Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘Islam’

Primaires: Jean-Frédéric Poisson pointe le problème de « l’islam tout court »

Jean-Frederic-Poisson-plateau-emission-Face-Chretiens-jeudi-1er-septembre-2016_0_1400_629Seul candidat catholique à la primaire de la droite (Fillon excommunié de facto par sa défense du « droit » à l’avortement), le docteur en philosophie Jean-Frédéric Poisson a dévoilé son programme complet de redressement national (il est souverainiste). On y lit :

Capture d’écran 2016-09-30 à 11.10.40

Capture d’écran 2016-09-30 à 11.11.02

Cours d’escrime et massages pour les djihadistes de la prison d’Osny (15000€)

Dans un pays normal, le ministre de la Justice démissionnerait. 

14237662_1184273668325116_247892205653439830_n

Le tribut (jizya) dans l’islam, dernier ouvrage du professeur Sami Aldeeb

41MKxHkH6pLSami Aldeeb: Le tribut (jizya) dans l’islam: Interprétation du verset coranique 113/9:29 relatif au tribut (jizya) à travers les siècles, Createspace (Amazon), Charleston, 2016, 204 pages : Amazon

Cet ouvrage fait partie d’une série de livres qui s’attardent sur l’interprétation de versets problématiques du Coran à travers les siècles (voir la liste dans http://goo.gl/RyX0a5).

Le présent ouvrage est consacré au «verset du tribut (jizya)» H-113/9:29 qui dit:

Combattez ceux qui ne croient ni en Dieu ni au jour dernier, qui n’interdisent pas ce que Dieu et son envoyé ont interdit, et ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux auxquels le livre fut donné, jusqu’à ce qu’ils donnent le tribut (jizya) par une main, et en état de mépris.

Chez les chiites, ce verset est appelé aussi le verset du sabre, nom donné par les sunnites au verset H-113/9:5:

Une fois écoulés les mois interdits, tuez les associateurs où que vous les trouviez, prenez-les, assiégez-les, et restez assis contre eux [dans] tout aguet. Mais s’ils se repentent, élèvent la prière, et donnent la dîme, alors dégagez leur voie. Dieu est pardonneur, très miséricordieux.

Quoi qu’il en soit du nom qu’on leur donne, ces deux versets appartiennent aux versets coraniques prônant le jihad, auquel nous avons consacré notre ouvrage Le jihad dans l’islam:  Amazon. Le présent ouvrage en est un complément, dans la mesure où le paiement du tribut (jizya) est l’une des trois alternatives accordées aux non-musulmans (ci-après les dhimmis), ou tout au moins à une partie des non-musulmans, notamment ceux appelés gens du livre:

  • soit la conversion à l’islam;
  • soit le paiement du tribut (jizya);
  • soit l’épée avec pour conséquence l’asservissement des prisonniers, des enfants et des femmes, et la mainmise des musulmans sur les biens des vaincus. Lire la suite sur le site du professeur Sami Aldeeb

L’imâm soutenu par Estrosi dit « comprendre » les djihadistes en raison des « discriminations » et de la « laïcité » à la française.

FB_IMG_1440063788216L’imâm Abdelkader Sadouni, que Christian Estrosi soutient (« de toutes mes forces » assura-t-il sur RTL, voir la vidéo) contre Marion Maréchal Le Pen qui avait dénoncé à juste titre ses liens avec les islamistes des Frères Musulmans (preuves dans la vidéo), vient de donner une interview éclairante à Il Giornale (Milan).

Victimisation, dénonciation de la laïcité républicaine, et compréhension du mouvement djihadiste expliqué par le sort supposément terrible des musulmans en France, malgré leurs droits d’association et de réunion et même d’enseignement à l’inverse des chrétiens en Turquie, Algérie, Egypte etc. 

Extraits :

« La discrimination des musulmans en France, les attaques islamophobes et l’interdiction de porter des symboles religieux en public donnent l’impression à ces jeunes de ne pas faire partie de la communauté nationale et ce sentiment les motive à  rejoindre ceux qu’ils estiment être leurs semblables.

Selon moi, la situation des musulmans en France est le premier facteur qui pousse de nombreux jeunes à aller se battre. Aussi longtemps que les mosquées seront si peu nombreuses, que leur construction suscitera des protestations et que les musulmans seront discriminés, il y aura ce genre de réactions. Réactions certes erronées, mais bien réelles, face auxquelles nous devons extirper le phénomène qui les génère. 

(…) Le problème de la communauté musulmane est qu’elle n’a pas sa place dans la société française. La France est un pays laïc, opposé à la promotion de la religion et à sa manifestation visible. Ce faisant l’Islam est mis dans un coin,  les musulmans sont discriminés et  attaqués seulement parce qu’ils veulent pratiquer leur foi. Le problème ne vient pas de la communauté musulmane, mais par le fait qu’il y ait un manque de volonté de lui donner plus d’espace dans la société. »

La laïcité serait un principe équitable si elle garantissait la liberté de culte à tous. Ce n’est pas ce qui se passe en ce moment. Aujourd’hui, la laïcité est un extrémisme qui tente d’éradiquer toutes les religions. Les  chrétiens se sont adaptés, pas les musulmans qui la perçoivent comme une injustice. Si la laïcité continue à être appliquée telle qu’elle l’est aujourd’hui, alors le désir de rejoindre les musulmans qui luttent en Syrie sera fort chez de nombreux jeunes.

La charia est la loi d’Allah, non la loi de l’Etat. Je m’identifie à la nation française et je souhaite qu’elle promulgue des lois qui permettent aux fidèles de vivre en public, comme en privé, la loi divine, la loi d’Allah.

Il Giornale: Vous comprenez leur raison de partir faire le djihâd ?

A.Sadouni: Oui je comprend, mais je ne le justifie pas. Article intégral.

En savoir plus sur les aides des maires LR/PS avec les Frères Musulmans en lisant notre enquête :

Orlando: le meurtre des homosexuels est bien prévu par la charia et enseigné dans des mosquées

bpt6k5813421pIbn Abî Zayd (922-996), dit Al-Qayrawânî car il passa la majeure partie de sa vie à Kairouan, est un des piliers de l’école sunnite malékite, officielle en Algérie et au Maroc. Surnommé également « le petit Malik » car il est connu pour tenir la doctrine du fondateur de cette école Mâlik ibn Anas par voie de tradition orale de trois garants successifs, « ce qui donnait à son enseignement une valeur d’authenticité remarquable » précise son traducteur Léon Bercher (+) qui collabora avec Henri Pérès (+), professeur d’arabe et fondateur de la « Bibliothèque Arabe-Française » à Alger au début du XXème siècle.

L’Epître  (risâla) de Qayrawânî, une sorte de condensé de doctrine destiné à vulgariser simplement le droit islamique, fut commandé par Sîdî Mahriz qui dirigeait une école islamique (Zâwiya) célèbre à Tunis, et est passé à la postérité comme étant un manuel incontournable pour les fidèles, notamment les plus jeunes, de par sa construction en petits chapitres thématiques de prescriptions limpides. Ce manuel comprend 4000 prescriptions juridiques (masaâla) et quatre cent hadith (propos de Mahomet rapportés par ses contemporains).

Le ministère des Affaires religieuses du Maroc rend compte que   « Elle (la Risâla) est programmée dans les établissements de l’enseignement traditionnel et elle est hautement considérée par les oulémas » (source : habous.gov.ma). 

Il est programmé comme « référence » par « Le guide de l’étudiant » de l’institut al-Ghazâli, école d’imâm de la Grande Mosquée de Paris. Nous l’avions trouvé à l’Institut du Monde Arabe. Plus généralement, étant aussi connu chez les musulmans que le catéchisme chez les catholiques, il se trouve dans toutes les librairies musulmanes.

On y lit que :

  «  Si un homme commet l’acte de sodomie avec un mâle adulte consentant, les deux doivent être condamnés à mort, musulmans ou non. » ( chapitre 37, des prescriptions relatives aux délits de sang et aux peines légales)

Le cheikh marocain Saïd Al Kamali, extrêmement populaire dans les mosquées marocaines en France, régulièrement en conférence dans celles-ci, fait des séminaires dédiés sur ce livre de charia.

Un autre exemple dans cette école diplomante d’enseignement de l’islam, dirigée par le cheikh algérien Zakaria Seddiki qui a longtemps enseigné à l’école d’imams de l’UOIF l’IESH, avant de monter sa structure :

Capture d’écran 2016-06-06 à 18.43.28

Autre grand « savant » qui préconise la mise à mort des homosexuels, le cheikh Yussuf Al-Qaradawi qui préside l’Union Internationale des Savants Musulmans, pour qui Tariq Ramadan « éprouve un profond respect [1] ». Dans son ouvrage « Le licite et l’illicite » (éditions al-Qalam, 2002) il s’interroge sur la manière la plus « pratique » d’éliminer les homosexuels :

« Est-ce que l’on tue l’actif et le passif ? Par quel moyen les tuer, est-ce avec un sabre ou le feu, en les jetant du haut d’un mur ? Cette sévérité qui semblerait inhumaine n’est qu’un moyen pour épurer la société islamique de ces êtres nocifs  ».[2]

Les livres de Qaradawi sont disponibles à la bibliothèque de l’Institut du Monde Arabe, étant un savant exerçant une grande autorité dans le monde sunnite.

Observatoire de l’islamisation.

[1] Tariq Ramadan in Faut-il faire taire Tariq Ramadan ?, Aziz Zemouri, l’Archipel, 2005, page 135.

[2] Youssef Qaradhawi , Le licite et l’illicite, El Qalam, 2002, p.175

Les Frères Musulmans dans le texte : ce que veulent les islamistes.

Capture d’écran 2016-01-27 à 15.13.04Présentation de l’éditeur:

Le but des Frères Musulmans est de créer un état islamique mondial. Nous, les musulmans, nous immigrons partout et il y aura encore un long chemin avant de prendre le contrôle de l’Europe” 

Muhammed Mahdi Akef, Guide suprême des Frères Musulmans de 2004 à 2010.

Arrivés par les urnes au pouvoir en Tunisie (2011) et en Egypte (2012) l’organisation des Frères Musulmans a investi la scène médiatique. De nombreuses erreurs d’analyses sur sa nature profonde ont conduit les occidentaux à les percevoir comme de simples conservateurs, s’accommodant des règles des démocraties modernes.

Cette étude vise à présenter les textes importants des idéologues de la confrérie islamiste qui structurent sa pensée et donc son action. Les écrits de son fondateur Hassan al-Banna (1906-1949)  dont La Voie du Jihâd, de son dauphin Sayyed Qutb (1906-1966), et des Guides suprêmes qui se sont succédés jusqu’à aujourd’hui, ne laissent aucun doute sur ses projets de domination politique à vocation universelle, et de sujétion à l’endroit des minorités. Des textes inédits sont enfin traduits en français.

Leurs ramifications en Europe, notamment en France à travers l’UOIF dont nous retranscrivons les prêches radicaux de leurs prédicateurs, doivent susciter une prise de conscience urgente, étant les principaux bâtisseurs de grandes mosquées sur notre sol.

Capture d’écran 2016-03-05 à 13.06.20Capture d’écran 2016-03-05 à 13.06.36

L’auteur:
Joachim Véliocas dirige l’Observatoire de l’islamisation (www.islamisation.fr). Il est analyste pour l’institut Wikistrat.  Son dernier livre, Ces Maires qui courtisent l’islamisme (Tatamis, 2015), a pointé les complicités politiques  avec le totalitarisme vert.

En librairie le 20 mars. Déjà en vente en ligne sur http://editionstatamis.com ou Fnac.com

Tareq Oubrou, Camel Bechickh et autres « modérés » de l’UOIF décryptés par Véliocas

Extrait de l’émission de Radio courtoisie du 29 avril 2016. Joachim Véliocas invité pour présenter son livre Les Frères Musulmans dans le texte (260 pages, 16 euros)

La sourate Fatihâ psalmodiés à la cathédrale de Lyon sur invitation du cardinal Barbarin

barbarinIslamLu sur Dreuz, par la plume d’un témoin de la soirée :

Le 3 avril 2016, dimanche de la Miséricorde, s’est déroulé en la cathédrale St-Jean de Lyon une messe présidée par le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon et Primat des Gaules.

La cathédrale était archi comble des différentes communautés de réfugiés, notamment syriennes et irakiennes chrétiennes de Lyon, conviées en tant que « migrants » afin de « partager un temps de prière commune ».

Le diocèse de Lyon explique dans un communiqué :

« Cet événement veut témoigner de l’engagement du diocèse pour l’accueil et l’accompagnement des familles contraintes de fuir leur pays, un témoignage d’espérance dans notre contexte socio-politique ». (…)

Dès les débuts de son homélie, et au nom du sempiternel dialogue interreligieux, le cardinal fit bien entendu comme régulièrement depuis des années référence au coran, à cette notion de miséricorde dans l’islam et au verset introductif de la quasi totalité des sourates « Au nom d’Allah, le tout miséricordieux, le très miséricordieux », pour nous convaincre que la religion islamique est « doublement miséricordieuse » (ses mots dans l’homélie). Vraiment ?

Après son homélie, plusieurs témoignages émouvants de réfugiés furent prononcés. Dans la foulée, une jeune femme voilée, lyonnaise musulmane, a récité la Fatiha au micro, au sein de la cathédrale (lire : La Fatiha et la culture de la haine).(…)

Cet incident de la Fatiha récitée dans une cathédrale s’est répété intentionnellement le lendemain lors de la célébration de la fête de l’Annonciation, le 4 avril, dans un sanctuaire lyonnais en l’église de Notre-Dame-du-Liban, juste après le Notre Père chrétien. Il faut avouer que cela fait désordre, d’autant plus qu’en ouverture de ce « rendez-vous interreligieux à la fois spirituel et festif », le muezzin a appelé à la prière (le Adhan) :

« Allah est le plus grand. J’atteste qu’il n’y a de dieu qu’Allah. J’atteste que Muhammad est le messager d’Allah. Venez à la prière, venez à la félicité. La prière est meilleure que le sommeilAllah est le plus grand. Il n’y a de vraie divinité hormis Allah ».

Tout est dit et son contraire !

Exit juifs, chrétiens et autres « mécréants » de cette prétendue miséricorde coranique louée par le cardinal et sous ses clochers, sachant, par ailleurs, que le pardon et la miséricorde d’Allah sont seulement donnés à ceux qui se tournent vers l’islam (Sourate 5, Hégirienne, « La table servie » ou « Le banquet », versets 34-37). Les ouvrages musulmans rapportent que même Mahomet n’a pas été autorisé à demander la miséricorde d’Allah pour sa propre mère parce qu’elle était morte mécréante. Lire l’article intégral sur Dreuz.info

Un Professeur d’Al-Azhar (partenaire CFCM) rappelle que le viol des captives de guerre est halal

Al-Azhar-Professor-Suad-Saleh_-In-a-Legitimate-War-Muslims-Can-Capture-SlavegirVoir les extraits vidéo sur MEMRI TV

Dans une émission sur les fatwas datant du 12 septembre 2014,  Mme Suad Saleh, Professeur en théologie à Al-Azhar, affirme que les musulmans qui capturent des femmes dans une guerre légitime contre leurs ennemis peuvent les posséder et en faire des esclaves sexuelles « En vue de leur humiliation », déclare Pr Saleh, « elles deviennent la propriété du commandant militaire, ou d’un musulman, et il peut avoir des relations sexuelles avec elles, tout comme il a des relations sexuelles avec ses épouses ». La vidéo circule actuellement sur les médias sociaux. Extraits : Voir sur MemriTV

Problème : l’Université islamique d’Al Azhar, la plus prestigieuse du monde sunnite, a établi un partenariat avec le ministère de l’Intérieur français et la Grande mosquée de Paris en 2005, pour former des imâms ! Le ministre des Affaires étrangères de l’époque Philippe Douste-Blazy visita en compagnie de Dalil Boubakeur l’Université Al Azhar en octobre 2005 pour nouer cette collaboration : des imâms français viennent de former en Egypte, et des imâms d’al-aznar viennent en France pour enseigner dans les écoles coraniques de l’hexagone. Le Monde consacra un article à l’accord.

France 3 rencontre les islamistes de Fleury-Merogis

Islamistes en prison «Les prophètes de l’ombre» – France 3 – 03/03/16 Dans la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, Jean-Charles Doria a obtenu l’autorisation exceptionnelle de filmer, dans leur cellule, des fondamentalistes qui se réclament de l’Etat Islamique. Merci à Rick Grimes

Page 3 sur 6«12345»...Dernière »