Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘France’

Général Vincent Desportes : « Il y aura des attentats de masse en France »

Le général Vincent Desportes, ancien directeur de l’Ecole de guerre, publie La dernière bataille de France (Gallimard), dans lequel il s’inquiète d’une armée dépourvue de moyens face à une recrudescence des conflits et une menace terroriste inédite.

« La Turquie 1er bénéficiaire de l’instrument de pré adhésion » : 865 millions pour l’agriculture turque (source Bercy)

delvalle alexandre turquie

Source : Ministère des Finances et des Comptes Publics

Ou comment nos impôts financent les agriculteurs turcs pendant que les nôtres se suicident. 865,7 MILLIONS d’euros pour « le développement rural«  (subvention totale UE 2007_2013 voir tableau)

La France contribue à hauteur de 16,4% au budget de l’UE. Donc le coût de la pré adhésion turque a coûté aux Français 787 millions sur 2007-2013 , et 142 millions concernant l’agriculture

Les eurodéputés UMP avait commencé depuis longtemps à voter les crédits d’adhésion :

Turquie : l’UMP vote les crédits de pré… par L_pour_Libertas

Les États-Unis et la Turquie ont entrainé et armé les djihadistes de l’État Islamique

Le Figaro nous avait déjà appris qu’une « salle des opérations« , en Jordanie, dirigée par l’Arabie Saoudite, coordonne la livraison d’armes aux rebelles syriens. Y siège la France, le Qatar, la Turquie, les États-Unis. La fameuse « Islamérique » si bien décrite par Aymeric Chauprade dans son livre Le choc des civilisations (Chroniques, 2013).

L’entrainement des djihadistes serait aussi au programme dans le Royaume hachémite. Avec l’avènement d’un califat terroriste non prévu dans le scénario américain (renverser Bachar), il semble que la créature outrepasse le rôle préalablement imaginé par son démiurge. Voir ce sujet de Russia Today :

Les six mosquées de Roubaix en pleine reconstruction

« Les six mosquées de Roubaix en pleine reconstruction » (Nord éclair)

Lire l’article de Nord éclair du 6 mars :

« Avec un budget prévu de cinq à dix millions d’euros, la mosquée turque de la rue du Caire doit remplacer la vieillissante mosquée rue Daubenton. La mosquée, d’une capacité de 1 000 personnes, comportera aussi une partie culturelle, une crèche non-confessionnelle, un salon de thé et des cellules commerciales (…) La Turquie prend à sa charge les frais des imams et des professeurs. »

La Turquie transforme les plus vieilles églises du pays en mosquées, vient de confisquer les terres du monastère de Mor Gabriel (IVème siècle) et refuse catégoriquement la réouverture du séminaire orthodoxe de Halki. Les missionnaires chrétiens sont arrêtés et expulsés, alors que la Turquie envoie ses imams faire du prosélytisme en France.

Le rapport Eurling de l’UE sur les progrès accomplis par la Turquie sur la voie de l’adhésion, réalisé par le rapporteur du même nom pour la Commission des affaires étrangères, rendu public le 13 septembre 2006, pointait déjà le scandale de la spoliation des biens de l’église orthodoxe et catholique. La partie nord de Chypre occupée par la Turquie a connu une épuration religieuse totale. 82 églises étaient présentent sur ce territoire. Aujourd’hui plus une seule ne sert de lieu de culte : 68 ont été transformées en mosquées, 5 en écuries, 4 en musées, 3 en casernes, 2 en habitations.

Rappel La Voix du Nord du 24 août 2013 sur la plus grande des six mosquées de Roubaix :

Sujet sensible. La mosquée Abou Bakr à Roubaix a accueilli en début de semaine Salih Al-Souhaymi et Mohamed Ramzan Al-Hajiri, deux prédicateurs originaires d’Arabie Saoudite, pour un séminaire. Selon nos informations, les deux hommes seraient surveillés de près par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Ils feraient l’objet d’une mesure d’ordre intérieur dans le jargon policier. Mesure qui selon une source proche du dossier indique que ces deux personnes « auraient dû théoriquement être refoulées à la frontière. »

Lire la suite dans la Voix du Nord

La mosquée Abou Bakr avait fait parler d’elle lorsque son trésorier défendait l’idée d’appliquer les peines légales (hûdud) issues de la charia en France dès lors que les musulmans seront majoritaires :

Observatoire de l'islamisation

L’Union Européenne cède au chantage de la Turquie sur la libre circulation de ses citoyens

« La porte de l’Europe sans visa va désormais être ouverte« , s’est félicité le Premier ministre islamiste Recep Erdogan après la signature d’un accord avec la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Cecilia Malmström, immigrationniste forcenée. Manuel Valls n’a aucun pouvoir de refuser ce diktat de Bruxelles évidemment.

Cet accord bilatéral permettant aux Turcs de venir en Europe sans visa est une aubaine pour la république turque connaissant un fort taux de chômage. La contrepartie acceptée par les Turcs, d’autoriser l’UE à renvoyer les clandestins turcs, est dérisoire étant donné qu’avec cette possibilité de venir en Europe, il n’y aura mécaniquement plus de clandestins…

La France n’a aucun moyen de refuser cet accord étant donné qu’elle a ratifié en 1998 (Traité d’Amsterdam) et 2007 (Traité de Lisbonne) le transfert de sa politique migratoire à l’UE. Une coproduction UMP/PS permettant à ce pays où 40% de la population « a une opinion négative des Chrétiens » (sondage Université de Sanbancu) de coloniser une Europe devenue la folle du village mondial.

CIMG-FRANCE

Le maire de Mulhouse retourne sa veste sur le projet de Grande Mosquée turque

Affiche de propagande du mouvement Milli Gorus mettant en scène son fondateur, sabre au clair, censé éradiquer l’occident et ses représentants…

Milli Gorus : le mouvement pour un califat turc a déjà 65 mosquées en France !

Le mouvement islamiste turc qui porte le projet, Milli Gorus [Vision Nationale] est dans l’œil du cyclone judiciaire en Allemagne, où plusieurs de ses locaux ont été perquisitionnés pour association de malfaiteurs, fraude fiscale et détournement de fond publics en 2008. L’interdiction de ce mouvement créé par l’homme politique Necmettin Erbakan à la fin des années 70 en Turquie, est étudiée en Allemagne, notamment pour son extrémisme pro djihad.

Nous avions reproduit les textes djihadistes internes au mouvement ainsi que ses déboires judiciaires en Allemagne dans le mensuel de l’Observatoire de novembre 2011, en s’appuyant sur les travaux du sociologue turc Mustafa Pekoz mettant à nu l’organisation (lire son livre Développement de l’islam politique en Turquie, L’Harmattan, 2010), pages 16 à 23 du document suivant :

Observatoire de l'islamisation

La rencontre entre le président égyptien et le président de l’UOIF était-elle secrète ?

L’agence de presse nationale du Qatar rapporte cette nouvelle pourtant pas anodine, dont la presse française n’a pas parlé, et pas non plus le site officiel de l’UOIF. Pourtant les Français seraient curieux d’apprendre qu’une des principales fédérations musulmanes en France, contrôlant les mosquées de Nantes, Bordeaux, Mulhouse, Lille, Poitiers, Caen etc. est proche des Frères Musulmans égyptiens !

« 2013.01.3

0060 General/ Arab Affairs/ Arab Countries/ Egypt

Cairo, January 03 (QNA) – Egyptian President Mohamed Morsy met this evening with Secretary-General of the Union of Islamic Organizations in France (UOIF) Ahmed Jaballah, the and Vice Chairman of the Egyptian Hope Society in France Abdul l-Rahim Al-Khouli.

A press release issued by the Egyptian presidency said the meeting dealt with the situation of the Egyptian and Muslim communities in France as well as the official and popular efforts aimed to achieve positive integration of the Muslim minority in the Western society on the basis of respect for public order of the state on the one hand, and respect for the Islamic identity of the other.(QNA)

QNA 1729 GMT 2013/01/03″

Observatoire de l'islamisation

Quelle légitimité démocratique pour la présence des immigrés en France ?

Si l’écrasante majorité des migrants sont toujours venus en France de manière légale, en revanche, la lecture des programmes électoraux des cinq derniers présidents de la république et de leur parti montre que jamais ils n’ont annoncé le nombre de permis de séjours et visas qu’ils allaient octroyer massivement, ni les naturalisations massives et encore moins les régularisations de clandestins massives. Aucun programme politique n’a non plus annoncé la fin des contrôles au frontières nationales, ni les transferts de compétences en matière de droit d’asile et de visas à Bruxelles entérinées par le Traité d’Amsterdam en 1998.

Cela pose donc une question extrêmement grave. Si les grandes entreprises ont milité pour l’accueil de cette main d’oeuvre bon marché, le peuple français qui en subit les coûts annexes (logement, prestations sociales, scolarisation) n’a jamais été consulté. Embêtant pour un pays qui se prétend être une des plus grandes démocraties du monde.

Rappel des programmes politiques des différentes campagnes électorales des partis au pouvoir depuis 1969 :

La profession de foi de Georges Pompidou en 1969 ne prononce pas une fois le mot immigration.

Le 9 mars 1973 la France, sous la présidence de Georges Pompidou, s’engage à appliquer la « Charte sociale européenne » élaborée par le Conseil de l’Europe. La Charte est en contradiction avec la politique migratoire économique française qui prévoyait le retour des travailleurs étrangers, : les entreprises bénéficiaient d’une main d’œuvre bon marché et les immigrés pouvaient subvenir aux besoins de leur famille et épargner avant de rentrer au pays. Le retour au pays était à l’époque évident, aussi bien pour les travailleurs,  que pour la population française. Mais la Charte comportait la décision de «  faciliter autant que possible les regroupements de la famille du travailleur migrant. » (Article 19, paragraphe 6.)

3 juillet 1974 : Giscard met officiellement fin à l’immigration de travail et au regroupement familial.

Le 3 mai 1974, toujours devant le Conseil de l’Europe, la France ratifie une série de textes, dont la « Convention Européenne de Sauvegarde des droits de l’Homme », qui interdit l’extensible concept de non discrimination entre les nationaux et les étrangers. Ainsi, la porte fut ouverte à tous les mécanismes de lissage des différences entre les français et les étrangers, amenant à une logique de naturalisation massive d’individus qui pourtant n’avaient rien de français, ni la langue, ni la culture, ni l’adhésion à la volonté d’une destinée commune.

Au printemps 1974, Valéry Giscard d’Estaing fait campagne sur la nécessité de l’arrêt d’une immigration de travail, le choc pétrolier marquant le début d’une récession économique qui s’étendra sur le temps jusqu’à créer  le terme « les trente piteuses ». L’immigration n’a plus de raison d’être, les travailleurs devaient rentrer dans leur patrie charnelle y retrouver leurs proches.

Réélu en mai, Giscard tient ses promesses électorales et le 3 juillet 1974, sur son ordre, le conseil des ministres, dirigé par Jacques Chirac, décide de suspendre pour trois ans l’immigration de travail et les regroupements familiaux. Les circulaires des 5 et 9 juillet l’attestent. Mais c’était sans compter sur l’intervention du Conseil d’Etat déclarant les circulaires en contradiction avec nos engagements auprès du Conseil de l’Europe. Le gouvernement français inverse alors sa position, et le décret du 29 avril 1976 rétablit le droit au regroupement familial des immigrés. La France se couche devant une institution étrangère, imposant sa politique migratoire tout droit issue des engagements pris au sein du Dialogue Euro Arabe de la communauté européenne, notamment lors des résolutions de Strasbourg des 7 et 8 juin 1975 par l’Assemblée parlementaire pour la coopération euro-arabe. (voir mon livre pour + de détails).

Les travailleurs immigrés en France furent invités à s’installer définitivement en France et à ramener femmes et enfants. L’immigration de travail devint alors une immigration de peuplement.

Les 110 propositions de Mitterrand en 1981 :

 » Proposition n°81 Le plan fixera le nombre annuel de travailleurs étrangers admis en France . L’Office national d’immigration sera démocratisé. La lutte contre les trafics clandestins sera renforcée. »

Aucun chiffre de travailleurs annuels n’est avancé. 10 000, 100 000 ? Les Français sont laissés dans le flou complet. De plus, aussitôt arrivé au pouvoir, Mitterrand régularise 300 000 clandestins malgré ses engagements. Aucune des 110 propositions ne parle de naturaliser les étrangers en masse non plus.

Le programme de Chirac en 1995 ne parle tout simplement pas d’immigration. En 1998, il ratifiera le Traité d’Amsterdam transférant la politique d’asile et de visas à l’Union Européenne.

Le programme de Jospin en 1995 et du PS en 1997 n’ont jamais annoncé la régularisation de 80 000 clandestins par Chevènement en 1997.

2002: Chirac s’engage à maitriser l’immigration dans son programme. Aussitôt élu, en juillet 2002, il promet 300 000 visas par an à Alger lors d’un voyage officiel.

Les clandestins peuvent même demander l’annulation de leur reconduite à la frontière dans le projet de loi relatif à l’immigration de 2002

«  »L’article L. 512-2 du CESEDA relatif au recours contre les arrêtés de reconduite à la frontière pris à la suite de l’interpellation d’un étranger en situation irrégulière dispose que l’étranger peut demander son annulation dans un délai de quarante-huit heures, le juge ayant soixante-douze heures pour statuer.

Les régularisations de clandestins sous le quinquenat Chirac s’envolent, malgré ses promesses de lutte contre l’immigration clandestine (et celles de son ministre Sarkozy) :

2002: 17 188 clandestins régularisés

2003: 20 744 clandestins régularisés

2004: 22 814 clandestins régularisés

2005: 26 338 clandestins régularisés.

2007: Sarkozy axe sa campagne sur la lutte contre l’immigration clandestine et l’arrêt de l’immigration massive.

Hortefeux signe un accord avec la CGT (18 juin 2010) pour régulariser les travailleurs clandestins. Plus de 20 000 clandestins seront régularisés chaque année jusqu’à 2011.

Fillon annonce à Alger en 2008 l’augmentation du nombre de visas, il annonce 170 000 visas aux algériens chaque année.

Copé, plus à droite? Répondant à un journaliste de Tout sur l’Algérie, le secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé explique :

« La France délivre près de 140 000 visas par an, pour environ 200.000 demandes. Le taux de refus diminue, nous délivrons de plus en plus de visas de circulation et nous avons fait un effort important pour améliorer les conditions d’accueil, notamment par le recours au prestataire Visa France. L’Algérie bénéficie en outre d’un régime favorable pour les visas de longue durée et pour le séjour, conformément aux accords de 1968 que nous sommes prêts à améliorer encore, pourvu que nos préoccupations soient prises en compte, conformément au principe de réciprocité. D’un point de vue personnel, je pense que la renégociation de l’accord de 1968 doit être l’occasion d’améliorer la mobilité des chefs d’entreprise, des chercheurs, des artistes.« J-F Copé dans TSA

Aussitôt la prise de pouvoir de la Tunisie par les islamistes, l’ambassadeur de france à Tunis Boris Boilon annonça lui l’augmentation du nombre de visas aux Tunisiens, 80 000 par an sous Sarkozy.

Les Marocains ont reçu sous Sarkozy 150 000 visas par an.

Les étrangers peuvent demander la nationalité française après seulement 5 ans de séjour en France, jamais les Français n’ont été consultés sur les modalités des naturalisations. Sous Nicolas Sarkozy 750 000 étrangers ont obtenu la nationalité française, pour moitié issu des pays du Maghreb.

Pour une analyse détaillée de l’augmentation de l’immigration de peuplement sous les gouvernements Chirac-Sarkozy, lire notre Bilan migratoire gouvernemental (2002-2012).

Observatoire de l’islamisation-octobre 2012.

Église copte orthodoxe

L’exil des Coptes en France

Lu dans Valeurs Actuelles (extrait) :

La communauté copte de France est la plus importante d’Europe. Ses membres suivent avec attention les événements en Égypte.

Dans la salle au rez-dechaussée de la Mission chaldéenne en France (à Paris dans le XVIIIe), les réfugiés arrivent de tout l’Orient. Au fond, de jeunes Pakistanais. À côté, des Irakiens discutent autour d’un thé. Et, dans la petite pièce mitoyenne, les coptes. Depuis le début de l’année, ces chrétiens égyptiens sont de plus en plus nombreux à frapper à la porte de Notre-Dame de Chaldée (…)Ces exilés ne supportent plus les églises incendiées, les jeunes filles converties de force à l’islam, les attentats ciblés et les manifestations pacifiques réprimées dans le sang (celle du 9 octobre a fait 24 morts) mais aussi, et surtout, ce « harcèlement quotidien » dont témoignent les coptes et qui les pousse à fuir l’Égypte.(…)En janvier 2011, le ministère de l’Intérieur recensait 45000 coptes arrivés en France à partir des années1980. Dans la communauté, on parle de 100000 personnes. Un chiffre difficile à établir car beaucoup sont sans-papiers.

(…) La plupart s’installent en région parisienne autour de la dizaine de paroisses coptes orthodoxes, à Saint-Ouen, Sarcelles, Colombes ou Châtenay-Malabry, la plus importante, qui rassemble un petit millier de fidèles. Comme en Égypte, c’est autour de l’église que s’organise la vie communautaire.

Lire la suite dans Valeurs Actuelles

Observatoire de l'islamisation

Un rapport édifiant sur la polygamie des colons

Lu dans Présent :

« Un rapport édifiant sur la polygamie en France, signé par Mme Sonia Imloul, vient de sortir. Il nous révèle que 500 000 enfants, africains et musulmans pour l’immense majorité d’entre eux, sont nés en France dans des familles polygames. Une polygamie que les socialistes avaient d’ailleurs légalisée dans les années quatre-vingt, au nom du respect des droits des minorités ethniques et qu’en 1993 Charles Pasqua avait interdite. Aujourd’hui, en France, la polygamie est donc illégale, mais tolérée. Les municipalités concernées préfèrent fermer les yeux de peur de « stigmatiser » les populations dont certains ressortissants pratiquent la polygamie. Le rapport cite des familles polygames vivant sur notre sol – un homme, deux ou trois femmes, parfois quatre, et une multitude d’enfants (cela peut aller jusqu’à trente-cinq et plus) – entassées dans deux ou trois pièces. Les possesseurs de ces harems touchent évidemment des allocations familiales. Toutefois, nous explique l’auteur de ce rapport, beaucoup d’entre eux envoient une grande partie de ces ressources sur le continent africain. Eux-mêmes subsistant en France de divers petits trafics. Tandis que leurs femmes continuent de quémander d’autres prestations sociales.« 

Page 1 sur 212»