Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘Algérie’

Bouabdellah Ghlamallah

La campagne électorale algérienne dans les mosquées « françaises »

Le ministre algérien des Affaires religieuses, Bouabdallah Ghlamallah, connu pour traquer les Chrétiens en Algérie, était l’invité dimanche de la Grande mosquée de Paris afin de mettre au diapason les mosquées de l’hexagone pour soutenir la réélection du boucher des Harkis, Bouteflika. Eric Besson a, pour cette sympathique besogne, délivré un titre de séjour à l’islamiste…

Voici reproduit un article du magazine Tout sur l’Algérie, par Sonia lyes , 30/03/2009 racontant son périple :

« En France, les prêches de vendredi prochain dans les mosquées «algériennes» seront consacrés à la présidentielle

Convaincre les Algériens de France d’aller voter massivement aux élections présidentielles. Depuis quelques semaines, d’importants moyens sont mobilisés dans l’Hexagone pour atteindre cet objectif. Dans ce pays, qui compterait plus de quatre millions d’Algériens, les opérations de vote débuteront le 4 avril. Elles se poursuivront jusqu’au 9 du même mois et le degré de mobilisation des électeurs pourrait avoir un impact sur la participation en Algérie, principal enjeu du scrutin. Les autorités cherchent à rééditer l’impact du scrutin de 1995 : la forte participation des électeurs en France avait contribué à mobiliser fortement les Algériens et crédibiliser l’élection de Liamine Zeroual.

Le succès, samedi 28 mars, du meeting parisien animé par Abdelmalek Sellal est de bon augure pour la suite des événements, estime-t-on dans l’entourage de la campagne de Bouteflika en France. « L’enthousiasme qu’on a vu à travers les représentants des différentes régions présentes samedi à Paris, avec notamment la présence de beaucoup de jeunes et de femmes, montre qu’il existe en France un nouvel état d’esprit par rapport aux élections en Algérie. C’est grâce au travail de préparation que nous avons mené ici avec d’autres associations que ce résultat a été rendu possible. Nous pensons qu’il y aura une forte participation, particulièrement des jeunes qui voteront pour la première fois. Le message du président lu par M. Sellal est bien passé. Mais une fois élu, il ne doit pas les décevoir », explique Adam Nacer Benahmed, un des piliers du dispositif électoral du président Bouteflika en France.

Dimanche, le ministre des Affaires religieuses Bouabdallah Ghoulamallah, a tenu une réunion à la Mosquée de Paris avec les imams des mosquées contrôlées par les Algériens. Il leur a demandé de consacrer leurs prêches de vendredi prochain à la sensibilisation des électeurs algériens pour s’assurer d’une forte participation à la prochaine présidentielle.

C’est la première fois que les mosquées algériennes en France sont officiellement sollicitées pour jouer un rôle politique. Ces dernières années, les autorités algériennes se sont montrées méfiantes sur les questions liées à la gestion de religion après les événements connus par le pays dans les années 1990. Résultat : une politique prudente a été menée, au point où la Mosquée de Paris a perdu, en 2008, les élections du Conseil français de culte musulman (CFCM) face à des Marocains minoritaires. La présidentielle ouvrira-t-elle une nouvelle ère dans la gestion par Alger de l’Islam en France ? « 

Rappel de l’Observatoire de l’islamisation : Lundi 21 juin 2004, le ministre algérien des Affaires religieuses, Bouabdallah Ghlamallah, dénonça l’évangélisation des kabyles en Algérie dans une conférence de presse à Alger. Il rappela que l’islam est la « religion d’Etat et de tous les Algériens », puis avertit que l’apostolat chrétien entraînerait irrémédiablement un affrontement : « Il y aura effusion de sang ». En mars 2008, il tient des propos tout aussi durs dans le journal L’Expression : « J’assimile l’évangélisation au terrorisme ». Entre ces deux déclarations fracassantes, en mars 2006, une loi algérienne marqua clairement le virage islamique du régime. La loi prévoit des peines de 2 à 5 ans de prison et une amende de 500.000 à 1.000.000 de dinars (5.000 à 10.000 euros) contre toute personne qui « incite, contraint ou utilise des moyens de séduction tendant à convertir un musulman à une autre religion ». Les mêmes sanctions sont prévues contre toute personne qui « fabrique, entrepose, ou distribue des documents imprimés ou métrages audio-visuels ou tout autre support ou moyen, qui visent à ébranler la foi musulmane ». La loi n’a pas tardé à être suivie d’application.

Lire notre note sur les récentes condamnations de Chrétiens et les fermetures d’églises en Algérie.

dalil boubakeur

La Grande Mosquée de Paris s’entiche des élections… algériennes

A l’occasion de la fête nationale algérienne, Missoum SBIH, Ambassadeur d’Algérie en France, reçoit ses invités de marques tous les 8 novembre.

Source : El Moudjahid, édition du 03/03/2009

Le recteur de la Grande mosquée de Paris, le docteur Dalil Boubakeur, a estimé hier à Paris que les présidentielles du 9 avril sont un événement d’importance qui intéresse l’ensemble des Algériens installés en France et tous les Français d’origine algérienne concernés par la vie politique en Algérie.
Interrogé par l’APS sur le rôle de la mosquée dans la sensibilisation des ressortissants algériens, le recteur de la mosquée de Paris a précisé qu’en tant qu’Algériens « nous ne pouvons rester insensibles » à ce qui se déroule en Algérie.
« C’est la raison pour laquelle, a-t-il noté, nous sommes mobilisés à l’effet de réunir les conditions, les meilleures, pour le déroulement de cette opération ».
Pour le recteur de la mosquée de Paris, « l’échéance électorale est non seulement fondamentale et importante pour le pays, mais elle l’est aussi pour l’ensemble des Algériens installés en France, car c’est là une grande occasion pour ces derniers de manifester leur patriotisme (ndr : pas le Français, celui là est xénophobe), leur intérêt pour l’Algérie et d’influer par leur action positive au bon déroulement de cette élection puisque elle se passe aussi bien en France qu’en Algérie ».
Dr Dalil Boubakeur considère que la mosquée de Paris « via sa fédération, sa surface est un élément catalyseur, hautement unificateur de la prise de conscience de la population vis-à-vis de cet événement pour lequel, a-t-il ajouté, nous apportons naturellement tout notre soutien, toute notre attention et mettons tous les moyens pour favoriser une juste expression de la volonté populaire ».

Question : Que fait la Grande Mosquée de Paris dans le Conseil Français du culte Musulman ? Quelle est la pertinence du droit du sol ?

Observatoire de l'islamisation

Les services consulaires Algériens mobilisent la diaspora en Lorraine

16-02-2009 à 20:27 EL MOUDJAHID :

Le consulat d’Algérie à Metz, depuis l’annonce de la convocation du corps électoral pour le scrutin présidentiel du 9 avril prochain, multiplie les initiatives pour informer et sensibiliser les 35.000 électeurs de la région sur l’importance de cet évènement.
Dans ce cadre, un bulletin est édité par les services consulaires pour servir de support d’information contenant toutes les indications utiles pouvant intéresser les membres de la communauté nationale implantée dans la région.
« Déjà, sept numéros ont été tirés et mis à la disposition des 55 associations d’Algériens activant dans la région qui nous servent de relais ou distribués aux concitoyens venant au siège du consulat pour régler des problèmes administratifs » a expliqué lundi à l’APS, Abdelhamid Ahmed-Khodja. Ce bulletin d’information est également systématiquement joint au courrier adressé aux ressortissants nationaux vivant à Metz ou dans les villes relevant de la circonscription consulaire Lire la suite sur El Moudjahid.

Commentaire : Ironie de l’histoire, ceux qui ont chassé les Français et approuvé une indépendance pilotée par des terroristes, approuvé le massacre des Harkis « collabos », en voulant prendre en main l’ hypothétique destin d’un pays (créé de toute pièce par la France et valorisé par le labeur des « Pieds noirs« ) viennent maintenant trouver refuge chez l’ex-colonisateur pour fuir une incapacité totale à gérer soi même son pays pourtant « libéré »…
Et la France ouvre grand ses portes aux petits fils, qui, non contents d’être socialement portés à bout de bras, sifflent toujours la Marseillaise et honorent la mémoire de leurs anciens, combattants du FLN

Algerie Justice

Algérie : encore des condamnations de chrétiens

Deux Algériens convertis au christianisme ont été condamnés à six mois de prison avec sursis et 100.000 dinars d’amende(1.000 euros).

Imagine-t-on la police française arrêter les français en possession d’un Coran ?

Abdelaziz Belkhadem

Les inutiles compromis d’Alger avec l’islamisme

Abdelaziz Belkhadem, le Premier ministre islamiste du président Bouteflika

Lire l’ excellente analyse de Renaud Girard, grand reporter au service étranger du Figaro.

Lire toutes les notes de la catégorie Algérie.

Et pendant ce temps là, à Alger, Fadela Amara

Mgr Riocreux

L’Algérie ferme dix églises et traque les missionnaires

Alors que l’Algérie s’est engagée à financer la Grande Mosquée de Marseille à hauteur de 1 million d’euros, elle vient de fermer dix églises protestantes depuis le mois de janvier.

Le ministre algérien des Affaires religieuses (islamiques), Bouabdellah Ghlamallah, a affirmé au journal l’Expression : « J’assimile l’évangélisation au terrorisme »

Par contre, il a trouvé tout à fait normal, en février dernier, d’envoyer 29 imams et deux femmes prédicatrices (« mourchidate« ) pour encadrer des mosquées en France…
Le caricaturiste Algérien Dilem nota pertinemment il y a quelques années: « On s’indigne de l’évangélisation de la Kabylie mais on trouve parfaitement normal que des imams islamisent toute la banlieue en France ! ».

Il n’est pas possible pour les prêtres français d’obtenir des visas pour l’Algérie, à l’image de l’évêque de Pontoise Mgr Riocreux qui s’est vu refusé une visite à la communauté catholique d’Algérie, en mars 2008. Aucun média français n’a soulevé le scandale alors que les imams Algériens inondent la France…

Lire l’article édifiant de Kabyle.com dressant la liste des autres prêtres et pasteurs expulsés.

Observatoire de l’islamisation, mai 2008.

Bernard Antony

Persécution anti-chrétienne en Algérie

Communiqué de Bernard Antony, Président de Chrétienté-Solidarité :

S’appuyant sur les textes de loi adoptés en 2006 qui punissent le « prosélytisme » chrétien de prison et de fortes amendes et interdisent de « célébrer un rite dans un lieu non reconnu par le gouvernement », le tribunal d’Oran a condamné le prêtre catholique Pierre Wallez à deux ans de prison dont un avec sursis pour avoir simplement rendu visite à des chrétiens camerounais et prié avec eux.

Ce fait, après bien d’autres, illustre la réalité de l’intolérance antichrétienne qui règne en Algérie, allant des mesures persécutrices de l’Etat au terrorisme des islamistes.
On attend du recteur Dalil Boubakeur de la Mosquée de Paris sous contrôle algérien et président du Conseil Français du Culte Musulman qu’il exprime sa profonde désapprobation.

Mais la vérité, c’est que les libertés qu’il exige là où il ne domine pas encore, l’islam les refuse partout où il règne.
On vérifie également que l’indépendance de l’Algérie n’a finalement eu pour effet que de la remettre sous la férule théocratique de la charia islamique.
On attend avec intérêt les réactions de Mr Nicolas Sarkozy, grand défenseur des libertés mais aussi laudateur à Ryad de la brillante civilisation islamique.

Chrétienté-Solidarité
70 boulevard Saint Germain – 75 005 Paris Tél. :01 40 51 74 07 Fax : 01 40 46 96 47

Pour lire la revue de l’association, Reconquête, abonnez-vous ici

La Grande Mosquee Dalger 2015

L’islamisation totale de l’Algérie va s’incarner dans une mosquée colossale

Le renforcement de l’islamisation en Algérie va bon train. Depuis la rentrée 2005, l’étude de la charia est imposée dans toutes les filières du secondaire algériennes. Autre signe fort vers la construction d’Etat islamique, la nomination en mai 2006 de Abdelaziz Belkhadem chef de file des « barbéfélènes« , les conservateurs du régime proches des islamistes. Hostile à l’occidentalisation de la société, il se prononce pour la réhabilitation du Front islamique du salut (FIS). En juin 2006, lors dela réunion des ministres des affaires étrangères de l’OCI à Bakou, l’Algérie dans sa déclaration réaffirma « son soutien inconditionnel à l’Autorité palestinienne et à ses institutions »[1], soit un soutien franc au Hamas.

Après la loi de mars 2006 punissant le prosélytisme chrétien de 2 à 5 ans de prison, la volonté de fermer les écoles francophones quelques mois plutôt (seuls véritables endroits d’alphabétisation), l’islamisation totale va s’incarner dans un monument colossal. Le quotidien El Moujahdi dans son édition du samedi 06 octobre 2007, rapporte l’évènement de la cérémonie de sélection du bureau d’études lauréat du concours international d’architecture pour la Grande Mosquée d’Alger. L’appel d’offre va déboucher sur une Mosquée aux mensurations extraordinaires :

« la Grande Mosquée d’Alger disposera d’une capacité totale de 120.000 places, une fois réalisée. Elle comprendra un minaret dynamique de 300 mètres de haut, contenant une bibliothèque et un institut supérieur des sciences islamiques. Le projet se composera également d’une maison du Coran, d’un centre culturel, d’un centre multi-services, d’un centre de soins, d’un hôtel, d’un immeuble d’habitation, d’une structure administrative, parking, espace vert… »

Les milliards d’euros dépensés n’iront pas combler les manques en matières sanitaires, sociales et scolaires. La population peut être analphabète, le ventre vide et malade, Boutéflika pense lui à sa postérité. Déconsidéré, il joue la carte de l’Islam pour sauver son image, dans une cynique hypocrisie d’un homme se découvrant pieux à 70 ans passés.
Un ancien compagnon du président Algérien, Hocine Ait-Ahmed, ancien cadre du FLN, déclara en juin 2005 ce qui mériterait d’être plus souvent dit :

« Les religions, les cultures juives et chrétiennes se trouvaient en Afrique du Nord bien avant les arabo-musulmans, eux aussi colonisateurs, aujourd’hui hégémonistes. Avec les Pieds-Noirs et leur dynamisme-je dis bien les Pieds-Noir et non les Français- l’Algérie serait aujourd’hui une grande puissance africaine, méditerranéenne. Hélas ! Je reconnais que nous avons commis des erreurs politiques, stratégiques. Il y a eu envers les Pieds-Noirs des fautes inadmissibles, des crimes de guerre envers les innocents et dont l’Algérie devra répondre au même titre que la Turquie envers les Arméniens[2] »

Voir notre dossier sur l’islamisation de l’Algérie contenant un rappel historique sur la création de cet État, un état des lieux de l’anti-christiannisme, ainsi qu’une réflexion sur l’hypothétique « traité d’amitié« .

Observatoire de l’islamisation, Octobre 2007.

[1] Cité in La 33ème réunion des ministres des affaires étrangères de l’organisation de la conférence islamique s’est ouverte à Bakou, Agence de presse de la république islamique (IRNA), 20 juin 2006.
[2] Hocine Ait-Ahmed, Ensemble, n°248, juin 2005

Observatoire de l'islamisation

Politique volontariste d’islamisation en Algérie

Le ministre algérien des Affaires religieuses et des Waqfs, M. Bouabdellah Ghoulamallah, vient de réaliser cet été une tournée des nouvelles écoles coraniques et mosquées financées par le pays du FLN. Dans les villes de Hadjout, Tipasa, dans la localité de Menacer, les projets grandioses se multiplient…L’ islamisation en Algerie est sous tendue par une volonté politique affichée. Imaginons le tollé que provoquerait un comportement similaire en France pour la promotion du Christiannisme…

Lire l’article de l’agence islamique internationale de presse. (organe de l’OCI)

Observatoire de l'islamisation

France-Algérie : la drôle de paix

Officiellement la guerre est terminée depuis 40 ans et les échanges commerciaux, universitaires, diplomatiques ont repris. Qui ne souhaiterait pas l’apaisement ? En 2003, on alla jusqu’à fêter l’année de l’Algérie en France, célébrant la volonté de rapprochement voulue par Paris par des manifestations culturelles. En Algérie, par contre, fêter la France est loin d’être d’actualité. Sous les décors d’une amitié de façade reposant sur des nécessités économiques, continuent les « opérations psychologiques » de la guerre sous forme d’accusations, de calomnies, de manipulations historiques rendant une image de la France haïssable auprès des jeunes immigrés d’origine algérienne. En Algérie, les jeunes apprennent une version de la colonisation et de la guerre d’Algérie formatée et tronquée par le FLN, qui se lave de tout crime, de toute bavure, cela n’existant bien sûr que du côté français. La méthode fonctionne bien, le ressentiment couve et entretient toute une jeunesse dans un passé fantasmé, débouchant sur sentiment de revanche envers les Harkis et la société française.

Page 3 sur 4«1234»