Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘Europe’

Histoire du Djihâd de l’Égypte à l'Europe : "les conquêtes appelaient d'autres conquêtes"

Histoire du Djihâd de l’Égypte à l’Europe : « les conquêtes appelaient d’autres conquêtes »

Documentaire proposé par la chaîne wahhabitte saoudienne IQRA disponible dorénavant en France par le bouquet Numéricable ou Freebox. Les conquêtes de l’Islam jusqu’à l’Europe sont explicitées et approuvées.

Observatoire de l'islamisation

État islamique : la Turquie est-elle encore notre alliée ? (Le Figaro)

Lire cette tribune sur le blog géopolitique d’Alexandre del Valle, qui avait prophétisé la radicalisation de la Turquie dans son livre La Turquie en Europe : un cheval de Troie islamiste ?

Église copte orthodoxe

L’exil des Coptes en France

Lu dans Valeurs Actuelles (extrait) :

La communauté copte de France est la plus importante d’Europe. Ses membres suivent avec attention les événements en Égypte.

Dans la salle au rez-dechaussée de la Mission chaldéenne en France (à Paris dans le XVIIIe), les réfugiés arrivent de tout l’Orient. Au fond, de jeunes Pakistanais. À côté, des Irakiens discutent autour d’un thé. Et, dans la petite pièce mitoyenne, les coptes. Depuis le début de l’année, ces chrétiens égyptiens sont de plus en plus nombreux à frapper à la porte de Notre-Dame de Chaldée (…)Ces exilés ne supportent plus les églises incendiées, les jeunes filles converties de force à l’islam, les attentats ciblés et les manifestations pacifiques réprimées dans le sang (celle du 9 octobre a fait 24 morts) mais aussi, et surtout, ce « harcèlement quotidien » dont témoignent les coptes et qui les pousse à fuir l’Égypte.(…)En janvier 2011, le ministère de l’Intérieur recensait 45000 coptes arrivés en France à partir des années1980. Dans la communauté, on parle de 100000 personnes. Un chiffre difficile à établir car beaucoup sont sans-papiers.

(…) La plupart s’installent en région parisienne autour de la dizaine de paroisses coptes orthodoxes, à Saint-Ouen, Sarcelles, Colombes ou Châtenay-Malabry, la plus importante, qui rassemble un petit millier de fidèles. Comme en Égypte, c’est autour de l’église que s’organise la vie communautaire.

Lire la suite dans Valeurs Actuelles

Necmettin Erbakan

Le mouvement islamiste turc Vision Nationale à l’assaut de l’Europe

Extrait du « Dossier du mois » du mensuel de l’Observatoire de l’islamisation

Tout est parti de la volonté d’un seul homme, Necmettin Erbakan (photo), principal acteur politique de l’islamisme turc de ces 40 dernières années. Sa première tentative de prendre le pouvoir par la voie démocratique, date de la création en 1970 de son Parti de l’Ordre national. Parti perçu comme la branche politique de la confrérie islamique Nakshibandi, ses excès programmatiques axés sur l’anti-maçonnisme, l’anti-occidentalisme, la critique de la laïcité, ne tardèrent pas à le marginaliser. Voulant remplacer ouvertement dans les écoles publiques certains enseignements d’Emile Durkheim au profit de penseurs islamiques connus pour leur rejet des « innovations blâmables », comme al-Ghazali (1058-1111), ou Ahmed Shirindi (1564–1624), référence de la confrérie islamique Nakshibandi, il provoqua sérieusement l’inquiétude des autorités. D’autant qu’une part grossissante d‟une autre confrérie de masse, les Nurcu, commença à rejoindre ses rangs…Le coup d’état de 1971, effectuée par l‟armée gardienne de la laïcité (dépositaire de l‟héritage du premier président Mustafa Kemal, militaire ayant aboli le califat en 1924) régla -temporairement- le sort de la formation islamiste, et pour Erbakan, marqua le début de son exil en Suisse et en Allemagne pour nombre de ses collaborateurs, pays à partir desquels il va fomenter le retour de l’islamisme à vocation démocratique. C‟est le Parti du salut national (MSP) qui succèdera au Parti de l’ordre national, avec un Necmettin Erbakan restant dans l’ombre, recyclant les cadres du parti dissous, qui reprendra ses thèmes favoris. Il n’eut qu’à attendre 1974 pour participer à un gouvernement de coalition au terme d’un succès dans les urnes, qui permettra au tout jeune parti de briguer des portefeuilles ministériels de premier ordre (Intérieur, Commerce, Justice et industrie…) et d’installer Erbakan au poste de Premier ministre. Durant cette période, son influence permet de recruter 5000 imams et muezzin à la direction des Affaires religieuse, pour la seule année 1974 !

La parenthèse européenne de Necmettin Erbakan nous intéresse grandement, car c’est lui qui posa les jalons de la diffusion de l’islamisme turc, d’abord en Allemagne où naquit le Millî Görüs, littéralement Idéologie ou Vision nationale, formant une base arrière stable indispensable tout au long d’un vingtième siècle rythmé par les coups d’État successifs et les persécutions à l’encontre des différentes formations islamistes qu’il contrôla. L’Europe allait donner, par ses généreux droits de l‟homme et sa névrotique quête de « diversité », un cadre de liberté idéal afin que le mouvement se structure via ses journaux, radios et évidemment mosquées qui ne tarderont pas à pousser.

CIMG-FRANCE

Près de 40 ans après ses débuts en Allemagne, le Millî Görüs, dont le logo est la carte de l’Europe enchâssée d’un croissant islamique, est devenu une pieuvre tentaculaire ayant essaimé dans tous les pays d’Europe, et la France n’est pas en reste, nous allons le voir.

Le quotidien allemand Die Ziet, dans un article consacré au mouvement en 1999, recensait déjà 500 mosquées outre-Rhin pour 26500 membres, sans parler des sympathisants beaucoup plus nombreux. La réforme du code de la nationalité en 2001, donnant la nationalité allemande à près de 2,5 millions de turcs, fut une véritable aubaine afin de peser dans le débat public et d’obtenir une oreille attentive des autorités fédérales. D’autant que l’islam obtint quelques mois plus tard d’Otto Schily, alors ministre de l’Intérieur, la reconnaissance au même titre que les Églises chrétiennes en bénéficiant du statut très avantageux de collectivité de droit public, permettant aux islamistes d‟obtenir des cours de religion dans les écoles en plus de financements conséquents !

(implantation des mosquées du mouvement en France. source)

Le Djihad, un pilier pour Vision Nationale

Necmettin Erbakan , avait souligné lors d’un discours prononcé le 13 mai 1991 dans la ville de Sivas combien le djihad est important dans la lutte pour la prise du pouvoir politique:

Le Parti de la Prosperité (Refah Partisi) est une armée. Tu dois travailler de toutes tes forces pour que cette armée grandisse. Ce parti est l’armée de la guerre islamique. Tu ne peux pas mener tes propres actions en te disant que tu fais ta propre guerre. Les actions qui sont menéesnsans demander l’avis du quartier ne sont que discorde. Si tu travailles, tu travailles ici. Es-tu musulman ? Alors tu es obligé d’être un militaire dans cette armée. On ne devient pas musulman sans donner de l’argent au Djihad. Nous, nous sommes musulmans. Nous devons soutenir le Parti de la Prosperité (RP) car nous désirons le djihad. Tous ceux qui travaillent consciemment pour le Parti de la Prospérité vont au paradis, pourquoi? Parce que Prospérité signifie travailler pour faire régner l’ordre coranique » cité dans Refah partisi kapatma davasi, Istanbul, Ed.Kaynak, 1998. p287

Les obligations des idéologues de Vision Nationale sont indiquées dans les documents du mouvement intitulés « les prêcheurs, les membres, les gestionnaires et les propriétés liées ». La traduction est parue dans le livre du sociologue turc Mustafa Pekoz, Le développement de l’islam politique en Turquie (L’Harmattan, 2011). Le contenu est édifiant :

9 – Chaque individu membre de Vision Nationale doit s’engager dans la guerre religieuse (djihad) sur le chemin de Dieu. Pour que le djihad se réalise avec le bien et l’existence, le membre doit tout d’abord avoir son attention tout à Dieu et se conditionner de manière à être prêt à tout moment pour le djihad.
10 – Tout combattant appartenant à l’Organisation Vision Nationale doit savoir que (…)

Observatoire de l'islamisation

La Turquie exige plus d’immigration pour l’Europe

La France  délivre 110 000 visas aux Turcs chaque année (chiffres Intérieur 2008). Mais le rythme de l’invasion n’est pas assez soutenu pour les islamistes turcs au pouvoir.

« L’Europe devra mettre en place  l’arrivée de plus d’immigrants et accepter la diversité. » s’est exprimé le président turc Abdullah Gül lors du Forum Global Policy Yaroslavl le 8 septembre 2011 en Russie (discours intégral ici) L’islamiste  Gul a également exprimé sa préoccupation devant la montée du sentiment anti-immigrés et anti-islamique en Europe, et a suggéré que davantage devrait être fait pour combattre ce « fléau ». Cynisme et culot incroyable de Gul, car la situation des Chrétiens en Turquie ne s’améliore pas. Ainsi le Patriarche oecuménique orthodoxe Bartholomé vient d’affirmer à la chaine CBS que les chrétiens sont « des citoyens de seconde zone » n’hésitant pas à dire que sa communauté est « crucifiée« , ne pouvant par exemple toujours pas récupérer les biens confisqués, ouvrir des églises ou ouvrir à nouveau le séminaire de Halki fermé par la décision raciste de la Turquie dès 1971…Le patriarche Bartholomée vit avec une protection rapprochée jour et nuit, suite aux nombreux assassinats de religieux par les islamistes, ce qui est loin d’être le cas des imâms en Europe.

Pour ceux qui douteraient du caractère islamiste du président turc, nous rappellons un de ses propos :

« On changera définitivement le système laic. La république vit ses derniers temps »

Source : Nevzat Bölugiray, AKP degisiyor mu? [ L’AKP change t’il ?], Tekin Yayinevi, Istanbul, 2004,p.78.

Cet inquiétant donneur de leçon devrait balayer devant sa porte, un récent sondage sur les opinions des Turcs à l’égard des Chrétiens donne les résultats suivant :

Pour 59% des personnes interrogées, les non-musulmans « ne devraient pas » ou « ne devraient absolument pas » être autorisés à tenir des réunions publiques dans lesquelles ils peuvent discuter de leurs idées. Pour 54%, les non-musulmans « ne devraient pas » ou « ne devraient absolument pas » être autorisés à publier de la documentation pour expliquer leur foi. Selon l’enquête, près de 40% de la population de la Turquie a une opinion « très négative » ou « négative » des chrétiens. (en savoir + sur ce sondage)

Europe passoire : les clandestins tunisiens en liberté à Paris

https://youtu.be/zKomzw1RNp4

19/4/2011 – 12h56
ROME (NOVOPress) : Le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, a déclaré ce matin que la question des clandestins tunisiens était désormais réglée entre l’Italie et la France. « Au niveau bilatéral, a expliqué le ministre dans un entretien à la télévision italienne, la question a été résolue. Les Français appliquent désormais les règles européennes, ils acceptent les Tunisiens qui arrivent d’Italie. »Des journalistes italiens qui se sont rendus hier à la gare de Nice ont constaté que la police française n’effectuait aucun contrôle. « Les agents, les manches retroussées à cause de la chaleur qui commence déjà à se faire sentir, observent trois Tunisiens à peine arrivés de Vintimille, puis passent leur chemin. Aujourd’hui ça va vraiment mieux, commentent les immigrés en suivant les policiers du regard. »

L’invasion de la France est facilitée par l’UE qui, depuis les accords de Shengen, a interdit tout contrôle aux frontières nationales, et dont les compétences en matières d’immigration ( visas et droit d’asile) ont été élargies depuis le traité d’Amsterdam et le TCE rebaptisé Traité de Lisbonne. Le TCE pour lequel a milité Nicolas Sarkozy, interdit toute expulsion groupée de clandestins.

Observatoire de l'islamisation

Égypte : les « experts » incompétents des médias français

Interviewé dans Le Monde, Jean-Noël Ferrié, docteur en sciences politiques et directeur de recherche au CNRS, revient sur la situation des coptes d’Égypte et le contexte politique de cet attentat :

« ce serait une erreur de dire que les autorités égyptiennes négligent la menace qui pèse sur les coptes et la menace terroriste en général : le gouvernement est au contraire très attentif à la lutte contre le terrorisme et à ce qui peut arriver aux coptes. (…)Certains coptes ont tendance à parler de persécution. Mais il n’y a pas de menaces de ce type en Égypte sur les coptes venant des autres Égyptiens, et les musulmans d’Égypte sont unanimes pour condamner cet attentat. Il ne faut pas imaginer une minorité copte avec une majorité musulmane hostile : ce n’est pas une communauté persécutée »

Cette communauté ne serait pas persécutée ? Pour quelqu’un qui comme moi lit la presse anglophone Copte depuis 10 ans pour être au courant de ce que la presse française ne traite pas, qui a noué des relations avec des religieux sur le terrain, c’est incroyable de lire de telles absurdités. La police égyptienne elle même n’hésite pas à persécuter les Coptes pour les moindres raisons fallacieuses, les attaques de monastères et d’églises, de commerces chrétiens sont mensuels voire hebdomadaires depuis des années !

– Sobhy Gress, secrétaire général de l’association Solidarité Coptes Internationale pointe lui clairement l’attitude du laissez-faire du gouvernement égyptien, voir un compte rendu de sa toute récente conférence sur la tragédie.

Voir un échantillon de persécutions ignobles que j’avais recensé pour la seule année 2007.

– Voir le très lourd dossier sur les dernières années de Bicouac-ID

– Lire la synthèse de cette situation catastrophique sur Aide à l’Église en Détresse

Le ponpon revient à Odon Vallet qui dans Le Point fait un parallèle assez particulier que même Tariq Ramadan aurait trouvé too much :

« Il existe une « christianophobie » dans ces pays, comme il y a de « l’islamophobie » en Europe. Le radicalisme religieux vaut dans les deux sens. Depuis le 11-Septembre 2001, le durcissement entre religions prédomine, et la crise économique accroît ce phénomène. »

source

Le célèbre télé-prédicateur Amr Khaled appelle à « infiltrer » l’Europe

La volonté de conquête de l’Europe par la « propagande » et l »infiltration » est clairement évoquée par un des plus grands leaders d’opinion des masses musulmanes dans le monde. Amr Khaled, inconnu du grand public européen, est pourtant une star des foyers musulmans qui ont leur parabole orientée vers la méditerranée, selon sa biographie Wikipedia :

Amr Mahmoud Helmi Khaled (عمرو محمود حلمي خالد) (né le 5 septembre 1967) est un prédicateur musulman de nationalité égyptienne. C’est l’un des plus célèbres télé-prédicateurs du monde arabe, dont la popularité ne cesse d’augmenter. Le 30 avril 2006, le New York Times l’a élu comme le télé-évangéliste musulman le plus célèbre et le plus influent du monde. (…)Par son discours, Amr Khaled vise principalement les musulmans âgés de 15 à 35 ans, issus de la classe moyenne. Selon lui, cette couche de la société est la plus capable de faire du monde musulman un monde meilleur. Il vise également les femmes, les jeunes et les riches. Il est apprécié pour parler en arabe dialectal et pour avoir une approche sympathique, créative et amicale avec son public.(…) Le 30 mai 2004, le quotidien britannique, le Sunday Times affirme que Andrew Turnbull, secrétaire du cabinet du premier ministre Tony Blair, a demandé à Amr Khaled de conseiller le gouvernement britannique sur les relations que doit avoir l’État avec ses citoyens musulmans. Lire la suite sur Wikipedia.

L’homme est communément décrit comme un modéré au prétexte qu’il condamne l’extrémisme de Ben Laden et qu’il veut la « paix » avec les non musulmans (la pax islamica a une signification bien particulière: l’exigence du respect total envers Mahomet et l’ordre islamique est un préalable). Sa finesse le conduit évidemment à rejeter toute confrontation frontale avec les Européens. Mais son objectif profond est évidemment l’implantation puis la conquête de l’Europe ainsi qu’il l’énonce dans cet extrait.

Observatoire de l'islamisation

colonisation musulmane de l’Europe : l’islamologue Bernard Lewis constate

« Les immigrants musulmans présentent quelques caractéristiques claires : ils font preuve d’une ferveur et d’une conviction qui se sont grandement affaiblis dans la plupart des pays occidentaux, voire qui leur font carrément défaut. Ils sont convaincus que leur cause est juste, alors que nous passons beaucoup de temps à nous avilir. Loyauté et discipline les caractérisent, et, le plus important peut-être, ils ont la démographie de leur côté. L’accroissement naturel allié à l’immigration, qui entraîne de grands bouleversements dans la structure de la population, pourrait conduire dans un avenir proche à la constitution de majorités musulmanes dans quelques villes européennes, voire dans des pays entiers. Mais les démocrates occidentaux ont également quelques atouts, dont les plus importants sont le savoir et la liberté. »

(source : Bernard Lewis, islamologue de renommée mondiale, de nationalité américaine et israélienne, dans « Die Welt » du 18/04/07.)

Observatoire de l'islamisation

L’Europe bientôt en Tchador

Source : revue de presse du Mouvement Pour la France.

Dans son édition du 1er février, Courrier International reprend, sous un titre on ne peut plus explicite « L’Europe bientôt en tchador », quelques extraits d’un « article hallucinant du quotidien de droite israélien [Jerusalem Post] sur la poussée démographique des musulmans en Europe et ses conséquences néfastes pour les Etats-Unis, Israël et les Juifs ». Et cela commence fort :

« Si jamais vous vouliez voir Paris ou Rome avant de mourir, et que vous n’en avez pas encore eu l’occasion, vous feriez peut-être bien de vous hâter. Car, bientôt, l’essentiel de ce que nous considérons aujourd’hui comme l’Europe occidentale se sera transformé en une branche du monde musulman. C’est en tout cas la conclusion déplaisante, mais absolument inévitable qu’il faut tirer de la dégringolade démographique qui entraîne l’Europe vers le néant ».

Et pour justifier cette constatation, le quotidien de citer le récent rapport de la Rand Corporation (un think-tank américain) : « dans toute l’Europe, les taux de natalité sont en chute libre et la taille des familles se réduit. Le taux de fertilité total est aujourd’hui de moins de deux enfants par femme dans chaque Etat membre de l’Union européenne ». Or, selon les démographes, « pour que la population d’une société demeure stable, son seuil de remplacement implique un taux de natalité de 2,1 enfants par famille », « tout chiffre inférieur est synonyme de déclin et de dissolution ». Même le Conseil de l’Europe a lancé un avertissement en déclarant en 2004 dans son « livre blanc de la démographie » que « dans toute l’Europe, il y a eu plus de décès que de naissances pour l’année 2003 ». Et le quotidien de citer l’éditorialiste canadien Mark Steyn qui souligne dans son nouveau livre, America Alone (L’Amérique seule) :

« Quel est le pourcentage de la population musulmane de Rotterdam ? 40%. Quel est le prénom masculin le plus répandu en Belgique ? Mohammed. A Amsterdam ? Mohammed. A Malmö, en Suède ? Mohammed ».

Et même The Daily Telegraph de Londres rapportait en décembre 2006 que « Mohammed et son autre graphie la plus courante, Muhammad, sont désormais des prénoms de bébés plus populaires en Angleterre et au pays de Galles que Georges ». Car, comme le relève le quotidien, « si les Européens sont actifs partout sauf au lit, les populations musulmanes qui vivent en leur sein se montrent beaucoup plus prolifiques ». Or d’après des « projections réalisées par le National Intelligence Council du gouvernement américain, la population musulmane du continent, actuellement de 20 millions, aura probablement doublé d’ici à 2025 ». Le quotidien note qu’une «

Europe de plus en plus islamisée sera de plus en plus hostile à Israël et aux Etats-Unis »

et que

« même si les gouvernements européens parvenaient à inverser la tendance, ce qui semble fort peu probable, il faudrait des années avant que le changement ne soit perceptible. Or, en attendant, l’influence politique musulmane continuera de se développer et de s’étendre, et les dirigeants européens ne pourront que difficilement faire abstraction des exigences de la communauté ».

Et de conclure :

« Par conséquent, si vous voulez vraiment voir la tour Eiffel de près, je vous conseille de ne pas trop tarder. Le temps de dire ouf, et elle pourrait bien avoir été transformée en minaret »…

Une analyse qui rejoint ce que dénonce Philippe de Villiers :

non seulement, il a préconisé de longue date de mettre en place une vraie politique familiale, qui aurait eu pour conséquence de relancer la natalité ; mais de plus, il met en garde contre « l’islamisation » de la France, prônant une immigration zéro et une politique généreuse de co-développement des pays les plus pauvres.