Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Turquie

Progression constante des islamistes turcs en France : l’ assemblée générale du Millî Görüş fait le point

Le mouvement est autorisé à construire des mosquées ottomanes géantes comme à Strasbourg, Roubaix et Vénnissieux.

Le 21 octobre 2019 se tenait à Paris le congrès du mouvement islamiste turc Millî Görüş. Enregistré intégralement par le média turc MIZANE, son visionnage nous permet de saisir la dynamique de l’organisation à travers la France.

Ce mouvement fut fondé en 1969 par l’ex Premier ministre turc Necmettin Erbakan (mort en 2011) qui voyait l’Europe comme une terre de conquête. « Les Européens sont malades… Nous leur donnerons les médicaments. L’Europe entière deviendra islamique. Nous conquerrons Rome. » avait-il prévenu. Grand ami des Frères Musulmans, Erbakan attira à son enterrement les pontes de la confrérie islamiste dont Rached Ghannouchi qui évoqua la perte d’un «grand frère ». Car le projet est similaire entre les deux mouvements siamois : rétablissement à long terme d’un califat politique basé sur une Loi islamique, qui pourra s’établir par l’épée si nécessaire.

Son secrétaire général en France, Fatih Sarikir, a développé les chiffres clés de l’organisation en termes de fidèles, d’adhérents, de nombre d’associations liées et de mosquées.Lire la suite

Erdogan appelle à une guerre sainte contre l’Europe


« Nous vaincrons car nous sommes la dernière armée de l’islam (…) Allah se tient derrière les millions de fidèles »

Le chef du régime islamiste turc, Recep Erdogan, a récemment prononcé un discours dans lequel il décrivait l’offensive frontalière turque contre la Grèce comme une guerre sainte islamique contre l’Europe et faisait allusion au possible rétablissement de l’empire ottoman.

Erodgan commence le discours enflammé par une citation d’un célèbre poème écrit par le célèbre poète turc Yahya Kemal Beyatlı intitulé «26 Ağustos 1922», le jour où la Grande Offensive de la guerre d’indépendance turque qui a vaincu les Grecs en Anatolie et les amena dans la mer Egée orientale. Source

La mosquée turque du Pontet en chantier : des membres du bureau connus pour antécédents judiciaires

L’Association Culturelle Franco-Turque d’Avignon et de sa région construit une grande mosquée au Pontet dans le Vaucluse. La mosquée est affiliée au Comité de Coordination des Musulmans Turcs de France (C.C.M.T.F), présidé par Ahmet Ogras, président actuel du Conseil Français du Culte Musulman (C.F.C.M). Le CCMTF est la représentation officielle du ministère turc des affaires islamiques.

Quand on se penche sur la composition du bureau associatif de la mosquée, on s’étrangle qu’elle soit autorisée par le préfet du Vaucluse. 

Trésorier: Ahmet.Y, né en 1968 à Araban en Turquie. Connu au fichier du Traitement des Antécédents Judiciaire pour aide à l’entrée, circulation, séjour irrégulier d’un étranger en France – travail clandestin – emploi d’étranger démuni de titre de travail (2007).

Trésorier adjoint: Behram.U, né en 1975 à Akcaabat en Turquie. Connu au TAJ pour faux, usage de faux document administratif (2003) – infractions aux conditions générales d’entrée et séjour des étrangers (2005).

Rappelons que les députés En Marche ont voté contre l’amendement des Républicains visant à reconduire systématiquement dans leurs pays les étrangers coupables de délits en France.

Une mosquée turque à Amboise !

Le chantier au 11 juin 2019.

Le chantier de la mosquée turque d’Amboise (Indre-et-Loire) avance à grand pas. A l’initiative du DITIB, bras religieux de la Turquie à l’étranger (maitre d’ouvrage), cette mosquée avec coupole de taille imposante détonne dans un quartier pavillonnaire blotti sur le coteau faisant face au château royal bâti par Charles VIII où François Ier passa son enfance. Rappelons que ce fut Saint-Martin de Tours (316-397) qui fonda la paroisse d’Amboise, petite ville pittoresque de seulement 12 000 habitants ! La nature étrangère du projet éclate dès la lecture du panneau d’information  » Centre culturelle (SIC) turque (SIC) A Amboise ». L’aspect problématique consiste en ce que l’islam appliqué est celui du président turc Erdogan, ultra-islamiste qui soutient des brigades djihadistes en Syrie…financées par les turcs qui sont en train de perdre pieds à Ildib, au point qu’une retraite est actuellement négociée entre les services ottomans (MIT) et les services syriens. Le DITIB qui construit la mosquée est piloté par le ministère des Affaires islamiques turc, le Diyanet. En février 2018, le président de l’institut kurde de Paris, Kendal Nezan, prévenait : 

« L’opinion publique occidentale semble l’ignorer mais l’invasion turque du canton kurde syrien d’Afrin est qualifiée de «jihad» ou guerre sainte par la Diyanet, la plus haute autorité religieuse du pays, à la demande sans doute du président turc lui-même. La fatwa est serinée dans les 90 000 mosquées sunnites du pays où imams et prédicateurs, tous salariés d’un Etat supposé laïc, sont tenus de prier matin et soir avec leurs ouailles pour la victoire de l’armée de conquête turque et de leurs supplétifs syriens jihadistes. » Lire l’intégralité de cette analyse.

Autre raison de refuser cette mosquée, depuis 2014, une cinquantaine de biens appartenant à l’Église syrienne-orthodoxe ont été expropriés par le gouvernement turc dans le sud-est de la Turquie. Parmi ces biens, des monastères très anciens où vivent encore une dizaine de moines, les derniers de Turquie orientale. Lire notre article.

Libye: interception d’un navire turc chargé d’armes

Lu dans La Référence du 9 janvier (extrait) :

« Les obstacles au processus politique en Libye ne sont pas représentés seulement par Daech et les autres groupes terroristes, mais aussi et surtout par la confrériedes Frères musulmans, qui cherche à renforcer sa présence au sein de la société libyenne.

La force de la confrérieen Libye n’est pas due à sa bonne gestion des milices armées avec qui elle a noué des relations étroites, mais au soutien du Qatar et de la Turquie qui souhaitent renforcer l’influence de l’islam politique en Libye, surtout après le refus d’Haftarde rencontrer les représentants de la Turquie et du courant de l’islam politique lors d’un sommet sur la sécurité tenue en marge de la conférence de Palerme ce mois-ci.

Alors que l’armée libyenne accuse Ankara et Doha de soutenir le terrorisme, les autorités libyennes ont intercepté un navire chargé d’armes en provenance de Turquie. Il transportait plus de 2 millions d’armes et 518 000 cartouches de revolver turc de calibre 9 mm. » Lire l’article intégral

La Turquie provoque l’Europe en survolant l’espace aérien grec

Lu sur Russia Today :

Réagissant aux violations de l’espace aérien grec par des avions turcs au-dessus de la mer Égée, le ministre de la Défense nationale, Panos Kammenos, a averti qu’Ankara en paierait le prix. « S’ils font le moindre geste, nous les écraserons », a menacé Kammenos. Athènes veut la paix et l’harmonie, a-t-il dit, mais ne «concédera pas un centimètre» de ses terres.

Le ministre était en visite dans un avant-poste militaire sur la petite île égéenne de Leros. Le discours belliqueux pouvait donc s’expliquer par son désir d’élever le moral des troupes. Mais l’amiral Evangelos Apostolakis, chef de l’état-major hellénique, s’est fait l’écho de ces propos.

«Si les Turcs atterrissent sur un îlot rocheux, nous le raserons au sol. C’est une ligne rouge adoptée par le gouvernement», a déclaré Apostolakis. Il a suggéré qu’une confrontation militaire avec la Turquie soit une possibilité, mais a ajouté: « avec les Etats-Unis d’Amérique et l’Union européenne, nous voulons nous assurer que les Turcs ne parviennent pas à ce point.»

C’est après que l’armée grecque a annoncé jeudi que deux F-16 turcs avaient survolé jeudi l’île de Kastelorizo dans la mer Égée orientale, quelques minutes après le passage d’un hélicoptère transportant le ministre grec de la Défense, Panos Kammenos, à Athènes.

Récent mariage turc en France : drapeaux, bolides et coups de feu

Turquie : de fausses illustrations forgées pour vanter l’apport islamique dans les sciences

Lu sur Aeon.co (traduction Fdesouche)

Par Nir Shafir , spécialiste de l’histoire ottomane à l’Université de Californie à San Diego. Directeur de la rédaction du Ottoman History Podcast.

De fausses enluminures représentant la science islamique ont trouvé leur place dans les bibliothèques et les livres d’histoire les plus réputés. Comment ?

Alors que je me préparais à enseigner à ma classe « Science et Islam » au printemps dernier, j’ai remarqué quelque chose de particulier dans le livre que j’étais sur le point de remettre à mes élèves. Ce n’était pas le texte – une merveilleuse traduction d’une encyclopédie arabe médiévale – mais la couverture. Son illustration montrait des érudits en turbans et en costumes médiévaux du Moyen Orient, examinant le ciel étoilé à l’aide de télescopes. L’enluminure était censée venir du Moyen-Orient prémoderne, mais quelque chose n’allait pas.

En plus des couleurs un peu trop vives et des coups de pinceau un peu trop propres, ce qui me dérangeait, ce sont les télescopes. Le télescope était connu au Moyen-Orient après que Galilée l’eut mis au point au XVIIe siècle, mais presque aucune illustration ou enluminure n’a jamais représenté un tel objet. (…) La contradiction la plus frappante, cependant, était la plume d’oie dans la main du quatrième personnage. Les érudits du Moyen-Orient avaient toujours utilisé des roseaux pour écrire. Il n’y avait plus aucun doute : l’illustration de la couverture était un faux des temps modernes, se faisant passer pour une illustration médiévale.Lire la suite

La mosquée turque de Cologne inaugurée par Erdogan : les politiciens CDU et SPD feignent de s’étonner

Pour sa première visite d’Etat en Allemagne depuis son élection à la présidence en 2014, M. Erdogan sera reçu à deux reprises par Angela Merkel, ainsi que par le président Frank-Walter Steinmeier. Il inaugurera ensuite samedi la mosquée de Cologne, financée par une organisation turque.

Avant l’inauguration prévue samedi prochain [29 septembre] de la mosquée de Cologne-Ehrenfeld par le président turc Recep Tayyip Erdogan, la grogne monte à l’égard de l’Union turco-islamique Ditib responsable du lieu de culte. « Si Erdogan est bien celui qui va inaugurer cette mosquée, alors le Ditib va perdre ses derniers avocats », a déclaré Serap Güler (CDU), la secrétaire d’État à l’Intégration de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie […] Le Ditib doit se déclarer pour ce qu’il est réellement : le bras politique d’Erdogan en Allemagne.

« La fédération du Ditib doit cesser de se ridiculiser et de prendre les autres pour des imbéciles en affirmant qu’elle est une fédération religieuse allemande pour les musulmans d’ici. » Le « rayonnement » que la mosquée aurait dû avoir au service de l’intégration s’est « éteint ».

Le maire de l’arrondissement de Cologne-Ehrenfeld, Josef Wirges (SPD), arrondissement où se trouve la mosquée, se montre [lui aussi] critique : « Le Ditib est instrumentalisé par le gouvernement turc. » En tant que membre du Conseil de la mosquée, il a le sentiment qu’on se « fout » de lui.

(Traduction Fdesouche)

Source

La députée En Marche de Bourgoin-Jallieu à l’inauguration de la mosquée turque

Lu sur France Bleu du 8 avril 2018:

« Plusieurs députés de Turquie, une députée française, le consul de Turquie à Lyon : il y avait du beau monde pour l’inauguration de la mosquée turque samedi à Bourgoin-Jallieu. Une construction ouverte pour une communauté en demande d’un lieu de culte depuis de nombreuses années. Lire la suite sur France Bleu

Le député de la circonscription de Bourgoin-Jallieu est madame Marjolaine MEYNIER-MILLEFERT membre de En Marche, le parti d’Emmanuel Macron, au centre-droit dans la photo visible sur le site de France-Bleu.

Lire aussi sur le même sujet :

 Château-Thierry : le député LREM voit la mosquée comme une « plus value pour le quartier »

Le député LREM Bruno Bonnel pose la première pierre de la nouvelle mosquée de Villeurbanne

L’adjoint au maire LREM d’Amiens soutient le projet de mosquée de l’UOIF !

Page 1 sur 1012345»...Dernière »