Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Suisse

Deux imâms français fiché S licenciés de la mosquée saoudienne de Genève

Lu dans La Tribune de Genève du 23 novembre 2017

« Quatre employés de la mosquée du Petit-Saconnex sont licenciés, a appris ce jeudi la Tribune de Genève. Son responsable et directeur général de la Fondation culturelle islamique de Genève (FCIG), le Saoudien Ahmed Beyari, n’a pas tardé à exécuter les ordres de son superviseur venu récemment lui rendre visite. Le nouveau secrétaire général de la Ligue islamique mondiale (LIM), basé en Arabie saoudite, avait accepté de prendre la parole dans nos colonnes pour annoncer des mesures draconiennes.

«Nous avons licencié quatre employés. Les deux imams fichés S en France, selon les médias, et ayant une autorisation de travail en Suisse. L’employé de la sécurité aussi fiché S en France, selon les médias, et ayant une autorisation de travail en Suisse. Et un quatrième pour une autre raison», annonce Ahmed Beyari.

Ce n’est pas trois, mais quatre salariés frontaliers, en poste depuis plusieurs années, qui sont en fait fichés S pour radicalisation par la Direction générale de la sécurité intérieure, selon nos informations. Quatre parmi une trentaine d’employés de cette fondation pas comme les autres. En plus de sa mission religieuse, la FCIG gère des activités éducatives, sociales et immobilières. Elle est même reconnue, en partie, d’utilité publique par le Canton. » Lire la suite dans La Tribune de Genève

Nous avions consacré un chapitre sur la filière d’acheminement de djihadistes vers la Syrie organisée  dans cette mosquée, avec un profilage de ses imâms, dans notre enquête Mosquées radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (éditions DMM, 2016).

La justice suisse inculpe 3 dirigeants d’une association islamique

Trois dirigeants du Conseil central islamique suisse (CCIS) -d’orientation salafiste et comptant 3900 membres- ont été inculpés pour propagande et réalisation de vidéos sur Al-Qaïda en Syrie, a annoncé aujourd’hui la justice suisse. Le procureur général de la Confédération reproche aux accusés, dont le président du CCIS, Nicolas Blancho, un converti, d’avoir « relayé activement » ces films « au travers des réseaux sociaux et lors d’une manifestation publique », a-t-il indiqué dans un communiqué.

Ils encourent une peine de cinq ans au plus de prison, selon la loi fédérale interdisant les groupes Al-Qaïda et Etat islamique ainsi que les organisations apparentées. Le CCIS est une association dont le président défraie souvent la chronique pour ses positions radicales. Lire la suite dans Le Figaro

Le Temps avait consacré un long article sur le CCIS en mai 2016 :

Les faits d’abord. Le Ministère public de la Confédération (MPC) a actuellement des procédures pénales ouvertes contre deux personnes liées au CCIS. Naim Cherni, jeune Allemand au physique de mannequin, le vidéaste de la bande, est, depuis le 9 décembre, soupçonné de propagande en faveur du front Al-Nosra, lié à Al-Qaïda. En cause: une vidéo tournée en Syrie dans laquelle il interviewe Abdallah al-Muhaysini, un leader de l’organisation Jaysh al-Fath. Le MPC a demandé à YouTube de retirer la vidéo.

(…) Naim Cherni n’en était pas à son premier voyage en Syrie. En 2013, il s’était déjà mis en scène avec des responsables d’Ahrar al-Sham, groupe djihadiste lié à Jabhat al-Nosra. Le 9 octobre 2013, il avait posté sur son profil Facebook, depuis Raqqa, une photo de l’EI.(…) Qaasim Illi, le bras droit de Nicolas Blancho a lui propagé la revue de l’Etat Islamique, sur Twitter (…) En décembre 2002, Qaasim Illi s’était aussi illustré en allant rencontrer Ahmed Yassine, le fondateur du Hamas, à Gaza  » Lire l’article dans Le Temps

Sur le sujet lire l’enquête de Mireille Valette disponible sur Amazon :

Suisse: un imâm membre des Frères Musulmans appelle à détruire les chrétiens et les juifs

L’imâm de la ville suisse de Bienne est un religieux musulman tout à fait officiel et reconnu.

Abu R., 64 ans, a fuit la Libye en 1998, direction la Suisse où il obtient l’asile politique. Il se disait alors poursuivi par le régime de Mouammar Kadhafi pour sa proximité avec les Frères musulmans, un groupe islamiste réprimé par l’ancien dictateur libyen. Mais après la chute de l’autocrate en 2011, le réfugié établi à Nidau (BE) se serait mis à voyager régulièrement dans son pays d’origine à l’aide d’un passeport libyen. Sur place, il aurait livré des discours virulents contre la «dépravation» de l’Occident, et « l’emprise laïque occidentale« . Il aurait aussi effectué des pèlerinages à la Mecque et résidé dans des hôtels de luxe. Un de ses prêches a lancé la polémique :

«Oh, Allah, je vous demande de détruire les ennemis de notre religion, de détruire les Juifs, les Chrétiens, les Hindous, les Russes et les Chiites. Dieu, je vous prie, de les détruire tous et de redonner à l’islam sa gloire antique .» Source : Le Matin

En Suisse, Abu R. subsiste grâce à l’aide sociale. Sa famille composée de trois autres personnes, ont reçu quelque 600 000 francs de subventions entre 2004 et 2017, confirment les autorités de la commune bernoise. Il parle des bribes d’allemand et de français et n’a pas eu d’emploi durant ces années. Lire la suite dans deux articles du Temps ici et .

Tirs dans une mosquée de Zurich: trois blessés (RTS)

Capture d’écran 2016-12-19 à 21.30.01RTS 10 décembre :
Trois personnes ont été blessées dans des tirs à proximité d’un centre de prière musulman à Zurich. Le ou les auteurs sont en fuite et une opération policière est en cours.

Les blessés, trois adultes, ont été découverts dans la rue où se trouve le centre islamique. Mais les tirs ont eu lieu à l’intérieur de l’établissement de prières, a indiqué la police zurichoise.

On ignore pour l’heure l’identité des victimes et la gravité de leurs blessures. On ne sait encore rien non plus du déroulement des faits, ni des motifs des auteurs. En savoir plus sur Radio Télévision Suisse

Suisse : l’imâm appelle au meurtre, sa mosquée perquisitionnée

b_1_q_0_p_0

Mosquée An’Nur de Winterthour (ZH) hier lors de la perquisition

Mercredi 02 novembre 2016 – ATS/Le Courrier

La mosquée An’Nur a été perquisitionnée par la police mercredi matin. Quatre personnes sont visées par des procédures.

La police cantonale zurichoise a perquisitionné mercredi dans la mosquée An’Nur de Winterthour (ZH). Le Ministère public a lancé des procédures pénales contre quatre personnes, dont un imam éthiopien qui avait appelé au meurtre des musulmans non pratiquants.

Dans le cadre de son prêche du 21 octobre dernier, l’imam éthiopien a appelé au meurtre des musulmans qui ne participent pas à la prière commune dans la mosquée. «Les fidèles présents ont également été encouragés à dénoncer ceux qui manquent d’assiduité», a indiqué mercredi matin sur place Corinne Bouvard, porte-parole du Ministère public zurichois.

Il est accusé de provocation au crime et à la violence. Trois autres hommes sont également poursuivis pour le même chef d’accusation. Leur rôle n’est pour l’heure pas clair et fait l’objet d’une enquête, a précisé Mme Bouvard. La procureure en charge du dossier décidera jeudi si elle demande la mise en détention préventive des quatre hommes.

Hébergés à la mosquée

La descente de police a eu lieu tôt mercredi matin. Elle a été menée par la police cantonale zurichoise, assistée de la police municipale de Winterthour et des services du procureur de Winterthur/Unterland.

Les domiciles des trois hommes appréhendés en même temps que l’imam ont également été perquisitionnés. Ces fouilles ont permis de sécuriser différents objets. La porte-parole n’a pas donné davantage de précisions.

Par ailleurs, la police a contrôlé dans la mosquée quatre hommes suspectés d’infraction à la loi sur les étrangers. Agés de 23 à 35 ans, il s’agit de trois ressortissants algériens ou tunisiens. Le quatrième n’a pas révélé son origine. Lire la suite

Bâle: Le trésorier de la mosquée soutenait les jihadistes

6905454-10556488.jpgLu sur Les Observateurs/20 Minutes du 21 septembre (extrait) :

Le membre du conseil d’administration de l’Association islamique a fait de la propagande extrémiste et a connu un certain nombre de prédicateurs radicaux en provenance des Balkans.

Il y a sept ans, le Bosniaque S. C. habitant Bâle est apparu pour la première fois dans le radar des spécialistes de la surveillance anti-Jihad de la Confédération. Les surveillants d’Internet ont rapidement découvert que le trésorier de la Communauté islamique de Bosnie de Bâle se trouvait derrière des activités de propagande pour les islamistes radicaux.

En 2012, il abandonnait ses fonctions à l’association mais pas ses activités de propagande, du moins jusqu’en septembre 2014. Son domicile et son lieu de travail ont été perquisitionnés sur des soupçons de soutien à une organisation terroriste, infraction à la loi sur l’interdiction d’Al-Qaida et d’appel à la violence. Lire la suite

Le Conseil Central Islamique Suisse demande de l’aide afin de soutenir un djihadiste

topelement3-448x293

Le Conseil Central Islamique Suisse (CCIS) appelle sur les médias sociaux afin d’aider le prisonnier Abu Adam (photo), prêcheur de haine. Plusieurs vidéos le montrent avec une kalachnikov en Syrie.
L’islamiste de 35 ans est depuis mi-décembre en détention provisoire. Il est accusé d’appartenir à l’organisation terroriste syrienne Jamwa, qui coopère étroitement avec l’Etat islamique.
Avec une kalachnikov en Syrie
Concrètement, il déclare avoir agi comme point de ralliement pour les nouveaux djihadistes allemands et avoir acheté des dispositifs de vision de nuit pour le djihad. «Fakk Allahu asrahu» (qu’Allah le délivre) et « Free Abu Adam, soutenez votre frère» écrit le Conseiller du Conseil Central Islamique Suisse Qaasim Illi sur Facebook. Il est convaincu que la détention de l’islamiste est politiquement motivée. « Ils ont essayé de le faire taire ».

Source Traduction Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

Deux « migrants » syriens arrêtés fortuitement en Suisse avec des traces d’explosifs

UDCminaretLu sur RTS:

« Les deux Syriens, interpellés vendredi en Suisse dans le cadre de l’alerte contre une menace djihadiste, ont été arrêtés à cause d’un pneu crevé, selon le journal Le Matin Dimanche.

Les deux hommes, qui sont en détention provisoire, ont crevé le pneu de leur voiture sur une route menant à Genève et leur voiture était stationnée sur le bas-côté le temps de changer la roue, indique le Matin Dimanche. La veille, ils avaient dormi dans un hôtel proche de la frontière franco-genevoise, selon le journal.

Ils ont été interpellés vendredi pendant un contrôle de la gendarmerie, alertée par « leur comportement » et « leur nationalité », avait expliqué samedi le procureur général du canton de Genève Olivier Jornot.

Le Ministère public de la Confédération suisse a ouvert une enquête à leur encontre pour « soupçons de fabrication, dissimulation et transport d’explosifs ». La police a en effet trouvé dans le coffre de la voiture des traces d’explosifs.

Les autorités suisses soupçonnent aussi les 2 hommes, qui ne parlent pas français, d’appartenir au groupe Etat islamique ou à Al-Qaïda.

Le Conseil islamique suisse plante son drapeau dans les montagnes (vidéo)

Vidéo de propagande du Conseil Central Islamique suisse diffusée le 29/11/14, cinq ans jours pour jour après que la population a rejeté massivement toute construction de minarets en Suisse.

« Vous pouvez interdire nos minarets, nos foulards, nos niqabs et même nos réunions. Vous pouvez dire que note religion est violente, rétrograde, ne faisant pas partie de la Suisse. Mais sachez que nous sommes là, nous ne partirons pas, nous n’abandonnerons pas notre lutte, nous voulons les mêmes droits que tout le monde, le droit aux libertés fondamentales et à la tolérance. Attendez-vous à nous voir, partout, tout le temps. » – Les Musulmans de Suisse. http://vk.com/video268500831_170524473?hash=db656852088e2e45

1000542 Le Modele Economique Suisse Peut Il Inspirer La France 87131 1

La Haute Cour de Justice Suisse refuse de voir du racisme dans la dénonciation de l’expansion musulmane

Cette dernière « ligue de vertue »  avait publié un rapport dans la catégorie « racisme verbal » au sujet d’un discours du président JSVP en 2009 sur la mise en œuvre de l’interdiction des minarets lors d’une réunion publique à Frauenfeld. L’allégation mentionnée doit maintenant être supprimé, puisque le tribunal fédéral suisse avait refusé la plainte déposée par la fondation affirma l’arrêt de la haute cour cantonale de Thurgovie.

Benjamin Kasper, entre autres,  déclara qu’il est temps d’arrêter la propagation de l’Islam. L’identité culturelle suisse qui est basée sur le christianisme ne devrait pas être bousculée par d’autres cultures. L’Interdiction des minarets protège sa propre identité culturelle. Selon le jugement à l’unanimité par le 2e Département de droit civil, ces déclarations n’expriment pas un « mépris global des membres de l’islam, ni un mépris général pour les musulmans pour le récepteur moyen » raison pour laquelle il ne peut être perçu comme du racisme verbal.

Montrer une différence entre les deux groupes n’est pas du racisme selon la Haute Cour. Ce n’est le cas que « si la différence est conçue comme un mépris de la victime et par des différences en accentuant comme un moyen de montrer les victimes d’une manière négative et le mépris Leur dignité« . Parce que la Cour a décidé que l’article sur le site Web de la Fondation contre le fascisme et l’antisémitisme met à mal la réputation de l’UDC et  diffame le JSVP-président d’une manière qui n’est pas justifiable.

Page 1 sur 212»