Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘Eric Besson’

Observatoire de l'islamisation

Regularisations de clandestins : Besson ment !

Eric Besson à Marine le Pen  » Vous dites n’importe quoi (…) c’est pas 20 000 régularisations, c’est 6000, le chiffre est sorti des statistiques de mon ministère »

Or un article du Monde du 21 décembre 2009 rapporte le chiffre de 20 000 :

 » Discrètement mais sûrement, le gouvernement régularise des sans-papiers. Alors qu’il multiplie les signes de “fermeté” comme ce nouveau renvoi d’Afghans le 15 décembre, les chiffres recueillis par Le Monde auprès du ministère de l’immigration révèlent que plus de 20 000 étrangers en situation irrégulière auront été régularisés en 2009. Ce chiffre est équivalent, si ce n’est supérieur, à celui des expulsions. Le ministre de l’immigration, Eric Besson, se refuse pourtant à communiquer une donnée précise et globale sur cette question. Lire l’article.

Un communiqué de rectification d’Eric Besson serait bienvenu…

Observatoire de l'islamisation

Eric Besson invente la prime à la clandestinité prolongée

Incroyable, Eric Besson va récompenser les clandestins, et donc les patrons voyoux, qui peuvent justifier la performance de 5 années d’ infraction sans s’être fait arrêté. Les français de souche, touchés par le chômage de masse, sont en concurrence directe sur le marché du travail avec ces individus prêts à travailler à des conditions salariales et sociales très précaire afin de survivre. Eric Besson sanctifie l’immoralité d’un libéralisme ayant recours à une nouvelle traite négrière déracinant des milliers d’hommes corvéables à merci, au détriment des autochtones.

AFP-25/11/2009

« La circulaire indiquant aux préfets les critères à prendre en compte pour l’admission exceptionnelle au séjour des salariés étrangers pourrait déboucher sur la régularisation de 1.000 étrangers, a affirmé aujourd’hui le ministre de l’Immigration Eric Besson, sur France Inter. (…)
Le ministre a précisé les conditions pour ces régularisations. « Les critères précis peuvent être l’ancienneté du séjour en France, qui doit être au moins égale à cinq ans, il faut exercer un métier dit en tension, soit dans le métier, soit dans la zone géographique (…) l’ancienneté dans l’entreprise qui doit être égale ou supérieur à 12 mois, la nature de la promesse d’embauche qui doit être supérieure à 12 mois, l’intégration du demandeur ».
»

Chaque année, depuis 2002, le gouvernement de la majorité présidentielle régularise plus de 25 000 clandestins… en contravention totale avec les lois françaises !

Eric Besson

Eric Besson autorise Hani Ramadan à séjourner en France

Parfaitement au courant de la venue de Hani Ramadan, annoncée sur les sites musulmans depuis des mois, les services du Ministère de l’Immigration ne voient aucun inconvénient à sa venue, comme pour de récents visas accordés à des cheikhs séoudiens wahhabittes à la mosquée de Puteaux en juillet dernier, ou d’un partisan du Hamas, chef de la branche koweitienne des FM, (venu au Bourget pour annoncer la prise de Rome !), en avril dernier. Et nous sommes loin d’être au courant des dizaines d’autres idéologues islamistes obtenant les sésames administratifs… Certes, la Suisse a rejoint l’espace Schengen depuis décembre 2008, mais une « clause de sauvegarde » fut prévue lors de la convention de Schengen afin de rétablir temporairement les frontières pour les questions d’ordre public ou de sécurité nationale. Apparemment, la promotion de la lapidation ne rentre pas dans cette catégorie :

« la lapidation constitue une punition, mais aussi une sorte de purification » Hani Ramadan, La Charia incomprise, article du quotidien Le Monde du 10 septembre 2002.

Hani Ramadan

Incroyable. En plein débat sur l’identité nationale, après le thème de l’immigration choisie (en fait complètement subie par les Français), voici que le « suisse » Hani Ramadan est encore autorisé à séjourner sur le territoire national , afin de prêcher sa mauvaise parole dans les locaux de l’UOIF à la Courneuve. Il donnera ce samedi une conférence intitulée « A la lumière du Coran ». D’ailleurs, son frère Tariq donnera lui une conférence sur son livre à l’Institut du Monde Arabe le lendemain, ce dimanche 15 novembre ! Hani déclara en 2002 qu’avec Tariq, « nous sommes les deux faces d’une même pièce », Hani ayant le rôle du classique chef de centre islamique, énonçant les vérités de l’orthodoxie, et Tariq au discours plus politique et subversif.

Sa biographie selon Wikipédia (extrait) :

Hani Ramadan, né le 2 juin 1959, est un intellectuel suisse[1] de confession musulmane. C’est le frère de Tariq Ramadan. Il est docteur ès lettres et philosophie de l’Université de Genève (1990). Il est marié et père de 3 enfants.

Il dirige depuis 1995 le Centre islamique de Genève, fondé par son père Saïd Ramadan, également fondateur de la branche palestinienne des Frères musulmans. Il dispense un enseignement religieux fondamentaliste. Prédicateur musulman, il donne de nombreuses conférences et ses publications sont largement diffusées. Il trouve un large écho parmi de jeunes musulmans désirant revenir à la pratique. (…) Le 10 septembre 2002, dans une tribune du Monde intitulée La Charia incomprise, Hani Ramadan explique la notion de droit islamique et fait référence à la lapidation en la présentant comme une mesure dissuasive pratiquement impossible à appliquer dans la réalité, bien qu’effectivement prévue par la loi divine, référence ultime pour les musulmans. Il établit un parallèle avec le SIDA : ce sont des punitions imposées par Dieu à une humanité pécheresse, qu’il convient d’accepter si nécessaire, mais en montrant de la compassion pour la victime. » Fiche Wikipedia.

Hani Ramadan croit à la venue, lors de la fin des temps, du « dajjal« , bête « borgne » qui viendra de l’au-delà, possédant des « pouvoirs mystérieux » (vue très longue distance, oreille bionique comme dans les séries télé…) afin de semer le désordre sur terre… voilà pour l’équilibre mental de celui qui a une réputation d’intello chez les colons musulmans :

Questions :

– A quoi sert le renseignement français ?

– Pourquoi envoyer nos soldats risquer leur vie en Afghanistan si nous tolérons la venue d’islamistes patentés sur le territoire national, soit disant « sanctuarisé » ?

– A quoi sert Eric Besson ? Pourquoi vient-il de naturaliser des responsables tunisiens de l’UOIF, comme 100 000 autres étrangers chaque année ?

– Que pense Alain Juppé du sympathique hôte de l’UOIF, organisation à qui il vient d’affecter 8 hectares de terrain municipal pour une Grande Mosquée ?

europe1

Eric Besson veut accélérer les naturalisations

Le ministre de l’immigration et de l’identité était l’invité d’Europe 1, émission Le Grand Rendez-vous ce dimanche. Il a défendu des idées fidèles à son identité socialiste :

« Nous avions un retard de 100 000 dossiers de naturalisations en attente, la France est l’un des pays en Europe des plus généreux en  matière d’accès à la nationalité mais nous avions un encombrement. Nous avons pris des dispositions  extrêmement importantes et donc des moyens pour réduire ce délai, et il y a quelques jours j’ai signé un décret et mis en oeuvre quelque chose qui est le visa de long séjour valant titre de séjour. »

Question du journaliste : Quel est le délai pour un Marocain par exemple qui dépose une demande de visa, il a une réponse dans combien de temps, vous dîtes « c’est pas très long » ?

Eric Besson : « Si c’est un visa de court séjour ça peut être extrêmement court, vous avez-même des consulats qui le délivrent dans la journée »

 » ça va nous permettre de réduire de 18 à 9 mois les délais d’accès à la naturalisation française »

Cela a le mérite d’être clair, d’autant que -selon le ministère de l’Intérieur – 49% des naturalisés proviennent d’un des 3 pays du Maghreb, selon un chiffre de 2005.

« La France est une terre d’immigration, une terre de métissage (…) J’étais lundi au Brésil avec le Président de la République devant Lula ce qui n’était pas rien, j’ai entendu le Président de la République dire « la consanguinité c’est l’impasse, vive le métissage, il parlait du Brésil et de la France «  On attend les preuves scientifiques montrant la dangerosité pour des Français de souche à se marier entre eux. Aussi, les femmes d’Eric Besson et de Nicolas Sarkozy sont des européennes de souche, de race blanche. Leurs enfants respectifs ne sont pas métisses. Il serait intéressant de leur poser la question  » Quel effet ça vous fait de vous être mis délibéremment dans une impasse ? «   »

« La double nationalité personne ne veut la remettre en cause, j’ai dit en revanche qu’il ne pouvait y avoir qu’une identité nationale. Chacun peut avoir la fierté de ses origines et un lien privilégié avec ses origines » …tout en obtenant la nationalité française, on notera l’absurde contradiction.

« Nous devons tout faire pour promouvoir un islam laïcisé, un islam de France » on notera l’oxymore.

Eric Besson s’est aussi prononcé contre les tests ADN pour les prétendants au regroupement familial, très souvent des faux membres d’une famille se faisant passer pour un frère ou un cousin. Il défend également Yazid Sageb (Kommissaire à la diversité ) face aux députés réclamant sa démission pour avoir défendu le droit des femmes à porter la burqa.

Joachim Véliocas

Eric Besson prend les Français pour des socialistes

Eric Besson prend les Français pour des socialistes

Abracadabrantesque. Lors d’une audition devant le Sénat le 1er juillet dernier, Eric Besson a expliqué la décroissance du nombre de clandestins détenus dans les Centres de rétention administratifs (CRA) par le formidable succès des aides au retour ainsi que par la fermeté dans la maîtrise des flux migratoires… lorsque l’on sait que le dernier rapport du Sénat sur la question de la présence des illégaux en France ( série 2005-2006, rapporteur Georges Othily) faisait état de 600 000 entrées de clandestins chaque année, on est en droit de s’interroger, alors qu’officiellement, seulement 30 000 clandestins maximums par an ont été reconduits ces dernières années (dernier chiffre connu pour 2008, le plus important par rapports aux années précédentes).

Nota bene :

L’article R553-3 du code de l’entrée du séjour des étrangers(CESEDA)prévoit que la capacité d’accueil des CRA ne peut dépasser 140 places. La capacité d’accueil des zones d’attente varie de quelques places dans la plupart des aéroports ou ports, à 172 places pour la zone d’attente de l’aéroport de Roissy. La durée de maintien est strictement limitée à 18 jours pour la zone d’attente, à 32 jours pour les CRA. Au delà de ce délai, les clandestins sont relâchés sur le territoire.   D’après la Cour des comptes, «le coût total de la rétention en Centre de Rétention Administrative en métropole, hors dépenses d’interpellation, d’éloignement et de justice, s’élève en 2008 à environ 190,5 millions d’euros, soit 5 550 euros par retenu». Mais, souligne la Cour des comptes, 58,3 % de ces retenus ne seront pas expulsés, soit que la justice les remette en liberté, soit que leur consulat refuse de délivrer le laissez-passer permettant le rapatriement. Conséquence ? Si l’on ne prend en compte que les retenus «effectivement reconduits», le coût de la rétention «se monte à 13 220 euros» par personne.

Intervention de M. Eric Besson
Ministre de l’immigration, de l’intégration,
de l’identité nationale et du développement solidaire
Audition commission des Finances
*
Sénat
1er juillet 2009

Le taux d’occupation des CRA

« Ce taux était, au niveau national, de 76% en 2007 et 68% en 2008. Il est exact de constater que ponctuellement, comme à Nîmes très récemment, certains CRA connaissent des situations de sous-occupation temporaire.
Ainsi, à Lille 1, le taux d’occupation était de 14% en 2008. Cette situation s’explique : ce CRA est vétuste et en voie de désaffectation, pour répondre aux demandes de mise aux normes. Il ne sert que quelques jours dans l’année pour soulager Lille 2 en période de forte occupation.

Pour le CRA de Nîmes récemment visité par le Rapporteur, le taux d’occupation se situait à 33% en 2008. Nîmes est situé entre Marseille (69%) et Lyon (69%). Ces deux CRA absorbent une grande partie des interpellations d’étrangers de la région.
En règle générale, la légère baisse du taux d’occupation de 2008 par rapport à 2007 s’explique par les nouvelles conditions pécuniaires mises en oeuvre pour les départs aidés lesquels ont fortement progressé en 2008. Le taux d’occupation baisse : il est de 64% pour le premier trimestre 2009. Les préfectures essaient également, de plus en plus, d’éviter le passage en CRA avant la reconduite de familles.
Ces taux d’occupation montrent donc que la politique de maîtrise des flux migratoires mise en place à partir de la fin 2007 permet d’assurer un remplissage des CRA correspondant à la mise en oeuvre des reconduites à la frontière. » Lire l’intégralité sur le site de la propagandstaffel

Observatoire de l'islamisation

79 000 visas pour les Tunisiens en 2008

Le ministre socialiste Eric Besson poursuit la politique immigrationniste de son prédécesseur au ministère qui pourrait être qualifié de l’Invasion et de l’identité extranationale. La semaine dernière, lors d’un voyage officiel en Tunisie, un « accord » a été trouvé : 40 millions d’euros seront débloqués sur trois ans dans le cadre du « développement solidaire ». Solidarité et bonne volonté largement unilatérale car la Tunisie refuse 70% des demandes de réadmission des clandestins tunisiens en procédure d’expulsion (cf: Les Echos du 6 avril). Et pour cause, les transferts de la diaspora en France représentent 3% du PIB national, soit 1 milliard d’euros. 1 Tunisien sur 16 résiderait en France, soit 600 000. On peut légitimement se demander la pertinence d’une immigration ne réinjectant pas ou très peu son épargne dans l’économie Française, lorsque les Tunisiens travaillent, ce qui est loin d’être le cas. Et quid des coûts exorbitants des allocations familialles, de la scolarité des enfants, de la Sécurité sociale, du droit au logement opposable…sans parler des dépenses de police et de prison, les immigrés musulmans peuplant – c’est officiel –  60% des prisons françaises. On lira le dossier de Contribuables associés sur le coût exorbitant de l’immigration (réalisé par un expert pourtant de gauche).

En pleine crise économique, la France s’apprète donc à renouveller la gigantesque distribution de visas aux colons arabes, ce qui fait dire à Eric Besson : « Nous nous sommes réjouis de la façon dont cet accord est appliqué. Il donne pleine satisfaction aux deux parties« . Fermez le banc.

Bouabdellah Ghlamallah

La campagne électorale algérienne dans les mosquées « françaises »

Le ministre algérien des Affaires religieuses, Bouabdallah Ghlamallah, connu pour traquer les Chrétiens en Algérie, était l’invité dimanche de la Grande mosquée de Paris afin de mettre au diapason les mosquées de l’hexagone pour soutenir la réélection du boucher des Harkis, Bouteflika. Eric Besson a, pour cette sympathique besogne, délivré un titre de séjour à l’islamiste…

Voici reproduit un article du magazine Tout sur l’Algérie, par Sonia lyes , 30/03/2009 racontant son périple :

« En France, les prêches de vendredi prochain dans les mosquées «algériennes» seront consacrés à la présidentielle

Convaincre les Algériens de France d’aller voter massivement aux élections présidentielles. Depuis quelques semaines, d’importants moyens sont mobilisés dans l’Hexagone pour atteindre cet objectif. Dans ce pays, qui compterait plus de quatre millions d’Algériens, les opérations de vote débuteront le 4 avril. Elles se poursuivront jusqu’au 9 du même mois et le degré de mobilisation des électeurs pourrait avoir un impact sur la participation en Algérie, principal enjeu du scrutin. Les autorités cherchent à rééditer l’impact du scrutin de 1995 : la forte participation des électeurs en France avait contribué à mobiliser fortement les Algériens et crédibiliser l’élection de Liamine Zeroual.

Le succès, samedi 28 mars, du meeting parisien animé par Abdelmalek Sellal est de bon augure pour la suite des événements, estime-t-on dans l’entourage de la campagne de Bouteflika en France. « L’enthousiasme qu’on a vu à travers les représentants des différentes régions présentes samedi à Paris, avec notamment la présence de beaucoup de jeunes et de femmes, montre qu’il existe en France un nouvel état d’esprit par rapport aux élections en Algérie. C’est grâce au travail de préparation que nous avons mené ici avec d’autres associations que ce résultat a été rendu possible. Nous pensons qu’il y aura une forte participation, particulièrement des jeunes qui voteront pour la première fois. Le message du président lu par M. Sellal est bien passé. Mais une fois élu, il ne doit pas les décevoir », explique Adam Nacer Benahmed, un des piliers du dispositif électoral du président Bouteflika en France.

Dimanche, le ministre des Affaires religieuses Bouabdallah Ghoulamallah, a tenu une réunion à la Mosquée de Paris avec les imams des mosquées contrôlées par les Algériens. Il leur a demandé de consacrer leurs prêches de vendredi prochain à la sensibilisation des électeurs algériens pour s’assurer d’une forte participation à la prochaine présidentielle.

C’est la première fois que les mosquées algériennes en France sont officiellement sollicitées pour jouer un rôle politique. Ces dernières années, les autorités algériennes se sont montrées méfiantes sur les questions liées à la gestion de religion après les événements connus par le pays dans les années 1990. Résultat : une politique prudente a été menée, au point où la Mosquée de Paris a perdu, en 2008, les élections du Conseil français de culte musulman (CFCM) face à des Marocains minoritaires. La présidentielle ouvrira-t-elle une nouvelle ère dans la gestion par Alger de l’Islam en France ? « 

Rappel de l’Observatoire de l’islamisation : Lundi 21 juin 2004, le ministre algérien des Affaires religieuses, Bouabdallah Ghlamallah, dénonça l’évangélisation des kabyles en Algérie dans une conférence de presse à Alger. Il rappela que l’islam est la « religion d’Etat et de tous les Algériens », puis avertit que l’apostolat chrétien entraînerait irrémédiablement un affrontement : « Il y aura effusion de sang ». En mars 2008, il tient des propos tout aussi durs dans le journal L’Expression : « J’assimile l’évangélisation au terrorisme ». Entre ces deux déclarations fracassantes, en mars 2006, une loi algérienne marqua clairement le virage islamique du régime. La loi prévoit des peines de 2 à 5 ans de prison et une amende de 500.000 à 1.000.000 de dinars (5.000 à 10.000 euros) contre toute personne qui « incite, contraint ou utilise des moyens de séduction tendant à convertir un musulman à une autre religion ». Les mêmes sanctions sont prévues contre toute personne qui « fabrique, entrepose, ou distribue des documents imprimés ou métrages audio-visuels ou tout autre support ou moyen, qui visent à ébranler la foi musulmane ». La loi n’a pas tardé à être suivie d’application.

Lire notre note sur les récentes condamnations de Chrétiens et les fermetures d’églises en Algérie.