Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Le célèbre télé-prédicateur Amr Khaled appelle à « infiltrer » l’Europe

La volonté de conquête de l’Europe par la « propagande » et l »infiltration » est clairement évoquée par un des plus grands leaders d’opinion des masses musulmanes dans le monde. Amr Khaled, inconnu du grand public européen, est pourtant une star des foyers musulmans qui ont leur parabole orientée vers la méditerranée, selon sa biographie Wikipedia :

Amr Mahmoud Helmi Khaled (عمرو محمود حلمي خالد) (né le 5 septembre 1967) est un prédicateur musulman de nationalité égyptienne. C’est l’un des plus célèbres télé-prédicateurs du monde arabe, dont la popularité ne cesse d’augmenter. Le 30 avril 2006, le New York Times l’a élu comme le télé-évangéliste musulman le plus célèbre et le plus influent du monde. (…)Par son discours, Amr Khaled vise principalement les musulmans âgés de 15 à 35 ans, issus de la classe moyenne. Selon lui, cette couche de la société est la plus capable de faire du monde musulman un monde meilleur. Il vise également les femmes, les jeunes et les riches. Il est apprécié pour parler en arabe dialectal et pour avoir une approche sympathique, créative et amicale avec son public.(…) Le 30 mai 2004, le quotidien britannique, le Sunday Times affirme que Andrew Turnbull, secrétaire du cabinet du premier ministre Tony Blair, a demandé à Amr Khaled de conseiller le gouvernement britannique sur les relations que doit avoir l’État avec ses citoyens musulmans. Lire la suite sur Wikipedia.

L’homme est communément décrit comme un modéré au prétexte qu’il condamne l’extrémisme de Ben Laden et qu’il veut la « paix » avec les non musulmans (la pax islamica a une signification bien particulière: l’exigence du respect total envers Mahomet et l’ordre islamique est un préalable). Sa finesse le conduit évidemment à rejeter toute confrontation frontale avec les Européens. Mais son objectif profond est évidemment l’implantation puis la conquête de l’Europe ainsi qu’il l’énonce dans cet extrait.

mosquee

Un nouveau minaret algérien dans le Nord : avec vos impôts !

Addendum du 24.11 : Le journaliste Yves Daoudal rapporte qu’ « à la pose de la première pierre, il y avait le député de la circonscription, Thierry Lazaro, UMP, qui a promis de donner de l’argent, de sa réserve parlementaire, « pour la partie culturelle »…Car, comme l’a dit Abdelkader Aoussedj,le président régional de la fédération de la Grande Mosquée de Paris, « une mosquée qui ne dispose pas d’un volet culturel, pour moi, c’est une grande salle de prières, pas une mosquée. » » (source Daoudal Hebdo semaine 47)

La mosquée s’appelle Khalid ibn Walid, (mort en 642), Compagnon de Mahomet, commandant en chef des armées islamiques. Ibn Walid a dirigé les opérations militaires lors de la prise de Hira en Irak (633), de la bataille de Ajnadayn (634) et Yarmouk (636) contre les positions Byzantines.

Lu dans la Voix du Nord du 13 novembre :

Ahmed Zirar président de l’association islamique :

« À côté du cultuel, nous avons développé l’activité culturelle : nous recevons de plus en plus d’enfants qui viennent en cours, que ce soit pour l’enseignement du Coran et l’arabe littéraire, pour lesquels le gouvernement algérien met des enseignants à notre disposition. Ou, simplement, l’aide aux devoirs, le soutien scolaire, etc. Et cet aspect culturel prendra encore plus de place dans la prochaine construction. » Comment se présentera la nouvelle mosquée ? « Ce sera un bâtiment de deux étages avec un minaret haut de 15,7 m, la loi limitant la hauteur à 16 mètres. Au rez-de-chaussée, on trouvera une grande salle de prière, des locaux pour les cours, la bibliothèque, un site informatique, un petit musée. À l’étage, on prévoit une partie administrative, une salle de réunion, un espace pour la détente et la rencontre… Mais, pour l’instant, tout est modulable à l’intérieur en fonction des besoins. Le bâtiment aura une superficie de 765 m² au sol, soit près de 1 400 m² au total, et permettra d’accueillir 1 260 personnes. »

Lire la suite

Charia au Royaume-Uni: 45 écoles islamiques épinglées (rediff)

Addendum du 23.11.2010 : Le président de l’Islamic Human Rights Commission accuse le programme “Panorama” de la BBC qui a révélé l’existence de ces manuels “éducatifs”,  de créer des  clivages en se focalisant sur une sélection d’écoles musulmanes qui auraient prôné l’antisémitisme. (Source)

Après un rapport d’expert de 2008 ayant relevé que 60% des écoles musulmanes ont des enseignements criminels, après la révélation par le Times que la moitié des mosquées anglaises sont « Déobandies », la même tendance que les Talibans, une nouvelle enquête discrédite encore la vision d’un islam fondamentalement modéré…Lire la suite

Police

Algérie : Procès de 8 non-jeûneurs

Huit personnes doivent comparaître ce lundi 8 novembre devant le tribunal correctionnel d’Akbou, près de Béjaïa (250 km à l’est d’Alger), en Kabylie, pour n’avoir pas jeûné durant le ramadan, a indiqué dimanche à l’AFP un de leurs avocats Me Abderrezak Ammar-Khodja

Les prévenus, de confession musulmane, avaient été interpellés fin août par la police dans la localité d’Ouzellaguen, à une dizaine de km d’Akbou, alors qu’ils buvaient du café dans un local commercial fermé, a-t-il ajouté.

Déférés devant le justice, ils ont été inculpés d’atteinte aux “préceptes de l’islam”. Sept d’entre eux ont été remis en liberté tandis que le huitième, le propriétaire du local, avait été placé en détention provisoire avant d’être libéré le 6 septembre, selon Me Ammar-Khodja.

Plusieurs procès ont été intentés ces derniers mois contre des Algériens poursuivis pour “non-respect des préceptes de l’islam”, notamment contre des convertis au christianisme.

Mi-octobre, un jeune a écopé de deux ans de prison ferme et de 100.000 dinars (1.000 euros environ) d’amende pour n’avoir pas jeûné fin août durant le ramadan à Oum El Bouagui, à quelque 500 km au sud-est d’Alger, selon la presse algérienne.

Deux chrétiens non jeûneurs avaient été relaxés le 5 octobre à Ain el Hammam dans l’est algérien alors que le procureur avait requis trois ans de prison ferme. Un juge de ce tribunal kabyle avait prononcé un non-lieu car “aucun article (de loi) ne prévoit de poursuite” dans le cas de non respect du jeûne durant le ramadan.

Un procès est prévu le 28 novembre contre quatre convertis au protestantisme poursuivis pour “ouverture illégale d’un lieu de culte” à Larbaâ Nath Irathen, près de Tizi Ouzou, en Kabylie.

Lire la suite

Observatoire de l'islamisation

Turquie / L’État-Taqiya

Par Michel Gurfinkel.

La taqiya est une réalité, en Turquie et ailleurs. Savoir la déjouer constitue aujourd’hui une priorité absolue pour les pays fidèles à la tradition démocratique occidentale.

La taqiya ou « dissimulation » est une pratique couramment admise dans le monde islamique. Elle consiste à tromper l’adversaire non-musulman quand celui-ci est en position de force, soit en lui cachant que l’on est musulman, soit en lui mentant sur les intentions qu’on nourrit à son égard.

Cette pratique se fonde sur un passage du Coran (sourate III, verset 28), qui enjoint aux musulmans de ne pas cultiver l’amitié des non-musulmans mais au contraire d’user de « précautions » à leur égard. L’exégète et chroniqueur iranien sunnite At-Tabari, qui vécut au IXe siècle et au début du Xe siècle, l’interprète de la façon suivante : « Si vous, musulmans, vivez sous l’autorité des non-musulmans et craignez pour votre vie, protestez en paroles de votre loyauté à leur égard tout en les haïssant en pensée. » Ibn al-Arabi, un théologien et mystique andalou des XIIe et XIIIe siècles, et Al-Qurtubi, un juriste hispano-égyptien du XIIIe siècle, sunnites tous les deux, autorisent les musulmans « opprimés » à feindre « provisoirement » une conversion à une religion non-musulmane et si nécessaire à exécuter des rites ou des actes que le Coran tient pour criminels. La plupart des autorités musulmanes, jusqu’à ce jour, regardent en outre le recours à la ruse et à la trahison en tant de guerre comme une forme légitime de taqiya, à laquelle le Prophète lui-même a recouru : une affirmation qui prend tout son sens quand on sait que, selon l’islam, toutes les relations entre musulmans et non-musulmans relèvent a priori de la guerre, du moins tant que les seconds n’auront pas fait acte de soumission envers les premiers et accepté de payer la jiziya, ou « capitation ».

Mais la taqiya a été également invoquée dans les conflits entre musulmans : le camp musulman ennemi étant considéré comme « hérétique » et donc assimilé au monde non-musulman. Partout où ils ont été minoritaires, les chiites et les kharéjites ont recouru à la taqiya pour échapper aux persécutions sunnites. Les sunnites ont fait de même quand ils étaient minoritaires face à une majorité chiite. Au XXe siècle, enfin, les sunnites comme les chiites ont pratiqué la taqiya face à des pouvoirs antireligieux : les régimes communistes en URSS, en Chine, en Albanie ou en Afghanistan ; mais aussi des régimes où l’État, sans combattre l’islam en tant que tel, a prétendu imposer un mode de vie moderne, donc partiellement ou totalement laïque.

Lire la suite sur le site de Gurfinkel.

Chypre côté turc

Observatoire de l'islamisation

473 796 visas accordés au Maghreb et à la Turquie chaque année

Les Echos de ce vendredi 9 juillet rapportent ces chiffres du ministère de l’Immigration pour l’année 2008. Depuis, nous l’avions vu, François Fillon s’est engagé à accorder 170 000 visas aux Algériens annuellement, jugeant certainement que le chiffre de 40% de chomeurs dans les banlieues de l’immigration n’est pas suffisant. Et si on proposait aux habitants de Sablé-sur-Sarthe d’accueillir ne serait-ce que 1% de ce petit monde ?

Observatoire de l'islamisation

Les derniers chiffres de l’immigration arabe

VIVA L’ALGERIE livre en exclusivité à ses lecteurs les chiffres officiels concernant la circulation des personnes entre la France et les trois grands pays du Maghreb.

Première communauté étrangère régulièrement installée en France avec 584.534 personnes titulaires d’un titre de séjour, les Algériens restent les premiers pourvoyeurs d’immigration familiale dans le pays, en perdant toutefois sur les autres aspects de la circulation des personnes. Un déclassement qui profite aux Marocains qui sont 466.120 à détenir une carte de séjour. Les Tunisiens sont 10.274.
Les Marocains sont la 3è nationalité pour le nombre de visas de court séjour délivrés en 2009 :
151.509 contre 170.188 pour les Chinois et 253.112 pour les Russes. Le taux de délivrance a augmenté de 7 points en 5 ans, pour atteindre 87% en 2009 (92% au 1er trimestre 2010).
Pour les Algériens, le nombre de visas de court séjour a été pour la même année de 130.013 et pour les Tunisiens de 76.519. Pour l’immigation familiale, les Algériens ont bénéficié de 18.200 visas de long séjour, les Marocains de 16.000 et les Tunisiens de 6.310.
Au titre de la naturalisation, il y a eu 19.679 Algériens à accéder à la nationalité française en 2009. Les Marocains ont été 21.010 et les Tunisiens 7.571. La France a accordé la nationalité à 108.00 étrangers
Ce pays compte aussi 18.814 étudiants algériens lorsque les Marocains sont 30.000 et les Tunsiens 10.144.
Les Marocains constituent par ailleurs la 1ère communauté étrangère pour l’immigration professionnelle en France: 7.857 premières autorisations de séjour ont été délivrées en 2009
pour ce motif, dont 5.775 travailleurs saisonniers. C’est une position qui découle des accords entre les deux pays. L’Algérie a mis un terme volontairement à l’émigration professionnelles vers la France dans les années 70.

Viva l’Algérie

Chantal Brunel (LR) lance la mosquée de Roissy-en-Brie: l’UMP subventionne l’islamisme

Observatoire de l'islamisation

Le gouvernement veut normaliser les régularisations de clandestins

C’est désormais officiel, les délinquants pénétrants sur notre territoire illégalement, trouvant facilement un travail de par le différenciel de salaire acceptable entre eux et les nationaux, pourront être régularisés :

Lu dans Les Echos de ce jour (21.05.2010) :

Rappels :

> Un article du Monde du 21 décembre 2009  :

 » Discrètement mais sûrement, le gouvernement régularise des sans-papiers. Alors qu’il multiplie les signes de “fermeté” comme ce nouveau renvoi d’Afghans le 15 décembre, les chiffres recueillis par Le Monde auprès du ministère de l’immigration révèlent que plus de 20 000 étrangers en situation irrégulière auront été régularisés en 2009. Ce chiffre est équivalent, si ce n’est supérieur, à celui des expulsions. Le ministre de l’immigration, Eric Besson, se refuse pourtant à communiquer une donnée précise et globale sur cette question. Lire l’article

> Un article du Le Figaro du 19 octobre 2007 :

« La loi Hortefeux sur le regroupement familial a été enrichie au cours des débats parlementaires d’un « amendement » prévoyant « à titre exceptionnel » une admission au séjour des sans-papiers qui pourraient justifier d’un emploi »

> Plus de 20 000 clandestins sont déjà régularisés chaque année à titre « exceptionnel ». Combien l’année prochaine avec cette nouvelle mesure ? (20 744 clandestins régularisés en 2003, 22 814 en 2004, 26 338 en 2005)

>  Le dernier rapport du Sénat sur la question de la présence des illégaux en France ( série 2005-2006, rapporteur Georges Othily) faisait état de 600 000 entrées de clandestins chaque année en France + Dom Tom…

Observatoire de l’islamisation, 21 mai 2010.