Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘djihad’

L’ancien Grand mufti d’Arabie Saoudite Ibn Baz (1910-1999) sur le jihâd de conquête

L'ancien Grand mufti d'Arabie Saoudite Ibn Baz (1910-1999) sur le jihâd de conquêteExtrait du livre Majmou’ Fatâwa wa-Maqalât Moutanawi’a, ‘Abd al-‘Azîz Ibn Bâz, volume 3, p.190-201, Dâr al-Qâsim

« (…) Certains savants ont mentionné que les conditions peuvent varier bien que le verset de l’épée ne soit pas abrogé « après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez » (9.5). De même, la parole d’Allah : « Ô Prophète ! Mène la lutte contre les mécréants et les hypocrites et sois rude à leur égard » (66.9). Allah a aussi dit : « combattez ceux des mécréants qui sont près de vous et qu’ils trouvent de la dureté en vous. Et sachez qu’Allah est avec les pieux » (9.123). Allah a également dit : « combattez les associateurs sans exception, comme ils vous combattent sans exception. Et sachez qu’Allah est avec les pieux » (9.36). Allah dit encore : « et combattez-les jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus d’association, et que la religion soit entièrement à Allah » (8.39).

Ces versets et les autres présentant le même sens, selon certains savants, n’abrogent pas les versets qui commandent d’arrêter de combattre ceux qui cessent de nous combattre, et de combattre ceux qui continuent à nous combattre. Ils n’abrogent pas non plus sa parole : « nulle contrainte en religion » (2.256). Cependant, les avis divergent ; si les musulmans deviennent puissants  et possèdent l’autorité, le pouvoir et le prestige, ils devraient appliquer le verset de l’épée ainsi que les autres versets similaires présentant le même sens, ils devraient combattre tous les mécréants jusqu’à ce qu’ils acceptent la religion d’Allah ou paient la jizya selon le point de vue de Malik et d’un groupe de savants, ou d’accepter seulement la jizya pour les juifs, les chrétiens et les zoroastres d’après l’autre opinion.

Lire la suite

Pour IslamWeb, site islamique officiel du Qatar, le « djihad sur le sentier d’Allah » concernait la conquête de toute l’Espagne

Qatar Lu sur IslamWeb, site islamique disposant selon lui d’une « une grande structure scientifique ayant pour but la prédication du message islamique, il est un département essentiel du site internet islamique Islamweb, lequel dépend de l’administration de la prédication et de la bonne direction religieuse, elle-même dépendante du Ministère de l’Awqaf et des Affaires islamiques qatarien.« 

 Sur la conquête islamique de l’Espagne, on lit :

 « V – La période du chambellan al-Mansûr (368 – 399 H)
C’est sans conteste sous le règne d’al-Mansûr qu’al-Andalus fut au fait de son essor et de son épanouissement ; par ailleurs, on appelle cette période « la période de la domination des princes », c’est durant cette dernière que le chambellan (hâdjib) al-Mansûr ibn abî ‘Âmir devint le véritable chef de l’Etat alors que le calife officiel Hichâm al-Mu`ayyid n’était en réalité qu’un homme de paille. Ce dernier devint calife à la mort de son père, al-Hakam II, il n’avait alors que dix ans. Ainsi, al-Mansûr fut incontestablement le plus puissant et le plus grand dirigeant de toute l’histoire d’al-Andalous, personne ne le concurrença, pas même ‘Abd al-Rahmân Ier. Le règne d’al-Mansûr a pour principale caractéristique le fait que le djihad dans le sentier d’Allah, exalté soit-Il, fut mené avec une grande constance, c’est ainsi qu’al-Mansûr organisa plus de cinquante expéditions militaires contre les régions septentrionales de la Péninsule où vivaient les ennemis chrétiens de l’Etat islamique, il faut noter que lors de ces expéditions les musulmans ne furent jamais défaits ; lors de ces dernières, les troupes d’al-Mansûr prirent notamment la ville de Barcelone, de plus ces expéditions permirent à al-Mansûr de dominer la totalité d’al-Andalus pour la première fois depuis la conquête. » Source

Averroès, référence méconnue des djihadistes contemporains

AverrosLe professeur Luis Gomez Garcia (Madrid, 1967) est professeur titulaire de la chaire d’Études Arabes et Islamiques de l’Université Autonome de Madrid. Dans son Diccionario del islam, éditions Espasa, paru en 2008 avec le concours du Ministère de la culture espagnol, l’entrée « Jihad » rappelle que le paragon de l’islam des lumières, référence obligatoire d’un islam présenté tolérant, était lui même favorable au jihad offensif (nous l’avions déjà évoqué dans un article) :

« Le Jihad belliqueux, s’il recouvre un caractère défensif, recouvre, plus fréquemment, un caractère offensif et économique (> Butin). Son origine est liée à l’expansion de l’Etat islamique, et, comme le signale Averroès (1126-1198) dans son Bidâyat al-muchtahid wa-nihâyat al-muqtasid, ne fut pas une fin en soi (le jihad est le résultat du fâsad, du désordre et de la corruption), mais bien mieux un moyen légitime pour que l’Etat puisse accomplir sa mission ultime: la concrétisation de l’ordre universel islamique. Le jihâd tenait un caractère subsidiaire, auparavant devaient être remplies certaines conditions, comme le recours à des moyens pacifiques pour convaincre la population de rejoindre d’ordre islamique. Dans ce sens, selon Averroès, l’objectif du jihad dans le sentier de l’islam n’était pas exclusivement la conversion, mais également, une fois soumise l’Arabie paienne, la capitulation de la population dhimmi limitrophe (Chrétiens et Zoroastriens) et leur soumission au pouvoir califal, symbolisée par le paiement de l’impôt de la capitation ou jizya. Ce jihad de caractère offensif fut consubstantiel à l’Empire islamique, ou, ce qui revient au même, à l’expansion de l’islam vers les territoires non islamiques ( > dar al -harb, rabita) , et, en termes politiques, il servit tant pour légitimer le califat que pour souder la oumma. Il est symptomatique que Abd Allah Azzam (1981-1989); « l’imam du jihad » pour le jihadisme moderne, recourre, entre autres, à Averroès dans sa démonstration doctrinale de l’obligation du jihad en islam. » (page 362)

Lire la suite

Le djihad selon Ibn Khaldûn

Le djihad selon Ibn Khaldûn

Le djihad selon Ibn Khaldûn

Spécialiste du jihâd, Majid Khadduri est l’ auteur d’un livre phare sur la question (malheureusement non disponible en langue française), « War and peace in the law of Islam » (The Johns Hopkins Press, Baltimore et Londres, 1979). Le chapitre V, est consacré à la doctrine du jihâd. Khadduri se réfère justement au grand historien musulman  Ibn Khaldûn (1332-1406) :

(P.70) «  Les guerres, selon ibn Khaldûn, sont de 4 sortes. La première est la guerre  tribale, telle qu’elle existait parmi les tribus arabes. Deuxièmement, les querelles  (feuds) et les escarmouches (raids) propres aux peuples primitifs. Troisièmement, les guerres prescrites par la Sharia,i-e, le Jihâd. Quatrièmement, les guerres contre les rebelles (déviationnistes, réformistes, schismatiques insoumis à l’autorité islamique[1]) et les dissidents. Ibn Khaldûn soutient que si les deux premières sont injustifiées, car elles sont des guerres de désobéissance, les deux autres sont des guerres justes. »

Ibn Khaldun qui notait justement dans ses fameux Prolégomènes (Muqqadima) :

« Dans l’islamisme, la guerre contre les infidèles est d’obligation divine, parce que cette religion s’adresse à tous les hommes et qu’ils doivent l’embrasser de gré ou de force. On a donc établi chez les musulmans la souveraineté spirituelle et la souveraineté temporelle, afin que ces deux pouvoirs s’emploient simultanément dans ce double but ». Ibn Khaldoun, Les Prolégomènes, tred. M. G. de Stane, Paris 1862-1868, t. I, p.469

Ibn Khaldoun enseignait en son temps la charia à l’université islamique Al-Azhar en Égypte… Son nom été choisi pour un collège privé musulman de l’UOIF à Marseille.

[1] La catégorie des « rebelles » fait l’objet d’une définition précise dans les Statuts Gouvernementaux de El-Mawerdi (1058 +) , ouvrage majeur du droit public musulman.

Observatoire de l'islamisation

Djihad littéraire à l’Institut du Monde Arabe (documentaire 2013)

Documentaire présentant les ouvrages de Charia de l’Institut du Monde Arabe

Djihad contre les mécréants, assommer les moines, tuer les Juifs,  lapider les fornicateurs, couper les têtes des apostats, violer les femmes captives issues du butin de guerre, la conversion ou la mort, payer l’impôt islamique ou la mort, interdiction d’édifier des églises, interdiction de faire sonner les cloches. L’islam classique en livres, dans la boutique pour touristes de l’IMA.

"Le djihad est indispensable à la prédication" écrivait Qutb, théoricien des Frères Musulmans

« Le djihad est indispensable à la prédication » écrivait Qutb, théoricien des Frères Musulmans

Son nom n’était connu que des spécialistes avant la médiatisation des Frères Musulmans subséquente aux révolutions arabes (voir cet excellent documentaire). Sayyed Qutb (1906-1966) nommé dès 1951 responsable de la Section de propagande (dawa‘) des Frères Musulmans, membre du Bureau de l’orientation (irshâd) puis membre du Comité exécutif de la confrérie auprès du Guide suprême de l’époque Al-Hudaybi (guide de 1951 à 1973). Dès 1954 il dirige La Revue des Frères Musulmans, l’hebdomadaire officiel de la confrérie, ce pendant dix ans entrecoupés de périodes d’interdiction de publication par le régime de Nasser.

En 1953 il représente les Frères au Congrès général islamique de Jérusalem aux côtés d’un certain Saïd Ramadan, père chéri de Tariq et Hani…

Ses ouvrages sont disponibles dans les plus grandes librairies musulmanes de Paris, alignées rue Jean-Pierre Timbaud (voir). On orientera vers les biographies qui lui sont consacrées ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur les détails de la vie de celui qui fut pendu par Nasser en 1966, lui consacrant son statut impérissable de martyr (shahîd), en faisant un mythe chez les islamistes.

Le Monde, dans son édition du 21/08, souligne que le nouveau Guide suprême Mahmoud Ezzat, nommé suite à l’embastillement de Mohamed Badie, est un fervent dévot de la pensée de Qutb. 

L’ouvrage phare de la pensée de Qutb – sacralisant l’ultra violence au nom d’Allah – s’intitule À l’ombre du Coran (Fî zilâl al-qur’ân). Il est largement diffusé en France, étant donné que la branche informelle des Frères Musulmans dans l’hexagone, l’UOIF, s’est vue livrer les clés des plus grandes mosquées françaises grâce à la reconnaissance de Nicolas Sarkozy en tant qu’interlocuteur au sein du CFCM (« l’islam plus épicé a toute sa place à la table de la république » affirma Sarkozy à l’Académie des sciences morales et politiques en 2005) puis aux aides matérielles des maires UMP et PS (voir notre dossier). Les Grandes mosquées de Nantes, Mulhouse, Lille, Poitiers, Caen-Hérouville, et bientôt Bordeaux à cause de l’islamophilie de Juppé, parmi 400 salles de prières plus modestes, font partie de cette fédération. L’UOIF fait venir les chefs de la confrérie islamiste en stars à ses congrès depuis vingt ans, et son président Ahmed Jaballah est allé visiter Mohamed Morsi en Égypte le 3 janvier dernier (source agence QNA).

Lire la suite

Histoire du Djihâd de l’Égypte à l'Europe : "les conquêtes appelaient d'autres conquêtes"

Histoire du Djihâd de l’Égypte à l’Europe : « les conquêtes appelaient d’autres conquêtes »

Documentaire proposé par la chaîne wahhabitte saoudienne IQRA disponible dorénavant en France par le bouquet Numéricable ou Freebox. Les conquêtes de l’Islam jusqu’à l’Europe sont explicitées et approuvées.

L'évêque d'Aix Mgr Dufour souhaite un bon ramadan en citant un auteur appelant au meurtre et au djihad

L’évêque d’Aix Mgr Dufour souhaite un bon ramadan en citant un auteur appelant au meurtre et au djihad

Monseigneur Christophe Dufour, évêque d’Aix et Arles, écrit :

A vous, amis musulmans,
Vous commencez ce mois de Ramadan, temps de jeûne, de prière, de partage. En ce moment important nous prions Dieu qu’il vous bénisse.
Un hadith prophétique de votre tradition dit bien : « Nul d’entre vous n’est un croyant tant qu’il ne souhaite pour son frère ce qu’il souhaite pour lui-même. » (Les Quarante Hadîths de Nawawi, 13) Lire la suite du communiqué.

Dans les Quarante Hadîth du célèbre juriste sunnite An-Nawawi (1233-1277) cités respectueusement comme « prophétiques » par Mgr Dufour on lit :

Le hadith n° 8 : « Il m’a été ordonné de combattre les hommes jusqu’à ce qu’ils témoignent qu’il n’est d’autre divinité qu’Allah, et que Mohammed est Son Envoyé, qu’ils accomplissent la prière rituelle, qu’ils acquittent la Zekâa ».

Lire la suite

Observatoire de l'islamisation

Braquages de grands magasins à répétition pour financer le jihâd à Besançon

Lu dans L’Est Républicain du 11 avril

est-republicain

Les braquages de magasins de grande distribution se succèdent à Besançon et dans le secteur alentour. Après les casses survenus à Leader Price le 28 mars dernier et à Conforama ce jeudi dernier, c’est la grande jardinerie Chrysopolis, anciennement Delbard, située rue Blaise-Pascal à l’entrée du quartier de Planoise, qui a fait l’objet d’un braquage ce samedi matin.

Il est alors 8 h 50 lorsque trois hommes aux visages masqués par des cagoules, l’un d’eux armé d’ un fusil à pompe, s’introduisent dans le magasin après avoir brisé une baie vitrée latérale en y tirant dedans. Occupé à ranger des plantes, l’un des propriétaires de l’enseigne s’est trouvé nez à nez avec le trio qui l’a mis en joue en réclamant la caisse et en criant :

« Allah akhbar, on vient récupérer du fric pour nos frères musulmans partis faire le djihad ».

Sous la menace de l’arme, l’entrepreneur est allé chercher le directeur du magasin qui a été contraint d’ouvrir le coffre dans lequel se trouvait une somme d’argent en espèces représentant trois jours de recette. Soit 12 000 à 15 000 € que les braqueurs ont raflés avant de prendre la fuite à bord d’une voiture. Alertés, les hommes de l’antenne de la police judiciaire de Besançon, se sont rendus sur les lieux. Choqués, ayant eu très peur, les deux victimes ont été auditionnées dans les locaux de la PJ au commissariat de police.

Lire la suite

cazeneuve

Bernard Cazeneuve ouvre la porte aux imâms algériens, pays où l’islam officiel est liberticide

Lu dans Le Figaro du 18 décembre :

« Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, chargé des cultes, s’est rendu le 18 décembre en Algérie pour signer une convention avec le ministre algérien des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa, visant notamment à renforcer la formation à la laïcité des imams algériens.

Cette mesure touche des promotions annuelles de 120 imams algériens qui traversent la Méditerranée pour exercer pendant quatre ans en France, avant de s’en retourner. On les appelle les imams « détachés ». »

éclairage de l’Observatoire :

– L’islam officiel en Algérie est le malékisme, une école juridique sunnite radicale dont les livres de bases, disponibles dans toutes les librairies musulmanes, enseignent de tuer les homosexuels et de faire le djihâd contre les mécréants qui refusent de se convertir.

Le rite malékite fondé par Malik Ibn Anas (710-795) et vulgarisé par Zayd al-Qayrawani (922 – 996) dit « Le petit Malik » enseigné dans toutes les écoles coraniques et universités islamiques d’Algérie inclue :

– Le jihâd offensif (cf Zayd al-Qayrawani , La Risâla, chapitre 30)

– L’exécution des apostats (cf , Malik Ibn Anas Al-Muwatta’’ point 1444 )

– L’exécution des chanoines faisant de l’apostolat (cf , Al-Muwatta’,point 982)

– La légalité de l’esclavage (cf , Al-Muwatta’ , livre 21)

– L’inclusion des femmes dans la composition du butin de guerre, alors licitement violées (cf , Al-Muwatta’, point 1265 )

– Durant le ramadan, les Algériens ont interdiction formelle de manger. , il y a eu des arrestations.

-Sur une chaîne nationale publique les imâms-fonctionnaires légitiment la pédophilie.

Les missionnaires chrétiens sont fréquemment expulsés du pays en vertu de la loi de mars 2006 qui punit de prison et de lourdes amendes ceux qui osent parler du Christ aux Algériens.

Ce partenariat avec l’état FLN est une trahison nationale de plus.

Observatoire de l’islamisation.

Page 2 sur 3«123»