Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘Averroès’

Averroès dans le texte : conversion ou dhimmitude, esclavage et massacre pour les non-musulmans

Averroès dans le texte : conversion ou dhimmitude, esclavage et massacre pour les non musulmansExtraits choisis de la fameuse œuvre d’Averroès (1126- 1198) Bidayat al-Mujtahid wa-Nihayat al Muqtasid écrite en 1167 alors qu’il vient d’être nommé Cadi (juge islamique) de Cordoue :

 « Selon la majorité des savants, la nature obligatoire du Jihad est fondée sur le verset (coranique) [2 :216] : « Il vous est prescrit de combattre, bien que vous y répugnez ». C’est une obligation collective et non personnelle, soit une obligation, sauf quand elle ne peut être menée à bien par un nombre minimum d’individus, elle est annulée pour la preservation des musulmans, fondé sur [9 :122] »

L’ennemi

Les savants s’accordent sur le sort des polythéistes qui doivent être combattus. Cela est fondé sur [8 :39] « Combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de persécution et que la religion reviennent à Dieu totalement » (…)

Le Dommage autorisé à infliger aux différentes catégories d’ennemis

Le dommage infligé à l’ennemi consiste à s’en prendre à ses biens, à le blesser ou à violer sa liberté personnelle, ou à le réduire en esclavage. Cela peut être infligé , selon le Consensus des savants (ijma’) à tous les polythéistes : hommes, femmes, jeunes et vieux, les notables ou personnes non importantes. L’opinion varie seulement sur les moines, qui doivent être laissés en paix et non captifs, et indemnes. Ils appuient cette opinion sur les mots du Prophète : « Laisse les en paix et aussi ce en quoi ils se sont consacré », et la pratique de Abu Bakr.

La plupart des savants s’accordent sur le sort des captifs, plusieurs options s’ouvrent à l’Imam  [ tête de l’Etat islamique, le calife, dans le sens des écrits d’Averroès]. Il peut leur pardonner, les réduire en esclavage, les tuer, les relâcher contre une rançon  ou comme dhimmi, dans ce dernier cas le captif doit s’acquitter d’une taxe (jizya). (…) l’interprétation obvie du Coran  [47 :4]  « quand vous rencontrez les mécréants, frappez leurs cous, puis quand vous les avez largement massacrés, serrez bien leurs chaînes », l’Imam est le seul habilité à relâcher les captifs. D’un autre côté, [8:67] : « Ce n’est pas au prophète d’avoir des prisonniers tant qu’il n’a pas répandu un large massacre sur le terrain » est l’occasion de ce verset révélé (à la bataille de Badr) de prouver qu’il convient mieux de massacrer les captifs plutôt que de les réduire en esclavage. Le Prophète lui même a dans certains cas massacré les captifs en dehors du champs de bataille, alors qu’il pardonnait à d’autres. Il avait l’habitude de réduire en esclavage les femmes. Abu ‘Ubayd a relaté que le Prophète ne faisait jamais d’esclaves parmi les hommes arabes. Après lui le Sahaba  statua à l’unanimité sur les règles à appliquer aux Gens du Livre (ahl al-kitab), aussi bien hommes que femmes, qui doivent être réduits en esclavage (…)

Les conditions de la Guerre

Selon tous les savants, la condition de l’entrée en guerre est la sommation à la conversion à l’Islam  de l’ennemi. Cela implique qu’il n’est pas permis de les attaquer tant que la sommation ne les a pas atteint (…)

Les musulmans s’accordent sur le but de la guerre contre les Gens du Livre (Chrétiens et Juifs), à l’exception de ceux d’entre eux qui appartiennent à la tribu Quraysh, est double : soit la conversion à l’Islam, ou le paiement d’une taxe (jizya). Cela est basé sur le coran  [9 :29] : «  Combattez ceux qui ne croient pas à Allah et au Jour Dernier et qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son Messager ont interdit, et qui ont le livre sans pratiquer la religion véritable, jusqu’à ce qu’ils paient le tribut directement et humblement » . La plupart des juristes s’accordent sur le paiement de la taxe également par les Zoroastriens (madjus) selon les mots du Prophète « traitez les comme les Gens du Livre »

Averroès, référence méconnue des djihadistes contemporains

AverrosLe professeur Luis Gomez Garcia (Madrid, 1967) est professeur titulaire de la chaire d’Études Arabes et Islamiques de l’Université Autonome de Madrid. Dans son Diccionario del islam, éditions Espasa, paru en 2008 avec le concours du Ministère de la culture espagnol, l’entrée « Jihad » rappelle que le paragon de l’islam des lumières, référence obligatoire d’un islam présenté tolérant, était lui même favorable au jihad offensif (nous l’avions déjà évoqué dans un article) :

« Le Jihad belliqueux, s’il recouvre un caractère défensif, recouvre, plus fréquemment, un caractère offensif et économique (> Butin). Son origine est liée à l’expansion de l’Etat islamique, et, comme le signale Averroès (1126-1198) dans son Bidâyat al-muchtahid wa-nihâyat al-muqtasid, ne fut pas une fin en soi (le jihad est le résultat du fâsad, du désordre et de la corruption), mais bien mieux un moyen légitime pour que l’Etat puisse accomplir sa mission ultime: la concrétisation de l’ordre universel islamique. Le jihâd tenait un caractère subsidiaire, auparavant devaient être remplies certaines conditions, comme le recours à des moyens pacifiques pour convaincre la population de rejoindre d’ordre islamique. Dans ce sens, selon Averroès, l’objectif du jihad dans le sentier de l’islam n’était pas exclusivement la conversion, mais également, une fois soumise l’Arabie paienne, la capitulation de la population dhimmi limitrophe (Chrétiens et Zoroastriens) et leur soumission au pouvoir califal, symbolisée par le paiement de l’impôt de la capitation ou jizya. Ce jihad de caractère offensif fut consubstantiel à l’Empire islamique, ou, ce qui revient au même, à l’expansion de l’islam vers les territoires non islamiques ( > dar al -harb, rabita) , et, en termes politiques, il servit tant pour légitimer le califat que pour souder la oumma. Il est symptomatique que Abd Allah Azzam (1981-1989); « l’imam du jihad » pour le jihadisme moderne, recourre, entre autres, à Averroès dans sa démonstration doctrinale de l’obligation du jihad en islam. » (page 362)

Lire la suite

Le Grand cadi d’al-Andalus, grand-père d’Averroès, exigea la déportation des chrétiens

Professeur de pensée et civilisation arabes à l’université de Toulouse-II, Dominique Urvoy est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Les Penseurs libres dans l’Islam classique (Albin Michel, 1996), Histoire de la pensée arabe et islamique (Seuil, 2006). Il revient dans sa biographie d’Averroès (Ibn Rushd) sur l’attitude de son grand-père vis-à-vis des chrétiens andalous, alors qu’il est le gardien de l’orthodoxie musulmane de par sa fonction :

« Abû-l-Walîd b. Rushd accepte du sultan ‘Alî, le fils du conquérant de l’Espagne Yûsuf b.Tâshfîn, la charge de « cadi de la communauté » de la province, en 1117. Les Almoravides ont confondu cette institution avec celle que l’on appelait en Orient « cadis des cadis », ou juge suprême. Progressivement, les deux termes deviennent interchangeables alors qu’ils renvoyaient, avant le XIème siècle, à des fonctions distinctes. Cela correspond à l’effort de centralisation voulu par la nouvelle dynastie. Elle imite, en cela, le califat abbasside de Bagdad car elle lui a fait ouvertement allégeance, consacrant la rupture avec l’isolement voulue par la dynastie andalouse qui, jusqu’en 1031, prétendait maintenir la légitimité des Umayyades de Damas, détruite au VIIIe siècle par leurs rivaux irakiens.  (…) Etant ainsi à la tête d’une hiérarchie de magistrats, de desservants de mosquées et de prédicateurs, le cadi suprême peut se voir consulté sur des sujets très divers. Notre personnage nous a laissé nombre de ces consultations juridiques (fatwâs) qui ont fait longtemps autorité. (…)

En 1125, le roi d’Aragon, Alphonse Ier le Batailleur, est appelé  à la rescousse par les chrétiens d’Al-Andalus. Ceux-ci que l’on nomme traditionnellement « mozarabes » , c’est à dire « ceux qui se veulent arabes », endurent en effet, depuis l’arrivée des Almoravides, des persécutions constantes, alors qu’elles n’étaient que sporadiques auparavant. La date cruciale est sans doute 1099, où le pouvoir fait détruire une église proche de Grenade, à laquelle les fidèles attachaient une signification particulière. De vexations en oppositions, on abouti à l’expédition du puissant voisin, qui accomplit un raid à la fois impressionnant et sans résultat notable, si ce n’est de mettre en péril ses alliés locaux. Abû-l-Wâlid b.Rushd, bien qu’âgé, juge la situation suffisamment préoccupante pour faire le voyage de Marrakech, capitale de l’empire.

Dominique Urvoy, Averroès, Les ambitions d'un intellectuel musulman, Flammarion, 2008

Dominique Urvoy, Averroès, Les ambitions d’un intellectuel musulman, Flammarion, 2008

Il prône l’expulsion des chrétiens, mesure que le souverain renforce encore en les faisant déporter vers les régions de Meknès et de Salé, où ils seront absorbés par la population musulmane, comme le seront les victimes de quatre déportations ultérieures.

(…) Son ouvrage principal consiste en un « exposé (bayân) » des réponses à des cas d’espèce données par les premiers docteurs du malékisme, réponses compilées au IXème siècle par l’Andalou al-‘Utbî. (…)

Non seulement tout cela paraît ne refléter qu’une fidélité à la plus nette tradition mâlékite d’Al-Andalus, ce qui correspondrait à l’image caricaturale donnée habituellement des Almoravides, réputés être axés sur un sec juridisme, mais par certains aspects on voit Ibn Rushd renforcer l’idéologie de ceux-ci. C’est le cas entre autres pour la question de l’attitude à adopter envers les non-musulmans, et plus précisément pour la guerre sainte (jihâd). Sa position vis-à-vis des mozarabes révoltés, dont nous avons parlé plus haut, ne tient aucun compte des vexations subies par eux et il se réfère seulement au prétendu « pacte » que ceux-ci sont censés avoir passé avec le pouvoir musulman pour continuer à subsister sous lui et et ne pas être anéantis. Une fatwâ le montre partageant l’inquiétude générale sur les conversions de chrétiens à l’islam, conversions qui ne pourraient n’être que de façade. Quand à la guerre sainte qui fut le « label de qualité » des Almoravides, elle lui apparaît, même après la victoire de ceux-ci, comme un devoir non simplement collectif, un groupe de volontaires suffisant à dédouaner la communauté, mais individuel et obligeant chaque être capable. »

Dominique Urvoy, Averroès, Les ambitions d’un intellectuel musulman, Flammarion, 2008. Pages 21-26

À noter que l’école sunnite malékite à laquelle il est fait référence est officielle en Algérie et au Maroc aujourd’hui, et choisie par la Grande Mosquée de Paris ainsi que par le Rassemblement des Musulmans de France qui contrôle le CFCM.