Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘imams’

cazeneuve

Bernard Cazeneuve ouvre la porte aux imâms algériens, pays où l’islam officiel est liberticide

Lu dans Le Figaro du 18 décembre :

« Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, chargé des cultes, s’est rendu le 18 décembre en Algérie pour signer une convention avec le ministre algérien des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa, visant notamment à renforcer la formation à la laïcité des imams algériens.

Cette mesure touche des promotions annuelles de 120 imams algériens qui traversent la Méditerranée pour exercer pendant quatre ans en France, avant de s’en retourner. On les appelle les imams « détachés ». »

éclairage de l’Observatoire :

– L’islam officiel en Algérie est le malékisme, une école juridique sunnite radicale dont les livres de bases, disponibles dans toutes les librairies musulmanes, enseignent de tuer les homosexuels et de faire le djihâd contre les mécréants qui refusent de se convertir.

Le rite malékite fondé par Malik Ibn Anas (710-795) et vulgarisé par Zayd al-Qayrawani (922 – 996) dit « Le petit Malik » enseigné dans toutes les écoles coraniques et universités islamiques d’Algérie inclue :

– Le jihâd offensif (cf Zayd al-Qayrawani , La Risâla, chapitre 30)

– L’exécution des apostats (cf , Malik Ibn Anas Al-Muwatta’’ point 1444 )

– L’exécution des chanoines faisant de l’apostolat (cf , Al-Muwatta’,point 982)

– La légalité de l’esclavage (cf , Al-Muwatta’ , livre 21)

– L’inclusion des femmes dans la composition du butin de guerre, alors licitement violées (cf , Al-Muwatta’, point 1265 )

– Durant le ramadan, les Algériens ont interdiction formelle de manger. , il y a eu des arrestations.

-Sur une chaîne nationale publique les imâms-fonctionnaires légitiment la pédophilie.

Les missionnaires chrétiens sont fréquemment expulsés du pays en vertu de la loi de mars 2006 qui punit de prison et de lourdes amendes ceux qui osent parler du Christ aux Algériens.

Ce partenariat avec l’état FLN est une trahison nationale de plus.

Observatoire de l’islamisation.

ghardaia

« Conflit de civilisation » entre Berbères mozabites et Arabes dans la vallée du Mzab (Algérie)

C’est un reportage inquiétant que nous livre Jeune Afrique n°2777 du 30 mars 2014

« Cela fait des siècles que les Berbères mozabites et Arabes chaâmba et cohabitent dans cette étroite vallée du Mzab, aux portes du désert, à 600 km d’Alger. Jamais les clashs entre les deux communautés n’avaient atteint une telle gravité ni une telle ampleur ». Il y a eu quatre morts côté mozabite en décembre, trois côté arabe mi-mars, des centaines de blessés, des maisons et des commerces pillés, incendiés, des cimetières saccagés, des mausolées millénaires détruits, des sanctuaires profanés(…)

Quant au dialogue, aujourd’hui rompu, entre les deux communautés, il pourrait reprendre sous certaines conditions.« Nous attendons deux choses de la part des arabes conclut Khoudir Babez (interlocuteur mozabite auprès des autorités algériennes) : que leurs imams interdisent le meurtre et le vol des biens, et que, à défaut de condoléance, qu’ils présentent des excuses« 

Les imams n’interdiraient donc pas le meurtre des « mécréants » ?

L’activiste berbère Kameline Fekhar ne mâche pas ses mots :

« Lors de l’indépendance les terrains étaient à 90% mozabites. Aujourd’hui on se retrouve encerclés par les nouveaux quartiers arabes. Nous sommes devenus une minorité chez nous » (…) lire la suite dans Jeune Afrique n°2777

Observatoire de l'islamisation

« 80% des mosquées algériennes sont salafistes » (L’Expression)

Le très sérieux média algérien L’Expression rapporte dans son édition du 5 mai 2013 :

« Le phénomène du salafisme est rompant en Algérie. Selon des statiques, non confirmées par le ministère des Affaires religieuses, près de 80% des mosquées algériennes sont sous la domination des salafistes. Ces derniers ce sont, d’ailleurs, manifestés à plusieurs reprises et de quelle manière? A plusieurs occasions, des imams ont refusé de se lever alors que l’hymne national est entonné considérant que ce geste comme étant « une bidaâ » »

Observatoire de l'islamisation

121 imams sous contrat avec l’état turc…en France !

Saphirnews a interviewé Ömer-Faruk Harman, conseiller aux Affaires religieuses à l’ambassade de Turquie en France, qui quittera son poste le 30 septembre. Dans un entretien accordé avant son départ, il décrit la gestion des imams turcs en France et revient sur le problème du manque d’imams suffisamment formés, notamment du point de vue de la langue française. Lire l’entretien.

Rappel : aucun prêtre étranger à la Turquie n’arrive à y obtenir un visa…