Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘AFP’

Guido Westerwelle

Égypte : Berlin condamne les pogroms anti-chrétiens, Paris étrangement silencieux

80 églises attaquées, couvents investis, commerces ciblés d’une croix barrée, 1500 personnes agressées, des assassinats… Largement suffisant pour que Berlin demande l’arrêt de la chasse aux Chrétiens planifiée et exécutée par les Frères Musulmans. Mais Paris reste muette devant une stigmatisation au sens propre du terme.

Le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle a appelé à protéger les chrétiens en Égypte, a annoncé samedi l’agence AFP, citant l’hebdomadaire allemand Focus qui paraîtra dimanche.

« La minorité chrétienne en Égypte doit être protégée », a déclaré le ministre, ajoutant que Berlin ne soutenait aucune force politique dans ce pays.

« Nous sommes du côté des gens qui sont pour la liberté et les valeurs démocratiques et qui veulent une société ouverte », a indiqué M. Westerwelle cité par l’AFP.

Le président égyptien (re)demande la libération du cerveau des attentats de 1993 au WTC !


Tous les médias du monde en parlent sauf les médias français, qui veulent peut-être faire oublier qu’ils présentaient les Frères Musulmans comme de simples conservateurs, légitimant leur présence en France via l’UOIF. L’AFP a bien fait une dépêche, mais seuls les médias étrangers l’ont diffusé (ex : El Nacional, Caracas).

Le président égyptien Mohamed Morsi a promis de faire pression sur le président Obama pour libérer le cerveau des attentats de 1993 au World Trade Center Omar Abdel Rahman, alias « Le cheikh borgne », la prochaine fois qu’il verra le président américain.

« Lorsque je le rencontrerai je lui parlerai de cette question », a déclaré Morsi lors d’un entretien ce lundi 7 janvier avec Wolf Blitzer de CNN (vidéo ci-dessus).

Le président égyptien a réaffirmé à plusieurs reprises son engagement pris en juin dernier de libérer l’islamo-terroriste, qui purge une peine à perpétuité pour son rôle dans le bombardement et ses projets ultérieurs de cibler des points de la ville de New York. Abdel Rahman a également émis une fatwa justifiant l’assassinat du président égyptien Anouar al-Sadate et était lié au Jihad islamique égyptien, dirigé par le chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri.

Sa requête portera aussi sur la libération des manifestants salafistes qui ont pris d’assaut l’ambassade américaine au Caire le 11 septembre 2012.

«Je veux qu’il soit libre, mais je respecte la loi et la règle de droit en Égypte et aux États-Unis. Ce dont je parle n’est pas une infraction. Je ne veux pas une violation de la règle de droit, mais il y a aussi de nombreux aspects humanitaires (sic) », a affirmé Morsi à CNN. « Il peut y avoir des choses comme les visites, l’assistance, ses enfants, sa famille lui venir en aide. Il est un cheik vieux et malade et aveugle. Nous devons respecter cela. »

« Parce qu’il est un homme, un vieil homme, et qu’ il mérite des soins complets», a poursuivi Morsi. «Je souhaite qu’il puisse y avoir une grande possibilité pour l’administration américaine de se pencher sur cette question à propos de ce cheikh qui est très vieux. »

En réalité, Mohammed Morsi souhaite prendre en compte les demandes des salafistes égyptiens (25% aux élections) qui manifestent depuis des mois pour obtenir la libération d’un de leurs chefs les plus estimés.

La demande de Morsi a été repoussée au Capitole par le président de la commission à la Sécurité intérieure Michael McCaul .

«J’exhorte le gouvernement Obama à rejeter fermement les plaidoyers d’Égypte pour libérer Omar Abdel Rahman. La libération d’un terroriste qui a comploté contre les Etats-Unis et qui a du sang américain sur les mains serait perçue comme un signe de faiblesse à travers le monde musulman extrémiste et ne servira qu’à enhardir nos ennemis qui continuent à comploter contre nous »,

a déclaré mardi McCaul dans un communiqué.

Le Porte-parole du Conseil national de sécurité et le ministère de la Justice, a promis que Abdel Rahman purgera sa peine de vie complet malgré les demandes égyptiennes.

Comment s’abstenir de faire un amalgame entre islamisme et terrorisme ? Au moment où le directeur de l’UOIF va en Égypte rencontrer Morsi, on comprend mieux pourquoi certains s’inquiètent de la mosquée UOIF de Poitiers…

Observatoire de l’islamisation, janvier 2013

Police

Algérie : Procès de 8 non-jeûneurs

Huit personnes doivent comparaître ce lundi 8 novembre devant le tribunal correctionnel d’Akbou, près de Béjaïa (250 km à l’est d’Alger), en Kabylie, pour n’avoir pas jeûné durant le ramadan, a indiqué dimanche à l’AFP un de leurs avocats Me Abderrezak Ammar-Khodja

Les prévenus, de confession musulmane, avaient été interpellés fin août par la police dans la localité d’Ouzellaguen, à une dizaine de km d’Akbou, alors qu’ils buvaient du café dans un local commercial fermé, a-t-il ajouté.

Déférés devant le justice, ils ont été inculpés d’atteinte aux “préceptes de l’islam”. Sept d’entre eux ont été remis en liberté tandis que le huitième, le propriétaire du local, avait été placé en détention provisoire avant d’être libéré le 6 septembre, selon Me Ammar-Khodja.

Plusieurs procès ont été intentés ces derniers mois contre des Algériens poursuivis pour “non-respect des préceptes de l’islam”, notamment contre des convertis au christianisme.

Mi-octobre, un jeune a écopé de deux ans de prison ferme et de 100.000 dinars (1.000 euros environ) d’amende pour n’avoir pas jeûné fin août durant le ramadan à Oum El Bouagui, à quelque 500 km au sud-est d’Alger, selon la presse algérienne.

Deux chrétiens non jeûneurs avaient été relaxés le 5 octobre à Ain el Hammam dans l’est algérien alors que le procureur avait requis trois ans de prison ferme. Un juge de ce tribunal kabyle avait prononcé un non-lieu car “aucun article (de loi) ne prévoit de poursuite” dans le cas de non respect du jeûne durant le ramadan.

Un procès est prévu le 28 novembre contre quatre convertis au protestantisme poursuivis pour “ouverture illégale d’un lieu de culte” à Larbaâ Nath Irathen, près de Tizi Ouzou, en Kabylie.

Lire la suite

La vérité sur les convictions religieuses des Turcs

La vérité sur les convictions religieuses des Turcs

Photo : manifestation anti-catholique des partisans du Saadet Partisi, parti islamiste de l’ancien premier ministre Necmettin Erbakan. novembre 2006

30.9.09 ANKARA (AFP) – Les Turcs montrent peu de tolérance envers leurs minorités ethniques et religieuses, ils pensent que les minorités non musulmanes ne sont pas loyales envers le pays, et la majorité des Turcs refusent de voir des non musulmans employés dans des institutions publiques, c’est ce qu’un sondage d’opinion publié dans les journaux a révélé mercredi.

L’enquête, menée par l’institution de sondages Frekans qui a interrogé 1108 personnes entre mai et juin, a révélé que 57 % des Turcs ne voudraient pas vivre à côté d’un voisin athée, 42 % à coté de voisins juifs et enfin 35 % à proximité de chrétiens.

18 % ne voudraient pas d’une famille étrangère dans leur voisinage.

Bien qu’à majorité musulmane, de petites communautés de Juifs, Arméniens et Grecs vivent en Turquie – toutes officiellement reconnues comme des minorités par le Traité de Lausanne de 1923, qui prévoit une protection spéciale pour les non-musulmans.

48 % des personnes interrogées ont dit qu’elles ne croyaient pas que les Juifs sont loyaux à l’État Turc alors que 47 % mettent en doute la loyauté des Grecs et des Arméniens.

Le sondage révèle enfin que 57 % ne veulent pas que des membres de minorités non musulmanes travaillent pour l’Agence Nationale du renseignement et 55 % pensent que ces minorités ne devraient pas être employées dans la magistrature, la police et l’armée.

Source : AFP Traduction Bivouac-id.

Voir notre dossier Turquie.

Et pendant ce temps là, le président du Sénat UMP Gérard Larcher revient de mission à Ankara où il a réactivé les négociations d’adhésion qui n’ont jamais cessées, quoiqu’en dise le parti gouvernemental…