Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

Observatoire de l'islamisation

Spoliation des orthodoxes en Turquie : l’accommodement raisonnable de l’UE

13/12/2009 – 12h35 ISTANBUL (Novopress)Le siège du Secrétariat pour l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, dans le quartier d’Ortakoy à Istanbul, n’est autre qu’un bâtiment confisqué à la communauté chrétienne orthodoxe dans les années 1990. Avant la confiscation, ce bâtiment servait d’école primaire pour les enfants de la minorité orthodoxe d’Ortakoy. Une communauté orthodoxe florissante vivait autrefois dans ce quartier : elle a aujourd’hui disparu en raison du nettoyage religieux mené par l’État turc. L’école s’est ainsi retrouvée sans élèves et l’État turc l’a confisquée comme bâtiment inutilisé. La communauté orthodoxe d’Ortakoy a introduit un recours devant le tribunal administratif d’Istanbul, dont on attend encore la décision. Le Secrétariat n’en a pas moins été inauguré par le Premier Ministre Erdogan, accompagné de son ministre pour les affaires européennes et de plusieurs représentants de l’Union européenne. Tout un symbole.

[cc] Novopress.info, 2009, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine [http://fr.novopress.info]

Note de l’Observatoire : Le rapport Eurling sur les progrès accomplis par la Turquie sur la voie de l’adhésion, réalisé par le rapporteur du même nom pour la Commission des affaires étrangères, rendu public le 13 septembre 2006, pointait déjà le scandale de la spoliation des biens de l’église orthodoxe et catholique…3 ans plus tard, les négociations d’adhésion se poursuivent comme si rien n’était. Imaginons le tollé que susciterait en France une éventuelle spoliations des biens musulmans !

Observatoire de l'islamisation

Turquie : 59% des sondés contre des réunions de Chrétiens

ISTANBULSelon une étude récemment publiée, plus de la moitié de la population turque est opposée à ce que les membres des autres relisions puissent tenir des réunions ou publier de la documentation pour expliquer leur foi.

Pour 59% des personnes interrogées, les non-musulmans « ne devraient pas » ou « ne devraient absolument pas » être autorisés à tenir des réunions publiques dans lesquelles ils peuvent discuter de leurs idées. Pour 54%, les non-musulmans « ne devraient pas » ou « ne devraient absolument pas » être autorisés à publier de la documentation pour expliquer leur foi.

Selon l’enquête, près de 40% de la population de la Turquie a une opinion « très négative » ou « négative » des chrétiens. Pour 60%, il n’y a qu’une seule vraie religion. Plus de 90% de la population turque est musulmane sunnite.

Pour Ali Çarkoglu, l’un des deux professeurs de l’université de Sanbancu ayant mené l’enquête, aucune réunion religieuse des non-musulmans n’est complètement « dépourvue de risques » en Turquie.

« Même à Istanbul, cela peut être difficile d’être un non-musulman pratiquant », ajoute-t-il. suite sur Bivouac-ID

Observatoire de l'islamisation

Turquie obligatoire : l’UE avance

10/12/2009 – 08h50 ANKARA (Novopress) –

En 2004, la Turquie avait promis d’accepter désormais dans ses ports et aéroports les bateaux et les avions chypriotes grecs. Or, Ankara vient de confirmer qu’il ne se conformerait pas à ses obligations vis-à-vis de Chypre. La Turquie a envahi en 1974 le tiers nord de Chypre en réaction à la résistance de patriotes chypriotes-grecs qui souhaitaient rattacher l’île à la Grèce. Résultat, depuis 35 ans, l’île est coupée en deux : le Sud est membre de l’Union européenne (UE), l’autre partie est occupée par la Turquie.

Alors que la Turquie refuse donc des avancées sur le dossier chypriote, non seulement l’Union européenne ne sanctionne pas Ankara, mais elle décide même d’ouvrir de nouveaux dossiers de négociations d’adhésion de la Turquie à l’Europe « avant la fin de l’année », selon le commissaire européen à l’Élargissement, Olli Rehn.

Ainsi, d’ici 15 jours, les Européens et les Turcs ouvriront le douzième chapitre des négociations (il y en a en tout 35), portant sur les transports, l’agriculture, les médias, la fiscalité, etc. Une nouvelle victoire pour la Turquie dans sa marche vers l’Europe. Les 27 ministres des Affaires étrangères de l’UE sont prêts à sacrifier la sécurité et l’identité de l’Europe pour des raisons énergétiques, les pipelines turcs alimentant l’Europe en hydrocarbures.

L’appel des Coptes, décembre 2009.

Observatoire de l'islamisation

Crédits de pré-adhésion turcs : seuls 2 députés UMP sur 350 protestent


Lu dans Le Cri du contribuable :

Les députés UMP européens les ont voté, en 2007. Deux députés UMP français souhaitent aujourd’hui revenir dessus. Les crédits de pré-adhésion à l’Europe accordés à la Turquie n’ont pas fini de faire polémique.

Deux députés UMP, Richard Mallié et Claude Bodin, ont déposé un amendement à la Loi de Finances 2010 visant à diminuer les crédits de pré-adhésion à l’Europe accordés à la Turquie. Une somme estimée, d’ici 2012, à 3,937 mds d’euros !

Sur la période 2007 à 2009, la Turquie aura déjà bénéficié de ces crédits de européens à hauteur de 2,256 milliards d’euros. Rapportés à la contribution française au budget européen, on peut estimer que le contribuable français aura mis 383,5 millions d’euros de sa poche.

Un budget de pré-adhésion en hausse, puisqu’il a été porté à 3,937 milliards pour la période 2009-2012.

« Connaissant la position des Français et du président de la République sur cette adhésion, il n’apparaît pas légitime de verser une telle somme », a commenté le député Richard Mallié, qui « ne comprend pas que l’on encourage financièrement ce pays à faire des réformes en vue d’une adhésion à l’UE », qui n’est pas censée être au programme…

Articles similaires :

  1. La saison de la Turquie crée la polémique
  2. Oui à la Turquie !
  3. La tour Eiffel aux couleurs de la Turquie
  4. Les folies dépensières pour la Turquie
  5. Turquie : on se fiche du citoyen-contribuable
Observatoire de l'islamisation

121 imams sous contrat avec l’état turc…en France !

Saphirnews a interviewé Ömer-Faruk Harman, conseiller aux Affaires religieuses à l’ambassade de Turquie en France, qui quittera son poste le 30 septembre. Dans un entretien accordé avant son départ, il décrit la gestion des imams turcs en France et revient sur le problème du manque d’imams suffisamment formés, notamment du point de vue de la langue française. Lire l’entretien.

Rappel : aucun prêtre étranger à la Turquie n’arrive à y obtenir un visa…

La vérité sur les convictions religieuses des Turcs

La vérité sur les convictions religieuses des Turcs

Photo : manifestation anti-catholique des partisans du Saadet Partisi, parti islamiste de l’ancien premier ministre Necmettin Erbakan. novembre 2006

30.9.09 ANKARA (AFP) – Les Turcs montrent peu de tolérance envers leurs minorités ethniques et religieuses, ils pensent que les minorités non musulmanes ne sont pas loyales envers le pays, et la majorité des Turcs refusent de voir des non musulmans employés dans des institutions publiques, c’est ce qu’un sondage d’opinion publié dans les journaux a révélé mercredi.

L’enquête, menée par l’institution de sondages Frekans qui a interrogé 1108 personnes entre mai et juin, a révélé que 57 % des Turcs ne voudraient pas vivre à côté d’un voisin athée, 42 % à coté de voisins juifs et enfin 35 % à proximité de chrétiens.

18 % ne voudraient pas d’une famille étrangère dans leur voisinage.

Bien qu’à majorité musulmane, de petites communautés de Juifs, Arméniens et Grecs vivent en Turquie – toutes officiellement reconnues comme des minorités par le Traité de Lausanne de 1923, qui prévoit une protection spéciale pour les non-musulmans.

48 % des personnes interrogées ont dit qu’elles ne croyaient pas que les Juifs sont loyaux à l’État Turc alors que 47 % mettent en doute la loyauté des Grecs et des Arméniens.

Le sondage révèle enfin que 57 % ne veulent pas que des membres de minorités non musulmanes travaillent pour l’Agence Nationale du renseignement et 55 % pensent que ces minorités ne devraient pas être employées dans la magistrature, la police et l’armée.

Source : AFP Traduction Bivouac-id.

Voir notre dossier Turquie.

Et pendant ce temps là, le président du Sénat UMP Gérard Larcher revient de mission à Ankara où il a réactivé les négociations d’adhésion qui n’ont jamais cessées, quoiqu’en dise le parti gouvernemental…

Birmingham : les Musulmans affrontent les Anglais

Affrontements hier dans les rues de Birmingham lors d’une manifestation anti-islamiste

Lire l’article du Daily Mail

A noter la ridicule inversion des rôles, les nazis ayant été les alliés officiels des autorités musulmanes en 39-45 :

Déjà 85 tribunaux islamiques en Grande-Bretagne

  Selon l’étude effectuée par l’universitaire et spécialiste de l’islam Denis MacEoin, il y aurait au moins 85 tribunaux opérationnels. En savoir +

Observatoire de l'islamisation

Un ministre Turc remet en place l’UMP : pas de « partenariat privilégié »

Egemen Bagis, 39 ans, membre de l’AKP au pouvoir, a été nommé en janvier ministre d’État, négociateur en chef avec l’Union européenne (UE). Il refuse la notion de partenariat privilégié et affirme que la Turquie sera membre à part entière de l’UE ou pas du tout : « Plus de cinq millions de Turcs vivent dans les pays membres. Nous sommes déjà dans l’Europe. »

Comment la Turquie réagit-elle aux élections européennes et à la question turque dans la campagne ?

Le résultat était attendu : le centre droit et les conservateurs restent majoritaires. L’émergence des Verts est le progrès le plus notable. Les Verts sont largement en faveur d’une intégration de la Turquie, ils veulent une Europe multi-culturelle. De toute façon, le Parlement européen n’a pas un rôle décisif. Le plus important pour nous reste le message de la Commission et des États membres.

Celui de la France et de l’Allemagne a été assez virulent…

(…) L’Europe va affronter des défis dans les vingt ou trente ans à venir. La sécurité énergétique, la défense, le trafic d’êtres humains, l’intégration des immigrants, la crise économique, le terrorisme, l’islamophobie … Ces problèmes nécessitent la coopération des États membres. (…)

Il n’y a donc pas de ralentissement des réformes ?

(…) Vingt-sept pays sont devenus plus prospères et plus démocratiques en appliquant les critères de Copenhague et de Maastricht. C’est ce que la Turquie doit faire. Tous les pays qui ont commencé les négociations ont fini par adhérer.(Source)