Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘Ramadan’

« Plus je hurlais, plus il cognait », raconte une victime présumée de Tariq Ramadan

Le prédicateur préféré des musulmans , invité vedette du congrès de l’UOIF et toujours soutenu par le CFCM, est encore accusé de viol. 

« Des aménagements pour le ramadan » au lycée Georges-Brières de Reims (L’Union)


Lu dans L’Union du jeudi 15 juin 2017 :

Pour la troisième année consécutive, le bac tombe en pleine période de ramadan. Une semaine de double challenge pour les élèves. Faut-il respecter la laïcité qu’impose l’école républicaine ou privilégier la santé des lycéens? Le proviseur de Georges-Brière a tranché. Il a pris des dispositions pour permettre à des jeunes en internat, de confession musulmane, de dîner tard le soir dans le restaurant scolaire, accompagnés par un assistant d’éducation, et de prendre, par la même occasion, un sachet de nourriture leur permettant de se préparer un petit-déjeuner dans leur chambre avant le lever du soleil. Le tout en accord avec leurs parents.

La lettre qu’il a fait parvenir le 22 mai à la famille d’un élève de TSEN 1 circule sur des réseaux sociaux, notamment les pages facebook de la Lanterne des musulmans de Longwy ou d’Iogulusfilmprod, très orientés. De quoi susciter des réactions et qui fait dire à des internautes que « la République fait ramadan ».

En tout cas, les lycéens démarrent les épreuves ce jeudi. Et pendant un mois complet, ceux qui suivent le ramadan doivent s’abstenir de manger et boire, de l’aube jusqu’au coucher du soleil. Mais le jeûne pendant le bac « ne pose pas de problèmes insurmontables aux candidats », de l’avis de cadres musulmans

Le responsable de l’Observatoire de l’islamisation, Joachim Véliocas, constate que les établissements scolaires s’adaptent au rythme du ramadan et estime que cela pose question dans notre système laïc. « Décaler les repas pour que les enfants puissent manger et travailler est la seule solution trouvée. Il me semble que c’est une première. C’est une soumission de l’école au rythme de la culture musulmane. Mais en même temps, c’est compliqué s’il y a beaucoup d’élèves musulmans et cela peut se comprendre. » 

Cet écrivain, auteur notamment de «Mosquées radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit », parle aussi, à cette occasion, de la disparition du porc dans des cantines scolaires et évoque une « islamisation culinaire de l’école » et une remise en cause de notre patrimoine. «C’est une discrimination vis-à-vis des enfants français historiques qui ne peuvent plus manger de porc. » [voir ces nombreux exemples de bannissement du porc pour simplifier la gestion des cantines].

Au siège de la FCPE de la Marne, on se dit surpris de la décision du proviseur. «C’est étonnant, s’agissant d’un établissement laïc.» (…)

Contacté à plusieurs reprises par téléphone, le responsable de l’établissement n’a pas répondu à nos demandes de précisions. Le rectorat de Reims réagit en publiant un communiqué : « Le proviseur du lycée Georges-Brière a envoyé, le 22 mai dernier, un courrier aux familles des élèves internes qui ont émis le souhait de respecter le jeûne du mois de ramadan. Cet ajustement des horaires de restauration ne gêne en rien le bon fonctionnement et l’organisation de l’établissement. Le proviseur a ainsi pu prendre les dispositions nécessaires pour s’assurer des bonnes conditions de restauration des élèves concernés et pour ne pas les pénaliser durant cette période de révisions. »

« Pas de justice, pas de paix » ce slogan des émeutiers popularisé par Tariq Ramadan (Vidéo)

Tariq Ramadan au gouvernement français: « Vous ne serez pas en paix tant qu’il n’y aura pas de justice dans les banlieues » (vidéo ci-dessus).

Un court extrait de la conférence donnée par Tariq Ramadan devant les fidèles Musulmans macônnais en mai 2012, en gras italique ci-dessous :

« Qu’est-ce que vous apportez à la France ? Cette spiritualité de la paix. Est-ce que vous êtes des agents de paix dans ce pays ? c’est quoi un agent de paix dans ce pays ? C’est quelqu’un qui peut dire au gouvernement français : « tant qu’il n’y aura pas de justice dans vos banlieues, vous ne serez pas en paix ici ! Tant qu’il n’y aura pas d’égalité d’accès au travail vous ne serez pas en paix, et nous on est des agents de la paix ! Ça veut dire quoi ? Qu’on est des agents de la justice, des agents de la dignité, la façon dont vous regardez les Arabes, ça ne tient pas, et on ne laissera pas faire ! Parce qu’on est solide, qu’on ne sera pas agressif, mais on sera juste. »
[59:00] source

Discours qui ne surprend plus depuis que Tariq Ramadan fit une tournée avec le mouvement du « Printemps des quartiers populaires » en 2012. Ce mouvement se présente comme les continuateurs des révoltes du ramadan 2005 contre la république :

« Puisant notre énergie et notre inspiration dans la révolte des quartiers en 2005, ( NDLR: 9000 voitures vandalisées, 200 millions d’euros de dégâts, 126 policiers et gendarmes blessés durant les affrontements) dans les luttes pour l’égalité réelle, dans l’élan révolutionnaire des peuples du monde arabe et la lutte du peuple palestinien pour ses droits, dans les mobilisations exemplaires en Afrique, à Mayotte et celles des «Indignés» de la Grèce aux Etats-Unis, de l’Espagne au Chili, nous refusons de n’imaginer le futur que sous la forme d’une droite libérale, sécuritaire et raciste« source

Sandra Ores, de Menapress  assista le 8 décembre 2012 à une réunion des individus et des mouvements signataires, dont Tariq Ramadan et Houria Bouteldja. « J’avale de travers, lorsque le premier intervenant de la soirée affirme que le Printemps des quartiers s’inscrit « dans la dynamique des émeutes de 2005 », émeutes menées en majorité par des jeunes d’origine maghrébine, ayant commencé en banlieue parisienne et s’étant propagées à travers la France. L’état d’urgence avait été déclaré pendant trois semaines, et des milliers de véhicules privés avaient été incendiés, et des commerces mis à sac.(…)

Outre Tariq Ramadan, le militant musulman Nabil Ennasri (photo), qui a une tribune dans Le Monde via un blog dédié, participe de cet esprit boutefeux. Suite à la relaxe d’un gendarme ayant tué un cambrioleur maghrébin en délit de fuite, le 1er octobre 2009, par la Cour d’assise du Gard, (alors qu’il était encore élève de l’école d’imams de l’UOIF) Nabil Ennasri publiait un texte enflammé sur Oumma.com, premier site musulman de France intitulé « A quand les prochaines émeutes en France ? » Son article se termine par cette phrase : « Qu’on ne s’étonne pas alors si une autre flambée de violences, plus dure et plus violente, risque d’embraser à nouveau les banlieues françaises. En tout cas, vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenu… »

Mais qui décide si justice il y a ou non? Pas la Justice française mais les prescripteurs d’opinion musulmans très influents chez les émeutiers:

Dans la même logique, les principaux médias musulmans de France soufflent sur les braises des affaires Adama et Théo pour exacerber les tensions :

  • Ainsi le site Islam et Infos (338000 « j’aime » FB) vient de publier un article titré :  Martin Luther King : « une émeute est le language de celui qui n’est pas entendu
  • Le site Oumma.com (522 000 « j’aime » FB), par la plume du militant Kamel Messaoudi parle de « bavures » avant même la fin des enquêtes, alors que l’IGPN a précisé que Théo avait commencé par agressé les policiers, et qu’ Adama Traoré a bousculé les gendarmes ( la fratrie Traoré est composée de délinquants notoires). Messaoudi dénonce dans un long article la soir disante « impunité » de la police, dont les « bavures n’ont jamais cessé de se propager », mais jamais il ne dénonce la violence des « jeunes ». (source). Les 12500 policiers blessés chaque année doivent se blesser tout seuls.
  • Sur Saphirnews (142 000 « j’aime » FB) les affaires Théo et Adama sont tout simplement « les stigmates du racisme structurel » et dans un esprit plein de nuances , une soit-disante historienne dénommée Samia Hatrhoubi écrit : « Je bous de cette incapacité à assumer le racisme structuré, structurel d’une société dans laquelle être Blanc, homme de plus de 50 ans et riche vous prémunit de toute condamnation. » source

Ainsi il est très clair que les médias musulmans et les prescripteurs d’opinion musulmans jouent un rôle considérable dans l’augmentation de la haine à l’encontre de la police et plus largement de la France. Le lien entre émeutes et islamisation est ainsi établi. 

Observatoire de l’islamisation- 24 février 2017.

Ce que cachent T.Oubrou, D.Boubakeur et T.Ramadan : livre de Lina Murr Nehme

I-Grande-10192-tariq-ramadan-tareq-oubrou-dalil-boubakeur.-ce-qu-ils-cachent.aspxLina Murr Nehme (née en 1955) est une historienne et politologue franco-libanaise, spécialiste de l’islam et du monde arabe contemporain. Elle est professeur à l’université libanaise. Durant 35 ans, elle a fait des recherches intensives au sujet des guerres contemporaines du Moyen-Orient, des mouvements terroristes, de leurs motivations, de leurs textes de référence, de leurs idées, de leurs actions, et aussi, de leurs racines historiques Lire la suite sur Wikipedia

La référence au témoignage d’Omar Djellil, ancien proche de Tareq Oubrou à Bordeaux, est visionnable ici. Son livre sur Oubrou est gratuit ici.

Se procurer le livre chez l’éditeur ici.

PSA aurait fermé Aulnay-sous-Bois en partie pour cause d’exigences musulmanes

manifestation des salariés de PSA Aulnay en C’est une petite bombe qu’a lâchée le député-maire UDI de Drancy, Jean-Christophe Lagarde, ce mardi 3 janvier sur France Info. Interrogé sur les dérives communautaristes liées à l’islam – comme le fait que les femmes ne soient pas tellement les bienvenues dans les cafés de certaines banlieues – l’élu de Seine-Saint-Denis affirme d’abord que « la religion n’a rien à faire au travail ». Avant de dévoiler ce qui a constitué, selon lui, un autre exemple de dérive :

« Il y a eu des difficultés y compris dans mon département, par exemple à Aulnay-sous-Bois. On ne l’a jamais dit, mais une partie de la fermeture de PSA était liée aussi à l’omniprésence religieuse et au fait qu’il y avait des exigences religieuses au travail, d’arrêt de travail, de baisse de productivité, et dans le choix de PSA de fermer Aulnay, il y a eu aussi cet aspect-là. »

Pour comprendre le contexte relire les articles de Libération :

Nice: une serveuse agressée pour servir de l’alcool pendant le ramadan

648x415_une-serveuse-de-bar-place-des-terreaux-de-lyon-le13-avril-2011-cyril-villemain-20-minutes20 Minutes du 7 juin 2016 :

Sur son plateau, la serveuse sert des verres d’alcool. Une activité qui n’a pas plu à un passant, en ce premier jour de ramadan. Selon Nice-Matin, ce dernier aurait agressé l’employée pour cet unique motif.

La scène se serait déroulée lundi soir dans un bar du centre-ville de Nice, rue Lamartine. Alors qu’il ne fait que passer sur le trottoir, un homme aurait interpellé la serveuse. Elle aurait rétorqué qu’il ne pouvait pas la juger, vu qu’il n’était pas Dieu pour le faire. « Si j’étais Dieu, je t’aurais déjà étranglé », aurait-il lancé avant de lui porter un coup.

Immédiatement, le propriétaire du bar a porté plainte auprès du commissariat. La police a fait des recherches dans le secteur, disposant des bandes-vidéo de la scène de l’agression.

Sur les images vidéo enregistrées par l’établissement, que l’Agence France-Presse a pu consulter, on voit très nettement deux individus, dont l’un serait un étranger en situation irrégulière bien connu dans le quartier, selon le propriétaire du bar, menacer longuement la serveuse

Dans le même quartier, fin 2014, un boulanger avait été agressé parce qu’il vendait des sandwichs au jambon. »

Rappel: Au Maroc, Algérie et Tunisie la police traque les « non jeûneurs »

En effet, le code pénal marocain précise:

«Celui qui, notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du ramadan, sans motif admis par cette religion, est puni de l’emprisonnement d’un à six mois et d’une amende de 12 à 120 dirhams.»

L'évêque d'Aix Mgr Dufour souhaite un bon ramadan en citant un auteur appelant au meurtre et au djihad

L’évêque d’Aix Mgr Dufour souhaite un bon ramadan en citant un auteur appelant au meurtre et au djihad

Monseigneur Christophe Dufour, évêque d’Aix et Arles, écrit :

A vous, amis musulmans,
Vous commencez ce mois de Ramadan, temps de jeûne, de prière, de partage. En ce moment important nous prions Dieu qu’il vous bénisse.
Un hadith prophétique de votre tradition dit bien : « Nul d’entre vous n’est un croyant tant qu’il ne souhaite pour son frère ce qu’il souhaite pour lui-même. » (Les Quarante Hadîths de Nawawi, 13) Lire la suite du communiqué.

Dans les Quarante Hadîth du célèbre juriste sunnite An-Nawawi (1233-1277) cités respectueusement comme « prophétiques » par Mgr Dufour on lit :

Le hadith n° 8 : « Il m’a été ordonné de combattre les hommes jusqu’à ce qu’ils témoignent qu’il n’est d’autre divinité qu’Allah, et que Mohammed est Son Envoyé, qu’ils accomplissent la prière rituelle, qu’ils acquittent la Zekâa ».

Lire la suite

Ramadan : au Maroc, ne pas jeûner est un crime

Ramadan : au Maroc, ne pas jeûner est un crime

(photo: Conseil supérieur des Oulémas du Maroc)

Une unité de police spéciale aurait été mise en place pour traquer ceux qui n’observent pas le ramadan.

Lu sur Slate Afrique du 16 juin 2015 :

La polémique revient chaque année: que faut-il faire des personnes qui ostensiblement n’observent pas le jeûne du ramadan? Plus encore, que peut-il arriver à tous ceux qui mangent en public pendant cette période? Pour répondre à cette question que beaucoup de nos lecteurs se posent, nous avons décidé de republier cet article, qui date de 2014.

Au Maroc, par exemple, où l’islam est la religion officielle de l’Etat, la loi est relativement ambiguë, puisqu’elle laisse la possibilité à chacun de le pratiquer ou non. Et c’est bien sur cet article 3 de la Constitution marocaine que se fondent les non-jeûneurs. En effet, ne pas jeûner n’est pas un délit en soi, précise le site d’information Bladi, qui ajoute que malgré tout, les non-jeûneurs ne semblent pas en sécurité.

Le site d’information évoque une information de l’hebdomadaire Al Ayam selon laquelle une unité de police spéciale aurait mise en place pour traquer les adultes qui mangent en public pendant le mois du ramadan, et «ceux qui incitent les gens à faire de même en les invitant à rompre le jeûne en plein jour».
Pourtant, le site Bladi émet quelques réserves quant à l’idée de créer une unité spéciale de police pour traquer les «anti-ramadan». Il s’agirait juste d’un bluff pour accroître la pression.

En effet, le site d’information marocain explique que dans la pratique déjà, «n’importe quel agent d’autorité habilité à appréhender un suspect, peut procéder à l’arrestation d’une personne et la présenter devant le parquet général, si le délit de rupture de jeûne en plein public est avéré».
En effet, le code pénal marocain précise:

«Celui qui, notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du ramadan, sans motif admis par cette religion, est puni de l’emprisonnement d’un à six mois et d’une amende de 12 à 120 dirhams

Mais pour le très conservateur Al Ayam, la rupture du jeûne demeure un sacrilège et une police spéciale est une nécessité. Il se prononce aussi en faveur d’une application stricte de la loi qui prévoit un à six mois d’emprisonnement pour toute personne qui ne respecterait pas le ramadan. L’hebdomadaire désigne les non-jeûneurs comme «des prosélytes servant des agendas étrangers».

Slate Afrique

ramadan

Des centaines d’algériens mangent en public pour protester contre le ramadan obligatoire

Lu dans le quotidien libanais L’Orient Le Jour du 4 août (extrait)

Plus de 500 Algériens ont mangé et bu en public en plein ramadan samedi dans la ville « rebelle » de Tizi Ouzou, dans une première action collective du genre pour marquer leur liberté de choix face à « l’islamisation » du pays.

« Il y a un climat de terreur qui règne contre ceux qui ne jeûnent pas » durant le mois de jeûne sacré musulman du ramadan, dénonce à l’AFP l’un d’eux, Ali, la quarantaine, un technicien de cette ville kabyle située à 100 km d’Alger. (…)La société civile et nombre de partis d’opposition dénoncent ce qu’ils appellent « l’islamisation rampante » de l’Algérie, accentuée avec le Printemps arabe qui a vu l’arrivée au pouvoir d’islamistes dans plusieurs pays. »

Lire l’article sur l’Orient le jour

Nota bene : le terme « d’islamisation » quand il est employé en France, est dénoncé par les « intellectuels » et éditorialistes comme un vocable d’extrême droite… Acculé face à la réalité, Le Monde n’a pu que reprendre l’expression qui fait florès chez les méditerranéens résistant au totalitarisme islamique.

On rappellera aussi le livre délirant « Le mythe de l’islamisation » du « spécialiste » de l’IEP d’Aix Raphael Liogier, ami de l’UOIF, qui a bénéficié d’une couverture médiatique bienveillante à la mesure de l’islamophilie régnante.

Observatoire de l’islamisation

Observatoire de l'islamisation

Les Algériens deviennent plus violents en période de ramadan

Source : Réflexiondz.net

« Durant ces premiers jours du mois sacré de Ramadhan, la tension est montée d’un cran dans les rues et quartiers de la wilaya d’Oran, surtout durant les deux dernières heures de la journée. Les bagarres, les agressions et accrochages entre malfaiteurs et autres individus se multiplient, et les acteurs de ces derniers se retrouvent toujours, en dernier, aux urgences médicochirurgicales, du centre hospitalo-universitaire d’Oran.

En effet, et selon des sources hospitalières, une moyenne de 6 personnes se rendent quotidiennement aux UMC du CHU d’Oran, pour recevoir les soins nécessaires à cause de blessures infligées lors des bagarres ou agressions à l’aide d’armes blanches. Notre source nous précisera qu’à chaque mois sacré de Ramadhan, les staffs médicaux des hôpitaux d’Oran se mettent en garde, sachant qu’ils sont au courant du dur travail qui les attend durant ce mois.(…)

Notre même interlocuteur nous précisera, d’un autre côté, que le mois de Ramadhan est sensé être le mois de la piété, de la foi et de la miséricorde, mais de nos jours, il est devenu le mois de la bouffe, des agressions, des nerfs, des bagarres et surtout de le « manque de pitié », que ce soit des commerçants envers les consommateurs, ou des citoyens entre eux mêmes.« 

Page 1 sur 212»