Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘nice’

Paris, Strasbourg, Magnanville, Nice, Toulouse : des multirécidivistes fichés d’origine étrangère tolérés par l’idéologie droit-de-l’hommiste

Connus pour faits de délinquance ou liens évidents avec l’islamisme radical, ils n’ont pas été expulsés et/ou déchu de la nationalité française (lorsqu’ils l’ont acquise par le droit du sol ou une naturalisation). La fin de l’automaticité de la « double peine » décidée en 2003 par Nicolas Sarkozy alors à l’Intérieur, fait que nombre de délinquants étrangers restent en France malgré une condamnation pénale. La Cour européenne des droits de l’homme  (CEDH) interdit l’expulsion des terroristes dans leurs pays d’origine car ils y risquent des mauvais traitements, notamment au Maroc, Algérie et Turquie. Ce laxisme conduit à des attentats à répétition. D’autant que le magma islamiste grossi d’années en années:  En septembre 2018 on comptait 20.459 personnes sont inscrites au fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste  (contre 17393 en 2017) dont 3.391 (16,5%) sont de nationalité étrangère et 619 ont une double nationalité ( source: Ministère de l’intérieur). 

Voici les profils des terroristes (uniquement les fichés) ayant frappé la France et la Belgique depuis le début 2015 :Lire la suite

Attaque à Nice : 84 morts écrasés, une centaine de blessés

Attaque à Nice : 73 morts écrasés, une centaine de blessésSelon les premiers éléments recueillis par la police judiciaire, le terroriste était un franco-tunisien âgé de 31 ans, sous contrôle judiciaire depuis le 27 janvier pour « violence », après une bagarre. L’homme habitait dans un quartier de l’est niçois. Des perquisitions sont en cours à son domicile.

Enquête de 320 pages, 20 euros Acheter sur Amazon

La reconstitution du parcours meurtrier du camion de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel

Vers 22h45, les trois policiers reçoivent un appel radio qui les informe qu’un camion a pénétré sur l’avenue et roule sur le trottoir. Immédiatement, ils vont courir en direction du véhicule, leurs armes à la main. Lors de leurs auditions, les fonctionnaires du commissariat de Nice expliquent qu’ils aperçoivent le poids-lourd au loin: selon leurs dires, la camion blanc percute les passants et réalise des embardées volontairement. Il ne fait aucun doute que le conducteur cherche à faire le maximum de victimes. Source: BFMTV

Nice: une serveuse agressée pour servir de l’alcool pendant le ramadan

648x415_une-serveuse-de-bar-place-des-terreaux-de-lyon-le13-avril-2011-cyril-villemain-20-minutes20 Minutes du 7 juin 2016 :

Sur son plateau, la serveuse sert des verres d’alcool. Une activité qui n’a pas plu à un passant, en ce premier jour de ramadan. Selon Nice-Matin, ce dernier aurait agressé l’employée pour cet unique motif.

La scène se serait déroulée lundi soir dans un bar du centre-ville de Nice, rue Lamartine. Alors qu’il ne fait que passer sur le trottoir, un homme aurait interpellé la serveuse. Elle aurait rétorqué qu’il ne pouvait pas la juger, vu qu’il n’était pas Dieu pour le faire. « Si j’étais Dieu, je t’aurais déjà étranglé », aurait-il lancé avant de lui porter un coup.

Immédiatement, le propriétaire du bar a porté plainte auprès du commissariat. La police a fait des recherches dans le secteur, disposant des bandes-vidéo de la scène de l’agression.

Sur les images vidéo enregistrées par l’établissement, que l’Agence France-Presse a pu consulter, on voit très nettement deux individus, dont l’un serait un étranger en situation irrégulière bien connu dans le quartier, selon le propriétaire du bar, menacer longuement la serveuse

Dans le même quartier, fin 2014, un boulanger avait été agressé parce qu’il vendait des sandwichs au jambon. »

Rappel: Au Maroc, Algérie et Tunisie la police traque les « non jeûneurs »

En effet, le code pénal marocain précise:

«Celui qui, notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du ramadan, sans motif admis par cette religion, est puni de l’emprisonnement d’un à six mois et d’une amende de 12 à 120 dirhams.»

Estrosi veut « au plus vite » construire une mosquée UOIF à Nice « sur un terrain de la ville »

13076712_1005825506169713_4588157154242365215_n

cliquer pour agrandir

Commentaire du conseiller régional Philippe Vardon (FN):

« Estrosi, maire bâtisseur… de mosquées !

Cela fait 10 ans que je dénonce les desseins réels et les compromissions profondes de Christian Estrosi. Voici désormais venu le temps de voir les masques tomber.

C’est bien sous l’impulsion et avec le soutien de Christian Estrosi, sur un terrain municipal de 1000 m², que va voir le jour une Grande mosquée.
Celle-ci sera aussi dotée d’un espace culturel (permettant de subventionner sans contredire la loi de 1905 ?) et d’un espace d’abattage.
Celle-ci sera administrée par l’imam dirigeant l‘UOIF locale, organisation islamiste émanation dans notre pays des Frères Musulmans.

Il y a deux ans, j’étais contraint de publier une enquête pour dénoncer ce qui était et ce que je voyais venir (https://www.amazon.fr/Limam-Estrosi-Demain-Nice-mosquées/dp/1092148078 ), aujourd’hui tout est dans Nice Matin. Plus personne ne pourra dire qu’il ne sait pas. »

Pour comprendre la dangerosité de l’UOIF consulter nos archives.

Les islamistes se félicitent de la proposition de Christian Estrosi pour une Grande Mosquée à Nice

Capture d’écran 2016-04-28 à 10.05.52

Nice Matin du 27 avril

Rappel :

LE CONSEIL MUNICIPAL « EXTRAORDINAIRE » ACCOUCHE D’UNE SECONDE GRANDE MOSQUÉE A NICE OUEST !
(communiqué du 25/04/2016)

« Nous proposerons d’ici à la fin de la semaine un autre projet pour l’implantation d’une mosquée à l’ouest de la ville (…) Il s’agira d’un complexe beaucoup plus développé qui permettra de limiter aussi les abattages clandestins. » a donc annoncé Christian Estrosi.Lire la suite

Christian Estrosi change complètement d’avis sur un projet de mosquée frériste

Capture d’écran 2016-04-25 à 18.21.07Arguant que le ministre des Affaires islamiques d’Arabie Saoudite, propriétaire des murs de la mosquée En Nour en gestation, a demandé la destruction de toutes les églises de la Péninsule arabique ( en réalité il s’agit de son cousin le grand mufti du royaume, leurs noms sont proches), Christian Estrosi est en pleine passe d’armes avec le préfet qui est un farouche partisan du projet. Le dernier rebondissement de l’affaire est la volonté du maire de Nice de porter plainte contre le préfet, l’affaire est relatée ici.

Sauf que Christian Estrosi était il y a peu favorable à ce projet porté entre autre par l’UMAM, les Frères Musulmans locaux, L’Express rapporte :

« Le maire a approuvé le projet » a dénoncé pour sa part lundi son ancien 1er adjoint Benoit Kandel passé dans l’opposition sans étiquette, accusant M. Estrosi d’être un « menteur« . Il a rappelé que la mosquée avait reçu des avis favorables en 2012 de la commission de la sécurité et de la commission de l’accessibilité de la ville de Nice pour ouvrir au public. M. Estrosi a rétorqué qu’il n’avait pas été tenu au courant par son ancien adjoint. «  source

Dans Nice Matin du 23 avril, Benoit Kandel et Olivier Bettati (FN) dénoncent  le revirement opportuniste de Christian Estrosi:

Capture d’écran 2016-04-25 à 18.11.57

Capture d’écran 2016-04-25 à 18.12.23

Marie-Christine Arnautu, conseillère municipale FN, s’est-elle fendue d’un communiqué complétant ces informations.

Estrosi persiste à défendre l’imâm Sadouni pourtant lié aux Frères Musulmans

Abdelkader Sadouni, imâm de la mosquée Attaqwa des Moulins à Nice, est défendu par Christian Estrosi face aux accusations de Marion Maréchal Le Pen. Qui est-il vraiment ? Ce documentaire vous donne les éléments pour juger de sa radicalité.

L’imâm de Nice Abdelkader Sadouni a bien des liens nets avec les islamistes, dont les Frères Musulmans

L'imâm de Nice Abdelkader Sadouni a bien des liens nets avec les islamistes, dont les Frères Musulmans

Suite à la polémique naissante entre l’imâm Abdelkader Sadouni (interview ci-dessus) se félicitant d’avoir l »‘oreille attentive » de la mairie de Christian Estrosi (LR) dans Nice Matin, et Marion Maréchal-Le Pen le taxant d’islamiste, faisons le point.

Abdekader Sadouni affiche ses affinités extrémistes, notamment sur sa page Facebook :

saldouni Nice Matin– il relaie le 11 août 2015 une vidéo du prédicateur Muhammad Musa Al-Sharif , connu pour préconiser les attentats suicides contre les juifs, qualifiés de « singes et des porcs«  ;

le 27 mars 2015, Saldouni se vante d’avoir eu « le privilège de recevoir » le savant syrien Muhammad Said Ramadan al-Bûti (ou al Bouti, mort en 2013), connu pour avoir préconisé le jihâd offensif dans ses livres. Certains livres de Al-Bûti ont été traduits en français et ne laissent aucun doute sur la dangerosité de l’homme. A l’instar de son livre Fiqh as-Sîra édité par Dar-al-Fiker en 1995. A la page 187 nous pouvons lire:

« Le Jihad désigne en son sens exact, la lutte pour la cause de Dieu et l’établissement d’une société islamique; le combat constitue en lui-même un aspect de cette lutte; il vise à fonder une nation islamique authentique. Quand à ses étapes: Le Jihad, comme nous l’avons vu, était au début de l’ère islamique, un appel à l’Islam impliquant la nécessité de résister aux difficultés et aux épreuves par la voie pacifique, cet appel s’accompagna au début de l’Hégire par le combat défensif rendu légitime, autrement dit par l’autorisation de répondre à la force par la force. A une étape suivante, l’Islam rendit légitime le combat de tous ceux qui empêchent la constitution d’une société islamique; en particulier les athées, les idolâtres et les polythéistes à cause de leur impossible intégration à l’Islam. Quand aux gens du livre, Ils peuvent coexister avec les musulmans à condition de se soumettre aux lois qui gouvernent la société musulmane et de s’affilier à la nation islamique en payant au gouvernement un tribu, l’équivalent de la zakat imposée aux musulmans. Cette dernière étape consacra la nécessité du Jihad dans l’islam sous la forme définitive en tant qu’un devoir imposé aux musulmans à toute époque, au cas où ils disposent d’une force armée suffisante. Dieu dit à propos de cette dernière étape du jihad ‘Combattez ceux des incrédules qui sont près de vous. Qu’ils vous trouvent durs. Sachez que Dieu est avec ceux qui le craignent’ [Coran Sourate IX ]Le prophète parle de cette étape du jihad en ces termes: « J’ai reçu l’ordre de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils disent: Il n’y a qu’un seul Dieu professant leur foi en un seul Dieu. Alors seulement auront-ils la vie sauve. Mais s’ils sont coupables, Dieu jugera de leur sort. » 

Le professeur de pensée islamique à l’Université de Bordeaux, Ghassan Finianos, confirme dans son livre Islamistes,apologistes et libres penseurs (PUF, 2006) que selon al-Bûti « la souveraineté n’appartient qu’à Dieu, ou peut être à son représentant terrestre. Al-Bûti justifie la violence en vue de la conquête du pouvoir et, par conséquent, de la propagation des valeurs de l’islam »

Autant dire qu’un imâm d’origine étrangère faisant l’apologie de Ramadan al-Bûti devrait être par mesure de sécurité automatiquement reconduit à la frontière, et déchu de la nationalité française si il l’a obtenu abusivement par laxisme administratif.

Saldouni Iquioussen– le 12 avril , l’imâm qui a « l’oreille attentive » d’Estrosi conseille de regarder une prédication de Hassan Iquioussen de l’UOIF, connu pour approuver l’exécution des apostats qui dénigreraient l’islam ( il les traites de collabos et préconise « 12 balles dans la tête« ) dans une conférence Youtube intitulée  » L’islam et l’apostasie » (du 24 mars 2014). Pro turc, Iquioussen est un négateur assumé du « pseudo génocide arménien » selon ses propres termes (vidéo). Pour son apologie du jihâd, voir la retranscription de ses prêches dans notre enquête Ces maires qui courtisent l’islamisme (tatamis, 2015). Iquioussen est un promoteur du fondateur des Frères Musulmans, Hassan al Banna.

– le 24 mars dernier , Abdelkader Sadouni se félicite d’avoir invité Hani Ramadan qui a défendu le principe de la lapidation dans les colonnes du Monde en 2002, et fait la promotion de Hassan al Banna, son grand père, qui fonda les Frères Musulmans. Al Banna voulait édifier un califat mondial et avait répété devant ses fidèles : « Donnez moi 12 000 soldats et je conquerrai le monde » . Hassan al-Banna lors d’un discours en 1934 explicita sa vision expansionniste et guerrière de l’islam :

« Il est un devoir qui incombe à tous les musulmans de combattre dans le but de faire chaque peuple musulman et le monde entier islamique, de sorte que la bannière de l’islam puisse flotter sur la terre et que l’appel du Muezzin puisse résonner dans tous les recoins du monde »

Dans son étude éponyme sur le Jihâd, le fondateur des Frères écrit :

« Le djihad est une obligation d’Allah pour chaque musulman qui ne peut être ignorée ni éludée. Allah a dévolu une grande importance au jihad et a fait de la récompense  attribuée  aux martyrs et aux combattants sur Son sentier un cas splendide (…) Ceux qui ne peuvent se trouver des excuses, cependant, ont été prévenus des peines extrêmement sévères et Allah les a désigné avec le plus malheureux des noms. Il les a réprimandé pour leur lâcheté et manque d’esprit »

Voilà donc les affinités d’Abdelkader Sadouni, l’imâm « modéré » des médias…

Observatoire de l’islamisation- août 2015