Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘Bernard Cazeneuve’

Observatoire de l'islamisation

Les islamistes algériens peuvent se procurer la littérature djihadiste criminogène dans les Fnac parisiennes !

L’État Islamique peut se féliciter d’avoir son livre de chevet vendu à la FNAC. Malgré le reportage de LCI , malgré la Une du Figaro en Juillet, l’enseigne persiste mettre en rayon le « classique parmi les classiques » des musulmans pratiquants. Que lit-on à l’intérieur ?

« Le jihad contribue à éradiquer toute autre adoration autre que celle du seigneur » page 263

« Le jihad a pour finalité de prohiber toute autre adoration que celle de Dieu, l’Unique » page 264
« Il faut que tous les musulmans, formant un seul ou plusieurs états séparés, s’équipent de toutes sortes d’armes. Ils doivent aussi se perfectionner et s’améliorer dans l’art militaire défensif et offensif, pour défendre ou attaquer au moment opportun pour que le verbe de Dieu triomphe » page 267
« Avant d’entreprendre la guerre contre les infidèles, il faut les convier à l’islam, s’ils refusent on les invite à payer un tribut, s’ils refusent finalement, on recourt aux armes » page 269
« Celui qui renie les décrets divins concernant la prière, le jeûne, le pèlerinage, l’obéissance aux parents ou le Jihad est un renégat (…) Peines infligées aux renégats: Durant trois jours, on incite le renégat à renoncer à sa croyance et à demander grâce à Dieu, s’il n’accepte pas, il est passible de la peine capitale  » page 395
« Kharaj ou impôt foncier: C’est un tribut que les musulmans imposent sur les terres conquises par la force » page 273
« Le Prophète est formel: « On ne doit ni édifier d’églises en terre d’islam ni les restaurer » page 271
« Dieu veut que les musulmans exterminent les polythéistes sans leur donner l’avantage d’être considérés comme prisonniers » page 274
« Le Prophète dit: « Tuez celui qui renie sa religion » page 394

Les homosexuels doivent aussi être mis à mort selon cet ouvrage…

Nous rappelons que Bernard Cazeneuve a affirmé ne pas vouloir interdire ces ouvrages. « C’est comme la Bible » affirme l’Intérieur au Figaro interrogé sur l’affaire.
Une action en justice pour apologie du terrorisme et incitation à la haine religieuse vient d’être lancée par l’avocat Gilles-William Goldanel contre la Fnac, qui vend ce vade-mecum du bon musulman, très populaine chez les pratiquants. Démarche réalisée avec l’aide de l’Observatoire de l’islamisation. Les journalistes qui nous lisent peuvent se renseigner. Affaire à suivre.

cazeneuve

Bernard Cazeneuve ouvre la porte aux imâms algériens, pays où l’islam officiel est liberticide

Lu dans Le Figaro du 18 décembre :

« Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, chargé des cultes, s’est rendu le 18 décembre en Algérie pour signer une convention avec le ministre algérien des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa, visant notamment à renforcer la formation à la laïcité des imams algériens.

Cette mesure touche des promotions annuelles de 120 imams algériens qui traversent la Méditerranée pour exercer pendant quatre ans en France, avant de s’en retourner. On les appelle les imams « détachés ». »

éclairage de l’Observatoire :

– L’islam officiel en Algérie est le malékisme, une école juridique sunnite radicale dont les livres de bases, disponibles dans toutes les librairies musulmanes, enseignent de tuer les homosexuels et de faire le djihâd contre les mécréants qui refusent de se convertir.

Le rite malékite fondé par Malik Ibn Anas (710-795) et vulgarisé par Zayd al-Qayrawani (922 – 996) dit « Le petit Malik » enseigné dans toutes les écoles coraniques et universités islamiques d’Algérie inclue :

– Le jihâd offensif (cf Zayd al-Qayrawani , La Risâla, chapitre 30)

– L’exécution des apostats (cf , Malik Ibn Anas Al-Muwatta’’ point 1444 )

– L’exécution des chanoines faisant de l’apostolat (cf , Al-Muwatta’,point 982)

– La légalité de l’esclavage (cf , Al-Muwatta’ , livre 21)

– L’inclusion des femmes dans la composition du butin de guerre, alors licitement violées (cf , Al-Muwatta’, point 1265 )

– Durant le ramadan, les Algériens ont interdiction formelle de manger. , il y a eu des arrestations.

-Sur une chaîne nationale publique les imâms-fonctionnaires légitiment la pédophilie.

Les missionnaires chrétiens sont fréquemment expulsés du pays en vertu de la loi de mars 2006 qui punit de prison et de lourdes amendes ceux qui osent parler du Christ aux Algériens.

Ce partenariat avec l’état FLN est une trahison nationale de plus.

Observatoire de l’islamisation.

Lyon : Cazeneuve soutient le projet d’institut islamique radical avec nos impôts

Lu dans Metro du 1er octobre :

RELIGION – C’est ce qu’a annoncé ce mardi le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, lors de sa venue à Lyon à l’occasion de la célébration des vingt ans de la Grande Mosquée. Le montant du projet est estimé à 8 millions d’euros.

Un joli cadeau d’anniversaire. Présent à Lyon ce mardi à l’occasion de la célébration des vingt ans de la Grande Mosquée de Lyon, Bernard Cazeneuve, a fait part du soutien de l’État au projet d’un grand centre culturel musulman.

« Il serait fort heureux que Lyon dispose à son tour d’un lieu voué à la connaissance et au rayonnement de cette immense culture », a déclaré le ministre de l’Intérieur. « Je crois que la richesse de la civilisation musulmane doit être mieux connue et mieux diffusée en France », a-t-il ajouté.

ifcm_maquetteLe recteur de la Grande Mosquée, Kamel Kabtane, milite depuis de longues années pour la construction d’un Institut français de civilisation musulmane (IFCM), lequel serait adossé à l’édifice religieux créé il y a vingt ans dans le VIIIème arrondissement de Lyon.

Cette mosquée invitait le leader salafiste Abdelkader Bouziane avant son expulsion en 2004 pour « relation avec des organisations prônant des actes terroristes » selon le renseignement, et ses déclarations justifiant le battage des femmes. (Preuve).

Les collectivités locales ont quant à elles déjà promis une aide financière à ce projet dont le montant est estimé à 8 millions d’euros mais elles attendent un engagement chiffré de la part de l’État.

Article intégral