Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Rechercher

Résultats de la recherche pour : ‘fiché S’

Alep : les brigades de l’ASL Sultan Mourad et Fastaqim, armées par les Etats-Unis, sont islamistes.

Les médias français et les « spécialistes » (comme Ulysse Gosset de BFMTV) tentent de distinguer parmi les rebelles présents à Alep Est les djihadistes de Fatah al Cham (Al Qaida) , des « gentils » rebelles démocrates luttant contre le tyran Bachar Al Assad : outre  les salafistes d’ Ahrar al Sham armés par l’Arabie Saoudite et le Qatar, ils présentent la brigade turkmène Sultan Mourad armée par la Turquie et les Etats-Unis comme étant fréquentable, et regrettent sa défaite. « Alep succombe » comme le dit la journaliste de France 24 mercredi 14 décembre. Dans  vidéo ci dessus, du compte Youtube officiel de Sultan Mourad, du nom du sultan Ottoman Mourad II (1404-1451) qui attaqua Thessalonique et la Serbie, donne une idée de la radicalité islamiste de ses chefs.

Sultan Mourad est allié avec un autre groupe islamiste de l’ASL présenté comme « modéré » également, Fastaqim Kama Amrit, armé par les américains, clairement islamiste selon tous les analystes sérieux. Ses commandants prêchent dans les mosquées. Ses soldats à la barbe fournie ont un emploi névrotique du Allah Akbar. Sur cette vidéos, ses soldats font un salut nazi :

La brigade Fastaqim (fiche) exhibait en décembre 2014 deux cadavres de soldats loyalistes chrétiens , en zoomant sur leur chapelets :

Tracfin : des « associations à visées radicales » « bénéficient de financements publics »

1612102235040093Tracfin, Rapport d’analyse 2015, p.17

L’attention de Tracfin est régulièrement attirée sur des associations non gouvernementales à but humanitaire ou culturel, soupçonnées de financer des réseaux terroristes. La plupart apportent officiellement une aide logistique aux populations situées en zone de conflit.

Ces associations présentent des caractéristiques communes :
• Elles sont de création récente, postérieure à 2011, année marquée par les premières manifestations des « printemps arabes » et le début de la guerre civile syrienne. Depuis, elles ont pu élargir leur champ d’action à d’autres zones géographiques, au Proche-
Orient, au Maghreb ou en Afrique sub-saharienne.
• Elles effectuent des actions variées : fourniture de médicaments, de matériel humanitaire (tentes, couvertures), de denrées alimentaires non périssables, voire envoi d’animaux vivants (ovins) pour la célébration de fêtes religieuses.
• Elles utilisent internet et les réseaux sociaux pour déployer des techniques de marketing innovantes et efficaces, et collecter des dons. Les contributeurs utilisent notamment des cartes pré-payées et des comptes PayPal.
• Si les montants unitaires des dons collectés auprès de ressortissants français ou européens restent modestes, leur cumul permet à ces associations de gérer des capitaux atteignant plusieurs millions d’euros.
• La gestion de la trésorerie de ces associations paraît peu cohérente avec les buts humanitaires affichés. Elles conservent des soldes bancaires élevés et tardent à les affecter aux besoins réels des populations déshéritées.
Certaines d’entre elles, ancrées dans l’humanitaire, bénéficient de financements publics.
• Elles présentent un fonctionnement financier opaque. Arguant de l’absence de système bancaire fiable en zone de guerre, les dirigeants de ces associations multiplient les retraits en espèces à hauteur de plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de milliers d’euros en cumulé. Les déclarations frontalières de capitaux à la sortie du territoire ne sont pas systématiquement effectuées, et l’utilisation des fonds en zone de conflit est difficilement vérifiable.
• Elles se soutiennent financièrement par des virements croisés, parfois entre associations de sensibilité différente. Ces soutiens financiers peuvent permettre à des associations fortement radicalisées de contrôler indirectement d’autres associations plus modérées.

Qu’il s’agisse de réseaux de collecteurs de fonds ou du détournement d’associations à visée humanitaire, les collectes de fonds s’opèrent de plus en plus à travers les plateformes de financement participatif recueillant des dons sur internet, et les sites de cagnottes en ligne (cf. partie 4 sur les risques émergents liés aux nouvelles technologies).

Le tribunal confirme la fermeture de la mosquée de Stains

Labre_9_-_STAINS_-_La_rue_Jean-Durand_et_l'EgliseLu dans Le Parisien du 6 décembre (extrait) :

Le tribunal administratif de Montreuil a tranché ce mardi, en défaveur de la mosquée de Stains. Il a rejeté la requête en référé-liberté déposée par l’association culturelle franco-égyptienne qui gère la mosquée Al Rawda. Celle-ci demandait l’annulation de la fermeture administrative ordonnée par le ministère de l’Intérieur dans le cadre de l’Etat d’urgence. Le lieu de culte restera donc fermé.(…)

Un arrêté préfectoral motivé par des considérations de trouble à l’ordre public avait été pris le 2 novembre. Le 2 décembre, lors de l’audience du tribunal administratif, la représentante du ministère de l’Intérieur avait pris de court la défense en produisant « une note blanche ». Cette fiche confidentielle rédigée par les services de renseignement décrivait un lieu inquiétant, fréquenté par des djihadistes notoires et un imam radical.

Fabien Clain, un converti recruteur de combattants pour l’Irak dans les années 2000 avait transité par Al Rawda. De même, Adrien Guihal, un autre converti, membre de Daesh, avait fréquenté le lieu de culte. Enfin, quatre islamistes qui avaient l’habitude de se réunir dans un garage du Val-d’Oise s’étaient retrouvés à Stains une dernière fois, avant de s’envoler vers la Syrie.Lire la suite de l’article dans Le Parisien

« Le nombre de mosquées salafistes a bondi de 170% entre 2010 et 2016 » : interview de Joachim Véliocas

Capture d’écran 2016-10-28 à 18.09.33

Analyste pour le think tank Wikistrat , et directeur de l’Observatoire de l’islamisation, Joachim Véliocas présente son nouveau livre à la rédaction de Riposte Laïque :

Riposte Laïque : Commençons par l’actualité. Vous avez été très actif, sur le site que vous animez, pour pointer du doigt les connivences d’Alain Juppé avec Tareq Oubrou et les Frères Musulmans. Pourquoi un tel acharnement contre lui, alors que d’autres ont la même attitude, comme l’a montré votre livre « Ces maires qui courtisent l’islamisme » ?Lire la suite

Ces membres de l’équipe Fillon qui collaborent avec des mosquées en mairie

Ces membres de l'équipe Fillon qui collaborent avec des mosquées en mairie

Ces membres de l’équipe Fillon qui collaborent avec des mosquées en mairie

Le site de campagne de François Fillon affiche les portraits de ses soutiens parmi les parlementaires, souvent maires de grandes villes, dont au moins huit (nous continuons de fouiller dans nos archives) ont soutenu activement des projets de mosquées, souvent radicales, sises sur des terrains municipaux.

Lire la suite

Dossier complet sur la viande halal : les chiffres, les dangers, les dérogations règlementaires

un-rayon-de-viande-halal-dans-un-supermarche_943301-500x319Dossier réalisé par l’Observatoire de l’islamisation- septembre 2016

En 2005, un rapport réalisé par le Comité permanent de coordination des inspections (COPERCI), une mission d’inspection commune aux ministères de l’Intérieur et de l’Agriculture[1] , constate qu’en France « 80% des ovins, 20% des bovins et 20% des volailles seraient abattus selon le rite halal ». Une autre étude[2] du ministère de l’Agriculture précise qu’en France 32% des bêtes sont abattues de façon rituelle. Or, s’interroge la journaliste Anne de Loisy dans son livre « Bon Appétit » (Presses de la Cité, 2015) « ce chiffre dépasse largement le volume des ventes étiquetées halal et commercialisées dans l’Hexagone. On est bien loin des 2,5% de viande halal annoncés par la profession comme étant consommées en Ile-de-France. »Lire la suite

« Le carburant de ce jihad global est la lutte obsessionnelle contre l’« islamophobie » (Alexandre del Valle)

AdelVALLE

Valeurs Actuelles : Avec les attentats de Nice, assiste-t-on à une déprofessionnalisation du terrorisme ?

Alexandre del Valle : Je suis d’accord si l’on regarde le profil du tunisien Mohamed Lahouji Bouhlel, son passé de délinquant et ses déboires conjugaux et psychologiques. Mais il ne s’agit pas pour autant d’un terrorisme nihiliste qui n’aurait « rien à voir avec l’islam » ou avec une organisation jihadiste. Ces terroristes « auto-radicalisés » sont en fait formés par des salafistes en « e-learning », ils sont radicalisés par l’importation des conflits du Proche Orient et la sensibilisation des images de musulmans tués par des armées occidentales, et sont rendus paranoïaques-violents par un mimétisme viral légitimé par la diabolisation de l’« islamophobie » et la réalisation narcissique...

On a l’impression que le théâtre irakien ou syrien n’ont plus beaucoup d’influence ?Lire la suite

Allemagne : un groupe de musulmans assaille une piscine nudiste en hurlant des injures et des menaces

0019b91ec981132cf2c904Lu sur Atlantico du 27/07/16 :

« Six hommes ont fait irruption dans une piscine naturiste de l’état de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, en Allemagne. Selon les témoins, ils étaient barbus et parlaient arabe ainsi qu’allemand. Ils ont crié « Allahu akbar », craché sur les femmes et les enfants présents, traité les femmes de « salopes » et d’ »infidèles », et prévenu que les personnes présentes seraient « exterminées ». La natation naturiste serait une tradition appréciée dans cette région. 

Une femme présente a résumé les propos des hommes : « Nous, [les femmes allemandes] sommes toutes des salopes et ils nous extermineront toutes ». Les hommes étaient barbus et ont vociféré des injures en allemand et en arabe, selon les témoins, rapporte le Daily Mail.

Toujours selon les témoignages, les hommes ensuite auraient quitté l’endroit et seraient allés à un autre parc aquatique où ils auraient renouvelé un comportement similaire. 

Depuis l’arrivée des migrants en Allemagne, il y a eu plusieurs incidents de viols et d’agressions sexuelles commis contre des femmes et même des enfants dans des piscines publiques. Le mois dernier, un rapport secret de la police de Düsseldorf, fuité dans la presse, avertissait de l’ »inquiétude grave » des responsables policiers face à l’augmentation des crimes sexuels commis par des réfugiés dans les piscines publiques. De plus en plus de municipalités affichent dans les piscines des pictogrammes pour enseigner aux migrants comment respecter les femmes et les enfants.Lire la suite

L’albanais complice du tueur aurait dû être reconduit à la frontière en mai : encore une faille

« C’est ce que révèle une main courante de la police municipale, que Le Point s’est procurée et publie en exclusivité. Dans ce document (n° 2 016 018 602), il est mentionné que l’homme, mentionné que l’homme, Artan H., avait été arrêté – en compagnie d’un autre individu – pour une banale infraction au Code de la route le 2 mai dernier. Il se trouvait à bord d’une voiture immobilisée. « Le véhicule, en panne de batterie, est stationné, mais les vitres ne se referment pas », note l’agent. Interrogé, comme le veut la procédure, l’officier de police judiciaire « demande la surveillance du véhicule par une caméra CSU » (NDLR : le centre de supervision urbain de Nice qui pilote les 1 250 caméras de la ville). Il précise également : « Étant donné que les vérifications sont sans suite, le contrevenant récupère son véhicule. »

Le document précise qu’Artan H est né le 30 janvier 1978 en Albanie et qu’il faisait l’objet, ce 2 mai 2016, d’une fiche de reconduite à la frontière. Las, indique la main courante, le 3 mai, « sur ordre de l’OPJ, les deux individus sont laissés libres ». Et n’ont donc pas été expulsés du territoire français. Pourquoi ? Une question dont la réponse ne manquera pas de relancer la polémique… » L’article du Point

Scandale de l’abattoir d’Alès : le maire accuse l’abattage musulman devant la commission d’enquête

Copie de autocollants_halal 2_2Lu dans Le Figaro du 28 avril (extrait) :

« Le maire d’Alès dans le Gard, dont l’abattoir municipal a fait scandale, s’est défendu aujourd’hui en soulignant le problème de l’abattage rituel, sans étourdissement, dans la conduite des opérations, devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les conditions d’abattage en France.

L’abattoir d’Alès avait été fermé en octobre 2015 après la diffusion d’une vidéo de l’association L214 montrant des mauvais traitements infligés aux animaux. Il a rouvert début décembre. L’abattage rituel, pour la viande halal, représente 50% de l’activité de l’abattoir: « Il y a donc une manière de fonctionner spéciale. Il appartient au législateur de décider si on peut abattre ou pas de cette manière-là », a déclaré Max Roustan, maire Les Républicains. Selon lui, la vidéo de L214 montrait uniquement des animaux abattus de manière « rituelle », sans étourdissement. Selon le directeur de l’abattoir Jack Pagès, la personne filmée en train de pratiquer un « cisaillement au lieu de faire des coupes franches » était un « sacrificateur » remplaçant.

Les sacrificateurs sont désignés de manière indépendante des abattoirs par les mosquées »

Sur le sujet lire l’article du docteur vétérinaire Peretti qui a dénoncé ce mode d’abattage à Alès  dès octobre 2015 dans l’indifférence des médias qui avaient peur de faire « un amalgame ».

Page 10 sur 12« Première...«89101112»