Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘attentat’

Manchester: la mosquée dans laquelle le terroriste aurait travaillé en 2013 est une ancienne église

Lu dans The Telegraph (traduction Fdesouche) :

« Que savons-nous sur le terroriste suspect ?

Salman Abedi est né à Manchester en 1994, le deuxième plus jeune de quatre enfants. Ses parents étaient des réfugiés libyens qui sont venus au Royaume-Uni pour échapper au régime de Kadhafi.

Sa mère, Samia Tabbal, 50 ans, et son père, Ramadan Abedi, un agent de sécurité, sont tous deux nés en Libye, mais semblent avoir émigré à Londres avant de déménager dans la région de Fallowfield, au sud de Manchester, où ils ont vécu pendant au moins dix ans.

Il a grandi dans la région de Whalley Range et a fréquenté Whalley Range High School avant de travailler apparemment à la mosquée Didsbury en 2013.

La mosquée Didsbury était à l’origine la « chapelle méthodiste Albert Park ». La chapelle a fermée en 1962 et plus tard est devenue un centre islamique. (source)

Un islamiste poignarde trois passants à Montauban ce dimanche

Mise à jour à 19:26 : des militants de l’Etat islamique partagent en boucle l’attentat sur Telegram.

« il a proféré les insultes habituelles Allah Akbar etc. » Brigitte Bareges, maire LR de Montauban sur I-Télé.

montauban-1024x340

Montauban.

Lu dans La Dépêche :

Les policiers municipaux de Montauban viennent de mettre un terme aux agissements d’un homme, âgé d’une trentaine d’années, qui venait de semer la panique dans les rues de la ville.

Au volant de sa voiture, une Golf immatriculée dans le 31, l’homme s’est livré à un véritable rodéo sur la rocade avant d’entrer en ville. Roulant très vite, il a été pris en chasse par la police municipale. Au faubourg Lacapelle, il a d’abord agressé avec un couteau une passante, la blessant à l’omoplate.

Les jours de cette dernière ne sont pas en danger mais elle a été évacuée à l’hôpital de Montauban. Puis il a poursuivi sa folle course, à pied, agressant un couple, sans les blesser,  avant d’être neutralisé par un tir de pistolet asséné par un policier. Il serait lui  blessé et neutralisé. Les autorités administratives et judiciaires sont sur place. L’assaillant, aux motivations encore floues, serait âgé de 32 ans et originaire de Saint-Denis de la Réunion. Il habite Montauban et souffre de problèmes psychologiques. Selon nos informations, il aurait fait l’objet, par le passé, de plusieurs hospitalisations d’office. La police judiciaire de Toulouse a été saisie de l’enquête ouverte pour tentative de meurtre.

Attaque dans une mosquée au Québec : l’auteur est un étudiant nationaliste

Selon la chaîne canadienne TVA, l’un des suspects serait d’origine arabe, un autre d’origine québécoise.

Actualisation du mardi 31 janvier sur Le Point

« L’enquête après le massacre qui a fait six morts dans une mosquée à Québec a permis l’arrestation d’un étudiant canadien connu pour avoir des idées nationalistes. Alexandre Bissonnette, 27 ans, étudiant en sciences politiques à l’université Laval, voisine de la mosquée, a été interpellé peu après la tuerie, une des pires attaques contre la communauté musulmane jamais perpétrée dans un pays occidental. Il est accusé d’avoir tué par balle six fidèles dans le Centre culturel islamique de Québec. La fusillade a également fait huit blessés, dont cinq étaient lundi dans un état grave.  Si la police avait d’abord fait état de deux suspects, la progression de l’enquête a permis de disculper un autre étudiant, d’origine marocaine, interpellé alors qu’il sortait de la mosquée juste après la fusillade.

Attentat anti-chrétien aux abords d’une église aux Philippines dans la région musulmane

La Croix du 25 décembre :

Une explosion samedi 24 décembre au soir près d’une église catholique dans le sud des Philippines, où des fidèles arrivaient pour la messe de Noël, a fait 13 blessés selon la police.

L’explosion, qui a eu lieu à une trentaine de mètres de l’entrée de l’église, s’est produite à Midsayap, dans l’île de Mindanao, à environ 900 km au sud de Manille.

Elle a touché des fidèles participant à une série de messes de Noël, a indiqué un prêtre sur place. « L’explosion a eu lieu au moment de la communion », provoquant un mouvement de panique, a dit le P. Jay Virador aux journalistes.

Rébellion musulmane armée

Selon un enquêteur, l’explosion visait initialement l’église. « Il semble qu’ils voulaient s’approcher plus près mais que, en raison des mesures de sécurité importantes, ils ont choisi de lancer l’explosif sur la voiture de police qui bloquait la rue ».

Les treize blessés, parmi lesquels un policier, ont été soignés dans des hôpitaux voisins.

Mindanao, où vit une importante minorité musulmane, est secouée depuis des décennies par une rébellion armée. Le principal groupe de guérilla musulman y a cependant signé récemment un cessez-le-feu avec le gouvernement philippin. Lire la suite sur La Croix

Attentat du Caire dimanche dernier : quatre frères musulmans arrêtés

Capture d’écran 2016-01-27 à 15.13.04 2

Livre indispensable pour comprendre les Frères Musulmans qui contrôlent 200 mosquées en France via l’UOIF. Amazon

Lu dans Le Figaro du 13 décembre:

Deux jours après l’attentat kamikaze qui a tué 25 Coptes dans une église du Caire, l’enquête privilégie la piste islamiste. Il n’y a pas eu de revendication, mais le ministère de l’Intérieur égyptien accuse clairement les dirigeants des Frères Musulmans établis au Qatar d’en être à l’origine, avec pour objectif de «créer un conflit religieux à grande échelle». 

Quatre suspects proches des Frères musulmans ont été arrêtés lundi, a déclaré le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. «L’auteur de l’attentat est Mahmoud Chafiq Mohamed Mostafa, il a 22 ans et il s’est fait exploser à l’aide d’une ceinture explosive», a-t-il affirmé lundi, lors des funérailles des victimes en présence de proches accablés par la douleur. Un prélèvement ADN sur les parties du corps du kamikaze, qui s’est fait exploser dans la partie de l’église réservée aux femmes et aux enfants, a permis de l’identifier.

«Trois hommes et une femme ont été arrêtés et deux autres personnes étaient toujours recherchées», a précisé le président égyptien. Le premier, Mohamed Abdel Hameed Abdel Ghani, est soupçonné d’avoir caché les explosifs et d’avoir logé et préparé le kamikaze. Les trois autres personnes arrêtées sont Mohsen Mostafa el-Sayed Qassem, Mohamed Hamdi Abdel Hamid Abdel Ghani et Ola Hussein Mohamed Ali, la femme. Ces quatre suspects seront présentés à la sûreté de l’État égyptien.

Les autorités continuent de rechercher d’autres suspects, selon le communiqué du ministère de l’Intérieur. Parmi eux, Mohab Mostafa el-Sayed Qassem, surnommé «Le Docteur», qui dirigeait le groupe. Il s’était rendu en 2015 au Qatar pour rejoindre les dirigeants des Frères musulmans qui avaient fui l’Egypte. Ces derniers lui auraient offert un soutien logistique et financier afin de mener des attaques terroristes en Egypte. A son retour en Egypte, il se serait rendu dans le nord du Sinaï pour s’entraîner au maniement des armes et à la fabrication d’explosifs. Un fois au Caire, les Frères musulmans lui auraient, depuis le Qatar, donné des instructions pour préparer un attentat contre la communauté copte égyptienne. Il aurait ensuite entraîné, dans le quartier al-Zeitoun du Caire, des personnes pour mener l’attentat. Un groupe nommé le Conseil révolutionnaire égyptien, une branche présumée des Frères musulmans, avait publié une déclaration le 5 décembre «jurant de cibler les chefs de l’église orthodoxe en raison de son soutien à l’Etat». Lire la suite dans Le Figaro

Attaque à Nice : 84 morts écrasés, une centaine de blessés

Attaque à Nice : 73 morts écrasés, une centaine de blessésSelon les premiers éléments recueillis par la police judiciaire, le terroriste était un franco-tunisien âgé de 31 ans, sous contrôle judiciaire depuis le 27 janvier pour « violence », après une bagarre. L’homme habitait dans un quartier de l’est niçois. Des perquisitions sont en cours à son domicile.

Enquête de 320 pages, 20 euros Acheter sur Amazon

Bruxelles: la signature de l’artificier Najim Laarchaoui (Màj : mort à l’aéroport)

Capture d’écran 2016-03-22 à 09.42.08

Un blessé devant une bouche de métro à Bruxelles ce matin.

Mise à jour du 24 mars 2016 : Laarchaoui est mort à l’aéroport de Bruxelles en se faisant sauter.

Quatre jours après l’arrestation de Salah Abdeslam à Bruxelles, l’enquête vient de franchir une nouvelle étape. L’ADN d’un certain Najim Laarchaoui a été retrouvé à plusieurs endroits-clé de la trajectoire des terroristes du 13 novembre. Dans un communiqué, le parquet fédéral belge a révélé que les traces de Laachraoui avaient été identifiées «dans la maison louée à Auvelais, ainsi que dans l’appartement de la rue Henri Bergé à Schaerbeek», deux lieux utilisés par les commandos pour préparer les attentats de Paris. L’ADN du suspect a également été retrouvé sur «du matériel explosif utilisé lors des attaques». Selon la RTBF, il s’agirait d’au moins deux ceintures d’explosifs, utilisées pour l’une au Bataclan, pour l’autre au Stade de France.

C’est lui qui avait envoyé le SMS du « top départ » à Paris, et a échangé avec plusieurs terroristes sur place.

L’homme est toujours en fuite, tout comme Mohamed Abrini, l’homme filmé le 11 novembre au volant de la Clio noire louée par Salah Abdeslam. Il a été jugé par défaut en février à Bruxelles dans le procès d’une filière de recrutement de combattants pour la Syrie et une peine de 15 ans de prison a été requise à son encontre.

Selon la RTBF, plusieurs éléments indiquent que Laachraoui pourrait être l’artificier des attentats de Paris. Il aurait des compétences en électromécanique suffisantes pour concevoir les explosifs sur lesquels son ADN a été retrouvé. Par ailleurs, la planque de Schaerbeek où il a séjourné serait le lieu où ont été confectionnés les explosifs utilisés en novembre. Selon la même source, il était connu des services belges et faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international depuis mars 2014.

Observatoire de l'islamisation

Égypte : un député impliqué dans l’attentat de Nag Hammadi

Extrait d’un entretien de Monde et Vie avec Sohby Gress, secrétaire général de l’association Solidarité coptes internationale :

« Ce qui est frappant, c’est que le droit est totalement absent de telles confrontations entre l’État et la communauté copte. L’an dernier à Noël, 6 jeunes coptes ont été mitraillés à la sortie de l’église de Nag Hammadi. Ils sont morts. On connaît la voiture d’où les coups ont été tirés. Ce sont les hommes de main du député local qui ont fait le coup. Les charges qui pesaient sur lui étaient tellement lourdes que cet élu a dû être entendu devant l’Assemblée du peuple (comprenez : l’Assemblée nationale). Innocenté contre toute justice, il vient d’être « réélu », le 28 novembre. »

Interview intégrale dans le mensuel Monde et Vie