Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Un prêtre belge poignardé par un migrant en Belgique hier, dans l’indifférence médiatique.

1436590997_B979336067Z.1_20160731215343_000_GS87AR3TP.1-0Un prêtre de 65 ans a été poignardé dimanche 31 juillet par un homme qu’il avait accueilli à son domicile. Son pronostic vital n’est pas engagé. –

Un homme a agressé au couteau un prêtre à son domicile de Lanaken, commune flamande de la province de Limbourg située près de Maastricht. 

Selon le site d’information du Soir, le prêtre Jos Vanderlee a été légèrement blessé et conduit à l’hôpital. L’agresseur a pris la fuite. La police belge a lancé un appel à témoins, tandis que le parquet de Limbourg a ouvert une enquête.

Selon les premiers éléments révélés par les médias locaux, l’agresseur s’était présenté au prêtre comme un demandeur d’asile aux Pays-Bas, demandant au pasteur de pouvoir prendre une douche à son domicile. Il lui aurait ensuite demandé de l’argent. Face à son refus, il l’aurait agressé avec un couteau, le blessant aux mains. L’homme de foi a ensuite été pris en charge par les secours et transporté à l’hôpital de Genk, où il a subi une opération. Ses jours ne sont pas en danger.

Le prêtre Vanderlee est responsable de huit paroisses sur le territoire de Lanaken et a fêté ce mois-ci ses 40 ans de sacerdoce.

Valls veut «des imams formés en France et pas ailleurs» : Pourquoi il ne l’imposera pas.

valls-serieux_field_image_principaleFlorilège d’annonces aujourd’hui sur l’organisation de l’islam en France, avec un éventuel concordat croit savoir le Canard Enchainé, un ballon d’essai pour tester les réactions certainement.

Sur l’arrêt des financements étrangers, ce virage à 180° un mois après que le préfet (piloté par Beauvau) ait imposé une mosquée financée par l’Arabie Saoudite à Nice, n’est pas crédible. Les nombreux chantiers de mosquées financés par le Qatar ou l’Arabie ne s’arrêteront pas, surtout dans des circonscriptions où l’électorat musulman est indispensable à la gauche. D’autant que cela va à rebours de la position traditionnelle de la gauche (et de la droite), à savoir un simple contrôle de l’identité des donateurs via la Fondation des oeuvres de l’islam adossée à la Caisse des dépôts, mise en place par Dominique de Villepin en 2004. Aussi, Manuel Valls parle de mesure seulement « temporaire » et non de principe à adopter, comme le veut le Front National. 

La proposition que «les imams soient formés en France et pas ailleurs», n’est pas forcément rassurante, car ce sont les Frères Musulmans de l’UOIF via leurs deux écoles d’imâms (Nièvre et Seine-Saint-Denis) qui forment le plus d’imâms dans l’hexagone. Et quant à l’école d’imâms de la Grande Mosquée de Paris, nous avons repéré dans son Guide de l’étudiant des références islamistes comme Youssef Al-Qaradawi, favorable au meurtre des apostats, juifs et homosexuels, ainsi que Abi Zayd Al Qayrawâni qui préconise la conversion, la soumission ou la mort pour les non musulmans (et aussi le meurtre des homosexuels) dans son Epître (Risâla) incontournable chez les malékites du Maghreb. 

Aussi c’est très mal connaitre le monde musulman, où les prestigieuses universités Al-Azhar (Le Caire), Qarawiyine (Fez) , Abdelkader (Constantine) et de Médine font référence.

La plupart des imâms exerçant en France ont été formé dans ces universités islamiques étrangères, interdire qu’ils exercent susciterait une vigoureuse levée de boucliers chez les musulmans pratiquants, et serait l’assurance pour le PS de voir ses électeurs traditionnels partir chez Jean-Luc Mélenchon ou Alain Juppé, ce dernier étant proche de l’UOIF à Bordeaux.

Abu Bakr, premier calife de l’islam, avait bien justifié le meurtre des moines (sources islamiques)

Capture d’écran 2016-07-29 à 10.25.23

Extrait de l’introduction de la Fatwa des moines d’un des plus grand juristes sunnite Ibn Taymiyya, jouissant du statut de « Sheikh de l’Islam ». Le texte est introduit par le professeur (musulman) Yahya Michot (bio) ex professeur à l’Université Catholique de Louvain puis au Centre d’études islamiques d’Oxford financé par le Qatar, où enseigne aussi Tariq Ramadan.Loin d’être marginal, il est considéré comme un des meilleurs spécialistes d’Ibn Taymiyya, invité en star à la Foire musulmane de Bruxelles.

Un autre traité de droit musulman justifie ces meurtres des moines non reclus dans leurs ermitages en temps de guerre: le manuel juridique majeur du sunnisme, Al-Muwatta’, de l’imâm Malik Ibn Anas (710-795) – « synthèse pratique de l’enseignement islamique » sous-titre l’éditeur Albouraq- enseigne d’assommer les moines chrétiens, de violer les femmes issues du butin de guerre, de couper la tête des apostats, de partir en expédition guerrière etc. Nous l’avons acheté à la Fnac de Rouen ! Il est présent dans toutes les librairies musulmanes.

Dans le Livre numéro 21 , le point 18 enseigne de tuer les moines prosélytes :

« Tu verras des gens qui se sont rasé le sommet de la tête (diacres) [en référence à la tonsure des moines]abats-les en frappant le sommet de leur tête » L’assassinat des moines de Tibihirine en 1996, n’est donc pas le fait de fous, mais de personnes appliquant l’islam officiel enseigné au Maroc et en Algérie.

Voir ce documentaire sur les livres islamiques de l’Institut du Monde Arabe, Al-Muwatta’ est présent, ainsi que les ouvrages d’Ibn Taymiyya (1263-1328) qui a aussi légalisé le meurtre des moines (cf: son texte Le Statut des moines) en se référant aux propos d’Abu Bakr, premier calife (632-634) de l’islam éminement respecté car « bien guidé par dieu » [Rashidûn].

Dans un autre document exceptionnel  diffusé sur France 3 le 23 mai 2013, les réalisateurs Malik Aït Aoudia, correspondant de Marianne en Algérie et Séverine Labat apportent les preuves irréfutables que les sept moines ont bien été assassinés par le Groupe islamique armé. En exclusivité,Marianne en publie des extraits… Lire dans Marianne

 « Celui qui tue les moines, il se rapproche de Dieu et tous avaient soif de meurtre : il n’y en avait pas un qui ne voulait pas les égorger tous les sept ! »   L’homme qui parle s’appelle Laid Chabou. Proche lieutenant de Djamel Zitouni, le chef du Groupe islamique armé (GIA) en cette année 1996, Laid Chabou était là, ce  21 mai, quand, dans le maquis de Bougara, ordre fut donné par Zitouni de tuer les moines français »

Un demandeur d’asile syrien interpellé dans le cadre des perquisitions liées à St Etienne-du-Rouvray

864_001Lu dans La Montagne du 28 juillet:

« Deux personnes ont été placées en garde à vue au commissariat de Montluçon, mercredi, après une perquisition dans un appartement de la rue Buffon, mardi soir. Il s’agit de la sœur et d’un proche d’Abdel-Malik Nabil Petitjean.

Parallèlement, deux opérations menées par la Sdat (Sous-direction antiterroriste) ont été menées à Vichy, puis Cusset, jeudi après-midi. Selon nos informations, elles seraient en lien avec l’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray, dans la continuité des investigations menées à Montluçon.

Vers 16 h 30, plusieurs voitures de police, avec à leur bord des agents encagoulés ont été aperçues au carrefour juste en face du quartier des Ailes, à Vichy. Que faisaient-ils ici ? Peu d’informations ont fuité.

Un peu plus tard, des policiers de la Sdat, accompagnés d’enquêteurs du SRPJ de Clermont-Ferrand, ont interpellé un réfugié syrien qui résidait au Cada (centre d’accueil de demandeurs d’asile) de Cusset. L’homme devait être placé en garde à vue au sein des locaux du SRPJ de Clermont afin d’y être auditionné.

Jeudi soir, le parquet de Paris n’avait annoncé aucune communication. « 

Le groupe « modéré » soutenu par les Etats-Unis avait décapité un enfant, son commandant neutralisé.

1026851182Lu sur Sputnik News

Le commandant de l’une des unités du groupe « Nour al-Din al-Zenki », groupe considéré comme faisant partie de l’opposition modérée et soutenu par les autorités américaines, a été supprimé par l’armée syrienne à Alep.

C’est ce groupe qui a, la semaine dernière, décapité un Palestinien âgé de 12 ans accusé d’espionnage. L’exécution a été filmée. Dans la vidéo, des membres du groupe emmènent l’enfant dans une voiture, puis l’un d’entre eux coupe la tête du garçon avec un couteau sous les cris d' »Allah Akbar! »

D’après la chaîne Al-Mayadeen citant ses propres sources, Omar Salkhu, chef de l’une des unités du groupe, a été tué le 28 juillet lors d’une attaque de l’armée syrienne sur les positions des militants dans le nord-est d’Alep.

Selon le Nour al-Din al-Zenki, le garçon était un soldat de l’organisation Liwa al-Quds. Ce groupe inclut des Palestiniens expulsés des camps de réfugiés des islamistes. Aujourd’hui, les combattants de cette organisation se battent aux côtés des troupes gouvernementales.

Une internaute a fait valoir que le sénateur américain John McCain avait auparavant rencontré les membres du Nour al-Din al-Zenki et salué leur « lutte ».

Orne : alerte terroriste au sein de la prison de Condé-sur-Sarthe

Lu dans Tendance Ouest du 28 juillet :

L’information est tombée ce jeudi 28 juillet 2016 à la mi-journée : jeudi 21 juillet, vers 5 heures du matin, une fouille très importante a été menée au centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe (Orne), près d’Alençon. Plusieurs détenus radicalisés étaient soupçonnés de détenir de l’explosif et de vouloir se faire exploser dans l’établissement en faisant le maximum de victimes chez les surveillants. Lire la suite.

Adel Kermiche avait 1962 abonnés sur Twitter

15379157

15379680

Adel Kermiche était suivi par 200 musulmans dans son groupe de discussion sur Internet

folie2Source: BFMTV

« Il avait tout consigné pendant des semaines dans des enregistrements audio avant de commettre l’innommable. Adel Kermiche, l’un des deux terroristes qui ont attaqué l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen, s’était radicalisé depuis de longs mois, avait prémédité son acte et avait tenté de recruter d’autres jihadistes. C’est ce que révèlent les fichiers sonores qu’ont récupéré les enquêteurs lors des perquisitions au domicile du jeune homme de 19 ans, juste après l’attaque terroriste. 

Consultés par L’Express, ces enregistrements glaçants, dont l’authenticité a été confirmée par une source proche de l’enquête, montrent le basculement jusqu’au tragique 26 juillet. La veille, Adel Kermiche met en ligne un nouveau message sur l’application chiffrée Telegram diffusé aux quelques 200 personnes qui appartiennent à son groupe. Parlant d' »un gros truc » à venir, il demande « à ses frères et soeurs » de le diffuser au plus grand nombre.

« Je vous préviendrai à l’avance, trois quatre minutes avant et quand le truc arrivera, il faudra le partager direct », lance Adel Kermiche, parlant d' »une image ou une vidéo ».(…)

« En prison avec mon cheikh, il m’a donné des idées« , assure-t-il dans un enregistrement avant de se réjouir que ces « idées » aient été utilisées par d’autres de leurs « frères », d’abord au Bataclan puis à Nice. Lors de ce séjour à Fleury-Mérogis, il assure avoir suivi des cours avec son « guide spirituel » et « d’autres frères ». Jusqu’à lui-même élaborer des scénarios et les transmettre au plus grand nombre.

Boulogne : ils brûlent le drapeau français en hurlant «La France aux Arabes»

280px-Boulogne_012Lu dans La Semaine du Boulonais:

Dans la rue Félix-Adam, dimanche matin, un petit groupe a mis le feu au drapeau tricolore, nécessitant l’intervention des forces de l’ordre en marge de la braderie des commerçants.

La tension est palpable en ces temps troubles, de plus en plus en province. Certaines langues en profitent pour se délier, parfois sous l’effet de l’alcool, et forcément de la plus mauvaise des manières.
Dimanche dernier, aux alentours de 9 h, quatre jeunes hommes et deux femmes, passablement éméchés, traînent à proximité de la braderie des commerçants, rue Félix-Adam. Alors que les bonnes affaires battent leur plein, le groupe embrase un drapeau français, hurlant à plein poumons « La France aux Arabes ! ». Le refrain passe plutôt mal non loin de la foule…
Les forces de l’ordre sont immédiatement alertées. Sur place, elles sont prises à partie par les six jeunes. Un meneur, âgé de 19 ans, se démarque très vite à l’arrivée de la police. Il est embarqué et placé en garde à vue au commissariat de Boulogne. Déféré au parquet, il est poursuivi pour outrage au drapeau français (conformément aux articles 132-11 et 132-15 du code pénal). Il risque une amende de cinquième classe, qui peut s’élever jusqu’à 1 500 euros (3 000 euros en cas de récidive).

Martinique: un islamiste marocain en lien avec Aqmi a fui l’hôtel où il était assigné

1607272228140105Rachid Rafaa, djihadiste présumé, logé à l’Auberge verte au Morne-Rouge est en fuite. Il n’a pas répondu aux mesures d’assignation à résidence. L’homme âgé de 40 ans est considéré comme en fuite depuis ce mercredi matin.

Un avis de recherche interne à la gendarmerie circule en ce moment sur les réseaux sociaux. Il est conseillé de composer le 17 si vous apercevez cet individu et ne de ne pas tenter d’intervenir.
Marocain, Rafaa Rachid est soupçonné d’être lié à des responsables d’Al-Quaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Il se serait servi de ses compétences d’informaticien pour diffuser des messages sur internet. Il est assigné à résidence en Martinique au Morne Rouge depuis mai 2014. Il avait le droit de sortir la journée mais devait pointer plusieurs fois par jour à la gendarmerie.

Son transfert sur notre ile faisait suite à une décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme de ne pas l’extrader au Maroc de crainte qu’il ne soit torturé.