Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘agression’

Nice: une serveuse agressée pour servir de l’alcool pendant le ramadan

648x415_une-serveuse-de-bar-place-des-terreaux-de-lyon-le13-avril-2011-cyril-villemain-20-minutes20 Minutes du 7 juin 2016 :

Sur son plateau, la serveuse sert des verres d’alcool. Une activité qui n’a pas plu à un passant, en ce premier jour de ramadan. Selon Nice-Matin, ce dernier aurait agressé l’employée pour cet unique motif.

La scène se serait déroulée lundi soir dans un bar du centre-ville de Nice, rue Lamartine. Alors qu’il ne fait que passer sur le trottoir, un homme aurait interpellé la serveuse. Elle aurait rétorqué qu’il ne pouvait pas la juger, vu qu’il n’était pas Dieu pour le faire. « Si j’étais Dieu, je t’aurais déjà étranglé », aurait-il lancé avant de lui porter un coup.

Immédiatement, le propriétaire du bar a porté plainte auprès du commissariat. La police a fait des recherches dans le secteur, disposant des bandes-vidéo de la scène de l’agression.

Sur les images vidéo enregistrées par l’établissement, que l’Agence France-Presse a pu consulter, on voit très nettement deux individus, dont l’un serait un étranger en situation irrégulière bien connu dans le quartier, selon le propriétaire du bar, menacer longuement la serveuse

Dans le même quartier, fin 2014, un boulanger avait été agressé parce qu’il vendait des sandwichs au jambon. »

Rappel: Au Maroc, Algérie et Tunisie la police traque les « non jeûneurs »

En effet, le code pénal marocain précise:

«Celui qui, notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du ramadan, sans motif admis par cette religion, est puni de l’emprisonnement d’un à six mois et d’une amende de 12 à 120 dirhams.»

Observatoire de l'islamisation

Sondage : 60% des hommes égyptiens admettent avoir harcelé des femmes

Un récent sondage égyptien montre que 83% des femmes égyptiennes disent avoir été maltraités, physiquement ou verbalement. 60% des hommes interrogés admettent avoir harcelé les femmes, beaucoup sur des « motifs réguliers » [charia].
Le sondage a été réalisé par Amsek Motahresh, une association égyptienne mise en place par les femmes égyptiennes après la révolution de la lutte contre le harcèlement des femmes. 2800 Égyptiens ont été interrogés, hommes et femmes en nombre équivalent.
Parmi les femmes qui ont déclaré des abus sexuels, 70% ont dit qu’elles étaient habillées dans un hijab au moment de l’agression, seulement 13% ont déclaré avoir été vêtu de vêtements « modernes » lorsque l’abus est arrivé.

En Égypte d’aujourd’hui, le harcèlement n’est pas illégal confirme Eba Al-Tamimi, membre de l’association féministe, qui réclame un dispositif législatif.
Amsek Motahresh a été fondée pour sensibiliser les femmes et les filles sur leurs droits et les encourager à signaler les coupables à la police.

Aujourd’hui, la plupart des femmes en Égypte ne signalent pas le harcèlement de peur d’être ridiculisé par la police.
Le harcèlement fut particulièrement endémique pendant les vacances d’octobre avec 700 cas de harcèlement signalés pendant les vacances de l’Aïd.

Source: Emirates 24/7 du 1e novembre