Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Pays

Turquie : de fausses illustrations forgées pour vanter l’apport islamique dans les sciences

Lu sur Aeon.co (traduction Fdesouche)

Par Nir Shafir , spécialiste de l’histoire ottomane à l’Université de Californie à San Diego. Directeur de la rédaction du Ottoman History Podcast.

De fausses enluminures représentant la science islamique ont trouvé leur place dans les bibliothèques et les livres d’histoire les plus réputés. Comment ?

Alors que je me préparais à enseigner à ma classe « Science et Islam » au printemps dernier, j’ai remarqué quelque chose de particulier dans le livre que j’étais sur le point de remettre à mes élèves. Ce n’était pas le texte – une merveilleuse traduction d’une encyclopédie arabe médiévale – mais la couverture. Son illustration montrait des érudits en turbans et en costumes médiévaux du Moyen Orient, examinant le ciel étoilé à l’aide de télescopes. L’enluminure était censée venir du Moyen-Orient prémoderne, mais quelque chose n’allait pas.

En plus des couleurs un peu trop vives et des coups de pinceau un peu trop propres, ce qui me dérangeait, ce sont les télescopes. Le télescope était connu au Moyen-Orient après que Galilée l’eut mis au point au XVIIe siècle, mais presque aucune illustration ou enluminure n’a jamais représenté un tel objet. (…) La contradiction la plus frappante, cependant, était la plume d’oie dans la main du quatrième personnage. Les érudits du Moyen-Orient avaient toujours utilisé des roseaux pour écrire. Il n’y avait plus aucun doute : l’illustration de la couverture était un faux des temps modernes, se faisant passer pour une illustration médiévale.Lire la suite

Meurtre au couteau à Essen (All.), la police arrête une femme en burqa et son fils

Des policiers emmènent, menottée, une femme de 34 ans portant la burqa. Dans le véhicule du SAMU, le médecin urgentiste se bat pour sauver la vie d’un homme. Dispute mortelle dans la nuit de vendredi à samedi à Essen [Rhénanie-du-Nord-Westphalie] dans la Helenenstraße.

Un porte-parole nous déclare : « À 0h35, la police a reçu un appel d’urgence provenant d’un appartement pour une agression au couteau. Les collègues, accompagnés d’un urgentiste, ont trouvé sur place une personne grièvement blessée, mais elle est décédée sur les lieux même. Une femme et un homme de 17 ans ont été mis en détention préventive. »

Comme on l’a appris dans la matinée, les personnes arrêtées sont l’épouse et le fils de la victime qui était âgée de 43 ans.

(Traduction Fdesouche)

Bild

La mosquée turque de Cologne inaugurée par Erdogan : les politiciens CDU et SPD feignent de s’étonner

Pour sa première visite d’Etat en Allemagne depuis son élection à la présidence en 2014, M. Erdogan sera reçu à deux reprises par Angela Merkel, ainsi que par le président Frank-Walter Steinmeier. Il inaugurera ensuite samedi la mosquée de Cologne, financée par une organisation turque.

Avant l’inauguration prévue samedi prochain [29 septembre] de la mosquée de Cologne-Ehrenfeld par le président turc Recep Tayyip Erdogan, la grogne monte à l’égard de l’Union turco-islamique Ditib responsable du lieu de culte. « Si Erdogan est bien celui qui va inaugurer cette mosquée, alors le Ditib va perdre ses derniers avocats », a déclaré Serap Güler (CDU), la secrétaire d’État à l’Intégration de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie […] Le Ditib doit se déclarer pour ce qu’il est réellement : le bras politique d’Erdogan en Allemagne.

« La fédération du Ditib doit cesser de se ridiculiser et de prendre les autres pour des imbéciles en affirmant qu’elle est une fédération religieuse allemande pour les musulmans d’ici. » Le « rayonnement » que la mosquée aurait dû avoir au service de l’intégration s’est « éteint ».

Le maire de l’arrondissement de Cologne-Ehrenfeld, Josef Wirges (SPD), arrondissement où se trouve la mosquée, se montre [lui aussi] critique : « Le Ditib est instrumentalisé par le gouvernement turc. » En tant que membre du Conseil de la mosquée, il a le sentiment qu’on se « fout » de lui.

(Traduction Fdesouche)

Source

L’interdiction du port du niqab en Algérie suscite une crise entre le gouvernement et les salafistes

Lu sur La Référence du 23 septembre (extrait )

Par Ayat Izz

Le ministère algérien de l’Education et de l’Enseignement a annoncé ces derniers jours l’application de la décision d’interdiction du niqab (voile intégral) dans les écoles et les universités à partir de l’année scolaire en cours. Il a été soutenu dans cela par le ministère des Affaires religieuses et des waqfs (legs pieux), dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et les groupes extrémistes dont les femmes se cachent derrière le niqab.

Cette initiative intervient suite à des ordres du gouvernement algérien donnés aux instances administratives de toutes les écoles, universités et quartiers, d’interdire le port du voile pour les enseignantes, les employées ou les étudiantes, de façon à connaître l’identité de la femme ou de la jeune fille et pour protéger les institutions éducatives contre les diverses formes d’extrémisme religieux.

Des réactions violentes ont alors eu lieu de la part des salafistes, dont la plus notable a émané de Lire la suite sur La Référence

Le groupe terroriste Hasm est bien membre des Frères Musulmans (La Référence)

Lu sur le média « La Référence » , organe du Centre des études du Moyen-Orient :

Extraits :

« Le mouvement Hasm en septembre dernier a publié un communiqué dans lequel il rend hommage au défunt guide des Frères musulmans, Mahdi Akef, tout en le surnommant « Mandela et Guevara » et en menaçant de mener des opérations terroristes  en représailles à sa mort.

Cela confirme le lien étroit entre  les Frères musulmans et Hasm qui est considéré comme sa branche armée. (…) 

Le porte-parole de Hasm, Saïf Al-Dine, a en outre précisé que Hasm comptait sur les plates-formes médiatiques qui le soutenaient et qui ne déformaient pas les choses, faisant ainsi allusion aux chaînes des Frères musulmans ainsi qu’aux pages des jeunes du groupe sur les réseaux sociaux qui avaient innocenté Hasm sous prétexte qu’il mène « une action révolutionnaire légitime ». (…)  Saïf Al-Dine a par ailleurs exprimé son accord avec la soi-disant « Lewaa Al-Thawra » (émanant du groupe des Frères) en ce qui concerne l’approche et la vision générale… » Lire l’article intégral sur La Référence

Rappel de l’Obs-i : 

Le groupe Hasm, classé organisation terroriste par la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, a revendiqué plusieurs attentats et est fortement soupçonnés d’autres :

  • 5 août 2016, Hasm revendique la tentative d’assassinat contre Ali Goma, grand mufti d’Egypte.
  • 29 septembre 2016 , tentative d’assassinat du vice-procureur  Zakaria Abdel Aziz , gravement blessé lors de l’explosion d’une bombe.
  • 4 novembre 2016 : Hasm revendique le meurtre du juge  Ahmed Aboul Fotouh à Nasr City, qui avait condamné Mohamed Morsi en 2015 à vingt ans de prison.
  • 9 décembre 2016 : Hasm revendique l’attaque d’un check point de la police à proximité de Giza : six policiers tués.

Comprendre la bataille d’Ildeb (Syrie), bastion d’Al Qaida, avec Alexandre del Valle

Entretien du 4/9/2018 avec Alexandre del Valle, géopolitologue, spécialiste du terrorisme. Invité à commenter la situation syrienne, Alexandre del Valle, regrette notamment qu’on «continue nos relents de guerre froide» et aimerait voir s’unir les «démocrates comme les pas démocrates» contre «l’ennemi commun, l’ennemi du genre humain qui est l’ennemi djihadiste». Il donne son analyse géopolitique, notamment sur le rôle de la Turquie dans la région.

Maroc : des élus locaux islamistes se servent de leur visa pour rester illégalement en Europe

Militants du Parti Justice et Développement lors d’un meeting à Rabat, 25.09.2016.

Bladi– 6 septembre 2018 :

« En à peine quelques mois plusieurs élus du sud du Maroc se sont installés définitivement et surtout clandestinement en Europe après avoir profité de leur visa Schengen.

Tous ont été élus sous la bannière du Parti de la justice et de développement (PJD, islamiste) et originaires la région du Souss-Massa, rapporte le journal Aujourd’hui le Maroc, qui fait part d’une inquiétude croissante de la part du parti islamiste.

Tout a commencé en mars dernier lorsqu’une conseillère communale âgée de 26 ans a décidé de rester en France malgré l’expiration de son visa d’entrée. Entre temps, elle s’est désengagée de toutes ses responsabilités locales.

Quelques semaines plus tard, un autre élu du PJD de la commune d’Aït Melloul s’est installé illégalement en France et ne veut plus revenir au Maroc.

Le mois dernier, un autre cas a été enregistré, toujours dans la…Lire la suite sur Bladi, principal webmédia du Maroc

Espagne : recrudescence des viols commis par les marocains cet été

Agressions sexuelles, viols, violences en Espagne: 10 marocains impliqués en 10 jours

Lire la suite

Allemagne : une vingtaine de migrants syriens islamistes attaquent un bar

Image : migrants dans une gare allemande.

Francfort : une bande de 15-20 migrants attaquent les clients d’un bar aux cris de « Allah Akhbar ».

Dans la nuit de samedi à dimanche, le club de Francfort «Frosch Der Klub» a été attaqué par 15 à 20 Syriens. Selon des témoins oculaires, les agresseurs âgés d’environ 25 à 35 ans étaient armés de couteaux et de bâtons et sont partis à l’assaut du club aux cris de «Allah – on va tous vous frapper». L’attaque a été déclenchée par un différend entre des clients du club, après quoi deux des clients ont téléphoné à des amis pour avoir du renfort.

« J’ai mis les clients en sécurité. Les assaillants ont brisé la porte et les fenêtres, ont jeté des pierres – des scènes comme dans une guerre! » déclare le patron du club.

(…) Source

Tunisie : les professeurs de l’Université de la Zitouna totalement contre l’égalité dans l’héritage.

FACEBOOK/ – UNIVERSITE ZAYTOUNA

Lu dans le Huffpost (extrait) :

Les professeurs de l’Université de la Zitouna ont, dans un communiqué publié mardi, refusé l’initiative de l’égalité dans l’héritage proposée par le président de la République Béji Caid Essebsi le 13 août dernier.

Selon eux, le président de la République a fait un “déni du caractère religieux de l’État tunisien”.

En effet, les professeurs de la Zitouna ont appelé à “la nécessité de garder la référence islamique de l’État tunisien qui est spécifiée dans le préambule et les articles de la Constitution” et de ne pas “opposer le caractère civil de l’État à (…) l’identité du peuple tunisien musulman”.

“Les règles de l’héritage sont clairement chariatiques et prévues par le Coran (…) et ne doivent pas dépendre de situations humaines” ont-ils estimés, tout en affirmant que cela pourrait “fissurer l’entité familiale”.(…)

Une proposition qui n’a pas manqué de faire réagir, notamment du côté d’Ennahda (parti des Frères Musulmans). Estimant que ce n’était pas le moment pour une telle initiative , Lire la suite dans le Huffington Post Maghreb