Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘Lyon’

Ils s’opposent à l’Institut islamique financé par nos impôts et les salafistes, et finissent en garde à vue

CnJb8ZZWIAA9o42

L’ IFCM, l’institut Français de Civilisation Musulmane , va recevoir 2 millions d’euros de subventions des collectivités locales, qui s’ajoutent à celles de l’Arabie Saoudite et l’Algérie, deux pays anti-chrétiens, qui donneront 1 million. Son conseil d’administration est présidé par Kamel Kabtane de la mosquée de Lyon, inaugurée en 1994 par l’ambassadeur du royaume wahhabite saoudien, et qui invite des salafistes ou des Frères Musulmans en conférence comme nous l’avions prouvé

La police politique a perquisitionné et mis en garde à vue (19 juillet) deux militants identitaires qui avaient eu le tort de venir dénoncer ces subventions lors du Conseil de la Métropole lyonnaise dirigée par le PS.

On remarque une inquiétante photographie de Sainte Thérèse de Lisieux dans la chambre perquisitionnée.

Voici la délibération qui renseigne sur le gigantisme du projet :Lire la suite

La sourate Fatihâ psalmodiés à la cathédrale de Lyon sur invitation du cardinal Barbarin

barbarinIslamLu sur Dreuz, par la plume d’un témoin de la soirée :

Le 3 avril 2016, dimanche de la Miséricorde, s’est déroulé en la cathédrale St-Jean de Lyon une messe présidée par le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon et Primat des Gaules.

La cathédrale était archi comble des différentes communautés de réfugiés, notamment syriennes et irakiennes chrétiennes de Lyon, conviées en tant que « migrants » afin de « partager un temps de prière commune ».

Le diocèse de Lyon explique dans un communiqué :

« Cet événement veut témoigner de l’engagement du diocèse pour l’accueil et l’accompagnement des familles contraintes de fuir leur pays, un témoignage d’espérance dans notre contexte socio-politique ». (…)

Dès les débuts de son homélie, et au nom du sempiternel dialogue interreligieux, le cardinal fit bien entendu comme régulièrement depuis des années référence au coran, à cette notion de miséricorde dans l’islam et au verset introductif de la quasi totalité des sourates « Au nom d’Allah, le tout miséricordieux, le très miséricordieux », pour nous convaincre que la religion islamique est « doublement miséricordieuse » (ses mots dans l’homélie). Vraiment ?

Après son homélie, plusieurs témoignages émouvants de réfugiés furent prononcés. Dans la foulée, une jeune femme voilée, lyonnaise musulmane, a récité la Fatiha au micro, au sein de la cathédrale (lire : La Fatiha et la culture de la haine).(…)

Cet incident de la Fatiha récitée dans une cathédrale s’est répété intentionnellement le lendemain lors de la célébration de la fête de l’Annonciation, le 4 avril, dans un sanctuaire lyonnais en l’église de Notre-Dame-du-Liban, juste après le Notre Père chrétien. Il faut avouer que cela fait désordre, d’autant plus qu’en ouverture de ce « rendez-vous interreligieux à la fois spirituel et festif », le muezzin a appelé à la prière (le Adhan) :

« Allah est le plus grand. J’atteste qu’il n’y a de dieu qu’Allah. J’atteste que Muhammad est le messager d’Allah. Venez à la prière, venez à la félicité. La prière est meilleure que le sommeilAllah est le plus grand. Il n’y a de vraie divinité hormis Allah ».

Tout est dit et son contraire !

Exit juifs, chrétiens et autres « mécréants » de cette prétendue miséricorde coranique louée par le cardinal et sous ses clochers, sachant, par ailleurs, que le pardon et la miséricorde d’Allah sont seulement donnés à ceux qui se tournent vers l’islam (Sourate 5, Hégirienne, « La table servie » ou « Le banquet », versets 34-37). Les ouvrages musulmans rapportent que même Mahomet n’a pas été autorisé à demander la miséricorde d’Allah pour sa propre mère parce qu’elle était morte mécréante. Lire l’article intégral sur Dreuz.info

Observatoire de l'islamisation

Les prières de rue s’imposent à Lyon : seul le FN réagit

Lu dans 20 Minutes du 21 avril :

Des prières de rue en plein cœur de Lyon? Selon Romain Vaudan, conseiller FN du 3e arrondissement de la ville, le phénomène s’est produit au moins à deux reprises ces dernières semaines. A chaque fois, le vendredi à 13h à l’angle des rues de l’Epée et Guntenberg.

« Un groupe d’au moins une trentaine d’individus de confession musulmane s’est en effet adonné à la prière de rue sur la voie publique », dénonce l’élu dans une lettre adressée au préfet du Rhône, évoquant «une provocation inacceptable». Ce dernier aurait d’ailleurs pris la demande au sérieux, demandant qu’une enquête soit menée, selon nos informations.

« Ces faits, qui constituent une atteinte grave au principe de laïcité, se font en plus au mépris des règles de sécurité. Cela peut créer des tensions dans le quartier. Les riverains se sont déjà plaints», ajoute Romain Vaudan ».
(suite de l’article)

La mairie PS refuse de faire intervenir la police et préconise « le dialogue ».

Lyon : Cazeneuve soutient le projet d’institut islamique radical avec nos impôts

Lu dans Metro du 1er octobre :

RELIGION – C’est ce qu’a annoncé ce mardi le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, lors de sa venue à Lyon à l’occasion de la célébration des vingt ans de la Grande Mosquée. Le montant du projet est estimé à 8 millions d’euros.

Un joli cadeau d’anniversaire. Présent à Lyon ce mardi à l’occasion de la célébration des vingt ans de la Grande Mosquée de Lyon, Bernard Cazeneuve, a fait part du soutien de l’État au projet d’un grand centre culturel musulman.

« Il serait fort heureux que Lyon dispose à son tour d’un lieu voué à la connaissance et au rayonnement de cette immense culture », a déclaré le ministre de l’Intérieur. « Je crois que la richesse de la civilisation musulmane doit être mieux connue et mieux diffusée en France », a-t-il ajouté.

ifcm_maquetteLe recteur de la Grande Mosquée, Kamel Kabtane, milite depuis de longues années pour la construction d’un Institut français de civilisation musulmane (IFCM), lequel serait adossé à l’édifice religieux créé il y a vingt ans dans le VIIIème arrondissement de Lyon.

Cette mosquée invitait le leader salafiste Abdelkader Bouziane avant son expulsion en 2004 pour « relation avec des organisations prônant des actes terroristes » selon le renseignement, et ses déclarations justifiant le battage des femmes. (Preuve).

Les collectivités locales ont quant à elles déjà promis une aide financière à ce projet dont le montant est estimé à 8 millions d’euros mais elles attendent un engagement chiffré de la part de l’État.

Article intégral