Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘UE’

Observatoire de l'islamisation

Turquie obligatoire : 6 milliards d’euros de subventions européennes

Lu dans Minute :

Un rapport de la Cour des comptes européenne daté du 22 octobre 2009 et rendu public récemment raconte comment la Commission a donné plus de 6 milliards d’euros à la Turquie dans le cadre de sa « pré-adhésion » ! […] Le rapport de la Cour des comptes européenne, titré « La gestion, par la communauté européenne, de l’aide de pré-adhésion en faveur de la Turquie », a été validé par la Cour des comptes à Luxembourg le 22 octobre 2009 et présenté publiquement le 15 janvier 2010. Étrangement, pas une télé, pas une radio, pas un journal n’en a dit un mot… Sauf Radio Courtoisie […]

La Turquie est actuellement, avec la Croatie et la République de Macédoine, l’un des trois pays candidats à l’adhésion à l’Union européenne. Pour chaque pays candidat, l’UE met en place un « partenariat pour l’adhésion ». Celui relatif à la Turquie a été adopté en 2001 et actualisé en 2003, 2006 et… 2008. Après donc l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République française… Lui qui se dit tellement opposé à l’entrée de la Turquie dans l’UE n’a-t-il pas autant de pouvoir à Bruxelles qu’il le prétend? […] Le rapport de la Cour des comptes nous apprend d’abord que, bien que la Commission européenne soit responsable de la gestion des fonds, l’argent confié à l’IAP, « l’instrument d’aide à la pré-adhésion » – une usine à gaz chargée de claquer vos impôts en Turquie – est en grande partie géré par les autorités turques ! […]

les « documents stratégiques » fournis à la Cour par les autorités responsables démontrent que les aides de l’UE n’ont pas été affectées de manière cohérente « en fonction d’un ensemble d’objectifs réalisables » Pour qui sait décrypter le langage des technocrates, cela veut dire que le pognon a été dépensé n’importe comment. […] La Cour déplore aussi l’opacité – pour ne pas dire le gaspillage, voire la corruption pure et simple – des projets financés. […] L’importance des sommes allouées – 1,249 milliard d’euros entre 2002 et 2007, et, répétons-le, 4,873 milliards d’euros de 2008 à 2013 – posent en filigrane la question suivante: peut-on encore empêcher l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne ?

Observatoire de l'islamisation

Spoliation des orthodoxes en Turquie : l’accommodement raisonnable de l’UE

13/12/2009 – 12h35 ISTANBUL (Novopress)Le siège du Secrétariat pour l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, dans le quartier d’Ortakoy à Istanbul, n’est autre qu’un bâtiment confisqué à la communauté chrétienne orthodoxe dans les années 1990. Avant la confiscation, ce bâtiment servait d’école primaire pour les enfants de la minorité orthodoxe d’Ortakoy. Une communauté orthodoxe florissante vivait autrefois dans ce quartier : elle a aujourd’hui disparu en raison du nettoyage religieux mené par l’État turc. L’école s’est ainsi retrouvée sans élèves et l’État turc l’a confisquée comme bâtiment inutilisé. La communauté orthodoxe d’Ortakoy a introduit un recours devant le tribunal administratif d’Istanbul, dont on attend encore la décision. Le Secrétariat n’en a pas moins été inauguré par le Premier Ministre Erdogan, accompagné de son ministre pour les affaires européennes et de plusieurs représentants de l’Union européenne. Tout un symbole.

[cc] Novopress.info, 2009, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine [http://fr.novopress.info]

Note de l’Observatoire : Le rapport Eurling sur les progrès accomplis par la Turquie sur la voie de l’adhésion, réalisé par le rapporteur du même nom pour la Commission des affaires étrangères, rendu public le 13 septembre 2006, pointait déjà le scandale de la spoliation des biens de l’église orthodoxe et catholique…3 ans plus tard, les négociations d’adhésion se poursuivent comme si rien n’était. Imaginons le tollé que susciterait en France une éventuelle spoliations des biens musulmans !

Observatoire de l'islamisation

Turquie obligatoire : l’UE avance

10/12/2009 – 08h50 ANKARA (Novopress) –

En 2004, la Turquie avait promis d’accepter désormais dans ses ports et aéroports les bateaux et les avions chypriotes grecs. Or, Ankara vient de confirmer qu’il ne se conformerait pas à ses obligations vis-à-vis de Chypre. La Turquie a envahi en 1974 le tiers nord de Chypre en réaction à la résistance de patriotes chypriotes-grecs qui souhaitaient rattacher l’île à la Grèce. Résultat, depuis 35 ans, l’île est coupée en deux : le Sud est membre de l’Union européenne (UE), l’autre partie est occupée par la Turquie.

Alors que la Turquie refuse donc des avancées sur le dossier chypriote, non seulement l’Union européenne ne sanctionne pas Ankara, mais elle décide même d’ouvrir de nouveaux dossiers de négociations d’adhésion de la Turquie à l’Europe « avant la fin de l’année », selon le commissaire européen à l’Élargissement, Olli Rehn.

Ainsi, d’ici 15 jours, les Européens et les Turcs ouvriront le douzième chapitre des négociations (il y en a en tout 35), portant sur les transports, l’agriculture, les médias, la fiscalité, etc. Une nouvelle victoire pour la Turquie dans sa marche vers l’Europe. Les 27 ministres des Affaires étrangères de l’UE sont prêts à sacrifier la sécurité et l’identité de l’Europe pour des raisons énergétiques, les pipelines turcs alimentant l’Europe en hydrocarbures.

Observatoire de l'islamisation

Un ministre Turc remet en place l’UMP : pas de « partenariat privilégié »

Egemen Bagis, 39 ans, membre de l’AKP au pouvoir, a été nommé en janvier ministre d’État, négociateur en chef avec l’Union européenne (UE). Il refuse la notion de partenariat privilégié et affirme que la Turquie sera membre à part entière de l’UE ou pas du tout : « Plus de cinq millions de Turcs vivent dans les pays membres. Nous sommes déjà dans l’Europe. »

Comment la Turquie réagit-elle aux élections européennes et à la question turque dans la campagne ?

Le résultat était attendu : le centre droit et les conservateurs restent majoritaires. L’émergence des Verts est le progrès le plus notable. Les Verts sont largement en faveur d’une intégration de la Turquie, ils veulent une Europe multi-culturelle. De toute façon, le Parlement européen n’a pas un rôle décisif. Le plus important pour nous reste le message de la Commission et des États membres.

Celui de la France et de l’Allemagne a été assez virulent…

(…) L’Europe va affronter des défis dans les vingt ou trente ans à venir. La sécurité énergétique, la défense, le trafic d’êtres humains, l’intégration des immigrants, la crise économique, le terrorisme, l’islamophobie … Ces problèmes nécessitent la coopération des États membres. (…)

Il n’y a donc pas de ralentissement des réformes ?

(…) Vingt-sept pays sont devenus plus prospères et plus démocratiques en appliquant les critères de Copenhague et de Maastricht. C’est ce que la Turquie doit faire. Tous les pays qui ont commencé les négociations ont fini par adhérer.(Source)

Erdogan

Patrick Louis s’adresse au Premier Ministre turc

Lundi 19 janvier, la Conférence des Présidents du Parlement européen recevait le Premier Ministre turc Recep Tayyip Erdogan. Le secrétaire général du MPF, Patrick Louis (voir son nouveau site) s’est adressé directement au Premier Ministre en ces termes :

« Monsieur le Premier Ministre,

Par votre présence, je tiens à saluer le représentant d’un grand peuple et d’un grand pays. Votre pays a assuré dans le passé de grandes responsabilités géopolitiques et culturelles et aujourd’hui encore, il est un maillon stratégique nécessaire à l’ordre du monde, spécialement pour les pays du Moyen-Orient.

Mais, comme vous le savez, le lien idéal pour cacher un poison est le miel, ainsi je ne vous parlerai pas de miel, je vous parle franc.

– Nous pensons, en effet que la subordination des peuples à une entité supranationale n’est de l’intérêt de personne.

– Certes une coopération étroite, loyale et privilégiée doit exister entre les nations, les échanges économiques doivent être abondants et équitables, et le dialogue culturel toujours vivifié.

Mais votre entrée dans le cadre institutionnel actuel de l’Union supposera de votre part un abandon progressif de votre souveraineté et la subordination de votre politique à celle de l’UE.

– Ainsi nous ne pouvons approuver votre entrée dans l’UE car cela ne sera bon, ni pour vous, ni pour nous.

Vous comprenez donc, Monsieur le Premier Ministre, que je ne veux pas vous souhaiter ce que je ne souhaite pas à mon propre pays !

Mais rassurez vous, je représente une opinion encore minoritaire dans cette assemblée, mais majoritaire dans l’opinion publique !! »

Au cours de cette réunion, M Erdogan a assuré que la liberté religieuse et les droits des minorités étaient pleinement respectés en Turquie. La grande majorité des présidents de groupe ont affirmé leur soutien à l’adhésion turque, certain d’entre eux, au motif que cela empêcherait l’Europe d’être un « club chrétien« …Alors que la Turquie préside le club musulman qu’est l’ Organisation de la Conférence Islamique, et qu’elle a progressivement épuré religieusement son territoire…

Erdogan

L’odieux chantage Turc

Le projet Nabucco, un gazoduc de 3.300 km, doit contribuer à l’approvisionnement vers l’Europe de gaz issu de la Caspienne, voire du Moyen-Orient, en évitant le territoire russe. Il doit passer par la Turquie, la Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie, pour aboutir en Autriche. Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a menacé aujourd’hui de revoir sa position sur le projet Nabucco en cas de blocage des négociations d’adhésion à l’UE.

La Turquie a ouvert à ce jour 10 des 35 chapitres thématiques qui jalonnent ses négociations d’adhésion à l’UE, dont 2 en 2008. Parmi les chapitres non encore ouverts figure celui portant sur les questions énergétiques, en raison notamment de fortes réserves des Chypriotes grecs, entrés dans l’UE en 2004. M. Erdogan a déclaré, lors d’une conférence organisée à Bruxelles par l’institut European Policy Center :

« Si nous sommes confrontés à une situation dans laquelle le chapitre sur l’énergie est bloqué alors nous réexaminerons notre position [L’UE] doit être équitable dans son traitement [et] ne devrait pas préférer la partie Sud de Chypre, qui est située loin de l’Europe et ne compte que quelques centaines de milliers d’habitants (…) comparée à la Turquie et ses 70 millions d’habitants ».

Michel Janva du Salon Beige

Observatoire de l'islamisation

Turquie : les non musulmans sous pression

Extraits choisis de l’article du Figaro du 31/12/2008 « Les laics tucs se sentent discriminés dans les villes d’Anatolie », par Laure Marchand.

Une étude met en évidence la pression ressentie pour se conformer à un mode de vie musulman.

Administrations désertées à l’heure de la prière du vendredi, disparition des buvettes vendant de l’alcool dans les parcs, impossibilité de fumer dans la rue pendant le ramadan, pélerinage à la Mecque recommandé pour être bien vu…Ces exemples sont cités par l’étude « Être différent en Turquie », récemment publiée, qui s’est penchée sur le ressenti des Turcs qui ne se reconnaissent pas dans l’identité musulmane et sunnite dominante dans les villes d’Anatolie. Elle met en exergue la pression sociale exercée pour adopter le mode de vie de la majorité.(…)

La pression du quartier

Le rapport estime, en conclusion, que la formation islamo-conservatrice au pouvoir depuis 2002 (Parti de la justice et du développement, AKP) a échoué à promouvoir la tolérance et les libertés individuelles.(…)

En Turquie « l’autre n’est jamais apprécié », selon Rusen Cakir, éditorialiste au journal Vatan, et au gré des changements politiques « les victimes peuvent aisément se transformer en bourreaux, et les bourreaux en victimes ».

Et pendant ce temps là, une dépêche AFP nous apprend que La Turquie gravit une nouvelle petite marche vers l’UE (AFP-19 déc. 2008), ce malgré la promesse de campagne du président Français de stopper les négociations d’adhésion :

BRUXELLES (AFP) — La Turquie a fait vendredi un nouveau petit pas vers l’Union européenne, en ouvrant deux nouveaux chapitres de ses négociations d’adhésion au bloc européen.

« Deux nouveaux chapitres viennent d’être ouverts« , sur la libre circulation des capitaux et la société de l’information et les médias, a indiqué le secrétaire d’État français aux Affaires européennes Bruno Le Maire, dont le pays préside l’UE, à l’issue d’une réunion avec le ministre turc des Affaires étrangères Ali Babacan.

Cela porte à dix sur 35 le nombre de chapitres thématiques qui ont été ouverts en trois ans, depuis le début des négociations d’adhésion en octobre 2005.
lire la suite de la dépêche.

Page 2 sur 2«12