Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Syrie

Syrie: Jabhat al Nosra et Arham al Sham violent encore le cessez-le-feu (13.03)

groupe-ahrar-al-shamRappel: Ahrar el Cham (photo) est armé par l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie, alliés des USA et de la France. (liste des coalitions).

Agence Sana- 13 mars 2016.

Moscou / Le 16ème jour de l’arrêt des combats en Syrie a connu 29 violations commises par les réseaux terroristes à Damas, dans la banlieue nord-est de Lattaquié, à Idleb et à Hama, selon un communiqué élaboré aujourd’hui par le centre russe de coordination pour le contrôle de la cessation des hostilités à Hmeymim.

Le centre a fait savoir, dans un communiqué retransmis par le ministère russe de la Défense sur son site web, qu’il avait enregistré 29 violations de l’arrêt des combats commises par les terroristes pendant les dernières 24 heures : 18 à Lattaquié, 5 à Damas, 2 à Idleb et 1 à Hama.

Le centre a ajouté que 10 personnes étaient tombées en martyr alors que 30 autres avaient été blessées dans un bombardement à l’artillerie et aux obus de mortier par les terroristes du “Front Nosra” des zones dans les banlieues de Damas et d’Idleb.

“Des groupes non identifiés ont bombardé aux obus de mortier et aux mitrailleuses lourdes des positions de l’armée arabe syrienne dans la banlieue de Lattaquié, alors que le soi-disant “Ahrar al-Cham” avait également bombardé deux localités à Ghouta est dans la banlieue de Damas”, a ajouté le centre.Lire la suite

De nouveaux villages repris à l’EI dans la région d’Alep (26.02)

624_341_a1b5fe9b032e949fb5c2216db40abe27-1343459941Agence SANA, 26 février 2016.

Les  Forces armées syriennes ont rétabli vendredi la sécurité et la stabilité dans de nouveaux villages et zones rurales de la province septentrionale d’Alep.

Une source sur place à rapporté à l’agence SANA que les unités militaires ont restauré la sécurité et la stabilité des villages de Ma’anaya, Shalala Saghira et Telal al-Zaarour dans le sud-est de la campagne de la province.
Des unités de l’armée ont affronté  les terroristes de l’Etat Islamique,  détruisant un certain nombre de leurs cachettes et de fortifications. Le déblaiement des mines et des IED par des unités de déminage prépare la progression de l’armée.
Plus tôt jeudi, les unités de l’armée restaurés sécurité et la stabilité à la ville Khanaser dans le sud-est de de la province, après avoir éliminé les dernières poches  restantes des djihadistes qui se sont infiltrés dans la ville mardi dernier.

L’armée syrienne inflige de sérieux revers à Jahbat et l’EI dans plusieurs régions

president-al-assad-and-saaf-450x450Selon les informations de l’agence gouvernementale SANA du 24 février :

  • Région de Homs : l’armée a infligé des pertes aux hommes de l’Etat islamique, et a détruit des véhicules dans le village d’al-Bardeh et autour d’ al-Bayarat.
  • Région de Hama et Ildib : 30 morts dans les rangs de “Jund al-Aqsa”  et “Jabhat al-Nosra ».
  • Région d’Alep. La ville de Khanasser est reprise à Jahbat al-Nosra, des postes avancés de l’EI ont été détruits à Rasm al-Nafel, Burj al-Zaror au sud-est d’Alep.
  • Région de Damas : l’armée avance au sud de Darayya, reprenant une zone de 2 km sur 800m. L’avancée est difficile en raison des mines et des IED installées par les djihadistes.  La liaison entre Darayya et al- Moadamieh a été coupée par l’armée, empêchant l’approvisionnement des terroristes de Jahbat. Dans les zones libérée, l’armée à découvert de nombreux réseaux de tunnels et de tranchées qu’utilisait Jahbat avant sa déroute (vidéo SANA du 24.02) :

Syrie : la bataille d’Alep et les mensonges de nos journalistes

Capture d’écran 2016-02-25 à 09.34.37

Atelier de confection de bombones explosives tenu par les rebelles islamistes à Alep. Ces bombones sont envoyées sur les quartiers alepins tenus par le régime (image France 2).

Alain Corvez, ancien conseiller du général commandant la Force des Nations unies déployée au Sud-Liban (FINUL), ancien conseiller en relations internationales au ministère des Affaires étrangères. Actuellement conseiller en stratégie internationale.

L’accumulation des mensonges éhontés par lesquels les journalistes de nos principales chaines télé et de nos grands journaux nous racontent les actuelles opérations militaires en Syrie – qui pourraient marquer un virage majeur dans le cours de cette guerre qui ensanglante le pays depuis cinq ans – est véritablement indigne et scandaleuse. Un sommet a été atteint récemment avec la description faite de la bataille d’Alep.Lire sur Polemia

Syrie: Hollande a livré secrètement des armes aux islamistes

Extrait du documentaire Un oeil sur la planète diffusé sur France 2 le 18 février 2016.

« Le viol d’une femme alaouite ou chrétienne n’est pas contraire aux préceptes de l’Islam »

Capture d’écran 2016-02-16 à 17.47.13

Voir la fatwa ici 

Lu sur l’Agence Fides, traduit par Le Salon Beige :

« La conquête du quartier de Cheikh Maksoud à Alep par la milice anti-Assad pourrait marquer le sort de la métropole battue pendant des mois par une guerre civile sanglante. « Ce quartier», confirme à l’Agence Fides le Père David Fernandez, un missionnaire de l’Institut du Verbe Incarné – est situé sur une colline surplombant Alep et est un point stratégique pour ceux qui veulent conquérir la zone centrale de la ville, où il y a aussi des bâtiments gouvernementaux. On me dit que déjà de nombreuses rues du centre-ville ont été fermées et personne ne peut passer à travers ces rues, parce que des snipers tirent sur tout ce qui bouge.

Parmi les fugitifs, des nouvelles sur les meurtres et les viols de femmes commis ont circulé. « Même moi, j’en ai entendu parler », dit le père David, « mais l’information que nous recevons est parfois contradictoire, et pour le moment il n’y a aucun moyen de la vérifier. » Hier, une fatwa émise par Yasser al-Ajlawni – un salafiste jordanien résident à Damas – a été émise sur le réseau social, qui déclare légale pour les opposants au régime de Bachar al-Assad le viol commis contre toute femme syrienne non sunnite. Selon le cheikh, la capture et le viol de femmes alaouites ou chrétiennes ne sont pas contraires aux préceptes de Islam. »

Sur cette question de la légalité du viol en islam (sur les femmes considérées comme butin de guerre), lire notre article précédent.

Cartographie des groupes islamistes en Syrie (février 2016)

Parue dans Le Figaro du 1er février. Pour lire le détail de la composition des groupes et leurs alliances, se référer à notre article précédent.

Numériser 3

Cliquer pour agrandir.

La France juge modérés les djihadistes de Arhar al Sham et de l’Armée de l’islam

Capture d’écran 2015-12-18 à 16.40.41

Dans le cadre du Groupe de soutien aux rebelles syriens sous l’égide de l’ONU, la Jordanie est chargée de classer les groupes rebelles djihadistes infréquentables. Elle a décidé de blacklister à raison le groupe salafiste Ahrar al-Sham, qui collabore avec Jahbat Al Nosra à la fois dans la région de Damas (dans la coalition Jund al Malahim) et dans la région d’Alep (depuis juillet 2015 dans la coalition Ansar al Charia),  soutenu par l’Arabie Saoudite et le Qatar. Les Emirats Arabes Unis ont aussi placé Ahrar al Sham sur leur liste des groupes terroristes.

Mais la France, pour complaire à ses alliés du golfe, refuse de voir des extrémistes dans Ahrar al Sham et même Jaich al Islam (L’Armée de islam, salafiste, soutenue par l’Arabie Saoudite), malgré leurs exactions contre les civils chrétiens  :

Georges Malbrunot dans Le Figaro de ce jour rend compte que  « la position de la France, qui considère Ahrar al-Cham et l’Armée de l’islam comme des rebelles «modérés». «Ce qui nous importe, répond un diplomate français de haut rang, c’est que les groupes se rallient à la transition politique qui préconise un État civil et démocratique. Ahrar al-Sham et l’Armée de l’islam l’ont fait la semaine dernière à la conférence de Riyad. Pour nous, la liste des organisations terroristes, c’est celle déjà établie par les Nations unies.»

L’ancien chef de Ahrar al-Sham, Abu Khalid al-Suri, décédé en 2014, était le représentant de Ayman Al-Zawiri (Al Qaida) au Levant. Son chef actuel, Hassan Aboud, a déclaré que Ahrar al-Sham a travaillé et travaillera avec Al Nosra (Al Qaida) tant qu’ils continuaient la lutte contre Assad. Aboud a également déclaré que Ahrar al-Sham a travaillé avec l’État islamique dans certaines batailles, bien que son programme lui soit désagréable.

Ahrar al-Sham et Jaich al Sham font partie de la même coalition sous protection saoudienne : le Front islamique.

Mohamed Najeeb Bannan, juge du tribunal islamique d’Alep sous contrôle du Front islamique explique dans un reportage que ce qu’il reproche à l’Etat Islamique n’est pas sa vision du contenu de la charia, mais son application trop précoce avant que la Syrie ne soit conquise.

En mars 2015, deux marchands d’alcool de la ville d’Ildib, Nael Elias et son père Elias Naguib, chrétiens, furent exécutés par le groupe Ahrar al Sham (source).

Voir notre liste complète des coalitions djihadistes en Syrie

Excellente analyse du professeur Bassam Tahhan sur le jeu pro EI de la Turquie

Interview du 2 décembre 2015.

Bassam Tahhan est un professeur de lettres arabes, islamologue et politologue franco-syrien, spécialiste des questions internationales. En 1994, il devient titulaire de la chaire supérieure d’arabe créée pour la première fois en France. En vingt ans d’enseignement au lycée Louis-Le-Grand, le nombre d’élèves de CPGE du Maghreb et du Machrek a quadruplé.

Il a par ailleurs enseigné à l’Ecole de Guerre (Collège interarmées de Défense) pendant deux ans (2004-2005) en tant que  directeur du séminaire de la géopolitique de l’Islam dans le monde

France Inter reconnait enfin que la France a armé les islamistes syriens dont al Nosra

Relire nos articles:

Page 3 sur 4«1234»