Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Turquie

La Turquie islamiste accuse l’Autriche qui refuse son adhésion de « racisme radical »

Les colons turcs en France manifestent leur soutien au président islamiste (Strasbourg)

Des sociétés turques fournissent les composants de l’arsenal de l’Etat Islamique

delvalle-alexandre-turquie« Longtemps base arrière de Daech, la Turquie apparaît bel et bien comme le marché sur lequel les artificiers djihadistes faisaient leurs emplettes. Dans un précédent rapport, daté de février, CAR affirmait que non seulement la plupart des composants utilisés dans les explosifs de Daech avaient été achetés sur le marché turc, mais également les câbles, les cordons de détonation, les fertilisants et des conteneurs. Bref, l’essentiel de l’arsenal nécessaire à la confection de leurs engins de mort. «Daech utilise systématiquement du nitrate d’ammonium fabriqué par la compagnie turque Mert Global pour des explosifs qui ont été retrouvés à Ramadi en 2016 et à Tikrit en 2015», écrivait ainsi l’ONG en février dernier(…) les cordeaux de détonation étaient ensuite distribués par une société basée en Turquie.(…) Lire l’article intégral dans Le Figaro du 7 juillet

Des islamistes attaquent un disquaire fêtant le dernier Radiohead en Turquie. Erdogan pointe l’erreur des mélomanes.

« Nous vous tuerons, espèces de bâtards ! » Un groupe d’une vingtaine d’intégristes a débarqué chez un disquaire d’Istanbul, vendredi 17 juin. Et a violemment chassé et blessé des personnes qui s’y étaient retrouvées pour écouter le dernier album du groupe anglais Radiohead, en buvant quelques verres d’alcool. Motif de cette violence : ils voulaient les punir d’avoir bu et écouté de la musique pendant le ramadan…Source France 24

Le président de la République, Tayyip Erdogan, a fait part de sa tristesse tout en prenant soin de critiquer l’événement. «C’est une erreur, autant d’organiser en plein Ramadan un tel événement qui a débordé dans la rue que d’y intervenir de manière brutale. Les deux parties ont tort»Source Zaman

Sur le même sujet : La Fnac vend un guide pratique de police islamique interdisant la musique

La Turquie fête la 563 ème année de la prise de Constantinople devant 1 million de turcs

6a00d83451619c69e201b8d1ef34d9970c

6a00d83451619c69e201bb0908e7ea970d

Le président islamiste Recep Tayyip Erdogan a tenu à organiser une fête gigantesque ce 29 mai sur la place Yenikapı d’Istanbul pour fêter la victoire historique des ottomans sur l’occident il y a 563 ans, soit une année non importante laissant transparaitre une provocation à l’égard de la Russie. Des milliers de bus (5000!) et 146 ferrys  ont été affrétés dans les 18 districts de la province pour amener un maximum de public par mer et sur terre. 9000 policiers, 5 hélicoptères ont assuré l’encadrement de l’évènement.

Un écran géant a projeté une animation montrant le Sultan Mehmed II conquerrant la ville par les armes.

La municipalité a aussi organisée « La fête de la jeunesse et de la conquête ». Le jour d’avant , le 28 mai, des islamistes se sont réunis dans le même esprit devant la basilique Sainte-Sophie, musée depuis l’époque kémaliste, pour réclamer sa remise en service en tant que mosquée. Ils ont appelé leur action « La prière de la conquête ».

Chaque année, la France délivre plus de 100 000 visas pour les turcs chaque année, pourtant peu diplômés et très communautaristes, votant à 70% pour les islamistes de l’AKP dans les bureaux de votes de leurs consulat en France.

Lire plus d’information sur Hurriyet

L’étonnante indulgence de l’UE vis-à-vis de la dérive « nationale-islamiste » d’Erdogan

Erdogan-Abbas-dans-palais-pr-sidentiel-turcTribune d’Alexandre del Valle sur Atlantico (extrait) :

« Dans son aide à la rébellion anti-Assad en Syrie, la Turquie a dès lors misé sur plusieurs mouvements et cartes complémentaires : tout d’abord, l’Armée syrienne libre (ASL), dont le siège a été installé dès le début en Turquie et qui n’est pas le mouvement d’opposants « laïques » et « modérés » qu’ont décrit nos médias occidentaux, mais une force composite majoritairement islamiste. Il suffit de lire le tragique récit du journaliste italien de La Stampa, Domenico Quirico, qui a été libéré en septembre 2013, pour comprendre que l’ASL était une mosaïque de brigades de combattants rebelles, qui comportait des combattants issus de l’insurrection anti-Bachar, des déserteurs de l’armée syrienne, des contrebandiers, mais surtout des islamistes radicaux dominés par les Frères musulmans combattants syriens qui sont loin d’être de grands démocrates. Nombre d’anciens combattants de l’ASL ont depuis lors intégré les rangs du mouvement Hazm (acronyme de Harakat Zaman Muhammed, « Mouvement du temps de Mahomet »), puis du Front islamique, plus puissant mouvement rebelle islamiste radical composé de plusieurs groupes salafistes-jihadistes. La Turquie d’Erdogan a été l’un de ses premiers soutiens extérieurs avec l’Arabie saoudite. Ankara a également appuyé, armé et aidé de plusieurs manières non seulement le Front al-Nosra (branche syrienne d’al-Qaïda), mais également Ahrar al-ShamJaich al-Fatah (« L’armée de la conquête »), et l’Etat islamique, avec qui des alliances de circonstances et des entraides militaires ont été scellées dans le but de lutter contre l’ennemi commun kurde.

Un autre problème majeur concerne le trafic de pétrole. On sait que Da’ech a tiré une grande part de sa puissance financière de la contrebande des hydrocarbures, qui passe en partie par la Turquie. En 2015, l’opposition turque elle-même a reproché à Erdogan d’avoir soutenu les groupes djihadistes et de leur avoir livré secrètement des armes. Des liens entre Ankara et l’EI ont été prouvés, notamment la livraison d’armes révélée par le quotidien turc de gauche Cumhuriyet, dont le directeur de la rédaction, Can Dundar, a d’ailleurs été jeté en prison pour avoir dévoilé cette information…Lire l’article intégral sur Atlantico

Violents heurts dans toute l’Europe entre colons turcs et kurdes (Vidéos)

Les forces de l’ordre allemandes ont dû intervenir à Cologne, à Nuremberg, à Francfort et à Stuttgart notamment, en tirant des gaz lacrymogènes, pour disperser la foule. A Montpellier, la police a également dû intervenir ce dimanche 10 avril, place de la Comédie, au cours de débordements qui n’ont pas eu l’ampleur des heurts en Allemagne.Lire la suite

7000 turcs au Zenith de Strasbourg autour du grand mufti de Turquie

Une information Rue 89:

« Ils sont venus de tout le grand Est, voire de plus loin en France et de l’Allemagne voisine. Plus de 7 000 Turcs se sont rassemblés dimanche 10 avril au Zénith de Strasbourg autour du grand mufti de Turquie Mehmet Görmez pour commémorer la naissance du prophète Mahomet.

Mehmet Görmez, grand mufti de Turquie, exhorte ses compatriotes à ne pas s’assimiler à l’Europe:

“Notre premier devoir, où que nous vivions est de garder notre foi, notre langue et notre culture, pour qu’aucun de nos enfants, même dans des siècles, ne s’éloigne de notre grande religion. Nous sommes les enfants d’une civilisation qui a toujours vécu en paix avec les autres et nous avons le droit d’attendre des autres civilisations qu’elles vivent en paix avec nous.”

On se souvient du discours de Tayyep Recep Erdogan à Paris en avril 2010 qui associait l’assimilation aux sociétés européennes à un « crime contre l’humanité »:

« Personne ne peut vous demander d’être assimilés. Pour moi, le fait de demander l’assimilation est un crime contre l’humanité, personne ne peut vous dire: ‘renonce à tes valeurs’

« Chacun d’entre vous êtes les diplomates de la Turquie, chacun, s’il vous plaît, apprenez la langue du pays dans lequel vous vivez, soyez actifs dans la vie culturelle, sociale du pays où vous vivez ». 

« La France vous a donné le droit à la double nationalité: pourquoi vous ne la demandez pas ? Ne soyez pas réticents, ne soyez pas timides, utilisez le droit que la France vous donne. Prendre un passeport français ne vous fait pas perdre votre identité turque ».

En Turquie, « la France a plusieurs écoles, du primaire au lycée, (…) pourquoi ne faisons nous pas la même chose en France? ».

Vidéo du rassemblement de 6000 turcs au Zenith de Paris en 2010 :

L’AKP islamiste d’Erdogan fait un carton en France : 55%

Les résultats des législatives turques des bureaux français donnent une victoire sans appel du parti islamiste AKP (proche du Hamas et des Frères Musulmans) de Tayyip Recep Erdogan.

erdogan

Radicalisation du discours islamiste du président turc Erdogan : la lutte contre l’occident ravivée

Les discours récents du président turc, Recep Tayyip Erdogan ont été marqués par une rhétorique de plus en plus radicale.

La paranoïa anti-occidentale, basée sur un mélange extrémiste de nationalisme turc et d’islamisme, ont infusé plus en plus ses discours. L’exemple le plus frappant de cette métamorphose inquiétant était le discours qu’il a prononcé lors d’une cérémonie tenue le 16 Mars dans le palais présidentiel où il attribua des médailles d’honneur aux anciens combattants de l’armée et les familles des soldats tombés au combat.

« Ces terres demeurent notre maison parce que chacun des 78 millions de citoyens de ce pays, hommes et femmes, même les enfants et les personnes âgées – voient le martyre comme un honneur si nécessaire. Sinon, nous ne aurions pas été autorisé à rester un seul jour ici « ,

at-il dit.

«Ne pensez même pas que la lutte, commencée il y a 1400 ans entre la vérité [l’Islam] et l’erreur [autres croyances] est terminée. Ne pensez même pas que ceux qui ont mis un oeil sur ces terres il y a 1000 années ont renoncé à leurs ambitions. Ne pensez même pas que ceux qui se placèrent aux Dardanelles, puis à travers l’Anatolie il y a 100 ans, qui viennent avec les armées les plus puissantes (les occidentaux), des armes et de la technologie de l’époque, se sont repentis. Non, ils ne ont jamais ainsi. Cette lutte de longue date est en cours et se poursuivra « ,

a-t-il ajouté.

Erdogan a poursuivi en disant,

«Nous devons continuer à endurer avec cette prise de conscience, toujours prêt pour l’une des deux belles (éventualités), et prendre des mesures en conséquence. »

Ce que Erdogan voulait dire par deux «belles» éventualités est l’espérance de devenir un « martyr » ou « Ghazi ». Dans le sens islamique, un martyr est quelqu’un qui sacrifie sa vie au nom d’Allah, alors que «Ghazi» est un titre honorant combattants qui ont survécu à une guerre au nom d’Allah. Dans la culture turque contemporaine, le «martyr» et les termes de «Ghazi» sont généralement utilisés pour désigner les combattants qui  tués ou blessés tout en défendant la patrie. Lire la suite sur le média arabe Al Monitor

Crédit photo : Al-Monitor

Page 2 sur 8«12345»...Dernière »