Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘Charia’

Edouard Philippe applique la charia alimentaire dans les écoles de sa ville du Havre

Lu dans Le Parisien du 6 décembre 2012 :

Quelque 8500 portions de mousse au chocolat, confectionnées dans les 67 cantines scolaires du Havre pour les enfants des écoles primaires et maternelles, ont été jetées, jeudi dernier, en raison de la présence de gélatine animale, notamment de porc.

La mesure a été prise à la dernière minute en raison de l’inquiétude des personnels des cuisines, car la gélatine animale utilisée pour la confection de la mousse au chocolat est souvent réalisée à base de porc, et donc interdite à la consommation par l’islam. Les desserts «peuvent à l’occasion contenir de la gélatine animale», a confirmé Philippe Brunel, directeur général adjoint au développement social et à la famille de la mairie du Havre.

«Un gâchis alimentaire et financier scandaleux»

Le conseiller municipal (PRG), Yves Bertrand, a réclamé l’ouverture d’une commission d’enquête municipale. Pour lui, «les principes de laïcité de l’action publique, et donc de stricte neutralité dans la confection des repas, doivent aussi s’appliquer dans les cuisines municipales de l’école publique».

En clair, «la présence supposée ou avérée de tel ou tel produit dans la confection de la mousse au chocolat doit obéir à une seule règle: le respect de l’hygiène alimentaire et rien d’autre».

«Tout autre considérant relève de telle ou telle religion et appartient au domaine privé. Cela n’a donc rien à faire dans les cantines, ni dans les choix des produits, ni dans la confection des repas», a ajouté le conseiller municipal. Il dénonce «un gâchis alimentaire et financier scandaleux au moment où les Restos du coeur et les autres associations caritatives se démènent pour aider à l’alimentation de plus en plus de nos concitoyens». Le Parisien

Lire en complément : Edouard Philippe a inauguré une mosquée radicale proche des Frères Musulmans, édifiée sur un terrain municipal du Havre 

Indonésie: scènes de flagellation devant une foule enthousiaste (AFP)

cca1c24e7a1a8a00f477838f8a99d57b7489f83d

Le bourreau officiel frappe une femme à coup de bâton pour avoir eu des relations sexuelles hors mariage à Banda Aceh, le 28 novembre 2016

Banda Aceh (Indonésie) (AFP) – Des scènes de flagellation ont eu lieu lundi devant une foule enthousiaste à Aceh, seule province d’Indonésie à appliquer la loi islamique, où cinq personnes ont été frappées à coups de bâton de rotin conformément à la charia. Lire la dépêche AFP

Orlando: le meurtre des homosexuels est bien prévu par la charia et enseigné dans des mosquées

bpt6k5813421pIbn Abî Zayd (922-996), dit Al-Qayrawânî car il passa la majeure partie de sa vie à Kairouan, est un des piliers de l’école sunnite malékite, officielle en Algérie et au Maroc. Surnommé également « le petit Malik » car il est connu pour tenir la doctrine du fondateur de cette école Mâlik ibn Anas par voie de tradition orale de trois garants successifs, « ce qui donnait à son enseignement une valeur d’authenticité remarquable » précise son traducteur Léon Bercher (+) qui collabora avec Henri Pérès (+), professeur d’arabe et fondateur de la « Bibliothèque Arabe-Française » à Alger au début du XXème siècle.

L’Epître  (risâla) de Qayrawânî, une sorte de condensé de doctrine destiné à vulgariser simplement le droit islamique, fut commandé par Sîdî Mahriz qui dirigeait une école islamique (Zâwiya) célèbre à Tunis, et est passé à la postérité comme étant un manuel incontournable pour les fidèles, notamment les plus jeunes, de par sa construction en petits chapitres thématiques de prescriptions limpides. Ce manuel comprend 4000 prescriptions juridiques (masaâla) et quatre cent hadith (propos de Mahomet rapportés par ses contemporains).

Le ministère des Affaires religieuses du Maroc rend compte que   « Elle (la Risâla) est programmée dans les établissements de l’enseignement traditionnel et elle est hautement considérée par les oulémas » (source : habous.gov.ma). 

Il est programmé comme « référence » par « Le guide de l’étudiant » de l’institut al-Ghazâli, école d’imâm de la Grande Mosquée de Paris. Nous l’avions trouvé à l’Institut du Monde Arabe. Plus généralement, étant aussi connu chez les musulmans que le catéchisme chez les catholiques, il se trouve dans toutes les librairies musulmanes.

On y lit que :

  «  Si un homme commet l’acte de sodomie avec un mâle adulte consentant, les deux doivent être condamnés à mort, musulmans ou non. » ( chapitre 37, des prescriptions relatives aux délits de sang et aux peines légales)

Le cheikh marocain Saïd Al Kamali, extrêmement populaire dans les mosquées marocaines en France, régulièrement en conférence dans celles-ci, fait des séminaires dédiés sur ce livre de charia.

Un autre exemple dans cette école diplomante d’enseignement de l’islam, dirigée par le cheikh algérien Zakaria Seddiki qui a longtemps enseigné à l’école d’imams de l’UOIF l’IESH, avant de monter sa structure :

Capture d’écran 2016-06-06 à 18.43.28

Autre grand « savant » qui préconise la mise à mort des homosexuels, le cheikh Yussuf Al-Qaradawi qui préside l’Union Internationale des Savants Musulmans, pour qui Tariq Ramadan « éprouve un profond respect [1] ». Dans son ouvrage « Le licite et l’illicite » (éditions al-Qalam, 2002) il s’interroge sur la manière la plus « pratique » d’éliminer les homosexuels :

« Est-ce que l’on tue l’actif et le passif ? Par quel moyen les tuer, est-ce avec un sabre ou le feu, en les jetant du haut d’un mur ? Cette sévérité qui semblerait inhumaine n’est qu’un moyen pour épurer la société islamique de ces êtres nocifs  ».[2]

Les livres de Qaradawi sont disponibles à la bibliothèque de l’Institut du Monde Arabe, étant un savant exerçant une grande autorité dans le monde sunnite.

Observatoire de l’islamisation.

[1] Tariq Ramadan in Faut-il faire taire Tariq Ramadan ?, Aziz Zemouri, l’Archipel, 2005, page 135.

[2] Youssef Qaradhawi , Le licite et l’illicite, El Qalam, 2002, p.175

Ramadan : au Maroc, ne pas jeûner est un crime

Ramadan : au Maroc, ne pas jeûner est un crime

(photo: Conseil supérieur des Oulémas du Maroc)

Une unité de police spéciale aurait été mise en place pour traquer ceux qui n’observent pas le ramadan.

Lu sur Slate Afrique du 16 juin 2015 :

La polémique revient chaque année: que faut-il faire des personnes qui ostensiblement n’observent pas le jeûne du ramadan? Plus encore, que peut-il arriver à tous ceux qui mangent en public pendant cette période? Pour répondre à cette question que beaucoup de nos lecteurs se posent, nous avons décidé de republier cet article, qui date de 2014.

Au Maroc, par exemple, où l’islam est la religion officielle de l’Etat, la loi est relativement ambiguë, puisqu’elle laisse la possibilité à chacun de le pratiquer ou non. Et c’est bien sur cet article 3 de la Constitution marocaine que se fondent les non-jeûneurs. En effet, ne pas jeûner n’est pas un délit en soi, précise le site d’information Bladi, qui ajoute que malgré tout, les non-jeûneurs ne semblent pas en sécurité.

Le site d’information évoque une information de l’hebdomadaire Al Ayam selon laquelle une unité de police spéciale aurait mise en place pour traquer les adultes qui mangent en public pendant le mois du ramadan, et «ceux qui incitent les gens à faire de même en les invitant à rompre le jeûne en plein jour».
Pourtant, le site Bladi émet quelques réserves quant à l’idée de créer une unité spéciale de police pour traquer les «anti-ramadan». Il s’agirait juste d’un bluff pour accroître la pression.

En effet, le site d’information marocain explique que dans la pratique déjà, «n’importe quel agent d’autorité habilité à appréhender un suspect, peut procéder à l’arrestation d’une personne et la présenter devant le parquet général, si le délit de rupture de jeûne en plein public est avéré».
En effet, le code pénal marocain précise:

«Celui qui, notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du ramadan, sans motif admis par cette religion, est puni de l’emprisonnement d’un à six mois et d’une amende de 12 à 120 dirhams

Mais pour le très conservateur Al Ayam, la rupture du jeûne demeure un sacrilège et une police spéciale est une nécessité. Il se prononce aussi en faveur d’une application stricte de la loi qui prévoit un à six mois d’emprisonnement pour toute personne qui ne respecterait pas le ramadan. L’hebdomadaire désigne les non-jeûneurs comme «des prosélytes servant des agendas étrangers».

Slate Afrique

Bernard Guetta (France Inter)

Bernard Guetta (France Inter) donne un brevet de légitimité démocratique aux Frères Musulmans…malgré les preuves de fraudes électorales

Le 29 avril 2014 le consultant de France Inter et ancien du Monde Bernard Guetta, fait une chronique sur « La bestialité des contre-révolutions arabes »

Il affirme :

« Prenons maintenant l’Égypte. Après la chute d’Hosni Moubarak, les Frères musulmans y avaient remporté toutes les élections, législatives et présidentielle. On peut le déplorer. Il y avait des raisons de s’inquiéter car les Frères égyptiens n’étaient qu’à moitié convertis à la démocratie mais ils étaient la légitimité et n’étaient pas en voie d’instaurer une dictature religieuse. Ils étaient même en net recul et très vivement contestés par la population quand l’armée a décidé de reprendre les rênes par un coup d’État. »

Pourtant des documents internes des Frères Musulmans appelaient à « entraver l’accès aux bureaux de vote » , même à « changer le vote« . Leur majorité obtenue de justesse est donc à remettre largement en cause. Dans un article intitulé « intentions cachées du Mouvement islamique » (autre nom des Frères) apparaissant dans le média Watani, l’auteur Youssef Sidhom expose un document « qui porte les logos de deux des Frères musulmans et de son bras politique, le Parti de la liberté et la justice. » Écrit par l’adjoint du Guide suprême, Khairat el-Shater (financier et chef réel des Frères) et adressée « à toutes les branches des Frères dans les gouvernorats » la note appelait les musulmans à tricher et à bloquer votes :

« Le docteur Hassan al-Brince est en charge de disqualifier les votes dans des bureaux de vote précis. Cela doit être fait avec la plus grande fermeté. En marquant le nom d’un candidat supplémentaire, un islamiste, sur le billet de vote, ou entravant l’accès des électeurs dans les bureaux de vote, ou en recourant à toute méthode qui peut changer le vote. Les superviseurs des bureaux de vote doivent être contactés par tout les moyens, et doivent être persuadés de changer le vote en faveur de l’islam« . Ce sujet est suivi personnellement par Essam Al-Erian [membre du Bureau de la confrérie] vous devez comprendre, frères, que notre intérêt réside là où il y a la charia d’Allah, et cela ne peut être, en préservant l'[MB] groupe et la préservation de l’Islam

L’adjoint au Guide suprême, ingénieur Khairat al-Chater

De plus la réforme constitutionnelle mise en place par les Frères exigeait que toutes les lois obtiennent l’approbation d’un collège d’oulémas, et que la charia ne soit plus simplement une source du droit mais la « source principale de la législation« , afin d’obtenir l’approbation du parti salafiste Al-Nour. « Pas une dictature religieuse » ? Bernard Guetta est très mal informé. En même temps si France Inter , radio d’extrême gauche militante informait correctement, ça se saurait.

Observatoire de l’islamisation- avril 2014

Observatoire de l'islamisation

Égypte : les opposants à la Charia qualifiés « d’infidèles » par un prêcheur des Frères Musulmans

Wagdi Ghoneim, prédicateur des Frères Musulmans, a qualifié dans un tweet les opposants à la charia d’ « infidèles » le 8 novembre.

« Les infidèles et ceux qui ont la haine de l’islam sont les seuls qui refusent l’application de la charia et appellent à l’annulation ou à l’annulation de l’article Deux [de la constitution faisant de la charia la source principale du droit], a déclaré Ghoneim sur Twitter hier. Et il ya des infidèles dans la communauté égyptienne qui se disent libéraux, laïcs ou modernistes. »

« Comment se fait-il que vous-mêmes qui vous faites appeler musulmans combattiez l’Islam ? » a ajouté Ghoneim. « Peu importe qu’ils soient Frères musulmans, salafistes ou d’autres groupes islamiques, le peuple égyptien principalement aiment leur religion. Celui qui ne veut pas l’application de la loi de Dieu doit sortir complètement de son univers. »

Wagdi Ghoneim s’était fait remarqué en mai dernier sur Al-Aqsa TV pour avoir affirmé qu’Israël diffusait le virus du Sida en Égypte. En février dernier, il fut invité à donner des conférences en Tunisie par l’Académie Dar-Al Hadith, durant lesquelles il a défendu l’excision des fillettes. Il est souvent invité en Europe par les filiales de l’Union des Organisations Islamiques d’Europe, représentant les Frères Musulmans sur notre continent, notamment par l’UCOII en Italie ou l’Islamic Cultural Center in Ireland que dirige Al-Qaradawi.

Observatoire de l'islamisation

Égypte : la présidentielle est un « djihad » en vue d’instaurer la charia

Source : Voting in Egypt as « Holy War« , par Raymond Ibrahim, Gatestone Institute, 22 mai 2012. Traduction par Poste de veille

Le Dr. Talat Zahran, un religieux égyptien, a proclamé que « tricher aux élections est obligatoire, c’est une belle chose », son raisonnement étant que le vote est un instrument dont la seule utilité est d’ouvrir la voie à la charia. De même, Hazim Shuman, un religieux ayant sa propre émission de télévision, a émis une fatwa déclarant que le vote pour les candidats islamistes est un « djihad » et que le « martyre » durant la campagne électorale ouvre les portes du paradis.

Vendredi le 18 mai, Al-Wafd rapportait que le cheik Yusuf al-Qaradawi, l’une des plus hautes autorités religieuses du monde islamique, sinon la plus haute, « a appelé tous les Égyptiens à voter pour l’un des candidats islamistes », nommant spécifiquement les trois candidats islamistes : Muhammad Mursi (candidat du parti salafiste), Abd al-Munim Abou al-Foutouh (candidat de l’aile politique des Frères musulmans), et Muhammad al-Salim al-Awwa. Qaradawi les a décrits comme « les meilleurs pour l’Égypte » parce qu’ils « appliqueront la charia et réaliseront la justice ».Suite sur Poste de Veille

Lire toutes nos notes sur l’Égypte.

Les égyptiens plébiscitent la charia orthodoxe et criminelle.

Les égyptiens plébiscitent la charia orthodoxe et criminelle

Les listes islamistes ont remporté 65% des suffrages au premier tour des législatives. Rien d’étonnant.

Selon un sondage Pew 2010 :

– 82% des Égyptiens musulmans sont en faveur de la lapidation pour punir l’adultère
– 84% des Égyptiens musulmans sont pour la peine de mort pour ceux qui quittent l’islam
– 77% des Égyptiens musulmans sont pour la flagellation et l’amputation des mains des voleurs
– 85% des Égyptiens musulmans trouvent positive l’influence de l’islam sur la politique
– 54% des Égyptiens musulmans sont favorables à la séparation des sexes sur le lieu de travail

Selon un sondage World Public Opinion 2009 :
– 73% des Égyptiens musulmans souhaitent voir la charia jouer un rôle plus important dans la façon dont leur pays est gouverné
– 81% des Égyptiens musulmans sont favorables à l’établissement d’une stricte charia dans les pays musulmans
– 88% des Égyptiens musulmans souhaitent que les valeurs occidentales ne pénètrent pas les pays musulmans

Mahmoud Amer

Égypte : « les musulmans n’ont pas le droit de voter pour des non musulmans »

Le cheikh Mahmoud Amer sur Al-Hayat TV le 30 octobre dernier

Mahmoud Amer : « Ce que je dis c’est qu’un Musulman n’a pas le droit de voter pour quelqu’un qui s’oppose à l’implantation de la Charia, qui n’est pas passionné par la Charia, et qui ne l’inclus pas dans son programme politique » […]

Mahmoud Amer : « Laissez-moi ajouter ça: il doit voter pour quelqu’un qui est connu pour faire ses cinq prières quotidiennes  » […]

Mahmoud Amer : « J’ai dis que le sécularisme [laïcité] est un athéisme. Car ça veut dire qu’il n’y a pas de religion dans la vie de tous les jours. C’est la loi des Chrétiens. Vous pigez ? »

Interviewer : « C’est votre opinion »

Mahmoud Amer : « Ce n’est pas mon opinion. C’est la réalité » […]

Signez la pétition pour la demande d’une enquête parlementaire sur l’émission de chaînes arabes en France.

Eric Besson

Eric Besson autorise Hani Ramadan à séjourner en France

Parfaitement au courant de la venue de Hani Ramadan, annoncée sur les sites musulmans depuis des mois, les services du Ministère de l’Immigration ne voient aucun inconvénient à sa venue, comme pour de récents visas accordés à des cheikhs séoudiens wahhabittes à la mosquée de Puteaux en juillet dernier, ou d’un partisan du Hamas, chef de la branche koweitienne des FM, (venu au Bourget pour annoncer la prise de Rome !), en avril dernier. Et nous sommes loin d’être au courant des dizaines d’autres idéologues islamistes obtenant les sésames administratifs… Certes, la Suisse a rejoint l’espace Schengen depuis décembre 2008, mais une « clause de sauvegarde » fut prévue lors de la convention de Schengen afin de rétablir temporairement les frontières pour les questions d’ordre public ou de sécurité nationale. Apparemment, la promotion de la lapidation ne rentre pas dans cette catégorie :

« la lapidation constitue une punition, mais aussi une sorte de purification » Hani Ramadan, La Charia incomprise, article du quotidien Le Monde du 10 septembre 2002.

Hani Ramadan

Incroyable. En plein débat sur l’identité nationale, après le thème de l’immigration choisie (en fait complètement subie par les Français), voici que le « suisse » Hani Ramadan est encore autorisé à séjourner sur le territoire national , afin de prêcher sa mauvaise parole dans les locaux de l’UOIF à la Courneuve. Il donnera ce samedi une conférence intitulée « A la lumière du Coran ». D’ailleurs, son frère Tariq donnera lui une conférence sur son livre à l’Institut du Monde Arabe le lendemain, ce dimanche 15 novembre ! Hani déclara en 2002 qu’avec Tariq, « nous sommes les deux faces d’une même pièce », Hani ayant le rôle du classique chef de centre islamique, énonçant les vérités de l’orthodoxie, et Tariq au discours plus politique et subversif.

Sa biographie selon Wikipédia (extrait) :

Hani Ramadan, né le 2 juin 1959, est un intellectuel suisse[1] de confession musulmane. C’est le frère de Tariq Ramadan. Il est docteur ès lettres et philosophie de l’Université de Genève (1990). Il est marié et père de 3 enfants.

Il dirige depuis 1995 le Centre islamique de Genève, fondé par son père Saïd Ramadan, également fondateur de la branche palestinienne des Frères musulmans. Il dispense un enseignement religieux fondamentaliste. Prédicateur musulman, il donne de nombreuses conférences et ses publications sont largement diffusées. Il trouve un large écho parmi de jeunes musulmans désirant revenir à la pratique. (…) Le 10 septembre 2002, dans une tribune du Monde intitulée La Charia incomprise, Hani Ramadan explique la notion de droit islamique et fait référence à la lapidation en la présentant comme une mesure dissuasive pratiquement impossible à appliquer dans la réalité, bien qu’effectivement prévue par la loi divine, référence ultime pour les musulmans. Il établit un parallèle avec le SIDA : ce sont des punitions imposées par Dieu à une humanité pécheresse, qu’il convient d’accepter si nécessaire, mais en montrant de la compassion pour la victime. » Fiche Wikipedia.

Hani Ramadan croit à la venue, lors de la fin des temps, du « dajjal« , bête « borgne » qui viendra de l’au-delà, possédant des « pouvoirs mystérieux » (vue très longue distance, oreille bionique comme dans les séries télé…) afin de semer le désordre sur terre… voilà pour l’équilibre mental de celui qui a une réputation d’intello chez les colons musulmans :

Questions :

– A quoi sert le renseignement français ?

– Pourquoi envoyer nos soldats risquer leur vie en Afghanistan si nous tolérons la venue d’islamistes patentés sur le territoire national, soit disant « sanctuarisé » ?

– A quoi sert Eric Besson ? Pourquoi vient-il de naturaliser des responsables tunisiens de l’UOIF, comme 100 000 autres étrangers chaque année ?

– Que pense Alain Juppé du sympathique hôte de l’UOIF, organisation à qui il vient d’affecter 8 hectares de terrain municipal pour une Grande Mosquée ?

Page 1 sur 212»