Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘États-Unis’

84% des mosquées américaines enseignent la violence (étude sur 100 mosquées)

Les-musulmans-americains-souffrent-de-Daech_article_popinAlors que Donald Trump propose un principe de précaution en arrêtant l’immigration musulmane, nous rediffusons cette étude:

La revue collaborative Perspectives on terrorism qui  regroupe de nombreux universitaires mondiaux, projet soutenu par de nombreuses universités, du Pakistan Institute for Peace Studies (PIPS) à Islamabad, au Centre for Terrorism and Counterterrorism (CTC) à l’université Leiden de La Haye aux Pays-Bas, vient de publier un numéro très interessant téléchargable ici.

100 mosquées  nord américaines ont vu leur enseignement analysé, comme nous le faisons scientifiquement à l’Observatoire de l’islamisation en France, pour les mêmes résultats :

–  51% possèdent des textes dans leur bibliothèque justifiant la violence.

–  30% ont des textes prônant « modérément » la violence;

– 19% n’avaient pas de textes violents du tout;

 – Dans 84,5% des mosquées, l’imâm recommande d’étudier des textes comportant des passages d’appel à la violence. 

 – 58% des mosquées ont invité des imâms et des cheikhs connus pour leur promotion d’un djihad violent.

Lire la suite

La Turquie "islamiste modérée" a soutenu l'Etat islamique et refuse de le frapper

La Turquie « islamiste modérée » a soutenu l’État islamique et refuse de le frapper

Les masques tombes. La Turquie ne participera pas à la coalition contre l’État Islamique en Irak. Déjà le 7 août dernier son ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu se gardait bien condamner ouvertement l’État islamique et de le désigner comme une organisation terroriste. Sa déclaration sur la chaîne NTV, qui a été perçue par certains chroniqueurs comme une tentative de légitimation des djihadistes.

Hier, Ankara a annoncé ne pas vouloir participer aux frappes occidentales contre les djihadistes. Pour sauver les apparences, Davutoglu a annoncé hier que la base d’Incirlik s’ouvrira au soutien logistique et humanitaire, pour ne pas s’opposer frontalement aux États-Unis, vieil allié, et à l’Union Européenne qui finance déjà à coup de milliards l’intégration de la Turquie.

Pour le professeur de géopolitique Thomas Flichy de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr interrogé dans L’Homme Nouveau : « L’État Islamique, à l’échelle régionale, est soutenu à la fois par la Turquie et le Qatar mais combattu par l’Arabie Saoudite et l’Iran ».

Observatoire de l’islamisation.

Les États-Unis et la Turquie ont entrainé et armé les djihadistes de l’État Islamique

Le Figaro nous avait déjà appris qu’une « salle des opérations« , en Jordanie, dirigée par l’Arabie Saoudite, coordonne la livraison d’armes aux rebelles syriens. Y siège la France, le Qatar, la Turquie, les États-Unis. La fameuse « Islamérique » si bien décrite par Aymeric Chauprade dans son livre Le choc des civilisations (Chroniques, 2013).

L’entrainement des djihadistes serait aussi au programme dans le Royaume hachémite. Avec l’avènement d’un califat terroriste non prévu dans le scénario américain (renverser Bachar), il semble que la créature outrepasse le rôle préalablement imaginé par son démiurge. Voir ce sujet de Russia Today :

Observatoire de l'islamisation

AQMI a la même revendication que le président égyptien Morsi : libérer Abdel-Rahman

Alors que nous avons été le seul média français à rapporter la supplique récente du président Mohammed Morsi demandant à Obama de relâcher le « cheikh borgne » qui s’est vanté d’avoir commandité les attentats de 1993 au World Trade Center, voilà qu’un porte-parole des preneurs d’otages d’in Aménas réclame la même chose :

Figaro du 22/01/2013

« Le groupe islamiste armé qui a attaqué le site gazier d’In Aménas, en Algérie, sur ordre de Mokhtar Belmokhtar menace de commettre de nouvelles attaques, contre notamment la France, a affirmé lundi soir l’hebdomadaire Paris-Match, assurant avoir parlé avec son porte-parole. La France « des croisés et de Juifs sionistes paiera son agression contre les musulmans du nord Mali; mais pas seulement, ses valets aussi », a affirmé par téléphone à un collaborateur de l’hebdomadaire ce porte-parole, Joulaybib (de son vrai nom Hacen Ould Khalil), précise le magazine. Le porte-parole a aussi assuré que son groupe a contacté les autorités françaises pour des négociations, ce que ces dernières ont démenti. Le commando voulait l’arrêt de l’offensive française au Mali contre les islamistes, la libération d’Omar Abdel-Rahman, dit « le cheikh aveugle », détenu aux États-Unis pour son rôle dans les attentats du World Trade Center de 1993, et la remise en liberté d’une scientifique pakistanaise, Afiaa Siddiqui, également incarcérée en Amérique pour terrorisme. »

Égypte : «Si cette constitution est adoptée, Le Caire deviendra Kandahar» (Mahmoud Salem)

Égypte : « Si cette constitution est adoptée, Le Caire deviendra Kandahar » (Mahmoud Salem)

Mahmoud Salem (alias Sandmonkey) est un blogueur et activiste égyptien bien connu. Il est souvent interviewé par les médias occidentaux et invité à prendre la parole dans des conférences en Europe et aux États-Unis. Son compte Twitter a des dizaines de milliers d’abonnés. Il s’y décrit comme « extrêmement laïque« . Dans cet article, il explique pourquoi les salafistes, des partisans de l’application stricte de la charia, se sont ralliés au projet de constitution.

Jusqu’à récemment, la majorité des partis salafistes d’Égypte avaient l’intention de voter contre le projet de constitution qui doit être soumis à un référendum dans deux semaines.

Bien que certains extrémistes continuent d’appeler à un boycott, la grande majorité d’entre eux se mobilisent en faveur de la constitution. Ils étaient opposés à la constitution parce qu’à leurs yeux, elle n’était pas assez «islamiste» : ils appelaient à l’instauration stricte de la charia, y compris comme base des jugements des tribunaux. À première vue, il semblerait qu’aucun article du projet de constitution n’aborde clairement cette question. Il faut un examen plus approfondi pour le trouver, quelques mots sans prétention dans un article passé largement inaperçu : l’article 76.

L’article 76 stipule ce qui suit : Les peines doivent être personnalisées. Toutes les peines et les délits doivent être prévus par un texte constitutionnel ou par la loi. Aucune peine ne peut être imposée autrement que par décision judiciaire. [ ]

Dans ce cas, la recherche d’une loi … renverra directement à l’article 2 de la Constitution qui prévoit que «les principes de la charia islamique constituent la principale source de la législation». Ces Principes de la Charia Islamique sont définis à l’article 219 : Les principes de la charia islamique comprennent la preuve générale, les règles fondamentales, les règles de jurisprudence, et les sources crédibles reconnues par la doctrine sunnite et l’ensemble de la communauté.

Cela signifie que tout précédent basé sur la charia dans les 1400 ans de jurisprudence islamique et toute décision rendue par une «source crédible» sont conformes au projet de Constitution de l’Égypte. Cela comprend les peines bien connues pour le vol, l’adultère, l’idolâtrie et le meurtre – l’amputation des mains, le fouet, la lapidation à mort, le rachat de sa liberté, respectivement – ainsi que les crimes sociaux moins connus qu’aucun musulman modéré ne considère aujourd’hui comme un crime. [ ]

Si cette Constitution est adoptée, Le Caire deviendra véritablement Kandahar, avec la bénédiction du Président égyptien et des Frères musulmans. J’espère que le cessez-le-feu à Gaza en valait la peine, cher Président Obama.

Source : Why the Salafis Agreed to the Constitution, par Mahmoud Salem, Égypte Source, 3 décembre 2012. Traduction par Poste de veille