Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Puy-de-Dôme : deux armes saisies chez un islamiste fiché S

Lu dans La Montagne du 22 juin 2017 :
La gendarmerie est intervenue mardi, vers 7 heures, en centre-ville d’Ambert (Puy-de-Dôme).

Cette opération était menée par une équipe encagoulée du Psig-Sabre (peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) de Clermont-Ferrand accompagnée de la BR (brigade de recherches) de Thiers et du PSIG d’Ambert dans le cadre d’une perquisition administrative, déclenchée, dans le contexte juridique de l’état d’urgence, par la préfecture du Puy-de-Dôme, qui n’a pas souhaité faire de commentaires mercredi. 

Cette opération visait deux frères originaires d’une famille franco-marocaine du Livradois-Forez. L’aîné présentait visiblement plusieurs signes de radicalisation, au point d’avoir été fiché S (*) et d’être sous surveillance depuis plusieurs mois. Licencié d’un club de tir de la région, il venait également d’acquérir une arme.

Des éléments qui ont entraîné la mise en place de cette procédure qui a permis aux gendarmes, sans qu’aucune résistance n’ait été rencontrée, de saisir deux armes : une carabine 22 long rifle et une arme de catégorie C. Les deux hommes ont été laissés en liberté.

Mée-sur-Seine (77) : le haut-parleur de la salle de prières empêche les riverains de dormir

Les fidèles de Mée prient aussi dehors.

Lu dans Le Parisien du 23 juin :

Le ramadan n’est pas synonyme de sérénité pour tout le monde. Au Mée-sur-Seine, des riverains de la salle de prière située en contrebas de la rue des Lacs, pointent un « haut-parleur utilisé pour de nombreux fidèles qui prient sur le trottoir, la salle étant trop petite ». Un appareil allumé tous les soirs pendant le ramadan aux alentours de 23 h 30 jusqu’à plus d’une heure du matin.

« Le haut-parleur est de forte intensité, on y entend prières, chants et textes et cela, dans le non-respect du voisinage et des athées ou personnes d’autres religions », se plaint une riveraine. « Certaines nuits, nous ne dormons pas plus de 4 heures car même après la fin, les fidèles discutent et cela peut durer jusqu’à 2 heures ». En clair, elle dénonce des nuisances diurnes (toute l’année les vendredis après-midi) et nocturne (le mois du ramadan).

Selon les riverains, ni le maire du Mée, ni les forces de l’ordre ne réagiraient. Contacté, le maire Franck Vernin (UDI) a bien eu connaissance des mails des riverains et dit avoir demandé à l’union des musulmans méens (UMM) d’assurer le calme. « Ils sont corrects et réactifs quand il y a un problème », affirme-t-il. (…) 

Le président de l’UMM, Mourad Salah, répond qu’il « va essayer de régler le problème en réduisant le son ». A un bémol près : « Le haut-parleur n’est pas à l’extérieur, mais dans la salle de prières. On laisse les portes ouvertes pour que les fidèles restés dehors puissent entendre. Voilà plus de cinq ans que nous procédons ainsi, faute de mieux. »

« Dans la nuit du 21 au 22 juin, c’était la nuit du Destin avec l’aumône pour bâtir une vraie mosquée. Il y avait 150 personnes dehors », indique Mourad Salah.

Au final, il dit « comprendre les riverains, avec la fatigue, la chaleur. On s’en excuse. Mais la balle est dans le camp du maire. Tant que nous n’aurons pas un lieu de prière digne de ce nom, avec une capacité plus grande, c’est difficile ».

Président de l’Union des musulmans de Seine-et-Marne, Boudjema Hammache approuve : « L’apaisement avec les autres et le respect d’autrui, c’est un devoir. Pour comprendre les autres, il faut se mettre à leur place. »

Explosion à Bruxelles : le terroriste marocain de 36 ans était connu pour trafic de drogue et résidait à Molenbeek

Bruxelles une nouvelle fois visée par le terrorisme. Un Marocain de 36 ans est à l’origine de l’attaque terroriste qui s’est produite mardi soir à la gare Central de la capitale belge, a annoncé le parquet général.

« La personne a été identifiée comme O.Z. », a précisé le porte-parole du parquet, qui n’a donné que les initiales du nom. « Il est né le 20 janvier 1981 et est de nationalité marocaine », a-t-il ajouté, soulignant qu’il n’était « pas connu pour des faits de terrorisme ».

Des perquisitions ont été menées dans la nuit de mardi à mercredi au domicile de cet homme situé à Molenbeek-Saint-Jean. Le porte-parole du parquet fédéral, qui a indiqué qu’une enquête pour « tentative d’assassinat terroriste »,  n’a toutefois pas précisé si les fouilles avaient été concluantes.

BFMTV

Tariq Ramadan : « La mutilation génitale pour les femmes fait partie de notre tradition islamique »

Tariq Ramadan argumente que les oppositions à la mutilation génitale pour les femmes viennent de personnes en dehors de la communauté musulmane.

« Quiconque a étudié au moins 6 mois la tradition islamique sait que la mutilation génitale fait partie de notre tradition » déclare-t-il.

« Ma position en tant que chercheur musulman, ma position : il est faux de promouvoir cela parce que je pense que d’abord, ce n’est pas dans le Coran. (…) Cela dit, je ne peux pas nier le fait que certains érudits musulmans au plus haut niveau de leur position institutionnelle soutiennent le fait que cela est possible que vous pouvez aller jusqu’à l’excision ou la mutilation., nous avons cela dans notre tradition et cela fait partie de la discussion interne que nous devons avoir. Donc, c’est plaire aux gens qui attaquent l’islam que de dire : «Oh non, non , Non, ce n’est pas islamique. C’est illégal, ce n’est même pas fidèle à notre tradition ». Nous devons avoir une discussion interne … Donc, encore une fois, nous devons être sérieux. Personne ne peut dire que ça ne fait pas partie de notre tradition. C’est controversé, c’est discuté … vous devez prendre position, mais vous ne pouvez pas nier le fait que cela fait partie de notre tradition.  »

Explosion à la gare de Bruxelles Central commise par un « basané » criant « Allah Akbar » selon les témoins

Lu dans Le Figaro du 20.06.17 à 22h42

L’état de santé du suspect, qui selon un témoin a crié « Allah Akbar », n’a pas été précisé mais il a été « neutralisé », selon le centre de crise fédéral.Lire la suite

Champs-Elysées: l’assaillant était fiché par Interpol et recherché par la Tunisie

L’assaillant de l’attentat raté des Champs-Elysées ce lundi, Adam Djaziri, faisait l’objet d’un mandat d’arrêt tunisien pour des faits de terrorisme depuis 2014. La Tunisie l’avait repéré dès 2013 en compagnie de djihadistes armés. Il s’était également rendu trois fois en Turquie entre janvier et août 2016 sans être inquiété. Interpol avait alors émise une fiche J qui indiquait aux services français de ne pas l’interpeller mais de mener une surveillance discrète et d’aviser les services tunisiens.  

Cela ne l’a pas empêché de voir son permis de port d’arme renouvelé en février dernier. 

Le président de la mosquée tabligh de Calais est employé de la mairie de Natacha Bouchart (LR)

Natacha Bouchart, maire de Calais

L’Observatoire de l’islamisation est en mesure d’affirmer que le président de la mosquée Masjid Attouaba de Calais, gérée par l’association Aliman Waihissam, Pauleid Haderbache, est employé à la mairie de Calais dirigée par Les Républicains. 

Le Tabligh est un mouvement islamiste indo-pakistanais dont la radicalité est bien connue. Ses cadres ont des stages obligatoires à réaliser au Pakistan, et ses fidèles ont des devoirs de prédication de rue. Nombre d’islamo-terroristes des dernières années ont fréquenté cette organisation. 

Son entrisme dans les rouages républicains pose question.

« La décision de retirer le port d’arme est difficile à prendre » selon Edouard Philippe

Un arsenal perquisitionné dans le coquet pavillon de la famille d’Adam Dzaziri

Ce n’est pas la « ghettoïsation » mais bien la haine de l’Occident qui a poussé la famille « salafiste quiétiste » d’Adam Dzaziri à héberger dans leur coquet pavillon du Plessis-Pâté dans l’Essonne de nombreuses armes de poings, des armes longues et « de qui fabriquer des explosifs » selon la police. L’ex-épouse d’Adam Dzaziri ainsi que son frère et sa belle-soeur ont été interpellés hier en fin d’après-midi lors des perquisitions au domicile de cette famille. Les femmes portent le niqab. 

BFMTV nous parle d' »islam rigoriste » (SIC).

Scandale : la préfecture du 91 avait autorisé une détention d’arme à l’islamiste fiché S (Champs-Elysées)

On apprend que le jeune islamiste, né à Gennevilliers et résidant à Argenteuil (ville où des mosquées salafistes sont tolérées), Adam Djaziri, ayant tenté une attaque sur les Champs-Elysées, était depuis deux ans détecté comme islamiste radical par la DGSI, fiché S pour cela, avait un permis le renouvellement de son port d’arme (pour tir sportif) par la préfecture de l’Essonne en février 2015 ! Le JT de TF1 nous l’apprend à 20 heures.  Cela alors qu’il avait tenté de rejoindre la Syrie par la Turquie. Il possédait un Glock. Une kalachnikov a été retrouvée dans sa voiture.

Selon la journaliste de BFMTV, Alexandra Gonzalez, l’homme avait, en plus des trois armes couvertes par son permis, « déclaré six autres armes. » Un élément nouveau de la biographie du personnage est remonté à la surface: « En 2013, les services secrets tunisiens l’avaient repéré car il était en compagnie de personnes qui portaient des armes et des talkiewalkies. Il avait commencé alors à rentrer dans leur radar« , a indiqué Alexandra Gonzalez. 

Le préfet, nommé par le pouvoir socialiste, doit être démis de ses fonctions.

Une perquisition est en cours au domicile de ses parents  à Plessis-Pâté en Essonne, une maison qui n’a rien de misérable.