Nous, nous sommes musulmans. Nous devons soutenir le Parti de la Prosperité (RP) car nous désirons le djihad. Tous ceux qui travaillent consciemment pour le Parti de la Prospérité vont au paradis, pourquoi? Parce que Prospérité signifie travailler pour faire régner l’ordre coranique » cité dans Refah partisi kapatma davasi, Istanbul, Ed.Kaynak, 1998. p287

Les obligations des idéologues de Vision Nationale sont indiquées dans les documents du mouvement intitulés « les prêcheurs, les membres, les gestionnaires et les propriétés liées ». La traduction est parue dans le livre du sociologue turc Mustafa Pekoz, Le développement de l’islam politique en Turquie (L’Harmattan, 2011). Le contenu est édifiant :

9 – Chaque individu membre de Vision Nationale doit s’engager dans la guerre religieuse (djihad) sur le chemin de Dieu. Pour que le djihad se réalise avec le bien et l’existence, le membre doit tout d’abord avoir son attention tout à Dieu et se conditionner de manière à être prêt à tout moment pour le djihad.
10 – Tout combattant appartenant à l’Organisation Vision Nationale doit savoir que (…)